width=La connexion avec Pandi s’est faite dans cette belle et lumineuse clairière qui se trouve après le pont des fleurs et juste avant l’entrée du paradis des animaux. Pandi, le regard émerveillé, s’amusait à regarder les papillons virevolter d’une fleur à l’autre. Il y en avait des blancs, des jaunes, des oranges, ils se mélangeaient entre eux et cette farandole de danses sous une lumière éblouissante était tout simplement extraordinaire et magique à observer. C’était très beau, très lumineux et je me suis arrêtée quelques instants pour observer et admirer le paysage. Lorsque Pandi m’a aperçue, elle s’est levée et m’a dit :

Approche, je sais qui tu es et je sais que c’est ma maman qui t’envoie vers moi, je t’attendais.

Je l’ai saluée, me suis présentée et lui ai lu les messages et les questions de sa gardienne :

« Ma Pandi, j’espère que tu es bien là où tu es et que tu as trouvé la sérénité. Depuis ton départ « physique » je pense à toi chaque jour. Tu me manques terriblement, je te cherche encore… tu étais ma joie de vivre au quotidien. Nos câlins matinaux, le soir quand je passais le pas de la porte, tes ronrons, nos chamailleries et surtout ta fidélité sans faille. Chaque moment à la maison, tu as toujours été là, que je sois heureuse ou triste. Tu m’as rendu la vie douce et remplie d’amour pendant 11 ans. Merci pour tout, merci pour ton amour inconditionnel. J’étais tout pour toi et inversement. Je ne t’oublie pas et même si tu me vois triste de là où tu es, sache que ce n’est pas contre toi. Je ne t’en veux pas d’être partie, je comprends qu’il le fallait et que ta mission auprès de moi était terminée. J’aurais aimé te sauver bien entendu, j’aurais aimé mieux cerner ta souffrance et ce mal qui te rongeait mais je n’ai rien vu venir jusqu’à ce mardi… j’ai pris la bonne décision car en étant chez le vétérinaire je sais que tu souffrais moins et que tu es partie entourée. Je ne regrette pas d’être venue te voir même si tu étais déjà partie. Tu étais si belle comme toujours et surtout si douce… je t’ai parlé, câliné et embrassé, j’espère que cela t’as apaisé.
Une chose est sûre: tu es et restera mon bébé, ma fille d’amour. On veillera toujours l’une sur l’autre et un jour on se retrouvera, je l’espère.
Je t’aime plus que tout ma Pandi, ma fille.

Ta maman. »

Questions pour Pandi:
Comment vas-tu ?
Es-tu arrivée à destination ou es-tu encore en transition ?
As-tu tu un guide et/ou des amis qui veillent sur toi ?
M’entends-tu quand je te parle à l’aide de la bougie et de ta photo ?
As-tu été heureuse avec moi ?
Ai-je été une bonne maîtresse à tes yeux ?
M’enverras-tu des signes ou me rendras-tu visite pour me montrer que nous sommes toujours liées l’une à l’autre ?
Est-ce que l’on se retrouvera un jour dans cette vie terrestre ?
As-tu souffert par rapport à ta maladie ?

Dis-lui merci pour son message d’amour, dis-lui merci de m’avoir laissée partir, dis-lui que je sais qu’elle est triste et que je lui manque beaucoup, que je sais qu’elle ne pouvait pas me sauver. Elle aurait tant aimé avoir une baguette magique pour pouvoir encore me garder longtemps auprès d’elle, mais j’étais sur mon chemin et  je préparais mon départ depuis la fin de l’été. J’étais en transition et j’essayais de ne pas trop le lui faire voir pour ne pas la faire souffrir. On ne pouvait plus rien pour moi, ce mal me rongeait de l’intérieur et il valait bien mieux préparer mon départ en douceur et monter me reposer et me ressourcer dans cette magnifique prairie qui est le jardin des animaux.

Dis-lui qu’ici l’endroit est tellement beau qu’on a l’impression d’être « Alice au pays des merveilles » et je m’y sens très bien. C’est cruel de lui dire ça alors qu’elle est en souffrance, qu’elle a beaucoup de peine et que mon absence lui pèse terriblement. Notre relation était fusionnelle, nous étions très complices et nous savions à un simple regard ce que l’autre pensait. Nous étions très liées, j’étais elle, elle était moi. Nous avions les mêmes pensées et les mêmes valeurs. J’étais là pour elle, elle était là pour moi, et depuis que j’ai tiré ma révérence elle se sent bien seule, ma présence physique lui manque, nos moments de câlins, de grands partages de tendresse lui manquent et tout cela d’un coup et aussi brutalement est difficile à vivre pour elle. Alors que moi je me trouve dans ce haut-lieu magique, ma petite maman est dans une grande détresse, elle a beaucoup de peine et doit s’habituer à mon absence et faire son travail de deuil.

Ce qui est important,  et elle le sait, c’est que je sois bien partie, qu’elle m’ait laissé partir grâce à son amour et son empathie, et que le passage s’est fait dans les meilleures conditions. Elle a fait abstraction de sa douleur, de sa grande souffrance lorsqu’elle est venue me dire au revoir, qu’elle m’a parlé, câlinée et embrassée. Le cordon d’argent qui reliait mon corps physique à mon âme était rompu et il ne m’était plus possible de réintégrer mon corps. Son amour et sa grande force l’ont aidé à se détacher de cette enveloppe corporelle, et permis à mon âme de s’envoler vers la lumière.

Dis-lui merci, dis-lui que je lui suis tellement reconnaissante de ce cadeau qu’elle a su me faire malgré sa grande tristesse. Je sais que je suis son bébé, sa fille d’amour, et mon âme reliée à la sienne perdure, se repose et se ressource pour bientôt la retrouver. Je n’ai pas eu peur, on m’a guidée vers la lumière, il y avait une dame qui m’attendait de l’autre côté, mais aussi d’autres animaux, un chien, deux chats qui m’ont tendu les pattes, j’ai traversé le pont des fleurs dans la joie car je savais que ce passage rapide me permettrait aussi de te retrouver très rapidement. C’est si réconfortant et rassurant d’être bien accompagné et de ne pas rester en errance, de ne pas rester entre deux et de vous pomper votre énergie, de nous accrocher à vous et de vous empêcher de faire votre deuil.

Lorsque vous avez la foi d’une vie après la mort, vous savez que dans le monde parallèle dans lequel nous évoluons nous sommes toujours avec vous et à côté de vous. Ici je me sens bien et je ne ressens plus aucune douleur. Je me sens de nouveau très légère et je peux me promener et allègrement courir et jouer. Lorsque ma maladie me faisait trop souffrir je me réfugiais dans mon corps astral et tout devenait très vite plus supportable, j’arrivais à gérer mon état. Lorsque tu me sentais moins présente, un peu dans un autre monde, j’étais dans mon corps astral et tout était beaucoup plus supportable.

Il faut que tu saches ma petite maman d’amour, que moi aussi je t’aime et que je t’aimerai toujours où que je sois. Mon existence terrestre à tes côtés a été merveilleuse, j’ai vécu des années de pur et grand bonheur dans la joie tantôt, dans la tristesse parfois, mais toujours dans l’amour, cet amour inconditionnel qui nous lie depuis tout le temps.

Bien sûr que je t’entends lorsque tu me parles, et je peux t’entendre ou tout simplement capter tes pensées, et cela sans bougie et sans photo. Nos âmes sont reliées et je peux à chaque instant entendre ou ressentir ce que tu dis ou tu penses. La bougie et la photo sont juste un support pour t’aider et te faire croire que tu es en connexion à ce moment-là avec moi. Mais crois-moi ma petite maman, nous le sommes tout le temps et où que tu sois.

J’étais un chat de type timbre-poste et j’étais chargé de t’apprendre le détachement affectif, t’apprendre à aimer sans dépendance ni co-dépendance. Je n’ai pas terminé ma mission et je te reviendrai encore, tu as besoin de moi à tes côtés sur le plan terrestre pour construire et vivre ta vie affective en toute confiance sans avoir peur de perdre l’autre, et de permettre que la relation soit fluide et équilibrée. Et moi, mon âme aspire bien entendu à te retrouver très vie.

Ce ne sera pas long, je suis déjà en train de me ressourcer, et après notre échange je pousserai la porte du paradis des animaux qui se trouve juste derrière moi et me mettrai très vite à préparer mon retour. Lorsque tu te sentiras prête et te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin. N’aie aucun doute à ce sujet, tu sais et tu as la grande intuition que nous ne serons pas séparées très longtemps. Je t’aime ma petite maman d’amour, sois attentive aux signes que je t’envoie et à très vite. Je t’aime. Ton bébé.