width=La rencontre avec Simba s’est faite sur un chemin triste et très sec. Les quelques touffes d’herbes sur lesquelles il était assis étaient totalement brûlées par le soleil , il m’a regardée m’approcher de lui, son regard exprimait une très grande détresse. Je me suis arrêtée à quelques pas de lui pour me présenter et lui expliquer que j’avais des messages de la part de sa gardienne et de sa mamie et aussi plusieurs questions à lui poser :

Bonjour mon petit Mimi d’Amour,

Ce jour tant redouté est arrivé. Tu es parti….

3 semaines se sont écoulées. La douleur de ton absence est toujours aussi violente, intense et dure.

Tu me manques tellement.

J’espère du plus profond de mon cœur que tu es quelque part et que tu vas bien. Pas une heure ne passe sans que je pense à Toi.

Je te remercie d’avoir partagé ta vie avec la mienne. Je te remercie pour ton Amour, ta fidélité, ton soutien. Merci pour tous ces moments, on a partagé tellement Toi et Moi.

Notre complicité, nos balades, nos câlins, nos jeux, nos baroudages et tout le reste sont à jamais gravés en moi. Quel bonheur ces 14 ans et demi.

Mais voilà, je ne peux contenir mon chagrin. Tu laisses un tel vide. Mon Amour, comment vivre sans Toi ? La vie sans Toi à mes côtés est triste. Vide de sens. La « maison de nous » n’est plus la même, celle de papy mamie non plus. Je suis perdue, tu es tout pour moi . Ma vie sur Terre s’effondre, rien ne sera plus jamais comme avant.

Mon chéri, mon bébé, sache que je t’aime plus grand que l’Univers. Je te dois tout, tu le sais. Je me suis accrochée à la vie car je t’avais promis, dès notre rencontre, de veiller sur Toi jusqu’à ton dernier souffle.

Si le paradis des animaux existe, va te reposer mon Simba. Tu as tellement donné pendant toutes ces années. J’espère que tu n’as pas peur sans moi, que tu es bien.

Une partie de moi est partie avec Toi. Mais une partie de Toi est restée avec moi.

Que ton repos soit doux, que ma douleur soit apaisée, et que tu me reviennes au plus vite, si tu le souhaites.

 

Tu as été et tu resteras ma moitié.

Merci mon Mimi.

Je te fais un énorme câlin plein d’amour comme tu les aimes.

Maman qui t’aime fort

Ne m’oublie pas

 

  • Était-ce notre première vie tous les deux ?
  • As-tu été heureux avec moi ? Ma sensibilité t’a t elle fait souffrir ?
  • La date du 8 avril à l’élevage est elle un hasard ?
  • Me vois-tu ? M’entends-tu ? Viens-tu me voir ? Sais-tu combien je t’aime ? Penses-tu à moi ?
  • Ce dernier soir, que s’est t il passé ? As-tu souffert ? M en veux tu d’être rentré tard du travail? Ai-je été à la hauteur quand c’est arrivé ? Ai-je réussi à t’accompagner ? As-tu entendu tout ce que je t’ai dit quand tu es monté au ciel?
  • Savais tu que tu allais partir ce soir là ? Ta maladie t’a t elle fait souffrir ?
  • Aurai-je pu faire quelque chose pour éviter ça ?
  • Je sens ta présence parfois, ta chaleur. Est ce le fruit de mon imagination?
  • Est ce qu’en partant tu as été accueilli au ciel ? As tu revu mes mamies, Nad, Stan, Cactus, Toscan, Noka ? Es-tu heureux là ou tu es ?
  • Pourquoi tu ne voulais plus faire dodo dans le lit avec moi depuis début juillet ? Voulais-tu me préparer ?
  • Je vais souvent m’asseoir près de ton corps. Était-ce toi pour le chevreuil ?
  • Ai-je trop forcé sur ton cœur ces derniers temps ?
  • As tu aimé notre vie de commercial à l’hôtel la semaine ?
  • Reviendras tu sur Terre près de moi ? Sous quel forme ? Chiot ? Race ? Si oui, j’espère te reconnaître…..
  • As-tu un message, un conseil pour moi ?
  • Ton papy est très sceptique sur le fait que Christiane puisse communiquer avec toi. Aurais-tu une preuve pour le convaincre?
  • Peux-tu me dire quelque chose que seul toi et moi savons ? Ton jouet préféré ? Sa couleur ?

 

Message de mamie :

 

Mon petit Simba,

Tu me manques, tu nous manques tellement. Ne plus entendre tes petits pas le matin dans les escaliers, à l’ouverture des volets. Et après chaque repas, ne plus t’avoir à mes côtés à l’ouverture du lave vaisselle, tu faisais le prélavage et finissais les yaourts. Que c’est dur.

Et nos ballades sur la plage ou tu aboyais après les vagues, nos balades en forêt et à la pépière ou tu décidais du chemin. Ne plus entendre tes aboiements, que c’est triste et calme. Ne plus t’avoir à nos côtés sur le canap.

Nous avons passé une dernière semaine formidable, nous avons bien profité de toi. Heureusement et quelle chance.

Et quand tu arrivais à la maison, dès ta descente de voiture, tu courrais vers la cuisine et tes copains au chenil.

Nous espérons que tu es heureux là ou tu es, ne nous oublies pas, nous, nous ne t’oublierons jamais.

Tu es dans nos cœurs pour toujours. Sois heureux la haut parmi les tiens.

Papy et Mamie

 

Pendant que je lui lisais le contenu du message de sa gardienne, j’ai vu des larmes perler à ses yeux, elles coulaient le long de son museau, il essayait de les lécher et c’était un moment très émouvant pour lui et pour moi. Puis je lui ai lu le deuxième message et pour terminer toutes les questions. Lorsque j’eus fini, son regard est venu se plonger dans le mien et il m’a dit :

Tu ne sais combien je suis heureux et soulagé qu’elle ait fait appel à toi. Sa grande souffrance, sa grande détresse me retiennent ici, je suis toujours encore dans son entourage au quotidien et tant que je reste là, elle ne peut trouver la paix dans son cœur et son esprit, elle ne peut commencer son travail de deuil. Je puise dans leur énergie, c’est très mauvais pour elles et pour leur santé morale et physique à tous. Et moi je ne peux me reposer et me ressourcer. Tant que je suis là mon âme est en errance et en souffrance.

Je ne ressens plus aucune douleur, mais ici ce n’est plus ma place et nous avons tous les deux besoin de toi pour m’aider à faire le passage.

Je l’ai rassuré et lui ai dit que j’étais là pour ça aussi et qu’après notre échange je l’accompagnerai jusqu’au pont des fleurs.

C’est difficile pour elle et pour moi aussi, je sais que je lui manque tant et que mon absence lui pèse terriblement. Elle me manque aussi, même si je l’accompagne encore partout, que je peux la voir et l’entendre, mais ses câlins, ses caresses me manquent aussi.

J’ai vécu à ses côtés une vie de toutou merveilleuse. Je ne dis pas de chien, car souvent vous les humains vous l’associez à une mauvaise vie, alors que bon nombre d’entre nous vivent une vie de chien bien meilleure et au-dessus que certains d’entre vous. J’étais son bébé d’amour et elle m’a aimé d’un amour incommensurable et cela, cela personne ne peut nous l’enlever même pas la mort.

Son chagrin est immense et violent aujourd’hui, à la juste valeur de la profondeur de ses sentiments et elle pense ne pouvoir retrouver la paix dans son cœur et son esprit. Il n’en est rien, car après mon passage, je vais pouvoir lui faire des signes et des coucous, et surtout je vais pouvoir veiller sur elle et la protéger. Et puis nous nous retrouverons, nous étions déjà ensemble et je lui reviendrai encore. Des années de pur et grand bonheur vécues ensemble, un lien extrêmement complice et fusionnel et cela ne se termine pas du jour au lendemain parce que j’ai été obligé de souffler la flamme de ma bougie parce que c’est la loi.

Dis-lui que je l’aime aussi immensément qu’elle,  que mon âme est éternelle et que je resterai toujours relié à elle où que je sois. Dis-lui aussi que nous sommes des âmes sœurs et étions déjà ensemble dans une autre vie où nous étions frère et sœur. Difficile pour son papa d’accepter cette vérité, cela ne fait pas partie de ses croyances, mais moi j’ai besoin de lui dire que nous étions des jumeaux et que c’est ce fort lien qui nous unissait. J’étais elle, elle était moi et depuis mon départ il lui manque une partie d’elle. Elle se sent vide à l’intérieur d’elle et seul moi, ma présence physique sur un plan terrestre peut le combler ce vide, et je lui reviendrai, car elle a besoin de moi pour continuer à avancer sur son chemin. C’est douloureux de perdre sa moitié, mais nous nous retrouverons bientôt.

Dis-lui que j’étais sur mon chemin et que je préparais mon départ depuis plusieurs mois, depuis Noël dernier et elle a compris que je la préparais à mon absence puisque je ne venais plus dans son lit. J’avais des bobos essentiellement dus à l’âge et ma maladie a bien affecté mon cœur et mes reins. Tout mon corps était usé et au bout du rouleau,  j’étais prêt à faire le grand saut. Ce n’est pas parce qu’elle est rentrée tard du travail, c’était le moment pour moi et elle a fait ce qu’elle devait faire et ses messages d’                amour et ses promesses m’ont aidé et permis de pousser le dernier souffle.

Je n’ai pas trop souffert, rassure-là, je me réfugiais souvent dans mon corps astral pour gérer et supporter mon état, elle ne pouvait plus rien pour moi ce soir-là. Elle est dotée d’une sensibilité extrême et elle sent les choses. Elle sent très bien que je ne suis pas encore monté au jardin des animaux puisqu’elle ressent ma présence et ma chaleur.

Le conseil que j’aimerais lui donner aujourd’hui, c’est d’exploiter ce don qu’elle a en elle. Elle s’en sert déjà pour son travail, et au passage je lui dis oui j’ai aimé l’accompagner la semaine, mais il est temps pour elle de le développer encore plus et d’utiliser cette intuition qu’elle a pour communiquer avec les animaux et avec moi. C’est une chance inouïe, plus on est sensible et plus c’est facile.

D’ailleurs la date du 8 avril n’est pas un hasard et elle l’a bien compris. Qu’elle ne s’inquiète pas si son papa est sceptique et qu’il ne croit pas qu’on peut parler aux animaux, ça fait partie de ses croyances et il ne faut pas essayer de le convaincre. A chacun son ouverture d’esprit, le tout c’est de ne pas le critiquer lorsque tu te mettras à pratiquer.

Mon jouet préféré ? Mon doudou gris, peluche claire aussi. Une chose que seuls toi et moi savons ? Mais il en existe des tonnes voyons, ce que j’ai souvent partagé avec toi, tous les deux dans la chambre, ce sont des grands et douloureux moments de tristesse et de pleurs et j’étais là pour te consoler et te donner beaucoup d’amour. Et c’est aussi la raison principale qui me fera te revenir très vite.

Aussitôt que j’aurai fait le passage, je pourrai préparer mon retour et dès que tu te mettras à ma recherche je me mettrai sur ton chemin. Tu as besoin  de moi et de mon énergie sur un plan terrestre et t’assoir à côté de moi cela ne te suffit pas. Dans cette tombe ne s’y trouvent que les restes de mon enveloppe corporelle mon âme elle, elle perdure et elle t’as envoyé le chevreuil pour te donner une lueur d’espoir.

J’incarnerai le costume qu’il te plaira et tu me reconnaîtras au premier regard (même race), n’en doute pas fait-toi confiance ce sera une évidence pour toi comme lorsque tu es venue me chercher à l’élevage.

Remercie papi et mamie pour leur message je sais que je leur manque beaucoup aussi et je suis si heureux de cette dernière semaine avec eux c’était ce moment là que mon coeur avait choisi pas parce que tu avais trop forcé ces derniers temps.  C’était aussi plus simple et facile à accepter pour toi. Ils me manquent aussi mais auront eux aussi la joie de me retrouver dans un corps physique en pleine forme et en bonne santé. Dis-leur que je les aime.

Puis il est venu à côté de moi et s’est mis à aboyer de plus en plus fort et j’ai compris qu’il voulait être câliné et je l’ai caressé longuement et lorsque j’ai senti qu’il avait fait le plein de câlinoux il m’a dit :

« Je suis prêt, je n’ai pas peur je sais qu’on m’attend de l’autre côté il y a des humains et des congénères et ils vont m’accompagner un petit bout de chemin »

Puis nous nous sommes tous les deux avancés sur ce chemin qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs il m’a dit :

Merci, merci à toi, à ma maman, à eux tous pour cette belle vie qu’il m’ont donnée et qu’il me tarde de retrouver.

Puis il l’a traversé en sautillant et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Mimi, à bientôt !