Lorsque je suis arrivée sur le chemin Neko m’y attendait le regard triste, vide, sans expression. Lorsqu’il m’a aperçue il a aussitôt levé la tête, les yeux remplis d’espoir. C’était émouvant à voir et sans tarder je me suis présentée et lui ai expliqué que c’était Emily qui me demandait de lui transmettre des messages et de lui poser quelques questions :

Je voudrais d’abord lui dire qu’il nous manque énormément, et que son départ a été très difficile dans la famille, que je pense à lui tous les jours. Vivre sans lui est une épreuve difficile car il a toujours fait partie de ma vie, j’ai eu l’impression de partir avec lui, mes premiers souvenirs ont été avec Neko. 

Je voudrais lui dire que je l’aime énormément, il m’a donné tellement d’amour, et de sérénité Neko. J’aimerai tellement le retrouver 

 

Je voudrais savoir si il a été heureux avec nous, s’il a eu une belle vie à nos côtés ? 

Est-ce qu’il va bien, est heureux aujourd’hui ? 

Tu aimais bien Tsuki ? Notre deuxième chat, car tu jouais souvent à la bagarre avec lui 

 

Après lui avoir lu le contenu c’était encore plus émouvant de l’observer. Il s’est mis à pleurer, les larmes perlaient le long de son petit nez et il essayait de les retenir avec sa langue, elles tombaient sur ses pattes, il s’est mis à les lécher et j’ai attendu un petit moment que les fortes émotions qui venaient le submerger se calment un peu. Au bout de quelques instants il s’est levé, il est venu à côté de moi pour me dire :

Je pleure parce que je suis triste pour elle, sa peine, sa grande douleur me fait beaucoup de peine. Je savais lorsque je préparais doucement mon départ que ce serait terrible pour elle, et je craignais de faire le grand saut, non pas par peur pour moi, non, par peur pour elle. Je sais combien elle est en souffrance et cela m’empêche de continuer mon chemin et de la laisser, je ne me sens pas le droit de rejoindre ce haut-lieu magnifique alors qu’elle, ma petite maman, ma petite fée adorée, elle est en grande souffrance.

Mais je sais aussi qu’ici ce n’est plus ma place et que tant que je reste ici ce n’est bon ni pour elle, ni pour moi. Tant que je reste dans son entourage au quotidien, tant que je la suis comme son ombre et que je lui pompe son énergie, elle ne peut trouver la paix dans son cœur et son esprit, elle ne peut faire son deuil. Et moi je ne peux me reposer et me ressourcer, et encore moins préparer mon retour.

Dis-lui merci pour son message d’amour. Dis-lui merci pour toutes ces années de grand et pur bonheur, je me suis toujours considéré comme son frère, son bébé, son garçon et j’ai vécu une vie merveilleuse auprès d’elle et de toute la famille. Considéré et respecté, choyé et câliné comme un être humain, un membre de la famille à part entière.

Aujourd’hui je me dois de rejoindre le jardin des animaux pour me retaper, j’ai besoin d’aide et elle aussi ma petite fée, mon âme sœur avec qui j’ai vécu une vie pleine et riche en émotion.

Je l’ai rassuré et je lui ai dit qu’après notre échange je l’accompagnerai pour faire le passage ;

Merci, merci à toi, merci à elle d’avoir eu l’idée de faire appel à toi, je vous  suis tellement reconnaissant à toutes les deux, mais elle avait bien compris qu’il fallait le faire, car depuis mon départ elle se torture l’esprit et n’arrive pas à se retrouver. Ma présence physique lui manque énormément, à moi aussi, même si je peux encore la voir et l’entendre, ne plus partager nos longs moments de tendresse me manque aussi.

Dis-lui qu’elle songe maintenant à revenir dans le présent, dans le ici et maintenant. La douleur était telle qu’elle s’est réfugiée dans son corps astral pour la supporter, mais c’est dans le corps physique que son âme doit revenir pour pouvoir faire son travail de deuil et continuer son chemin.

J’étais là pour l’accompagner dans son enfance, pour l’aider à grandir,  la protéger et veiller sur elle. Et je lui reviendrai car on m’enverra à nouveau vers elle pour une mission encore plus importante, pour lui apprendre le détachement affectif, pour lui apprendre à aimer en toute fluidité sans dépendance ni co-dépendance. Pour lui apprendre à aimer, à s’aimer elle-même, à se reconnecter à sa source, à son petit enfant intérieur afin d’y trouver la force et la confiance pour avancer sur son chemin.

Dis-lui que mon âme est reliée à la sienne où que je sois, qu’elle perdure car elle est éternelle et que mon plus grand souhait c’est de pouvoir, après avoir fait un passage au jardin des animaux, lui revenir dans un corps terrestre en pleine forme pour continuer notre belle histoire d’amour ensemble. Ce ne sera pas long, l’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas et à condition que je puisse enfin rejoindre le paradis des animaux, je peux me reposer me ressourcer et lui revenir très vite.

Tsuki le sait que je vous reviendrai, il m’attend. Pour lui, de me retrouver entre deux est très perturbant et je lui puise aussi son énergie, et même si nous étions souvent en conflit, c’était aussi par jeu, c’était devenu un réflexe presque naturel de nous bagarrer comme tous les frères le font mais ce n’était pas violent. Chacun avait et a sa place dans la famille et on ne se marchait pas sur les pattes.

Ma petite fée, fait-moi confiance on pourra se retrouver très vite sur un plan terrestre. Tu as besoin de moi pour te sentir heureuse et pleine à l’intérieur de toi. N’aie aucun doute, lorsque tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin et tu sauras me reconnaître. Je t’aime d’un amour pur et profond et cet amour nous permettra de nous retrouver bientôt.

Puis il s’est levé, visiblement prêt à rejoindre le pont des fleurs. Nous nous sommes avancé tous les deux sur ce chemin qui devenait de plus en plus lumineux au fil de nos pas, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont il m’a encore remerciée :

Dis à ma maman, à ma petite fée adorée que je l’aime et que nous nous reverrons dès qu’elle se sentira prête.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Neko, paix à ton âme et à bientôt.