width=Teddy, ta gardienne me charge de te rassurer et de te dire qu’elle t’aime et qu’elle ne t’a pas abandonné. Elle t’a confié à sa fille parce qu’elle rencontre des problèmes de santé et doit rester hospitalisée. Ce n’est pas possible pour elle de t’emmener. Tu l’as revue samedi dernier et lorsqu’elle est retournée à l’hôpital le soir, tu étais bien triste et tu n’as pas mangé pendant 2 jours. Elle te reprendrait bien ce samedi et aussi si elle peut rentrer à la maison le 24 pour Noël, mais elle craint de te perturber encore plus et que les jours qui suivent tu ne manges pas.

Peux-tu lui dire ce que tu ressens et ce que tu aimerais ?

Je sais qu’elle ne m’a pas abandonné, mais c’est tout comme. Je ne peux pas me plaindre, on s’occupe de moi et je ne manque de rien, sauf de pouvoir rester dans ma maison avec ma maman, d’être choyé et câliné. Je ne dis pas qu’on ne me caresse pas ici, mais je suis en manque de ma gardienne, tout comme je sais que je lui manque. Nous sommes très proches d’un de l’autre, très fusionnels et lorsqu’elle ne va pas bien, je ne vais pas bien (miroir).

Dis-lui que je l’attends et que je suis pressé de la retrouver chez nous. A travers moi elle nourrit son petit enfant intérieur de tendresse, et elle a besoin de moi, de ma présence à ses côtés pour se sentir vibrer.

Je sais que c’est difficile pour elle, qu’elle a encore un travail intérieur à faire pour se décharger de toutes les souffrances, tout le mal-être du passé, mais j’ai confiance en elle. Je sais, même si elle n’a pas encore ressenti cette grande force qu’elle a en elle, qu’elle va combattre cette maladie, qu’elle va reprendre confiance en elle et en la vie et qu’elle va s’en sortir. Et après nous pourrons continuer notre aventure ensemble.

Ma mission consiste à l’aider à avancer sur son chemin en paix et en harmonie dans son cœur et son esprit. Dis-lui que même si pour moi c’est difficile de retourner chez sa fille lorsqu’elle repart se soigner, même si je boude la nourriture après, de la voir et de passer un peu de temps avec elle et dans ma maison me fait beaucoup de bien et me rassure, car je sais que c’est pareil pour elle, et que de savoir que je suis heureux de la voir lui fait beaucoup de bien, et inconsciemment je sais que ça l’aide à se battre parce qu’elle sait que j’attends son retour.

Elle est venue me chercher au refuge et je lui en suis si reconnaissant, je l’aime et c’est un grand bonheur de la revoir et de rentrer à la maison, même si les jours qui suivent sont difficiles. Les quelques heures passées ensemble me sont très chères et représentent bien plus que la douleur de son absence après.

Et puis cela m’aide et me conforte de savoir que ce n’est que transitoire.