width=Rosa, ta maman souhaite que je te transmette un message et aimerait que tu répondes à ses questions :

Ma petite Rosa, nous sommes très heureux de t’avoir accueillie à la maison et de t’avoir avec nous car tu es notre rayon de soleil. Tu es très jolie et adorable et nous t’avons aimée dès que nous t’avons vue avec ta maman Havane. 

Tu as des peurs (la voiture, le bain, les humains hommes à part ton papa) comment puis-je t’aider à les surmonter ? 

Aimes-tu ta vie à la maison ?

Pourquoi ne veux-tu pas manger ? Tu aimerais manger quoi ?

Je voudrais aussi savoir si tu connais Gustave et s’il veille sur toi ? 

Christiane va te faire des soins pour t’aider à te sentir mieux

Bien sûr que j’aime la vie à la maison, même s’il n’y règne pas toujours la joie de vivre. Vous êtes ma maman et mon papa et vous avez vos soucis, et les énergies ne sont pas toujours très positives, cela me perturbe un peu. Mais ne t’inquiète pas, je me sens bien et si je ne mange pas plus c’est parce que j’ai un petit appétit. Je ne suis pas gourmande comme ma sœur, tout comme toi, je veille à ne pas prendre trop de poids. Si tu me laisses le choix, je risque encore de manger plus mal, je sais que c’est de la bonne nourriture que tu me donnes, mais comme je m’ennuie un peu, l’appétit n’est pas vraiment au rendez-vous.

Je ne suis pas téméraire, j’ai un caractère un peu anxieux (comme toi ?) et j’ai une personnalité plutôt craintive et réservée. Nous ne sommes pas tous pareils, vous les humains non plus, il faut accepter la différence. Et puis tu peux voir que je me porte bien lorsque je joue avec mes congénères, je me sens très joyeuse et espiègle.

Je n’ai pas aimé qu’on me sépare de mes congénères, je suis à l’aise au milieu d’eux, j’aime jouer même si je ne manque de rien et que tu joues et t’occupes bien de moi, ce ne sont pas les mêmes stimuli, mais je t’aime et je suis heureuse n’en doute pas. Ne me comparez pas à Gustave, nous sommes très différents tous les deux et ne vibrons pas sur le même plan. Je sais qu’il est encore omniprésent dans votre cœur et surtout le tien, cela me perturbe un peu.

Tu me vois, tu es heureuse que je sois là, mais dans ta conscience, l’ombre de ce grand sage est quasi toujours présente. Je ne peux pas rivaliser avec lui et je ne le souhaite pas, lui non plus d’ailleurs. Il veille sur nous et nous protège, cela m’inspire beaucoup de respect pour lui. C’est un grand chien avec le cœur d’un humain, rempli d’amour et de compassion, et lorsqu’il vient nous voir, il illumine tout sur son passage et cela me met du baume au cœur pour vous et pour moi.

Je vous aime, soyez en assurés.