width=Ta gardienne me demande de te rassurer Quandoline, elle ne t’a pas abandonnée, elle ne peut pas venir aussi souvent qu’avant te voir parce qu’elle est obligée, comme tous les humains, de rester chez elle en ce moment. Il y a une grave pandémie dans le monde et cette crise sanitaire nous oblige au confinement à domicile.

Je sais déjà tout cela. Dis-lui merci d’avoir la délicatesse de me prévenir, mais tu sais bien que nous les animaux, qui sommes reliés à la source, sommes à l’avant-garde et savons bien avant vous ce qui se passe et les tragédies qui se profilent.

Elle me manque et je me sens bien seule, mais je sais que ce n’est pas de sa faute, qu’elle fait du mieux qu’elle peut et je vais essayer d’être patiente. Tout comme elle, tout comme vous tous, ce qui m’importe le plus c’est qu’elle prenne bien soin d’elle et de tous ses proches. Et après elle pourra revenir me voir et nous rattraperons le temps perdu, bien que je sache qu’on ne peut jamais le rattraper. Ce qui est pris est pris et on va donc se dire que ce qui est encore à prendre est devant nous.

Sage réflexion de ma part alors qu’au fond de moi j’aimerais fouler les chemins forestiers en cet instant. Mais on va prendre notre mal en patience…

Peux-tu me dire comment tu te sens physiquement, as-tu des douleurs ? Comment as-tu trouvé le soin que l’osthéo t’a fait il y a un mois ? Car en ce moment c’est difficile de le faire revenir, lui aussi est obligé de respecter le confinement.

Oui j’ai des douleurs dans mes pattes, beaucoup de bobos dus à l’âge et c’est handicapant. J’ai ressenti des douleurs assez vives, différentes des autres, mais depuis que je suis plus immobile, cela va mieux. Je n’ai pas trop aimé ce soin, je ne peux pas vraiment dire qu’il m’a soulagé, et le courant avec la personne ne passait pas, je préfère l’autre.

Lorsqu’il y a du vent les douleurs s’accentuent, mais depuis quelques jours c’est moins prononcé et le soleil me fait du bien.