La connexion avec Paco a eu lieu dans cette belle clairière qui se trouve juste avant l’entrée du paradis des animaux. Il était couché de tout son long sur le ventre, dans l’herbe d’un vert fluo. Lorsqu’il m’a aperçue, il s’est levé très souplement et est aussitôt venu vers moi. Je lui ai expliqué la raison de ma présence, je lui ai lu le message de ses gardiens ainsi que les questions :

Mon beau Pacco, nous étions si heureux et fiers en ta compagnie, tu étais aimé de tous.
Tout petit tu étais si craintif et au fil des années tu étais devenu un chien très épanouis
tu nous a donné tant d’amour et de joie, vivre sans toi reste très douloureux..
Je veux le meilleur pour toi, tu resteras à tout jamais dans nos cœurs.

– Comment vas-tu ?
– Qui t’as accueilli ?
– Sais-tu si un jour tu reviendras sur terre, et si oui viendras tu vers nous ?
– Quels souvenirs gardes tu de notre vie ensemble ?
– De quoi as-tu envie ?

J’ai mis un peu de temps à monter, ça ne s’est pas fait en quelques jours, il leur a fallu un peu plus de temps pour accepter mon départ, et je suis dans cet endroit magique où ne règnent que paix et harmonie que depuis quelques jours. Je savais qu’elle allait avoir besoin de prendre contact avec moi et j’ai décidé de t’attendre ici pour t’accueillir en toute intimité, et profiter de notre échange avant de rejoindre mes congénères qui se trouvent juste derrière moi.

Tu vois la porte blanche ? C’est la porte d’entrée du jardin des animaux et là-bas il y a du monde, il y a des animaux de toutes sortes et des anges, je ne pourrais te dire combien, c’est impossible de les compter. Je suis déjà monté et redescendu plusieurs fois et je n’avais pas peur de partir.

Je savais, lorsqu’ils m’ont opéré, que je ne pourrais plus les accompagner longtemps. Le mal me rongeait de l’intérieur et je préparais mon départ depuis la fin des frimas de l’hiver. J’étais prêt et je n’avais pas peur, mais mon départ rapide a été un grand choc pour eux, ils ne s’y attendaient pas et surtout pas aussi vite, ils ont eu des difficultés à me laisser partir. Ce n’est que lorsque j’ai senti que la boule dans son estomac commençait à disparaître que j’ai décidé de faire le passage.

On m’attendait, je n’étais pas seul, il y avait des animaux que j’ai connus (chiens) mais aussi des humains et puis il y avait sa grand-mère. Elle était là pour m’accueillir, elle m’a tendu les mains et guidé pour traverser le pont des fleurs et jusqu’à la 1ère marche de l’escalier de l’arc en ciel.

Autant petit j’étais un chien très peureux car pas socialisé correctement, autant ma vie avec eux a été heureuse et rassurante. J’ai vécu des années merveilleuses avec eux et je les remercie de m’avoir permis d’acquérir cette belle  confiance en moi et cet épanouissement qui me relie aux énergies divines. En sa présence j’ai changé de plan vibratoire et j’ai partagé avec beaucoup de joie la vie de famille avec les plaisirs et les tracas du quotidien, mais surtout je l’ai aidée à s’élever spirituellement, j’ai adoré les moments de méditation où nous ne faisions qu’un.

Je suis relié à son âme et le resterai jusqu’à la fin des temps, où que je sois je peux continuer à la protéger et veiller sur elle et sur les enfants et toute la famille. J’étais déjà avec elle et je lui reviendrai encore, car elle a toujours encore besoin de ma présence et de mon soutien pour continuer à avancer sur son chemin.

Depuis mon départ, son petit enfant intérieur est en souffrance et je pourrai à mon retour, panser et guérir ses blessures. Et puis c’est une belle aventure que de me balader avec eux, de courir, attraper et rapporter les balles et les bâtons.

Dis-leur merci pour leur beau message d’amour, moi aussi je les aime et même si je peux les voir et leur faire des signes, les câlins, leur présence physique me manquent aussi. J’ai été très fier aussi de m’épanouir dans une famille sereine, heureuse et unie et j’ai bien entendu envie de leur revenir très vite. Depuis quelques jours je me repose, me ressource et prépare déjà mon retour, car mon âme aspire à les retrouver très vite. Ce ne sera pas long, lorsqu’ils se mettront à ma recherche je me mettrai sur leur chemin. Qu’ils me fassent confiance comme je leur ai toujours fait confiance et nous nous retrouverons très vite. Sans moi il lui manque une partie d’elle, elle se sent bien vide à l’intérieur et seul moi peut le remplir, ce vide.

A très vite ma maman, ma sœur, mon âme sœur, je t’aime.