Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et te poser quelques questions :

Concernant la communication, j’aimerais que vous lui disiez tout d’abord que je l’aime au plus profondément de mon être, comme un fils, comme un frère… et que le perdre sera pour moi une épreuve que je surmonterai difficilement..

Demandez-lui s’il peut m’aider à sa façon à m’y préparer au mieux et à accepter plus facilement et avec moins de souffrances son départ quand celui-ci arrivera.

Dites-lui que dans tous les cas, s’il décide de partir, je respecterai sa décision et l’aiderai/accompagnerai jusqu’au bout de son souhait.

Préférerait-il une euthanasie ou bien partir naturellement ?

Demandez-lui de me prévenir quand il aura décidé de partir…

Dites-lui que je serai à ses côtés coûte que coûte, que quoi qu’il arrive je l’aimerai pour toujours et je ne l’oublierai jamais.

Concernant son état de santé : comment se sent il ? A t-il des douleurs que je pourrais soulager ? Est-ce que je peux faire quelque chose pour lui ? Pour le soulager, pour lui faire plaisir même. Demandez-lui s’il y a quelque chose que je peux faire pour lui, pour son bien.

A t-il envie que je lui prépare quelque chose en particulier à manger ?

Est-ce que je compte pour lui ?

Est ce qu’il préfère rester à la maison comme il est actuellement ou voudrait-il que je l’emmène ici avec moi pour qu’il soit à mes côtés tous les soirs ? (Je ne dors pas à la maison en ce moment)

Et enfin, dites-lui que je souhaite de tout mon cœur passer encore de longs moments avec lui et que j’espère que son départ sera le plus tard possible, qu’il n’est pas encore prêt à partir car nous avons encore de jolis moments à vivre les deux et j’ai besoin de lui…

Je sais qu’elle s’inquiète pour moi, je suis dans un âge avancé, j’ai des soucis de santé et elle a peur de me perdre. Dis-lui que moi aussi je l’aime. Je l’aime comme ma maman et je me sens être son garçon, mais comme elle le dit, aussi son frère et son confident. Dis-lui que je suis sur mon chemin, que je prépare ma transition afin qu’elle se passe le mieux possible et que si possible je la fasse à mon rythme. J’aimerais pouvoir partir tout doucement parce que c’est la loi et lui éviter de devoir avoir la dure épreuve de m’aider à partir.

Je sais qu’elle sera là et qu’elle m’accompagnera avec beaucoup d’amour. J’ai des bobos dus à mon âge, mes articulations et mon arrière train sont douloureux, ils portent le poids de mon âge, rien d’anormal à cela. J’ai aussi des problèmes pour respirer et ressens parfois une forte oppression dans la poitrine, mais j’arrive à gérer sans trop de difficultés. Et si mon état devait s’aggraver et que je suis en souffrance, je sais que je peux te faire confiance et que tu prendras la décision de m’aider à partir, que tu le feras par amour pour moi.

Je ne manque de rien, je n’ai jamais manqué de rien, j’ai eu de la chance de vivre en harmonie avec toi même si la vie ne t’as pas toujours épargnée. Je suis à tes côtés pour t’apprendre le détachement affectif et t’aider à aimer sans dépendance ni co-dépendance vis-à-vis de l’autre.

Ma mission arrive à terme, mais il y a encore un peu de travail à faire. Sois rassurée, ce n’est pas pour demain, mais tu l’as bien compris, je prépare mon départ. Et j’aimerais que tu commences à t’y préparer aussi, puisque tu y songes souvent.

Au lieu de te laisser envahir par les angoisses, accepte-le dans ton cœur et ton esprit et dis-toi que la mort est un nouveau départ. Mieux je peux préparer cette transition, meilleures sont les conditions, au plus vite je pourrai me reposer et me ressourcer pour te revenir.

Toi aussi tu comptes plus que tout pour moi et lorsque le moment sera venu, je n’espère partir que quelque temps afin de pouvoir te revenir dans un corps physique en pleine forme. Nous avons cette chance, nous les animaux, de vous retrouver très vite. Même si ça ne fait pas partie de tes croyances, accepte-le, c’est la réalité.

Si tu me prends par les sentiments concernant la nourriture, un peu de thon de temps à autre me ferait plaisir (il m’a montré des yeux pétillants et la moustache qui frémissait). Moi aussi je souhaite encore passer du temps avec toi, moi aussi je souhaite prendre plus de temps pour préparer cette transition, et si tu me poses la question, je vais te répondre que j’aime que tu restes dormir avec moi, mais je sais aussi que tu as besoin de vivre ailleurs, alors ne culpabilises pas et vis ce que tu dois vivre.

Oui j’aimerais venir avec toi, mais je crains que ce soit inconfortable pour ma santé, ça reste à vérifier !

De passer les soirées avec toi est un vrai plaisir et peut-être que mon corps acceptera sans problème de faire cet effort. Je t’aime et je n’aime pas rester seul.