width=La rencontre avec Oona s’est faite devant le pont des fleurs. Elle était assise devant le pont et semblait hésiter à le traverser. Je me suis approchée doucement pour ne pas lui faire peur, et lorsqu’elle m’a vue ou sentie, elle a tourné la tête vers moi et m’a dit

Approche, je sais que tu es venue pour me parler et que c’est ma maman qui t’envoie à moi. J’étais longtemps à ses côtés, dans leur entourage au quotidien, et au début elle a très fortement ressenti ma présence et entendu mes miaulements. Sa grande détresse et son chagrin m’ont retenue quelque temps, et encore aujourd’hui j’hésite et je reste assise devant ce pont, alors que je sais que de l’autre côté c’est le paradis et que si je veux me reposer, me ressourcer et préparer mon retour, c’est la condition nécessaire pour pouvoir le faire. Un passage dans l’au-delà est la condition sine qua none qui me permettra de leur revenir, et c’est bien entendu mon grand souhait.

J’ai vécu une vie merveilleuse avec eux et je me suis toujours sentie comme son bébé, sa fille, et la complicité entre nos deux âmes a été profonde et sans faille. A mon âge je mérite de remonter et de lui revenir dans le corps physique d’un chat en pleine forme. Mais pour elle, malgré mon âge, c’était inconcevable et difficile de me laisser partir. Cela m’a empêché de faire le passage, jusqu’à cette nuit où elle a fait ce rêve, où elle a vu que, même si l’endroit, le lieu où je me trouvais pouvait encore briller de belles et vives lumières, ici ce n’était plus ma place, et tel un ange (oiseau blanc avec de grandes ailes) elle a voulu me transporter de l’autre côté et me permettre de rejoindre cette magnifique prairie qui se trouve juste après le pont des fleurs.

C’est un rêve très beau, très réel qu’elle a fait, car en toute clairvoyance elle a vu ce qu’il y avait de l’autre côté du voile et il est grand temps pour elle de enfin découvrir qu’elle a, elle aussi des dons, et qu’il est temps de le conscientiser afin de pouvoir l’utiliser. Merci ma petite maman, ce rêve malgré ta grande souffrance, m’a permis de m’éloigner de toi, de la maison et d’emprunter ce chemin qui m’a menée devant le pont des fleurs.

Si je ne l’ai pas traversé, si j’ai attendu qu’on vienne aujourd’hui me donner des messages et me poser des questions c’est parce que je savais que tu allais le faire, que ce serait la prochaine étape pour toi pour t’aider à avancer sur ton chemin et t’ouvrir une grande porte qui te permettra de comprendre beaucoup de choses.

Poupoute, ma belle Oona,
Par l’intermédiaire de Madame Saarbach, c’est une très grande chance pour moi, je vais pouvoir enfin communiquer avec toi :
Toi, qui a tant enchanté notre vie par ta présence tu n’es pas sans savoir que tu nous manques cruellement et que chaque moment qui passe me pousse à te demander où te trouves-tu en ce moment ?
Qui prend soin de toi ? Des proches ?
Depuis que tu es partie, surtout au début, je t’entendais sans cesse miauler comme si tu réclamais, cette impression m’habite encore : ton esprit flotte-il autour de nous ?
J’ai beaucoup rêvé de toi depuis ton départ, l’un des rêves m’a cependant marquée : tu étais couchée dans un pré très verdoyant entouré d’une bordure plus foncée, tu semblais seule au milieu de nulle part, celui-ci était baigné d’une telle luminosité qu’elle donnait l’impression de la présence d’une multitude petites fleurs jaunes, mais non il s’agissait uniquement de son intensité,lorsque soudain je me suis vue tel un énorme oiseau blanc muni de grandes ailes, te soulever pour te faire traverser le champ. Ce rêve m’a laissée une très vive impression de légèreté et me pousse à te demander si tu es seule et désemparée ? Est-ce un signe ?
Il y a quelques jours, j’ai caressé un joli chat qui s’est jeté sur mes pieds à deux reprises, ainsi que tu savais le faire, et les a léchés, cela m’a laissée perplexe, car je ne le connaissais pas, est-ce un autre signe ?
Enfant, j’avais un petit chien qui s’appelait Goliath, mais nous lui avions donné le surnom de Bijou. Mes parents l’ayant confié à des voisins pendant nos vacances, il a refusé de s’alimenter et s’est laissé mourir de chagrin …
Avant que tu n’entres dans notre vie j’ai eu un autre chagrin avec Pénélope, la chatte de nos voisins : au retour de leurs vacances
Pénélope n’était plus. J’avais eu un très mauvais pressentiment, elle aussi car au moment fatidique de la séparation, sa maîtresse l’ayant appelée, elle s’est jetée sur le sol, son corps allant de gauche à droite, cela a duré un bon moment, j’ai fait de même, la réconfortant en lui faisant promettre de revenir … ces deux histoires sont-elles un lien quelconque avec toi ?
Chouchoute, je t’attends, je t’aime et à très vite. Reposes-toi bien d’ici là et envoie-moi des signes. Sache que tous les jours j’allume une bougie pour toi ! Pardonne-moi si je suis toujours triste…

Je sais que je te manque et c’est pareil pour moi. Toutes ces années ont été du pur et grand bonheur, et de te savoir seule et désemparée devant mon absence et le vide que je laisse me fait mal. Nos âmes sont reliées depuis ta petite enfance, je pense que tu l’as bien compris, j’étais bien ce petit chien que tu as tant aimé et dont le départ t’a tellement marquée, et cette blessure, tout comme celle du départ de Pénélope sont encore omniprésentes dans ton cœur et ton esprit, te font encore souffrir et encore plus aujourd’hui où j’ai fait le grand saut, où je t’abandonne aussi.

Oui ces deux histoires ont eu lieu pour te faire comprendre que tu as en toi ce don qui te donne beaucoup d’amour et de compassion pour les animaux et les êtres en général, humains aussi, et que tu dois utiliser ton intuition et la développer pour te permettre de trouver ta mission sur terre.

Si je te suis revenue en chat, c’était pour endosser un rôle de chat dans cette incarnation et pour t’apprendre le détachement affectif. Tu as su à travers moi panser les blessures du passé, mais il y a encore un travail à faire puisque tu ressens toujours encore aujourd’hui mon départ comme un abandon, et tu as du mal à l’intégrer et à l’accepter. Tu te sens bien vide à l’intérieur de toi. Seule moi peut le combler ce vide et je te reviendrai après m’être reposée et ressourcée, afin de reprendre mon travail auprès de toi et t’aider à évoluer sur ton chemin.

Le chat qui t’a léché les pieds c’est moi qui te l’ai envoyé pour te faire comprendre que je suis  encore là et le serai toujours. Oui tu as capté beaucoup de choses ces dernières semaines et tu as à présent la certitude que ce que tu ressens est très juste et qu’il y a une vie après la mort. Ouvre-toi des portes, apprend à communiquer avec les animaux et laisse-toi guider, je serai là à tes côtés pour t’aider dans ta mission.

Je me sens bien de nouveau, toute légère et plus aucun bobo, mais tant que reste figée devant le pont je ne peux prendre du repos et préparer mon retour et toi tu ne peux faire ton deuil et trouver la paix. Après mon passage au jardin des animaux tu te sentiras apaisée et je pourrai encore t’envoyer plus de signes. C’est normal que tu sois triste, mais moi ce que je veux c’est te voir rire et heureuse.

Je t’aime d’un amour incommensurable et cet amour est éternel même si nous sommes séparés quelque temps. Ce ne sera pas long, l’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas et lorsque tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin. Ce sera une évidence pour toi, le doute ne te sera pas permis lorsque tu me verras, ton intuition saura que c’est moi, que c’est une certitude. Ne tarde pas, exploite et développe tes capacités et tu auras de grandes et belles surprises et surtout des réussites.

Un petit mot pour mon papa, lui aussi je l’aime, tout comme toi, c’est un être empli d’empathie et de sensibilité, beaucoup de sensibilité, vous vous êtes bien trouvés.

Puis elle s’est adressée à moi pour me dire

Merci, merci d’être là et de nous avoir permis cet échange, je me sens prête maintenant à rejoindre l’autre rive.

Puis sans aucune hésitation elle a traversé le pont et s’est noyée dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Poupoute, à bientôt !