La rencontre avec Ogan s’est faite sur un chemin gris, triste bordant une route où circulaient des véhicules à toute allure. Il était assis et les regardait tracer la route et je me suis demandé ce que ces passages lui inspiraient. Il a aussitôt senti ma présence et capté mes pensées, il s’est retourné vers moi et j’ai vu dans ses yeux ternes et vides comme un petit éclat, une étincelle, une lueur d’espoir. Je me suis présentée et lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour lui transmettre des messages et lui poser des questions :

Nous avons quelques questions :
-pourquoi est il aller sur cette route alors qu’il en avait peur ?
-a t-il suivi le bruit de la voiture quand je partais au travail ?
-le conducteur à défaut de signaler l’accident est t-il au moins descendu pour vérifier sa mort immédiate?
Voilà les principales questions qui nous viennent ..

Si jamais il vous révèle qu’il a suivi ma
voiture j’aimerais qu’il sache que je suis profondément désolé, que j’aurai du être plus vigilante, il faisait nuit habituellement je fais attention mais j etais pressé et fatigué et je ne sais plus si je me
suis arrêté pour voir si il
me
suivait comme je le fais normalement et je m’en voudrais à jamais .
Ensuite, je veux qu’il sache qu’on l’a chercher sans relâche pendant 6j, 6 long jours ou on a remué ciel et terre, nous avons tout donné mais malheureusement nous ne regardions pas au bon endroit, il n’allait jamais sur la route jamais … même pas une seconde cette éventualité nous a effleuré. Un énorme élan de solidarité s’est formé autour de notre histoire, lui, notre complicité et notre amour ont touchés énormément de personne, dans le secteur tout le
monde le cherchait !
Nous sommes désolé de l’avoir trouvé si tard, on a gardé espoir jusqu’au bout mais au fond nous avions confiance en lui on savait que si il ne rentrait pas c’est qu’il
ne pouvait pas. Nous lui avons fait une promesse ce lundi 20 septembre, on ne s’arrêterait pas tant qu’on ne l’aura pas trouvé, nous étions loin d’imaginer ce scénario mais nous avons tenu notre promesse, la dernière.
Je veux qu’il sache qu’il nous manque profondément à moi et son père, il laisse un vrai vide que personne n’arrivera à comblé. Depuis le jour où nous l’avons recueilli ça n’a été que du bonheur, il a été juste parfait, tout ce qu’on recherchait chez un chien absolument tout.
c est très dur sans lui, nous pensons énormément à lui et à toutes nos habitudes bien à nous ..même les chats, ses chats, ont changés de comportement.
je voudrais aussi qu’il sache que son départ a touché énormément de personnes, il était aimé de tous, une vrai star, ma starlette  a moi. Je ne sais pas si il nous entends mais nous lui parlons beaucoup, il a été une de nos plus belles histoires mais malheureusement celle ci a été trop courte, c’est notre seul regret.
Nous voulons qu’il se repose en paix, nous espérons qu’il apprécie la sépulture que nous lui avons  petit prince.
Que dire de plus, il ne faut pas qu’il s’inquiète pour nous, ça va prendre du temps mais on s’en relèvera, on reste uni et on essaye d’accepter, l’inacceptable. Dites lui qu’on l’aime de tout notre cœur.. et qu’on est tellement désolé de ne pas avoir su le protéger.. Nous espérons que sa vie a été la plus heureuse et la plus aimante à nos côtés. Il mérite le meilleur.

Que je suis content que tu sois là, que je suis soulagé qu’elle ait fait appel à toi, déjà si longtemps que je suis entre deux, à revenir sur ce lieu maudit et la maison, à errer dans leur environnement et les accompagner partout dans tout ce qu’ils font, à puiser leur énergie, à m’accrocher à eux et à mes compagnons alors qu’ici ce n’est plus ma place et que je dois monter au jardin des animaux pour pouvoir me ressourcer et me réparer.

Je l’ai tout de suite rassuré et lui ai promis de l’accompagner après notre échange.

Dis-lui merci pour son message d’amour et dis-lui que moi je l’aime et mon papa aussi, que je suis désolé pour la peine que je leur fais. Mon départ si rapide et incompréhensible les plonge tous dans une terrible détresse et je leur demande pardon, j’ai tellement de peine de vous infliger une telle souffrance, et de vous voir me pleurer me fait mal, très mal. Cela rajouté à ce départ non préparé m’empêche aujourd’hui de faire le passage et je suis toujours encore avec vous, je vous vois, je vous entends et votre grand désarroi me fait beaucoup de peine. Je m’accroche à vous et vous pompe votre énergie et surtout celui de mes compagnons qui eux peuvent me voir et savent qu’ici ce n’est plus ma place et cela les perturbe beaucoup.

Dis à ma maman que je suis désolé et dis-lui que je regrette profondément ce qui m’est arrivé. Dis-lui aussi de ne pas se torturer l’esprit, elle n’y est pour rien, ce n’est pas de sa faute et ça n’a rien à voir avec son départ au travail. Je l’ai vu partir et j’avais bien envie de lui courir après, mais je ne l’ai pas fait, j’étais bien trop occupé, j’avais déjà la veille cru apercevoir un lièvre et il était encore là ce jour-là, en train de brouter quelques herbes, était-ce le même ? Je ne saurai le dire, il s’est sauvé à toute vitesse lorsqu’il a senti ma présence, et sans réfléchir je l’ai suivi sur une assez longue distance. Il a disparu sous mes yeux, il s’était volatilisé et j’ai continué malheureusement mon chemin qui m’a mené sur cette route où la première voiture qui est arrivée m’a violemment percuté.

Le choc a été violent, je n’ai senti aucune douleur et le cordon d’argent qui relie mon corps physique à mon âme s’est aussitôt rompu. Je savais que c’était fini pour moi, qu’il ne me serait plus possible de revenir dans mon corps et que ce terrible accident allait vous plonger dans une grande souffrance. Le conducteur ne s’est pas arrêté, il n’a même pas compris ce qui lui arrivait, il a continué sa route, mon corps avait été éjecté et mon âme détaché de mon enveloppe corporelle se trouvait en lévitation au-dessus de mon corps physique. Je me suis vu allongé sur le sol et je savais que ce serait très douloureux pour toi d’accepter ce départ si tragique.

Mea culpa pour le mal que je vous inflige, j’étais là pour t’aider à te reconnecter à ton petit enfant intérieur et t’aider à avancer sur ton chemin, et pas pour te faire souffrir. Ne culpabilise pas, tu n’y est pour rien dans cet accident, ne te torture plus l’esprit, de par ces pulsions que je n’ai pas su maîtriser, mon imprudence m’a conduit à ce départ soudain, et ce qu’il importe aujourd’hui c’est de pouvoir monter au paradis des animaux pour me reposer et vous permettre à vous de faire votre deuil et retrouver la paix dans votre cœur et votre esprit.

J’ai vu combien tout le monde s’est solidarisé autour de vous pour vous aider à me retrouver, et je vous en suis à tous si reconnaissant. Cette grande empathie, cette grande compassion pour moi et pour vous est un cadeau du ciel et de l’univers et vous prouve combien les humains peuvent, lorsqu’ils font les choses avec leur cœur, apporter leur soutien et leur amour au service de leur prochain et du règne animal. Cela fait si chaud au cœur et rien que cette merveilleuse générosité doit vous mettre du baume au cœur.

Ne me pleurez plus, laissez-moi aller là où je dois aller et nous pourrons nous retrouver très vite. J’aime l’endroit et la sépulture, vous pouvez vous y recueillir et cela vous fait du bien, mais n’oubliez pas, n’y repose que mon corps physique, mon âme est éternelle et reste reliée à la tienne ma petite maman adorée et le restera où que je sois. Elle aspire bien évidemment à te revenir, je n’ai pas terminé ma mission auprès de toi, et lorsque tu te sentiras prête et te mettra à ma recherche, je me mettrai de nouveau sur ton chemin pour continuer notre belle aventure ensemble.

J’étais ton bébé, ton petit garçon, votre petit prince et mon souhait le plus cher c’est de vous retrouver très vite sur le plan terrestre. Alors faites votre deuil et ouvrez-moi à nouveau la porte de votre maison. Le vide que je laisse dans ton cœur, seul moi peut le combler, tu as besoin de moi et de mon énergie pour continuer ta route. Je t’aime, je vous aime, vous êtes mon papa et ma maman et il me tarde de vous retrouver. Même si ce haut-lieu est magique, c’est avec vous et auprès de vous qu’est ma place. Le petit passage que je vais y faire c’est juste pour me réparer et ce ne sera pas long, fais -moi confiance.

Puis tous les deux nous nous sommes avancés sur ce chemin qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux, et lorsque nous sommes arrivés devant le pont des leurs, il m’a dit :

Merci, merci à toi, à ma maman, mon papa et tous ceux qui les ont soutenus dans cette épreuve

Et il a traversé le pont, pressé de rejoindre l’autre rive pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Ogan, petit prince, repose-toi et ressource-toi. A bientôt !