width=

Je souhaiterais lui dire qu’il me manque énormément et à son frère le Bouvier Bernois aussi… Lui dire que je l’aime énormément, que je pense tous les jours à lui…

J’espère avoir été une bonne maman pour lui? Est ce qu’il a été heureux à la maison? Est ce qu’il m’en veut de quoique ce soit?

Dites-lui aussi que je penserai à lui jusqu’à mon dernier souffle, et qu’il était un super chaton…

Ses yeux si tristes quelques instants auparavant ont changé d’expression et je pouvais à présent y lire de la joie et de l’espoir.

Que je suis heureux que tu sois venue me donner ce message, que je suis heureux de pouvoir t’en donner un pour elle, et surtout lui dire que moi aussi je l’aime, qu’elle est ma maman, j’étais son petit bébé, son petit garçon et je sais combien je lui manque. Elle était bien plus qu’une gardienne pour moi, je me suis senti être un membre de la famille et j’étais le petit dernier, celui qu’on choye et câline beaucoup.

Dis-lui que je suis désolé pour la peine que je lui inflige, je n’étais pas très prudent, la route était mouillée et cette voiture a bien essayé de m’éviter, elle a freiné, mais sur route mouillée elle a chassé et elle m’a heurté. Le choc a été violent, la douleur a été très vive, si vive que je suis aussitôt sorti de mon corps et puis plus rien. Je me suis vu couché sur la route, la dame s’est arrêtée, m’a ramassé et déposé sur le bord. Mais elle a bien vu qu’on ne pouvait plus rien pour moi. Elle pleurait, pleurait et cela m’a fait beaucoup de peine, d’autant plus que je savais que ce serait encore pire pour toi ma tendre maman lorsque tu me trouverais, et que le choc serait tout aussi violent et dramatique pour toi.

Ne t’inquiète pas, je n’ai pas souffert longtemps, c’était l’espace d’un très bref instant, c’était fulgurant et puis je me suis vu flotter, léviter au-dessus de mon corps physique et je savais qu’il me serait impossible de le réintégrer. Pardon pour mon imprudence, pardon pour la souffrance que je te crée et surtout pardon d’avoir été vadrouiller et avoir traversé la route.

C’était un accident, mon départ n’était pas programmé, et depuis ce terrible drame, je reste là, tantôt au bord de cette route, et tantôt je t’accompagne partout où tu vas et je partage ton quotidien. Mais tant que je reste dans ton entourage, je pompe, je puise dans votre énergie et en celui de mon copain aussi, pour qui c’est bien inconfortable car lui peut me voir et cela le perturbe énormément.

J’ai besoin d’aide pour faire le passage et j’ai très envie de le faire le plus vite possible afin de pouvoir me reposer et surtout me ressourcer. Et lorsque je serai monté au jardin des animaux, tu pourras toi enfin commencer ton travail de deuil.

Je sais et je sens combien tu penses à moi tout le temps et lorsque je serai dans l’au-delà tu retrouveras un peu de sérénité dans ton cœur et ton esprit.

Moi aussi je t’aime et j’ai vécu quelques mois exceptionnels à tes côtés. Tu as été une maman tellement merveilleuse que j’ai très envie de te retrouver au plus vite. Un court passage au paradis des animaux me permettra de te revenir dans un corps physique sur le plan terrestre et il me tarde de te revenir. Je n’ai jamais manqué de rien et n’ai vécu que des moments de grand bonheur. Oui j’ai été très heureux jusqu’à cet accident et je ne t’en veux pour rien.

Surtout ne culpabilise pas, mon départ n’a rien à voir avec toi, c’était un malheureux accident, un malheureux concours de circonstance.

J’étais un chat de type timbre-poste et je n’avais pas vraiment commencé mon travail auprès de toi. Je suis bien entendu pressé de revenir pour le démarrer et le mener à bon terme. Je suis chargé de t’apprendre le détachement afin d’avancer sur ton chemin en toute confiance sans peur de souffrir de dépendances ou co-dépendances. Tu doutes souvent de toi et tu as besoin de moi et de mon énergie pour te sentir forte et t’affirmer dans la vie.

Nous avons encore de belles choses à vivre ensemble et j’aimerais bien, après avoir rejoint le jardin des animaux, que tu te mettes à ma recherche afin que nous puissions continuer notre belle histoire et aventure ensemble. Cela nous apportera plus à tous les deux et tu pourras de nouveau te nourrir de tendresse lorsque tu me caresseras.

N’aie aucun doute, dès que tu te mettras à ma recherche je me mettrai sur ton chemin ma douce et tendre maman d’amour.

Puis il s’est levé et il est venu à côté de moi. Je lui ai dit que je me chargerai de transmettre ses messages et lui ai demandé s’il était prêt à présent à faire le passage.

Plus que jamais.

Puis nous nous sommes avancés sur un chemin qui s’est ouvert à nous, et qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux. Lorsque je me suis arrêté devant le pont des fleurs, il l’a traversé rapidement et s’est noyé dans la belle lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Popeye repose-toi et ressource-toi !