width=La rencontre avec Simba s’est faite un jour de pluie. Il était assis sur le chemin au plein milieu et ne semblait pas être dérangé de se faire mouiller, la première fois depuis de si nombreuses années de communications qu’on m’attendait sous la pluie. Je me suis approchée, me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages à lui transmettre et des questions à lui poser de la part de sa gardienne :

Que t’es il arrivé ?

Te sentais-tu heureux parmi nous?

Es-tu bien où tu te trouves actuellement ?

Simba,tu nous as apporté bcp de bonheur durant ces 10 années  où tu as partagé notre quotidien. Ton départ si brutal et inattendu nous a bouleversés…..

Nous te souhaitons de cheminer vers la lumière du jardin 

des animaux et d’être  heureux comme il se doit….

Sache que tu resteras Unique et Irremplaçable pour nous.   

Vas  en Paix  et veille sur nous mon SIMBA……

Depuis toute petite j’ai toujours voulu un chat et un jour j’ai pu choisir l’unique chaton qui n’était pas tigré. Mon Simba, en 10 ans t’as rythmé nos vies avec ta gentillesse et tes câlins. T’as toujours su nous comprendre sans jamais parler notre langue. On a essayé de faire en sorte que tu aies la plus belle des vies. On t’a aimé de tout notre cœur et on continue encore aujourd’hui. Tu nous manques énormément mais on espère que tu ne souffres plus. La maison est vide sans toi.. On ne t’oubliera jamais, on t’aime.

&nbsp,

Je sais que c’est surprenant pour toi que je reste ici à me faire mouiller, mais je ne le ressens pas de la même manière que toi. Pour moi ce n’est pas désagréable, au contraire, pour moi ça purifie mon corps et mon âme qui n’est toujours pas montée, et tant que je reste là, sur ce chemin ou que je l’accompagne dans son quotidien, je ne peux me reposer et me ressourcer, et mon corps ne peut être réparé. Je suis très content que tu sois là car j’ai besoin de ton aide pour faire le passage. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste dans son entourage, elle ne peut trouver la paix et ne peut faire son deuil.

Dis-lui tout d’abord merci pour son beau et chaleureux message d’amour. Je sais qu’ils m’aiment et que mon départ si incompréhensible est terrible à accepter pour eux. Je sais que je leur manque, et malgré que je puisse les voir, les entendre et de partager encore leur quotidien, ils me manquent aussi. Leurs câlins me manquent.

J’étais un chat de type timbre-poste et nous échangions de grands moments de tendresse avec ma maman. Tel son petit garçon, je passais du temps scotché sur ses genoux, et ma mission consistait à lui apprendre à aimer sans avoir peur de ses sentiments, sans avoir peur de trop aimer et cela à commencer par s’aimer soi-même. Tu as à travers moi fait la paix avec ton petit enfant intérieur qui manquait de tendresse, et j’ai su t’apporter ce dont tu avais besoin pour te donner la force et la confiance. Et je suis fier du travail que j’ai accompli auprès de toi. Je peux à présent partir en paix, j’ai bien rempli mon rôle, et cette mission n’est pas complètement terminée car tu as encore besoin de moi et de ma présence pour continuer à avancer sur ton chemin.

Moi aussi je vous aime et plus particulièrement toi ma maman à qui je suis relié. Nous le sommes depuis fort longtemps, et le resterons où que je sois.

Je suis si désolé de vous faire vivre toute cette souffrance, mais je dois dire que je n’ai pas eu de chance. Je suis parti pour une petite balade comme tous les jours et pour me ressourcer avec les énergies de la terre, et ce jour-là  j’ai ressenti une fulgurante douleur dans la tête, c’était brutal et violent (rupture d’anévrisme) et je suis tombé. Je me suis aussitôt réfugié dans mon corps astral pour la supporter et gérer mon état, je me suis cherché un endroit pour me reposer et pour récupérer la force pour réintégrer mon corps physique. Le temps, les jours je crois, je n’ai pas trop la notion du temps, ont passé et je suis resté là à me voir couché sur mon flanc gauche,  je me sentais devenir de plus en plus faible. J’ai essayé de me rapprocher et de rentrer à la maison, mais ce n’était plus possible, j’étais dans un état second, comateux et je ne pouvais plus bouger. Je ne peux pas dire que J’ai souffert, lorsqu’on se trouve dans son corps astral la douleur n’existe plus, on passe au-dessus car on est déjà connecté là-haut et la matière ne se densifie plus dans le corps physique.

Je sais que vous m’avez cherché, et que de me retrouver mort a été pour vous, et surtout pour toi ma tendre petite maman, un choc violent et brutal. Mais tu sais, il n’y avait plus rien à faire pour moi, mon corps, mes reins et mon cœur étaient bien trop fatigués déjà avant cet accident, et c’est mieux pour moi de monter au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer. Tant que je reste là mon âme est en errance, elle n’est plus en souffrance  physique mais elle est malheureuse de vous voir si tristes, et surtout elle pompe votre énergie et c’est très mauvais pour votre santé.

Je suis content que tu ais fait appel à Christiane, je sais qu’elle va m’aider à faire le passage et c’est très rassurant pour moi de savoir que là-haut je pourrai, après un petit laps de temps, préparer mon retour. J’ai vécu une vie de chat merveilleuse. J’ai vécu comme un petit prince, vous m’avez choyé et nourrit de tendresse. Vous m’avez considéré comme votre fils et vous m’avez toujours respecté comme un être à part entière. Ces années ont été du pur et grand bonheur pour moi . Une vie de rêve et je sais que mon âme aspire à la retrouver cette vie.

Tu as encore besoin de moi pour te sentir pleine à l’intérieur de toi et je te promets de te revenir. Après la mort il y a la renaissance, et nous les animaux, à condition qu’on nous laisse monter, avons la possibilité de vous revenir très vite. Même si ça ne fait pas partie de tes croyances, la réincarnation dans un corps physique en bonne santé peut se faire très vite, l’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas. Et crois-moi ce n’est pas une histoire d’être unique et irremplaçable, c’est tout simplement une question de confiance et de se donner à nouveau les moyens pour ouvrir les portes de ton cœur afin de nous permettre de continuer notre belle aventure ensemble.

Lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux, je pourrai t’envoyer des signes et te faire des petits coucous, je veillerai sur vous en attendant mon retour. Lorsque tu te sentiras prête et te mettras à ma recherche, je me mettrai sur to chemin, n’aie aucun doute. Je t’aime ma petite maman adorée.

Puis il s’est levé, il est venu à mes côtés pour me dire :

Tu vois la pluie a continué de tomber et nous ne sommes même pas mouillés, ni toi ni moi, tu ne trouves pas ça bizarre ?

Pour moi tant de choses sont si subtiles que je ne suis pas étonnée d’être passé à travers les gouttes, et tant mieux, puisque encore une fois cela prouve qu’on est entouré d’énergie et de matière qu’on ne peut pas palper et encore moins maîtriser 

Puis nous nous sommes avancés tous les deux sur le chemin qui a totalement changé au fil de nos pas et devenait de plus en plus lumineux. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a remercié et m’a redis :

Dis-lui que je l’aime et je lui reviendrai, ce ne sera pas long

Puis il l’a traversé et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Simba, repose et ressource-toi.