La rencontre avec Sisko s’est faite sur un chemin triste, austère et sans lumière. Il était assis et regardait vers moi, mais ses yeux étaient vides, ternes, sans aucune expression. J’avais l’impression qu’on l’avait scotché à cet endroit, et ayant lu dans mes pensées il m’a dit :

Longtemps, depuis trop longtemps que je reste là à attendre qu’on me vienne en aide, qu’on me libère. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste là je ne peux me reposer ni me ressourcer, et lui mon papa ne peut toujours pas trouver la paix dans son cœur et son esprit. Il a beaucoup de mal à me laisser partir, il se pose beaucoup de questions et souvent se torture l’esprit. Il pense ne pas avoir été là jusqu’au bout, il culpabilise, il a des regrets et tout cela m’a empêché d’emprunter ce chemin si triste, mais que plus on avance, plus on se rapproche de la lumière.

Il s’est tu quelques instants et j’en ai profité pour me présenter, lui expliquer que son gardien l’aime très fort et qu’il lui manque énormément, qu’il aimerait lui poser quelques questions :

-comment a t’il vécu ces 14 années à mes côtés?
-A t’il été heureux ?
-aurait-il des reproches à formuler ?
cette dernière question est importante car elle me permettra de réviser mon comportement avec un Golden retriever que je compte adopter dans les prochains mois?

Et qu’après notre échange je l’accompagnerai jusqu’au pont des fleurs, et il pourra enfin rejoindre la lumière et le jardin des animaux. Il a poussé quelques soupirs et m’a dit :

Me voilà rassuré, depuis trop longtemps que mon âme est en errance dans ce bas-astral, et tant que je reste là je lui puise son énergie et il a toujours autant de mal à faire son deuil. Dis-lui merci pour son message d’amour et dis-lui que moi aussi je l’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel. Comment peut-il se poser de telles questions ? Même si parfois il n’était pas présent, j’ai toujours su qu’il reviendrait et ne m’abandonnerait jamais. J’ai eu une existence bien remplie, toujours aimé, choyé et respecté. Je me suis senti être un membre de la famille, son fils, son garçon, et je n’ai rien à lui reprocher. Comment le pourrais-je ? Je n’ai manqué ni d’attentions,  ni de sorties, ni de nourriture, on ma promené à chaque fois que c’était possible, et je n’ai vécu que des années de pur et grand bonheur à ses côtés.

Nous les animaux ne sommes pas compliqués et pas exigeants comme vous les humains. De la présence, de l’attention, de l’affection et nous vous le rendons au centuple. De par vos obligations vous vous absentez, vous ne pouvez pas toujours nous emmener et je reconnais que je n’aimais pas rester seul, mais je savais aussi qu’il reviendrait quoiqu’il arrive. Nous étions très proches, très fusionnels et n’avions pas besoin de paroles pour nous comprendre. Lorsqu’il me promenait, c’était un moment privilégié pour tous les deux, et avec l’âge j’avais de plus en plus de mal à avancer à côté de lui.

Mon corps, toute ma carapace était usée et j’avais des bobos partout dus à l’âge. Ma colonne, mon train arrière me faisaient souffrir et je me réfugiais souvent dans mon corps astral pour mieux le gérer. Mes reins et mon cœur étaient bien fatigués aussi, et c’était plus que juste de m’aider à partir. Seulement voilà, c’était difficile à assumer pour lui et je ne me suis pas senti le droit de partir vers ce haut-lieu magique. Depuis je vaque dans son environnement et je m’accroche à lui, à son énergie et ce n’est pas bon pour sa santé.

Dis-lui que j’étais là pour le guider et l’accompagner sur son chemin, et qu’il a besoin de moi pour continuer sa route. Ma mission consistait de l’aider, de lui permettre de se reconnecter à son petit enfant intérieur, à sa source, et à travers moi le guérir de toutes les blessures du passé lorsqu’il me chérissait de tendresse. Cela l’a beaucoup rassuré de sentir que j’étais relié à son âme, et que ma présence à ses côtés le remplissait d’amour, qu’il se sentait plein à l’intérieur de lui.

Depuis mon départ la vie lui semble triste et son cœur et sa maison lui semblent bien vides. Il a besoin de moi et de mon énergie pour reprendre sa voie, mais pour cela un petit passage au jardin des animaux est nécessaire ; C’est la condition sine qua none pour me permettre de me réparer et préparer mon retour. Tant que je reste là ce n’est pas possible, mon âme perdure, elle est éternelle et reste toujours reliée à la sienne où que je sois.

Dis-lui que je souhaite lui revenir, et que ce sera possible dès qu’il sera prêt. L’espace-temps là-haut n’est pas du tout le même qu’ici-bas, le tout est d’y faire un petit aller/retour. J’endosserai le costume qu’il lui plaira et serait présent au rendez-vous lorsqu’il sera prêt à m’ouvrir à nouveau la porte de son cœur et son foyer. Il y a des transferts d’âme qui se font, explique lui que pour moi tout est possible. Depuis trop longtemps que nous sommes séparés, que je ne peux plus me manifester physiquement à lui, même si je peux le voir et l’entendre, il me manque à moi aussi. Sa pauvre âme est aussi en souffrance et il est temps maintenant de reprendre notre belle aventure ensemble.

Dis-lui merci de nous avoir permis  et échange aujourd’hui, je lui en suis si reconnaissant. Grâce à toi je vais enfin pouvoir rejoindre le paradis des animaux et pouvoir préparer mon retour. Dis-lui que je l’aime et que je suis pressé maintenant de faire le passage.

Puis tous les deux nous nous sommes avancés sur ce chemin si gris, qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux. A notre passage des petites fleurs rouges et roses émergeaient comme des petits cœur, et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a léché la main pour me remercier et l’a traversé pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Sisko, repose-toi et ressource-toi et à bientôt.