width=Nathalie aimerait savoir si tu souffres physiquement et si oui, ce qu’elle pourrait faire pour te soulager.

Je ressens une douleur dans la bouche, en bas et surtout lorsque je mange, c’est supportable malgré que ce soit lancinant de temps à autre et que j’ai comme des pointes. Les dents me font mal aussi je crois, je ne sais pas j’ai mal lorsque je mastique. Je n’aime pas trop la vétérinaire, aucun chat n’aime y aller alors si je peux l’éviter c’est mieux.

Je ne crois pas Timie, tu vas avoir besoin qu’on te fasse un détartrage et aussi qu’on s’occupe de ce que tu as sous le menton, si tu as mal tu ne peux rester comme ça.

Je me sens en pension ici, c’est chez moi et pas chez moi, je ne peux pas t’expliquer, je sais que j’habite ici mais ce n’est pas vraiment ma place. Ma place était chez ma gardienne et elle me manque beaucoup. Je ne suis pas malheureux mais depuis toutes ces années, je me sens un peu en standby. Nathalie est aimante et attentionnée avec moi, mais ce n’est pas ma gardienne, elle a son Léo et ils sont très attachés l’un à l’autre, moi je me fais toute petite à côté pour avoir une petite place dans son cœur et cette maison.

Celle-ci, avec le départ de la mamie, mériterait d’être nettoyée énergétiquement. Elle a beaucoup souffert, et faire partir toutes ces mémoires serait nécessaire. Elle me manque, j’aimais lui apporter de la tendresse, on se câlinait beaucoup toutes les deux. Elle trouvait en moi de la force et de la joie et ça l’aidait à supporter son quotidien. Elle a eu un peu de mal à partir, Nathalie la retenait, mais elle a réussi à monter dans la lumière et je suis très heureuse pour elle.

Nathalie me charge d’un message pour toi :

Mes questions :

 J’aimerais savoir si elle souffre physiquement ?

 Ce qu’elle souhaite que je fasse pour la soulager

 Si elle accepte de revoir la vétérinaire ?

 Ce qu’elle pense de sa vie dans cette maison ?

 Ce qu’elle ressent depuis le décès de maman (car elles étaient proches) ?

 Si je suis suffisamment aimante et attentionnée avec elle ? 

 Mon message :

 Timie, tu es une minette adorable, douce, aimante, discrète. Je t’aime beaucoup mais je sais que ta vraie “maman” est ma sœur Cécile et peut-être que j’ai peur de trop m’attacher à toi et de souffrir si elle décidait de te reprendre un jour. Cela m’attriste souvent lorsque je l’entends te dire “ma Timie” même si c’est tout à fait normal. Elle t’a confié à maman et à moi il y a bientôt 8 ans à cause des problèmes de santé de son mari, “ton papa”. Je sais que je ne suis pas assez disponible pour toi et je te demande pardon. Le lien fusionnel que j’ai avec Léo, mon chat, est peut-être difficile à vivre pour toi mais sache que tu as aussi une grande place dans mon cœur.

Merci pour ton message, je sais que j’ai une petite place dans ton cœur et que surtout tu as peur de t’attacher à moi, tu as peur de souffrir le jour où ma gardienne me reprendra. Mais cela fait si longtemps qu’elle m’a confiée à toi, qu’elle me manque terriblement et que par ailleurs je n’ai pas trouvé ma vraie place ici. Comme je l’ai dit je me sens en standby ici, un peu entre deux et c’est la raison pour laquelle j’étais tellement proche de la mamie.

Elle aussi, et surtout cette dernière année, savait qu’elle était entre deux, mais pour ne pas te faire souffrir elle n’osait pas le dire. J’aimerais que tu vives dans le moment présent, dans le ici et maintenant et que tu vives ta vie et ce que tu ressens pleinement sans te poser des questions pour ce qui pourrait être le lendemain.

Léo peut comprendre que j’ai aussi droit à avoir ma place ici, et que tu t’occupes un peu plus de moi, il ne t’en voudra pas. Le temps passe et je commence à avoir des problèmes de santé et ma gardienne ne me reprendra peut-être jamais, et toi à côté de ça tu as peur de t’attacher à moi. Et moi dans tout ça ? Moi j’attends, je prends ce qu’on me donne et depuis le départ de mamie c’est difficile. Avec elle, je me sentais utile, maintenant j’attends que le temps passe et c’est parfois très long.

Moi je t’aime et j’aimerais bien que tu t’intéresses plus souvent à moi, merci de m’avoir permis de te le dire. Profite du moment présent, tu n’es pas toujours centrée dans le ici et maintenant. Il y a souvent un grand déséquilibre et avec tes problèmes de santé, c’est très mauvais. Fais en moins, mais fais le bien…