width=Tes gardiens me demandent de te transmettre des messages et de te poser quelques questions Paquito, acceptes-tu de leur répondre ?

– Est ce que tu vas bien ?

– Pourquoi tu te mets à « faire le loup » la journée quand nous ne sommes pas là et même la nuit alors que nous sommes avec toi ?

– Est ce que tu souhaites avoir un ou une compagnie ? (Chien, chèvre…)

– Comment peut-on t’aider à ne plus avoir envie ou besoin de faire ça ?

– Pourquoi tu as besoin de mordre ton tapis ? C’est un tic que tu as pris ?

– Est ce que tu te sens bien à la maison ?

– Pourquoi ne manges tu pas beaucoup ? 

– Pourquoi essais tu de cacher ta gamelle de croquette ?

– Est ce que tu aimes bien les chevaux ?

– Qu’est ce qui te rend heureux ? Et qui te ferais plaisir ?

– Quelle est ta mission auprès de nous ?

– A tu un lien avec Paco ?

– As-tu quelque chose à nous dire ?

 Nous souhaitons te dire que nous t’aimons de tout notre coeur. 

Tu es mon petit bébé et je souhaite tellement que tu sois le plus heureux. Je tiens tellement à toi.

 Bien sûr que je veux leur répondre, et je suis très content qu’ils aient cette délicatesse de me parler. Dis-leur que moi aussi je les aime et surtout, surtout ma maman à qui je suis relié. Je suis son bébé, son grand bébé, son garçon.

Je vais bien, qu’ils ne s’inquiètent pas, je suis heureux avec eux et surtout très heureux de les avoir retrouvés. J’aimerais qu’ils me reconnaissent comme tel. Oui je suis Paco, même s’ils ont des doutes, c’est bien moi et j’ai besoin de leur faire comprendre et de savoir qu’ils m’ont reconnu, afin de retrouver ma vraie place dans leur foyer et auprès d’eux. C’est importent pour moi, mais aussi pour eux.

Lorsque je fais le loup, c’est tout simplement parce que je n’aime pas rester seul, que j’ai besoin d’une présence, et c’est pareil la nuit. J’aimerais pouvoir dormir avec eux. Désolé si cela vous dérange et vous réveille, mais je suis encore un petit garçon, ton bébé comme tu dis, et les bébés pleurent souvent la nuit ou lorsqu’ils sont seuls. Mais promis je vais essayer de faire des efforts.

Oui que j’aimerais avoir une compagnie, mais plutôt avec qui je peux jouer, m’amuser, donc un congénère oui, mais qui bien entendu soit plutôt relié à mon papa qu’à toi, que nous n’ayons pas la même mission.

La mienne est auprès de toi et je suis là pour t’aider à te reconnecter à ton petit enfant intérieur, afin que tu le chérisses et le nourrisses de tendresse lorsque tu me câlines. Et puis tu dois absolument prendre conscience qu’il est important d’être bien ancrée dans le présent, dans le ici et maintenant, afin de pouvoir avancer sur ton chemin en toute sérénité et avec beaucoup de confiance. Je suis là pour t’apporter cette force et cet équilibre.

Je me sens bien avec vous et si content d’avoir retrouvé la maison bien que je n’y étais pas trop habitué. Je suis resté que peu de temps dans ma précédente incarnation physique et c’est maintenant que je redécouvre le lieu.

J’ai un petit appétit, pas besoin de manger beaucoup, ni de me goinfrer. Je me rappelle que tu me disais toujours que j’étais beau et j’ai très envie que tu me le dises encore. Et puis n’ai-je pas une jolie frimousse ?

Le tapis, je le mords pour m’amuser, pardon de faire des bêtises, mais j’ai besoin d’exprimer et d’extérioriser mon énergie car j’ai un peu de mal à la canaliser tout comme toi (miroir). Et lorsque je cache ma gamelle de croquettes, oui c’est aussi par jeu pour stimuler un peu mon côté extra-sensoriel. Cela me permet de le développer.

J’aime bien les chevaux et me balader avec eux, oui ça me plairait beaucoup. Les grandes balades me font du bien même si je suis dehors dans le jardin, de pouvoir flairer les odeurs de congénères et du gibier, c’est très attirant et appréciable. Mais ne te pose pas trop de questions, profite du moment présent et vit chaque instant à fond, sans avoir peur de ne pas en faire assez, sans avoir peur de ne pas être à la hauteur de l’attente de l’autre. Sois naturelle et laisse faire les choses en toute conscience de l’autre et de son énergie, et ne soit pas trop maman « poule ». Pense à toi et à ton équilibre et pour cela il faut un peu lâcher prise avec ton mental. Cela vous concerne tous les deux. Materner, paterner, oui mais avec modération… Sans en devenir dépendant ou co-dépendant.

Je vous aime et je suis si heureux de pouvoir reprendre mon chemin avec vous, pour vivre une merveilleuse aventure ensemble dans le respect les uns des autres. Même si je suis encore ton bébé, je suis adulte à présent et il est important de savoir tempérer mes actions, et puis surtout apprendre à être socialisé correctement, cela m’a un peu manqué, ma génitrice était bien trop occupée avec la portée.

Mais cela passera au fil du temps, le tout c’est de ne pas trop me couver pour me permettre d’évoluer comme il se doit.