Nanouk, comme je viens de le dire à Lobo, ta gardienne est très malade et est à l’hôpital pour un petit bout de temps. Sa maman me charge de te prévenir qu’elle ne peut s’occuper de vous pendant tout ce temps. Vous êtes 2 grands chiens, vous avez besoin de faire de grandes promenades, qu’on vous brosse et elle a 84 ans avec un mari malade, elle ne peut pas le faire. C’est au-dessus de ses possibilités et elle se voit obligée de vous confier le temps nécessaire à la guérison de ta gardienne, de vous mettre dans un chenil. Vous ne serez pas seuls, il y aura d’autres chiens et on prendra soin de vous. Elle ne vous abandonne pas, cela lui fait très mal au cœur, mais elle na pas le choix, il va falloir être patient.

Nanouk, les yeux tristes m’a répondu :

J’ai bien compris ton message et j’espère qu’elle dit vrai, non pas qu’elle veuille nous abandonner, non, je sais qu’elle nous aime, mais j’ai peur pour ma maman. Trop longtemps qu’elle est au fond du gouffre, trop longtemps qu’elle est tombée dans l’alcool et elle s’est détruite. Je sais que la vie est difficile pour elle, je sais que la perte de son travail a été un choc effroyable, terrible pour elle, et elle n’a pas eu la force de garder le cap.

Elle est fragile de santé émotionnelle, tout passe par l’amour des animaux, l’amour de ses chiens, et même cet amour pur, profond qu’elle nous porte n’a pas réussi à lui permettre de garder la tête hors de l’eau, et elle a plongé. J’ai peur pour elle et j’ai peur de partir dans ce chenil. Je ne veux pas être séparé de Lobo et je veux la retrouver.  Elle est ma maman, elle porte constamment des énergies qui ne lui appartiennent pas, et elle a besoin de nous pour les transmuter.

Dis-lui que nous l’aimons et dis-lui que nous attendons son retour chaque jour, chaque instant. Dis merci à mamie pour ce qu’elle fait pour nous, dis-lui que je l’aime aussi, et de rester sans ma maman était difficile, de partir et d’être loin d’elle, de son jardin, de notre famille c’est encore pire.  Mais j’ai bien compris ce qui se tramait et je sais qu’avec Lobo nous devrons être forts et patients, que nous devons restés soudés pour le plus grand bien de notre tendre maman.

Excuse-moi, je vais aller le retrouver au fond du jardin, je sais qu’il est triste tout comme moi, nous avons le cœur en miettes et devons nous soutenir afin d’affronter cette période difficile.

Merci, merci à toi, merci à elle d’avoir pris le soin et le respect de nous prévenir.

Puis il s’est éloigné tristement pour retrouver son compagnon, j’en avais le cœur serré et me suis mise à pleurer.