16.TitiJe suis content de pouvoir rejoindre le paradis des jars. J’ai eu une grosse frayeur lorsque j’ai compris que ce chien allait m’attaquer et je savais que mon heure était venue. Le choc m’a complètement paralysé et assommé, mais je n’ai pas eu mal…Dis à ma gardienne que je n’ai pas eu la vie que j’aurais du avoir. Pour dire juste, je n’aurais pas dû vivre. Ma maman m’a rejeté et ne m’a pas couvé et je n’aurais même pas dû voir le jour. Mais elle (ma gardienne) s’est occupée de moi et m’a aidé à sortir de mon œuf. Elle m’a soigné, m’a bichonné, aimé et je lui en suis très reconnaissant. J’ai été très heureux d’être aussi proche d’elle, mais en même temps j’avais envie d’être avec et comme les autres.
Elle voulait m’aider à vivre, mais je suis resté petit et chétif, et les autres ne m’ont jamais accepté. Ce départ brutal dans la violence doit lui faire comprendre que la logique des choses reprend son cours. On ne peut pas s’approprier la vie ou la nature. On ne peut pas forcer le destin et mon destin sur cette terre était de très courte durée.
Mais depuis elle a évolué, et j’étais aussi sans doute là pour le lui faire comprendre. Elle ne doit plus culpabiliser maintenant. Tout ce qu’elle a fait pour moi (m’aider à sortir de l’œuf, car trop faible pour y arriver tout seul, m’envelopper dans du coton et le poser sur le radiateur pour m’apporter de la chaleur) elle l’a fait avec son cœur et je lui en suis très reconnaissant.
Dis-lui aussi, que je n’en veux pas au chien. Si elle le croise, elle ne doit pas lui en vouloir. C’était l’instinct et je n’ai aucune rancune vis à vis de lui.

Sa gardienne en a été très choquée et elle n’aura plus le même regard sur son chien. Elle culpabilise et aura du mal à oublier cette tragédie, je suis triste pour elle.