width=La rencontre avec Rimmel s’est faite au bord d’une route très fréquentée. Il était assis et me regardait d’un air penaud. Il était triste, ses yeux regardaient avec beaucoup de nostalgie vers l’horizon et les voitures défilaient à toute vitesse. Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui et qu’elle souhaitait lui poser quelques questions.

– A t’il souffert lors de l’accident vu le choc si violent  à la tête ?

– qui, comment et où est arrivé l’accident ? Était-il loin de chez nous ? Dans la rue ou sur la voie rapide ?

– la personne qui la déposé est-ce la personne qui la renversé ?

– Pourquoi partait ’il tout le temps ?  Alors qu’il y a 3 ans il avait déjà été tapé par une voiture le vétérinaire nous l’avait sauvé c’était 1 chance du 2 et il avait super bien récupéré. Il était malheureux quand il ne pouvait pas sortir il nous faisait la sérénade et miaulait à me, nous briser le cœur de le voir malheureux de ne pas pouvoir sortir lors de sa convalescence et nous avions si peur quand il partait se promener. Je pensais qu’après cet accident il partirait moins mais non pourtant il avait un grand terrain de jeu avec son frère une cour immense avec des jardins (nous habitons dans un logement de service et il y a beaucoup de terrain autour) je culpabilise tant…

– Pourquoi je l’ai ressenti distant ces derniers mois ? Comme fuyant.

– Peut-il nous faire signe et nous dire s’il est bien parti, s’il va bien et avec et où il se trouve a t’il rejoint sa maman et nous rassurer car nous sommes tristes et il nous manque profondément !

– Etait t ‘il heureux avec nous et son frère Voyou ?

Je sais que je leur manque et que mon accident les choque profondément. Ils sont traumatisés et ont du mal à accepter mon départ. Elle culpabilise et pense que c’est de sa faute, mais il n’en est rien. Dis-lui que j’étais un chat de type « sentinelle » et que ma mission consistait à nettoyer le jardin mais aussi et surtout les alentours, la rue et tout le quartier. C’était mon rôle et me limiter à rester dans le jardin était très inconfortable, voire impossible pour moi.

Je sais que vous avez du mal à le comprendre, cela n’a rien à voir avec vous. J’étais heureux avec vous et je vous aime. J’aimais vadrouiller dehors avec Voyou, mais ma tâche principale était de nettoyer et de transmuter toutes les énergies négatives du quartier. Et il y en a un paquet, il y a de quoi faire.

Ne sois pas triste et ne te tourmente pas, cet accident m’a fait aussitôt sortir de mon corps et le choc était violent. C’était très rapide et je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qui m’arrivait que j’étais déjà parti. Je n’ai pas souffert, ce fut trop rapide, j’ai juste eu peur lorsque je me suis vu étalé sur l’asphalte, et j’espérais que vous ne me verriez pas dans cet état. Les voitures continuaient de passer, elles étaient toutes très pressées et m’épargnaient de justesse lorsqu’une conductrice s’est arrêtée pour me ramasser et m’emmener chez le vétérinaire. Mais elle n’a emmené que mon pauvre corps physique complètement estropié, moi je suis resté longtemps au même endroit à attendre et je suis toujours encore là à errer entre cette route, notre quartier, la maison, notre jardin.

J’étais assez loin de chez nous et je suis désolé si vous avez de la peine, si vous souffrez de mon départ, mais j’étais un chat vadrouilleur et me cantonner aux alentours était mission impossible. Je savais après mon premier accident que le prochain pourrait être irrémédiable et je n’ai pas pu me raisonner, c’était au-dessus de mes forces. Sur cette route il y a déjà eu d’autres malheurs et j’étais irrémédiablement attiré par ce lieu, au détriment de ma vie, et arriva ce qui devait arriver.

Je le pressentais et partir au jardin des animaux ne me faisait pas peur, au contraire, c’est tellement harmonieux et magique dans l’au-delà que d’y faire quelques passages est très agréable. Mea culpa si cela vous cause des chagrins et beaucoup de souffrance. J’étais distant et fuyant parce que j’avais à faire ailleurs, ce n’était pas pour vous fuir, mes occupations, mon travail m’appelaient ailleurs.

Ne soyez pas tristes et acceptez mon départ, ce que mon âme aspire à présent c’est qu’on m’aide à partir au paradis des animaux. Ce sera plus facile pour vous et pour Voyou aussi, lorsque j’aurai rejoint le jardin paradisiaque vous pourrez commencer à faire votre deuil.

Si tu es prêt Rimmel, je vais t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs ?

Je suis prêt et je n’ai pas peur, je sais que ma maman m’attend et m’aidera à le traverser. Elle a connu le même destin que moi et ensemble nous pourrons nous retrouver et nous ressourcer. Lorsque je serai dans ce lieu magique, je pourrai leur faire des signes et leur montrer que mon âme perdure et s’ils le souhaitent je pourrai leur revenir. Il ne tient qu’à elle pour que je lui revienne avec cette fois-ci la mission de lui apprendre le détachement affectif, de l’aider à aimer ses proches et ses animaux sans dépendance ni co-dépendance.

Puis il est venu à mes côtés et nous avons emprunté un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Ce chemin était bordé de roses rouges et jaunes et lorsque je me suis arrêtée il m’a dit

Merci pour ton aide, dis-lui que je l’aime, je les adore et les années que j’ai passées avec eux ont été remplies d’amour. J’ai vécu une belle vie en harmonie avec ce dont j’avais besoin sur cette existence terrestre.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Rimmel, que ce passage au jardin des animaux te permette de te ressourcer.