La rencontre avec OSSWALD s’est faite au bord d’une route. Il était assis et regardait les voitures passer, son regard était éteint, absent et n’exprimait ni peur ni tristesse.

Je me suis doucement approchée de lui, j’avais comme l’impression qu’il ne m’avait pas aperçue et j’avançais très lentement pour ne pas l’effrayer, lorsqu’il a tourné la tête vers moi pour me dire :

Ne t’inquiète pas, je sais qui tu es, je sais que c’est ma maman, ma petite maman chérie qui t’envoie à moi et je suis très content que tu sois là. Je reste là, je regarde cette route, je suis du regard les voitures qui roulent très vite et je me dis ici ce n’est plus ma place. En même temps je reste là, figé comme une pierre, comme si on m’avait fixé à cet endroit.

Ils sont tristes et je le suis aussi, je le suis surtout pour eux car moi je sais que je peux les retrouver très vite si tu m’aides à faire le passage, mais eux, seront-ils très vite prêts à me reprendre ?

Je lui ai dit bonjour, je me suis présentée à lui pour lui expliquer que j’avais effectivement un message pour lui de la part de ses gardiens et aussi quelques questions à lui poser :

On voulait te dire que depuis ce jour où tu nous as quittés précipitamment nous sommes terriblement tristes et en colère contre le destin. Ben et moi t’aimons très fort tu es notre bébé. Pendant ce court temps tu as été notre rayon de soleil de tous les jours, tu étais un membre de le famille on faisait tout à 3 et on adorait tes câlins…Tu laisses un grand vide dans la maison et dans notre vie…J’aimerais que tu ailles te reposer tranquillement au jardin des animaux, tu as été le meilleur des chats tout ce qu’ on a souhaité tu nous l’as apporté. 

As-tu été heureux parmi nous? As-tu ressenti quelque chose ce matin-là tu n’avais pas envie de sortir ? Quelle était ta mission auprès de nous? Reviendras-tu dans notre vie? Si oui sous quel forme et dans combien de temps?

On t’aime très fort tu nous manques continue de venir me faire des signes et me dire bonjour.. 

 Après lui avoir lu leur message, il s’est levé et est venu vers moi.

Moi aussi je les aime, je les aime tant, ils sont ma maman et mon papa et j’ai été choyé, dorloté comme leur bébé. Quelle chance il aura ce petit un jour avec de si gentils et doux parents. Ils m’ont respecté et aimé comme un membre de la famille. Oui j’étais leur bébé, leur petit garçon et je me suis senti si bien avec eux.

Je ne suis pas resté longtemps dans cette incarnation, mais ces quelques mois ont été que du bonheur. Je sais que je laisse un grand vide dans leur cœur et leur maison et ils ont besoin de moi, de mon énergie pour reprendre confiance en la vie et les aider à avancer sur leur chemin.

J’étais un chat de type timbre-poste et j’étais là pour m’occuper de leurs énergies, pour supprimer tout ce qui ne leur appartenait pas, mais aussi pour apprendre le détachement affectif à ma gardienne. J’étais là pour l’aider à vivre sers relations affectives avec fluidité, sans dépendance, ni co-dépendance. J’étais là pour l’aider à construire sa vie affective en toute sécurité, sans peur et sans angoisse du lendemain.

On ne l’a pas toujours rassurée affectivement, elle a connu des manques et la confiance en soi, l’équilibre n’est pas certain et stabilisé. Pour aimer il faut se sentir aimé et ressentir cette grande force qu’on a en soi et qui vous permet de se reconnecter à son petit enfant intérieur pour avancer sur son chemin.

Et mon âme aspire à lui revenir pour continuer ma mission. Celle-ci avait à peine commencée et je me dois de reprendre ce travail.

Mon départ n’était pas prévu, c’est un malheureux accident de la vie que j’aurais pu éviter si je m’étais écouté, je n’avais pas trop envie de sortir, mais le destin comme elle dit en a voulu autrement. Seulement voilà, mon départ rapide et brutal, leur souffrance, leur révolte et colère m’empêchent aujourd’hui de rejoindre le jardin des animaux. Je suis très content que tu viennes me transmettre leur message et je sais qu’après notre discussion tu m’aideras à faire le passage.

Je suis rassuré de savoir qu’ils pourront commencer à faire leur travail de deuil, ils se sentiront plus apaisés lorsque je serai au paradis des animaux, car tant que je reste dans les environs, je leur pompe leur énergie.

Dis-leur de ne pas être en colère, je n’ai pas souffert, le choc était violent et je suis aussitôt sorti de mon corps et je savais que seul un passage dans l’au-delà me permettrait de m’incarner dans le corps physique d’un autre chat. Mon âme aspire à leur revenir très vite, dis-leur de se mettre à ma recherche lorsque j’aurai traversé le pont et je me mettrai sur leur chemin.

Ils ne doivent pas avoir peur ni avoir de doute, ils sauront me reconnaître. Lorsqu’elle me verra, au premier regard elle saura que c’est moi. Ce sera une évidence. En attendant je lui ferai des petits signes sauf qu’à partir du moment où je serai au jardin des animaux, je peux me ressourcer très vite et j’ai la possibilité de me réincarner sur le plan terrestre. Tant que je restais entre deux, cela n’était pas possible.

Je me charge de leur transmettre tes messages et réponses Osswald. Es-tu maintenant prêt à partir ?

Je le suis et je suis pressé de rejoindre ce haut-lieu afin que nous retrouvions tous les 3 la paix et l’harmonie dans nos cœurs et esprits.

Puis nous nous sommes avancés sur un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque nous sommes arrivés devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci, merci à ma maman, ma petite maman chérie, merci à mon papa et merci à toi de m’avoir accompagné.

Puis il a traversé le pont très vite et s’est noyé dans la magnifique lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Osswald, paix à ton âme !