width=La connexion avec Rubis s’est faite dans cette belle et lumineuse clairière qui se trouve après le pont des fleurs et juste avant l’entrée du paradis des animaux. Il était assis dans les herbes et s’amusait à regarder les papillons et les abeilles, voler d’une fleur à l’autre. Il y avait des petites fleurs de toutes les couleurs et des arbres à papillons blancs et roses. Je me suis approchée doucement, et lorsqu’il a senti ma présence il s’est retourné vers moi et son regard exprimait une grande paix intérieure. Je me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions de la part de ses gardiens. Il s’est mis à sautiller comme un cabri, c’était très amusant à observer, il exprimait sa  joie en faisant des petites farandoles de danses, et au bout de quelques instants il est venu vers moi et m’a dit :

Je savais que tu viendrais me voir, je t’attendais. Mon départ a été brutal et violent pour ma maman. Elle se trouve dans une grande détresse, elle se pose plein de questions et elle se torture l’esprit. Qu’est-ce qu’elle n’a pas vu ? A côté de quoi est-elle passée ? Elle s’en veut, elle culpabilise et j’ai eu beaucoup de chance que le Deva des animaux et les Etres de la Nature étaient là pour moi, ils m’ont bien entouré et guidé vers la lumière. Sans eux je n’aurais jamais pu faire le passage, et d’avoir pu monter directement dans ce haut-lieu magique me permet déjà de me reposer et me ressourcer.

Puis je lui ai lu les missives de sa gardienne :

Dis-lui qu’on l’aime très fort et qu il nous a apporté beaucoup de joie et de bonheur et qu il nous manque beaucoup, et aussi à Léo.

Pourquoi est il parti si vite ?

A t’il un message à nous transmettre ?

A t’il souffert ce lundi matin chez le vétérinaire et sait il que je suis restée avec lui ?

A t il fait la connaissance des autres chats qui ont partagés notre vie ?

Va t-il revenir et comment le reconnaître ?

Avons nous eu des manquements, ou sommes nous passé à côté de quelque chose que nous n’ayons su déceler à temps (au delà de la maladie) ? 

Dis-lui que moi aussi je l’aime très fort. Dis-leur à tous les trois que je les aime et que je sais que je leur manque. Ma présence physique leur manque, plus de câlins, plus de miaulements et la maison leur semble bien vide depuis mon départ. Moi j’ai de la chance, je peux les voir, et avec Léo nous communiquons ensemble, même si mon départ soudain a été difficile à encaisser pour lui aussi. Nous pouvons continuer à nous parler, le contact n’est pas rompu. Tout comme moi la tristesse et le grand chagrin de notre gardienne l’a beaucoup affecté. C’est difficile pour moi et pour lui de la voir se morfondre et se torturer l’esprit. Lorsqu’elle est en pleurs, je le suis aussi. Et c’est pareil pour Léo. Lorsqu’elle ne va pas bien, il ne va pas bien.

Dis-lui que je suis désolé de la voir autant en souffrance. Mon système immunitaire était très fragilisé, mo cœur était usé comme celui d’un vieux chat, et je ressentais des oppressions dans la poitrine, j’avais du mal à respirer. C’était, je pense, une malformation lorsque je suis né, tout petit déjà j’étais fragile et toujours des problèmes de larmoiements et respiratoires. Je ressentais une grosse fatigue malgré que je fusse jeune et que j’aurais dû être plein de vie, et je traînais un peu ma vie. Cela s’est compliqué avec les montées d’hormones et vous n’aviez pas le choix. Je ressentais un réel mal-être et il fallait me castrer. Ce n’était pas vivable autrement, ni pour moi qui me sentait très perturbé, ni pour vous que les miaulements agaçaient fortement. Seulement mon petit cœur n’a pas résisté, il a lâché, et croyez-moi c’était mieux pour moi de remonter pour me réparer et tout à l’heure, après notre échange je pousserai la porte du paradis pour rejoindre mes congénères, me ressourcer et préparer mon retour. Il valait mieux partir maintenant, je suis parti dans les meilleures conditions possibles et cela me donne la chance de vous revenir très vite.

Je n’ai pas souffert, rassure-toi, je me suis réfugié dans le corps astral, j’y étais déjà depuis le week-end et cela m’a aidé à supporter mon état, et puis tu étais là, tu étais avec moi, tu m’as malgré ton immense douleur entouré d’amour et de lumière. J’ai pu faire le grand saut, j’ai pu tirer ma révérence sans peur, et tout s’est merveilleusement passé pendant cette rapide transition.

Le soleil brillait lorsque j’ai traversé le pont des fleurs, il y avait beaucoup de monde qui m’accompagnait, cela ressemblait presque à une petite fête et maintenant je suis bien. Je me sens tout léger et en paix. Ici l’endroit est si beau qu’on a juste envie de temps à autre d’y faire un petit séjour pour nous ressourcer et vous revenir avec beaucoup de force et d’énergie. Je sais que de l’autre côté de la porte se trouve certains des chats qui ont partagé votre vie et ce sera la surprise.

Ce que j’aimerais vous dire c’est de ne pas avoir de regrets ni de culpabilité, parfois on nous envoie vers vous juste pour une courte durée, ce n’est pas pour vous faire souffrir, bien sûr que non, mais parfois c’est parce que nous avons une mission de courte durée et que nous sommes ensuite rappelés pour nous ressourcer et vous revenir avec une autre mission. Cette mission courte auprès de toi c’était pour t’ouvrir à un autre univers, pour te permettre de faire le point et de constater que ton existence n’est pas si difficile que ça. Pour te faire comprendre que tu as toutes les cartes pour avancer sur ton chemin entre tes mains et que parfois il faut juste les distribuer autrement pour  vivre différemment. Mais tu auras toujours le même jeu dans les mains et tu pourras composer selon tes envies et tes besoins. Tu aurais pu, à un moment, changer radicalement ta vie, tu ne l’as pas fait, maintenant il s’agit de vivre et de bien vivre avec ce que tu as et de le vivre de la manière la plus juste et heureuse pour toi.

J’étais là pour te permettre de passer ce cap et te poser. Pour te permettre de ne pas aller dans ce qui serait trop difficile et compliqué pour toi. Je t’aime et je ne suis pas très loin, juste de l’autre côté du voile, et même si tu ne peux pas me voir, je suis toujours là et je veille sur toi. Nos âmes sont reliées et le resteront où que je sois  et la mienne aspire évidemment à te revenir pour une nouvelle mission. Pour t’apprendre le détachement affectif, t’apprendre à aimer sans dépendance, ni co-dépendance. Aimer pour le plaisir d’être aimée et d’aimer. Et tu verras la relation avec ton compagnon deviendra beaucoup plus fluide et légère. L’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas et ce ne sera pas long.

Lorsque tu te sentiras prête à me retrouver et te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin. Tu sauras me reconnaître n’aie aucun doute, fais –toi confiance et apprendre à te faire confiance fera également partie de ma prochaine mission et nous serons bientôt de nouveau ensemble tous les 4.

Je vous aime fort, si fort ma maman, mon papa et mon grand frère. A très vite !

Kenzo chienne 14 ans 1/2