width=La rencontre avec Prunelle s’est faite dans cette jolie clairière, avec des herbes d’un vert très fluo et des petites fleurs printanières (primevère, pâquerettes, violettes, pissenlits…) Elle était couchée de tout son long dans les herbes et semblait admirer le paysage. Lorsque je me suis rapprochée d’elle, elle m’a dit :

Ici c’est un endroit où je fais une petite halte avant de pousser la porte du paradis des animaux qui se trouve juste devant toi. C’est très calme, il y a des animaux  qui passent et certains s’arrêtent parfois et comme moi y restent un petit peu. Moi j’avais très envie de partager ce moment, cet échange avec toi, avec elle, dans cette si attrayante clairière et je peux savourer avec grand plaisir cet instant où je peux communiquer avec elle.

Ta gardienne me charge justement de messages pour toi et acceptes-tu de répondre à quelques questions ?

Bonjour ma prunelle.

Il y a quelques semaines nos chemins se sont séparés. Cela a été si rapide et inattendu que ni toi ni moi ne nous y étions préparées (surtout moi).  Face à ta subite régression physique due à ce mal intérieur,  il a fallu que je t’emmène chez le vétérinaire qui a dû te garder  5 jours. Je n’ose imaginer le désarroi et la peur que tu as dû vivre durant cette période dans cet endroit où de nombreuses souffrances morales et physiques se côtoient. Et puis je t’ai récupéré ce vendredi soir en apprenant  l’incurabilité de ta maladie. J’ai  pu voir comme tu étais heureuse de rentrer et durant tout ce weekend, je ne t’ai pas quitté et ai espéré du mieux mais ce ne fut pas le cas. Je t’ai donc ramené chez le vétérinaire pour abréger tes souffrances  et t’ai accompagné jusqu’à ton dernier souffle en te murmurant  l’amour que je te portais et le fait que désormais tu étais libre. Pour moi ce fut un crève-cœur car subitement et soudainement, plus rien : 18 ans de présence et d’amour envolés comme cela. C’est comme si le temps s’était arrêté. Aujourd’hui, la douleur de ton absence des 1ers jours s’estompent car je sens ta présence dans la maison et surtout dans mon cœur.  Il y a 18 ans quand je t’ai vu, j’ai su que c’était toi et je t’ai élevé comme mon bébé. Il y eu des moments heureux et d’autres plus difficiles comme la perte de Sami, ce petit chien qui a partagé notre vie pendant  11 ans. A chacun de mes moments de tristesse, tu étais là pour me réconforter. Tu m’as apporté tellement de bonheur. De mon côté, je réalise que je n’étais pas toujours présente et pour autant, tu n’étais jamais fâchée et accueillais volontiers  mes caresses.  Je t’aime et je t’aimerai toujours. Il y a dans tes yeux une force que je ne saurai décrire….Je regarde toutes ces photos de toi prises au hasard de tes nombreuses poses et je ne pleure plus car je lis dans ton regard toute cette sérénité et cela m’apaise , c’est incroyable.

Ma prunelle, j’espère que tu es au jardin des animaux et que tu vas t’ ý ressourcer très vite car je n’aspire qu’à une seule chose c’est  ton retour. Partir pour mieux revenir, partir pour mieux renaître, partir pour revivre…Tu ma manques et je t’attends. Aussi, à très très vite ma puce.

Maintenant quelques questions.

1) Etant donné ta subite et soudaine disparition, est ce que tu te sentais partir et que c’était la fin ?
2) As-tu ressenti ma présence et mon amour au moment où tu t’es endormie dans mes bras ?
3) As-tu été heureuse durant toutes ces années auprès de moi ?
4) Chaque soir, j’allume une bougie et t’envoie des mots d’amour et te demande si tout va bien pour toi maintenant, les entends-tu ? Je sens ta présence mais as-tu la possibilité de me faire un signe notable ?
5) As-tu retrouvé des connaissances, as-tu pu voir Sami ?
6) Je souhaite de tout mon cœur que tu reviennes , est ce que toi aussi, tu le souhaites ? Est-ce que ce sera pour bientôt ? Et comment saurai- je que c’est vraiment toi ?

Je sens que ma présence physique te manque, les caresses et les câlins aussi. A moi aussi, car j’adorais me faire chouchouter. J’ai eu un peu de mal les 2 premiers jours, je suis restée à tes côtés parce que mon départ si rapide t’avait choquée et complètement anéantie. Puis tu as compris que c’est pour me reposer et me ressourcer que je suis partie, et l’amour a pris le dessus.

Tu m’as envoyé des pensées d’amour et de lumière et j’ai eu la chance que Sami soit venu pour m’accueillir. Il m’a guidé et fait traverser le pont des fleurs, et de l’autre côté, plusieurs animaux et humains m’attendaient. Ensemble nous avons pris l’escalier de l’arc en ciel et si je suis restée dans cette belle prairie, c’est pour profiter de cette connexion avec toi d’esprit à esprit.

J’avais ce besoin d’être seule car je te connais bien, et je savais que tu mettrais tout en œuvre pour me parler. Moi aussi je t’aime et même si je t’entends lorsque tu me parles et que je te fais sentir que je me manifeste parfois à toi, tu ne peux me voir ni m’entendre.

Je veillerai à t’envoyer des signes plus perceptibles, mais comme toi, mon âme aspire à te revenir très vite. Tu sais, j’étais sur mon chemin depuis quelques mois et je préparais mon départ. Toi tu n’as pas voulu le voir parce que c’était trop difficile de me laisser partir. J’ai eu une vie de princesse auprès de toi. Je me suis sentie être à la fois ton bébé, ta fille mais aussi une compagne qu’on est heureux de retrouver à son retour le soir.

J’étais un chat de type timbre-poste et ma mission consistait à t’aider à te détacher des relations malsaines qui font trop souffrir. J’ai bien accompli mon travail et je méritais de monter me reposer et me ressourcer. J’étais là pour te soutenir et t’apporter de la sérénité au quotidien.

Mon absence ne doit pas remettre en question cette force que tu as en toi à présent, elle doit au contraire te conforter dans la foi et la confiance. Il y a une vie après la mort et j’en suis la preuve. Là-haut l’espace-temps n’est pas le même que sur terre, et je pourrai, après quelques semaines, te revenir. Tu as besoin de mon énergie et de ma tendresse et moi aussi. N’aie aucune crainte, je saurai me mettre sur ton chemin lorsque tu te mettras à ma recherche, et ce sera comme à mon arrivée chez toi, une évidence, n’en doute pas.

Tu m’as accompagnée lorsque j’ai fait le grand saut, malgré la cruelle douleur que tu as ressentie et je suis fière de toi. De l’            amour, de la compassion, une maman qui du cœur, m’ont permis de faire rapidement la transition, et l’univers est venu à mon secours et m’a envoyé tous ces humains et animaux qui se sont chargés du reste.

Lorsque tu lis cette force dans mes yeux, c’est une force spirituelle et divine et je te renvoie le miroir. Je t’aime et il me tarde de te revenir pour t’aider à avancer sur ton chemin de lumière. Je t’aime ma maman d’amour. Je vais, après cette connexion, rejoindre Sami et les autres, je sais que Sami a envie de partager un peu de temps avec moi et peut-être bien qu’il aura, lui aussi, envie de te revenir et que nous serons 2 à frapper à ta porte.

A bientôt et merci pour tout ce que tu as fait pour moi, je sais que c’était une épreuve difficile.