Ta gardienne est très inquiète pour toi Pepito et me charge de te transmettre des messages et de te poser des questions :

Je l’aime de tout mon cœur et je ferais tout mon possible pour qu’il soit le mieux possible une fois rentré à la maison et que son bien être est une priorité pour moi.

– pourquoi tu te mords?

– si tu as mal, où as-tu mal exactement ?

– comment puis-je t’aider, te soulager ?

– es-tu bien à la maison avec nous?

Dis-lui merci pour son message et dis-lui que moi je l’aime très fort aussi. Elle me manque, la maison me manque et ils me manquent tous. C’est si difficile pour moi en ce moment, je ressens souvent des douleurs très vives et j’ai souvent besoin de me réfugier dans mon corps astral pour mieux les supporter et les gérer. Et puis je ressens un lourd handicap et cette collerette me plonge dans un terrible effroi, j’ai du stress et des angoisses.

Je veux rentrer chez moi, j’ai besoin de retrouver mon territoire. Depuis ma première opération je porte des énergies qui ne m’appartiennent pas, et ici il y en a qui circulent jour et nuit. C’est très flippant de ne pouvoir m’auto-nettoyer avec les énergies de la terre. J’ai besoin d’aide et surtout j’aimerais rentrer à la maison et te retrouver.

Je l’ai rassuré et lui ai expliqué qu’il fallait patienter encore un peu, mais que sa gardienne ne l’avait pas abandonné, que c’était pour le soigner et pour son plus grand bien qu’il était hospitalisé.

Je comprends mais c’est difficile, j’ai un mal sournois qui me lancine et ça me démange aussi toute la patte, tout l’arrière me fait mal. J’ai besoin de me mordre, j’ai l’impression de moins ressentir la douleur lorsque les morsures me font mal, j’oublie le mal qui est omniprésent.

Dis à ma gardienne que je suis heureux avec eux et que je les aime, je suis très bien chez eux. C’est chez moi, et d’être obligé de rester ici est une double punition pour moi.

Je l’ai encore une fois rassuré lui expliquant que c’était pour son plus grand bien, et il m’a répondu « Si tu le dis… » Difficile de le convaincre. Pepito manque terriblement de patience et il m’a demandé si on ne pouvait pas trouver une autre solution ? Je lui ai dit que je vais voir avec sa gardienne mais je craignais fort qu’elle puisse avoir le choix et que ce n’était qu’une question de jours et de temps.

Je vis dans le présent, dans le ici et maintenant et c’est maintenant que je veux rentrer à la maison. Dis-lui merci pour les bons soins qu’elle m’apporte, dis-lui que je lui suis très reconnaissant et qu’il me tarde de la retrouver et de retrouver mon autonomie, d’être débarrassé des douleurs, de cette invalidité et de toutes les énergies qui ne m’appartiennent pas.

Encore une fois j’ai réitéré être là pour l’aider, que c’était sa gardienne qui m’envoyait à lui pour lui apporter des soins et du réconfort afin qu’il retrouver de la sérénité, qu’il n’ait pas peur d’être seul dans cette cage et que je ferais tout ce que je pouvais pour le soulager. Il m’a regardée très tristement et m’a dit merci.

Pardon pour cette ingratitude, mais c’est si compliqué, c’est si difficile pour moi, sans compter les bobos qui vont et viennent mais ne disparaissent pas. Dis-lui de venir me voir, elle me manque et j’ai besoin de la voir. Merci pour tout.