width=La rencontre avec Pompon s’est faite sur le chemin qui mène au pont des fleurs. Il était assis à moitié dans l’ombre et à moitié dans la lumière. Il me semblait voir une ligne verticale le traverser de la tête aux pattes, en plein milieu de son corps. Je me suis arrêtée car j’étais scotchée, tellement c’était évident, et avant même que je ne me présente à lui pour lui expliquer les raisons de ma présence, il m’a dit :

Oui tu as bien capté, une partie de moi est attirée par la lumière et l’autre partie est dans l’ombre, je reste là moi aussi, scotché à cet endroit, car j’ai du mal à continuer mon chemin pour faire mon passage. Je lui ai pourtant envoyé un nouveau compagnon pour l’aider à déculpabiliser et faire son deuil, mais mon départ leur suscite à toutes les deux encore trop de tristesse et de regrets, et cela m’empêche de rejoindre le jardin des animaux.

Je me suis présentée et lui ai dit que j’avais justement des messages et des questions pour lui de la part de ses gardiennes, et qu’après notre échange je l’accompagnerais jusqu’au pont des fleurs. Il s’est levé et est venu jusqu’à moi pour me lécher la main droite puis la gauche et je lui ai demandé l’autorisation de le caresser. Il s’est mis à tournoyer autour de moi en poussant des petits aboiements, et lorsqu’il s’est calmé, je l’ai caressé longuement. Que c’était bon, doux et agréable de plonger mes mains dans sa fourrure. Il avait une odeur si particulière, il sentait si bon que j’y ai aussi plongé mon nez.

Je sais ça ressemble au miel, c’est à la fois subtil mais en même temps très collant. Puis il a retroussé ses babines en signe de rire.

Il m’a regardée, les yeux espiègles et m’a dit :

De nature plutôt très collant, scotché à elles la plupart du temps, j’ai tout comme elles, besoin de beaucoup d’affection et de tendresse.

Il n’avait pas besoin de me le préciser, j’avais bien compris qu’il était un chien affectueux et très démonstratif. Puis je lui ai enfin lu les messages et questions de sa gardienne.

Le meilleur des chiens, mon ange gardien.
J’aimerais savoir s’il m’en veut de ne pas avoir été là le dernier jour de sa vie.
J’aimerais savoir s’il a été heureux malgré sa santé très fragile et si je me suis bien occupé de lui.
J’aimerais qu’il sache qu’il a été mon ange gardien, que grâce à lui je me suis révélée et qu’il m’a réellement sauvé. Qu’il a été bien plus qu’un chien ou qu’un meilleur ami, il a été mon monde entier.
J’espère qu’il ne m’en veut pas d’avoir repris un nouveau chien depuis son départ et qu’il est heureux là où il est.
Et j’aimerais qu’il sache que ma maman qui était sa mamie a une peine immense depuis son départ et qu’elle l’aime infiniment, tout autant que moi.
Sa maman qui l’aimera toujours

Bien sûr que je ne lui en veux pas de n’avoir pas été à mes côtés le jour de ce triste départ, mais comment le pourrais-je ? Au contraire c’était bien mieux et rassurant pour moi de savoir qu’elle n’était pas là, c’était assez difficile pour elle et le choc l’a énormément bouleversé. Et puis j’étais sur mon chemin, je préparais mon départ malgré mon jeune âge, c’était mieux pour moi de remonter et me ressourcer afin de revenir plus tard, au moment opportun, dans le corps physique en pleine forme et en bonne santé.

Dis-lui que moi aussi je l’aime, je les aime elle ma maman mais aussi ma mamie et elles me manquent toutes les deux même si je peux encore les voir et les accompagner dans leur quotidien. Leur grande souffrance et leurs regrets m’empêchent de continuer ma route et je suis bien heureux qu’elle ait fait appel à toi pour me libérer. J’ai besoin de ton aide, tout comme elles deux, afin de leur permettre de retrouver la paix et l’harmonie dans leur cœur et leur esprit, et de pouvoir profiter de ce nouveau compagnon que j’ai guidé vers elles. Tant que je reste là, dans leur entourage, je leur puise leur énergie et ce toutou ne pourra trouver sa place dans la maison, car ma présence erratique le perturbe beaucoup.

Dis à ma maman que j’ai vécu que peu de temps avec elle, mais que ça a été une période bien pleine et remplie d’amour. Je me suis senti être son garçon, son fils, j’étais son bébé, sa peluche à poils et j’étais comblé. C’était du pur bonheur et malgré mon état de santé, je ne garde que de bons souvenirs. Dis-lui que j’étais son ange gardien et je le resterai de l’autre côté.

Ma mission consistait à la guider pour se reconnecter à son petit enfant intérieur et le nourrir de tendresse lorsqu’elle me chérissait, et elle a compris qu’elle avait une grande force en elle, que son monde entier comme elle le dit, elle l’a en elle et cela vaut tous les trésors du monde.

J’étais là pour lui permettre cette reconnexion avec son soi profond, et je peux à présent rejoindre le paradis des animaux et continuer à la protéger et lui apporter de l’aide divine de là-haut, aussi bien à elle qu’à ma mamie. Toutes les deux vous avez été des reines pour moi, et c’est si bon de se sentir aimé et choyé, je suis très heureux pour ce petit être que je t’ai envoyé, je sais qu’il sera aimé tout comme moi et bien entouré, car votre cœur à toutes les deux déborde d’amour et de compassion.

Ne soyez pas tristes et ne me pleurez plus, je veillerai sur vous de l’autre côté du voile et vous ferai des petits coucous.

Puis il s’est de nouveau mis à aboyer et à tournicoter autour de moi et j’ai compris qu’il était prêt à continuer sa route. Tous les deux nous avons emprunté ce chemin qui devenait tout lumineux, il y avait des petites fleurs rouges en forme de cœur un peu partout, comme si elles attendaient de sortir de terre en nous voyant avancer, et lorsque nous sommes arrivés devant le pont des fleurs, je me suis arrêtée, Pompon aussi, j’ai caressé une dernière fois sa belle et douce fourrure, il a aboyé un coup, m’a léché la mai pour me dire merci, puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Pompon, paix à ton âme.