Ne-yo m’attendait, complètement recroquevillé sur le chemin. Il avait l’air perdu et lorsque je lui ai expliqué que la gardienne de la famille d’accueil m’envoyait vers lui, il m’a regardé tristement et m’a dit :

Ce n’était pas la gardienne de la famille d’accueil, c’était ma gardienne et c’est chez elle que je voulais retourner et rester. Je l’ai retrouvée et j’étais très heureux, et voilà qu’ils m’ont trouvé un autre gardien et que je devais repartir de nouveau. C’était ma maman, j’étais déjà avec elle (m’a montré un chien, un petit chien brun/fauve) et je l’avais enfin retrouvée, et pour moi il était inconcevable de repartir ailleurs.

Lorsque la maman s’est absentée, je me suis disputée avec mes congénères car je leur ai dit que je ne repartirai plus, que je préférais mourir. Je ne sais pas ce qui m’a pris, je m’en suis pris à la grande et une seule morsure a été fatale. Elle ne voulait pas me tuer, c’est un malheureux accident de sa part, c’est moi qui l’ai provoquée et la voilà triste et malheureuse aussi. Je sais que ça a été un choc pour vous et j’en suis désolé, mais je ne voulais pas vous quitter et me voilà puni.

Je suis toujours encore chez vous, je puise les énergies de celle qui m’a mordu, cela la déprime et va la rendre malade, et moi je ne peux plus me faire choyer et câliner par vous. Je vous vois, je vous entends mais ne peut plus me manifester physiquement à vous. Je suis encore plus triste et malheureux qu’avant, car dans ces conditions ce n’est plus ma place ici et tant que je ne serai pas au jardin des animaux, vous ne pourrez pas faire votre deuil et vous êtes aussi malheureux que moi.

J’ai un message pour toi Ne-yo et aussi quelques questions, car il est vrai qu’ils sont tous encore sous le choc et dans la douleur, mais je te remercie, tu as déjà répondu à leurs questions et je pense que ton départ si soudain et violent sera plus compréhensible et acceptable pour eux, surtout vis-à-vis de la chienne, qui hélas ne vas pas bien.

Petit Ne-Yo, 

Que s’est-il passé petit poussin ? 

Tu t’es fâché avec les copains ? pourquoi t’ont-ils fait du mal ? 

Pourquoi es-tu parti si vite et si violemment ? Tu nous as laissé si désemparés……

Tes câlins nous manquent beaucoup….

Pardonnes-nous de n’avoir pu te protéger mieux mais tu t’étais tellement bien intégré à la meute que nous n’avons pas compris ce qui s’est passé…

Tu dormais parmi eux, collé à eux (et à nous aussi !!! c’était tout doux), avec les chats pour oreiller…. aussi pourquoi ce départ si soudain ?

La présidente de l’association t’avait trouvé un nouveau papa qui devait venir te chercher…. bien que nous étions peinés de te voir partir, nous étions quand même heureux car une nouvelle vie t’attendait avec plein d’attentions rien que pour toi, nous ne pouvions qu’être heureux pour toi et profiter un maximum de ce temps qui nous restait avec toi…. mais nous n’en avons pas eu l’occasion …. Tu es parti avant… dans la douleur… &#x1f622,&#x1f622,

Petit Ne-Yo…. petit poussin…. les jours passés auprès de toi nous ont rempli de joie et nous avons apprécié chaque minute de ce temps avec toi….

On t’embrasse très fort, que notre amour t’accompagne et te guide sur ton nouveau chemin de vie….

On t’aime très fort….. Merci à toi d’avoir partagé un peu de ton temps avec nous …. 

Dis-leur merci pour ce merveilleux message d’amour, moi aussi je les aime et j’ai beaucoup apprécié cette délicate attention qu’ils ont eu envers moi lorsqu’ils m’ont cherché chez le vétérinaire. Ils étaient si désemparés et j’aurais voulu pouvoir leur dire que ce n’étais pas important de récupérer mon corps et de m’accompagner pour l’incinération, mais que j’avais besoin d’aide pour me libérer et libérer aussi la grande à laquelle je reste accroché.

Ne t’inquiète pas petit poussin, je vais t’aider à faire le passage, maintenant si tu es prêt ?

Oui je le suis et j’espère que ce drame ne leur portera pas préjudice au sein de l’association. Je veillerai sur elle lorsque je serai au paradis des animaux, car je l’aime et ne souhaite que son bonheur. On dirait que je ne dois pas la retrouver sur un plan terrestre, alors autant que je veille sur elle de là-haut.

Puis il est venu à côté de moi et ensemble nous avons marché un petit moment sur ce beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous, et lorsque nous sommes arrivés au pont des fleurs, il m’a remercié et m’a dit :

Ce n’était pas le moment pour moi de lui revenir et pourtant Dieu sait combien elle a besoin d’affection en ce moment. C’est ma maman d’amour et elle le restera toujours, et si Dieu le veut nous nous retrouverons. Qu’elle n’en soit pas malheureuse, je l’aime.

Puis il a traversé le pont des fleurs, il était attendu par d’autres animaux et ils se sont tous noyés dans la puissante et rayonnante lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Ne-yo, paix à ton âme !