La connexion avec POUPOU s’est faite dans cette magnifique clairière où toutes les couleurs sont amplifiées, l’herbe vert fluo et des fleurs de toute sorte jaune, orange, rouge vif et éclatant. POUPOU était allongée de tout son long et s’amusait à regarder voler les abeilles et les papillons d’une fleur à l’autre.

Je me suis approchée très doucement et elle a tourné la tête vers moi pour me dire :

Tu peux venir à moi sans problème, je n’ai pas peur, je sais qui tu es et je t’attendais. Je sais que c’est ma maman qui a fait appel à toi et je suis très heureuse de pouvoir te laisser un message pour elle, qui lui enlèvera tout doute et lui permettra enfin de retrouver espoir et surtout de commencer son travail de deuil.

Dis-leur qu’on m’a aidé à faire le passage, mais je suis restée là à t’attendre avant de pousser la porte du paradis des animaux, car je savais qu’elle aurait besoin d’en savoir un peu plus.

POUPOU, ta gardienne m’a en effet envoyée vers toi pour te transmettre un message et elle aimerait aussi que tu répondes à ses questions :

Nous voudrions savoir si nous avons bien fait de nous « acharner » à essayer de la soigner dans le but qu’elle guérisse et qu’elle voie le printemps, qu’elle retourne dehors faire des binkies, et s’éclater, libre comme au printemps/été 2018. Nous voudrions savoir ce qu’il s’est passé à la clinique, comment elle est partie, et ce qu’elle avait réellement comme maladie, et comment elle l’a contractée…si elle était heureuse avec nous et les autres animaux. On voudrait s’excuser de ne pas avoir pu la sauver, nous excuser parce que ses dernières heures ont dû être stressantes, et qu’on pensait la récupérer, vivante. On voudrait s’excuser également de toute la tristesse depuis. On regrette amèrement de ne pas pouvoir la voir s’amuser dehors mais nous l’avons gardée au chaud, pour la protéger. Et nous voudrions savoir si nous avons bien fait de la récupérer et de l’avoir remise à la terre près de nous, dans le jardin dans lequel elle était si heureuse l’année dernière. 

Nous espérons la retrouver dans cette vie terrestre, bien sûr, et lui souhaitons plein de bonheur si elle doit décider de continuer sa vie sans recroiser notre chemin. Et de lui dire qu’on l’aime énormément. Et qu’elle nous manque.

Tu vois combien son message et les questions qu’elle se pose sont emplis de tristesse, de souffrance et surtout d’incompréhension. Mon départ si rapide ne lui a pas laissé le temps de s’y préparer et moi non plus, mais j’ai eu de l’aide pour faire le passage et je l’en remercie.

Dis-lui, dis à ma maman que son bébé a vécu une vie heureuse et remplie d’amour et de tendresse. Je n’ai manqué de rien, j’ai eu des câlins et on m’a bien soignée. Vous ne pouviez faire plus, cette maladie ne m’a pas laissé de chance, elle était infectieuse et mon petit cœur n’a pas résisté.

Ce départ un peu brutal te donne l’impression de n’avoir pas fait ce que tu devais faire pour me protéger, mais il n’en est rien. Ne culpabilise pas, tu as fait tout ce que tu pouvais faire et je n’avais aucune chance. Mes poumons, mes reins étaient très faibles aussi et mon petit cœur, malgré mon jeune âge, déjà bien usé.

Il vaut mieux que je remonte au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer. Cela me donnera très vite la possibilité de préparer mon retour. Contrairement à ce qu’on t’a dit, ma mission auprès de toi n’avait même pas encore commencé et je te reviendrai sous la même forme pour la démarrer.

Vous avez bien fait de me mettre en terre dans votre jardin, mais ce n’est que mon corps physique, mon âme est éternelle et aspire bien entendu à te revenir sous la même forme. Ne sois pas triste et malheureuse, ce ne sera pas très long et tu auras de nouveau la chance de me voir faire des cabrioles dans l’herbe, de courir et galoper dans tous les sens, danser, me cacher, avoir de grands moments de délire et de folie. Je suis une lapine enjouée et joueuse et je me suis laissé entraîner dans un tourbillon de plaisirs, et ces quelques mois ont été merveilleux.

Je sais que vous m’avez gardée au chaud pour m’aider à guérir, mais j’étais bien trop fragile et vulnérable, cette bactérie de pardonne pas. Mais rassure-toi ce n’est pas parce que je suis partie si jeune que ma mission auprès de toi est terminée.

La leçon à retenir signifie peut-être qu’il faut savoir refermer certaines plaies de notre vie et je te reviendrai pour t’aider à te protéger et te défendre. Ne t’inquiète pas, nous sommes reliées toutes les deux et depuis bien plus longtemps que ces quelques mois de cette incarnation terrestre.

Ne sois pas triste et fâchée d’avoir essayé de prendre contact avec moi avant que mon âme soit montée, tu ne pouvais pas savoir et je te remercie parce que tu as bien ressenti qu’il fallait reprendre contact avec moi, que notre histoire ne pouvait pas s’arrêter aussi brusquement du jour au lendemain. Nous avons encore une belle histoire à vivre ensemble, ce ne sera pas long.

Mets-toi très vite à ma recherche et nous pourrons continuer notre belle histoire ensemble.

Je t’aime ma mamounette d’amour.