Partie le 21/06/2015

 sallyeTa gardienne souhaite savoir comment tu vas et ce qui s’est passé.

Je vais bien maintenant, tu peux la rassurer. Ici je me sens comme au paradis. Je me promène, je me repose beaucoup. Un chat (Filou) est venu m’accueillir, il m’a emmené faire le tour et m’a conduite jusqu’au jardin des chiens. C’est immense, il y a de l’eau, une oasis, de l’herbe et des fleurs partout. Je n’ai pas peur, je ne suis pas seule et me sens tellement soulagée. Je ne tourne plus en rond, je ne me sens plus perdue et je suis très légère dans mon corps.

Peux-tu me dire ce qui s’est passé ce dimanche où tu es tombée dans la piscine. Etait-ce un accident ?

Non, j’ai choisi de partir comme ça. J’aurais encore pu rester quelques semaines, mais je me sentais de jour en jour devenir plus faible, et je ne voulais surtout pas qu’elle soit obligée de m’emmener pour me faire euthanasier. Je voulais lui éviter cette triste mission. Je l’aime et je sais qu’il lui aurait été difficile de m’emmener. Je voulais partir, m’éloigner de la maison et me cacher pour mourir. J’ai été tellement heureuse avec eux que je voulais vraiment leur éviter cette souffrance, surtout à elle. Ils m’ont soignée, gâtée et beaucoup aimée, et il m’était insupportable de la voir souffrir. Elle ne le méritait pas. C’était mon choix de partir et lorsque j’ai vu la piscine, je me suis sentie très attirée par l’eau. J’y ai vu mon reflet, le reflet de mon âme et je me suis sentie aspirée par cette beauté comme dans la spirale qui m’a emmenée dans la lumière. Je me souviens de m’être arrêtée, fascinée par tant de lumière, je me suis tournée 1 ou 2 fois et je suis tombée. Je n’ai pas eu peur, la spirale m’a entraînée dans ce tourbillon de lumière et ils étaient là, ils m’ont accompagnée, elle aussi était là, et j’étais heureuse, heureuse d’être libérée.

Tu manques beaucoup à ta gardienne.

Oui, je sais, mais de là où je suis, je peux la voir et parfois mes pensées d’amour pour elle sont tellement fortes, qu’elle les ressent. Parfois elle se tourne et me cherche et je sais que physiquement je lui manque. Dis-lui que je souhaite revenir chez elle, que j’aimerais à nouveau me retrouver dans leur belle maison et cette magnifique forêt avec tous les compagnons de jeu que je connais. Demande-lui de laisser passer quelques mois, le temps pour moi de me reposer et me ressourcer, puis de reprendre un compagnon. Je serai fidèle au rendez-vous qu’elle n’en doute pas.