width=Ta gardienne est triste et désemparée. Ils viennent de t’adopter (venu de Roumanie fin juillet) et depuis le début c’est compliqué avec toi. Tu as mortellement blessé son petit chien de 14 ans et elle aimerait savoir dans quel état d’esprit tu te trouves. Elle me demande de t’expliquer que tu vas certainement devoir quitter la maison suite à ce que tu as fait. Elle sait que tu es, par ton passé, une victime aussi, mais ce sera difficile pour elle de te donner de l’affection alors que tu as tué son adorable petit toutou.

Je sais, elle me dit que je suis un monstre et elle a sans doute bien raison. Je suis tellement triste et navré de ce qui est arrivé, mais je l’ai fait, je l’ai agressé, je l’ai mordu à sang et je l’ai tué. C’est terrible pour moi aussi, j’ai moi aussi les images et le goût âpre du sang et je suis sincèrement, profondément désolé de ce que j’ai fait.

Je ne suis pas ici depuis longtemps et je pensais avoir enfin trouvé ma famille et ma maison. C’est vrai que je suis souvent tendu, sur mes gardes et que j’ai beaucoup de mal à faire confiance aux humains, j’ai subi des horreurs dans ma vie, et les mémoires sont encore omniprésentes. J’ai vécu longtemps attaché et je me suis souvent fait attaquer et mordre par des congénères, j’ai peur et je préfère montrer mes dents pour qu’on me laisse tranquille.

Je ne peux pas me plaindre, ça c’est assez bien passé avec la meute, mais avec Gini c’était différent et beaucoup plus compliqué pour moi.  Il portait des énergies qui ne lui appartenaient pas et lorsqu’il est arrivé dans le salon ce jour-là encore plus, il s’est mis à trembler, il est tombé, il s’est agité, a secoué la tête et les pattes et j’ai eu très peur. Un énorme stress m’a envahi et je n’ai pas su maîtriser la panique, la colère qui est montée en moi et je l’ai agressé. Je ne voulais pas lui faire du mal, je ne voulais pas le tuer, je voulais juste qu’il s’arrête de bouger, qu’il se calme et que les mauvaises énergies dont il était victime le laissent tranquille.

Je connais ces phénomènes sur moi et autour de moi, on se sent manipulé, ça s’accroche et te fait faire des choses atroces, ignobles et contre ta volonté. Et plus je m’acharnais sur lui et plus ces entités se sont accrochées à moi et plus aucun moyen de me contrôler. Mea culpa, je te demande pardon, je me sens penaud et j’ai si mal de lui avoir fait du mal et de te faire du mal à toi, qui a tellement d’empathie, d’amour et de compassion dans ton cœur

Je ne voudrais pas partir, mais je te comprends si tu as peur de mes réactions et surtout si tu penses ne plus pouvoir me donner de l’amour. C’est ce qui me manque et m’a le plus manqué dans ma vie, et si c’est pour revivre une vie terne, triste et sans affection, je préfère moi aussi partir au jardin des animaux.