width=Lorsque je suis arrivée sur le chemin, Stipi était assis, le regard très triste et regardait le soleil briller à l’est. Je me suis approchée très lentement, il a levé la tête vers moi :

Approche, je sais qui tu es et je sais que c’est ma maman qui t’envoie à moi. J’étais à côté d’elle lorsqu’en larmes elle t’a écrit le message que tu vas me lire. Je connais le contenu, mais j’ai envie de l’entendre encore. Elle est perdue sans moi, et son chagrin est immense.

Moi je suis assis là, je regarde le soleil se lever et je me dis qu’il serait sage maintenant de la laisser et de partir au jardin des animaux, car ici ce n’est plus ma place et tant que je reste dans son entourage, elle ne peut faire son deuil et moi je ne peux me reposer et me ressourcer. Mais elle est dans une telle détresse que je ne m’en sens pas le droit et nous avons tous les deux besoin de ton aide.

Je l’ai rassuré et lui ai dit qu’après notre échange je l’accompagnerai jusqu’au pont des fleurs. Puis je lui ai lu le contenu des messages et des questions :

Est-il bien maintenant ?

 J’ai fait tout mon possible pour que sa vie soit belle. Je l’aime très fort.

 Je voudrais aussi le remercier pour toutes ces années de bonheur avec moi.

 Je ne conçois pas ma vie sans animal. C’est un besoin. C’est pour cela que son départ me laisse aussi désemparée. Je devrai donc reprendre un petit successeur , celui qu’il choisira pour moi. Mais je n’en voulais pas d’autre ! J’avais le chat qu’il me fallait…

Que ça me fait du bien de m’entendre dire qu’elle m’aime très fort. Dis-lui merci pour tout l’amour qu’elle m’a donné pendant cette décennie. Je sais qu’elle m’aime, et j’étais si heureux lorsqu’elle me le disait, cela me remplit toujours encore autant de joie et me fait beaucoup de bien. Mais dis-lui surtout que moi aussi je l’aime très fort et que tout comme moi, elle me manque aussi.

J’ai l’avantage, tant que j’erre dans son environnement au quotidien, de pouvoir la voir et l’entendre, mais le toucher, les câlins et les caresses me manquent énormément. Et puis tant que je reste là entre deux, je m’accroche à elle et lui pompe son énergie, et cela nuit bien entendu à sa santé physique et émotionnelle.

Je sais que pour elle ce départ si rapide est tragique. Elle a eu un grand choc, elle ne réalise toujours pas et a du mal à comprendre la raison. Cela me fait beaucoup de peine, je sais qu’elle se torture l’esprit, moi ça m’empêche de partir à l’ouest et de rejoindre le paradis des animaux. Dis-lui que moi, même si elle n’a rien remarqué, j’étais sur mon chemin et je préparais mon départ. Je ne voulais pas, en effet, d’une vie de chat malade, et surtout je n’aimais pas aller chez le vétérinaire, je n’aimais pas les piqûres, et de devoir m’en faire matin et soir chaque jour jusqu’à la fin de ma vie était pour moi impossible, d’autant plus que mon cœur était fatigué aussi et que je savais que je ne tiendrais jamais le coup.

Je ne voulais pas t’inquiéter et je ne voulais pas te faire voir la gravité de mon état, car je refusais tout traitement de longue haleine qui m’aurait peut-être permis de rallonger ma vie, mais avec quel stress et quelles contraintes pour moi et surtout pour toi.

J’étais en transition et j’ai commencé à me préparer depuis la fin de l’hiver, je n’ai pas eu peur, rassure-toi. Je sais que tu ne m’as pas abandonné, je sais que tu voulais tout faire pour me soigner et que tu m’as emmené par amour pour moi. Je ne me suis pas senti abandonné, je me suis dit, c’est le moment pour moi de faire le grand saut, car ç’aurait été encore plus difficile et violent pour toi de le vivre à mes côtés. C’était mon choix ma petite maman de partir brutalement ce matin-là. Et c’est par amour pour toi aussi, pour t’éviter un choc émotionnel encore plus lourd à porter. Accepte-le comme un cadeau de ma part, le dernier dans cette incarnation physique, car bien entendu mon âme est éternelle et aspire à te revenir très vite.

J’étais un chat de type timbre-poste et j’étais chargé de t’apprendre le détachement affectif. J’avais la mission de t’aider à avancer sur ton chemin, et surtout qu’à travers moi, lorsque tu me chérissais, tu nourrissais et pansais toutes les blessures du passé. Tu as beaucoup de difficultés à gérer, à vivre ou à obtenir de la douceur dans la vie. Des parents très autoritaires et certains chocs psychologiques forts t’ont confrontée à des doutes, un manque de confiance ou de sécurité ou de croyances affectives.

J’étais là pour t’aider à te reconnecter à ton petit enfant intérieur et lui apporter cette sécurité affective, et je n’ai pas terminé mon travail auprès de toi. Tu as besoin de moi et de mon énergie pour continuer ta route.

Ces années avec toi ont été des années de grand et pur bonheur. Je n’ai jamais manqué de rien et tu m’as toujours considéré comme ton fils, j’étais ton petit et j’ai adoré être câliné par toi. Tu es ma maman et je t’aime, je te remercie de m’aider aujourd’hui à faire le passage car c’est la condition pour pouvoir te revenir. Ne regrette rien et ne culpabilise pas, tu te fais du mal pour rien, accepte et ne te torture plus l’esprit.

Et dès que tu te sentiras prête, mets-toi vite à ma recherche. Ce ne sera pas long, dès que toi tu auras la volonté de me retrouver, je me mettrai sur ton chemin. Tu sauras que c’est moi au premier regard, car nos âmes sont reliées depuis tout temps et nous étions déjà ensemble dans plusieurs vies. Et sois en certaine, c’est moi qui te reviens. Il n’est absolument pas question que je t’envoie un autre compagnon et je te remercie et remercie Christiane de m’aider à faire le passage et de m’en donner la possibilité. Ton intuition est très juste, alors fies-toi à elle et nous serons de nouveau très vite ensemble.

Puis il est venu à côté de moi et ensemble nous avons emprunté le chemin sur lequel il était assis à mon arrivée. Lorsque nous sommes arrivés devant le pont des fleurs, je lui ai promis de transmettre tous ses messages.

Gracias, merci à toi et à ma maman

Et il a traversé le pont pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Stipi, repose et ressource-toi et à très vite !