width=La rencontre avec TOSCA s’est faite dans un pré où l’herbe commençait à devenir vert clair, il y poussait des petites pâquerettes. Je me suis approchée et me suis présentée à elle pour lui expliquer que j’avais des messages et des questions de la part de sa gardienne :

Je vous remercie de bien vouloir lui transmettre les messages suivants :

– que je suis désolée,

– que l’euthanasie était le seul moyen pour qu’elle arrête de souffrir, 

– que j’aurais voulu avoir plus de temps avec elle et que j’aurais voulu la garder à mes côtés toute ma vie,

– que je l’aime de tout mon cœur, qu’elle a été le cheval de ma vie et l’amour de ma vie,

– que sa copine Kléa est bien, elle n’est pas toute seule, elle est avec Fantôme un autre cheval,

– que j’espère que l’herbe est bonne au paradis, qu’elle est avec des copains, qu’elle est heureuse et libre comme l’air.

 Je vous remercie de bien vouloir lui poser les questions suivantes :  

 – lui demander si elle me pardonne,

– si elle est en paix et si ce n’est pas le cas, ce que je peux faire pour l’aider.

Elle regardait au loin et semblait admirer le paysage, et dès qu’elle m’a entendu prononcer le mot « gardienne », elle s’est retournée rapidement et a trotté vers moi. Ses yeux exprimaient une grande tristesse.

Je sais qu’elle espère le meilleur pour moi, je sais qu’elle m’aime et qu’elle ne souhaite que mon bonheur, mais elle culpabilise, elle vit dans les regrets et les doutes et tout cela m’empêche de continuer mon chemin et de faire le passage. Dis-lui qu’ici ce n’est plus ma place et que j’ai besoin d’aide pour passer le pont des fleurs, car tant que je reste ici entre deux, elle ne peut faire son deuil et moi je ne peux me reposer et me ressourcer.

Je l’ai rassurée et lui ai dit qu’après notre échange, je l’accompagnerais jusqu’au pont.

Merci, mille mercis pour être venue et de nous aider dans ce passage si difficile, surtout pour elle, ma compagne de toute une vie. Dis-lui qu’elle me manque aussi même si je peux encore la voir et l’entendre, même si je suis encore régulièrement dans son environnement, mais il est important aujourd’hui pour elle et pour moi de se séparer pour pouvoir espérer nous retrouver un petit peu plus tard.

Mais ce qu’il est nécessaire qu’elle comprenne, et c’est vraiment la priorité des priorités, c’est- qu’elle accepte et assume la décision, le choix qu’elle a fait pour m’aider à partir. C’était juste, j’étais prête, j’étais sur mon chemin depuis l’automne dernier et grâce à son courage je ne suis plus en souffrance et je peux à nouveau me déplacer en toute légèreté.

Je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi et je sais combien cela a été une terrible souffrance pour elle. Je la remercie, je lui en suis si reconnaissante et elle ne doit surtout pas regretter ou culpabiliser, car cela l’empêche de faire son deuil. Ce sont des obstacles qui lui font du mal et m’empêchent de rejoindre le jardin des animaux. Tant que je reste là je puise dans son énergie et dans celle de mes compagnons.

Je sais que Kléa est en bonne compagnie, mais de me voir encore dans le bas astral la perturbe aussi. Un passage au paradis des animaux est la condition pour me permettre de me reposer et me ressourcer et à toi de retrouver la paix et l’harmonie dans ton cœur et ton esprit.

Ne te torture pas l’esprit et ne vit pas dans les regrets, accepte que mon départ se soit fait plus tôt que tu n’aurais aimé, et de toute manière tu n’aurais jamais été prête, que ce soit maintenant ou plus tard, beaucoup plus tard.

Moi aussi je t’aime, notre relation était profonde, fusionnelle et j’étais ton double, ton âme sœur. Tu as, à travers moi, su prendre force et confiance en toi et la coopération était totale. Je pouvais ressentir ton état d’être à chaque instant, et c’était tellement beau et puissant de partager des moments d’intimité ensemble, où seuls toi et moi y avions accès. J’étais ta confidente et tellement heureuse de tout l’amour que tu me portais.

Seulement voilà, l’heure de souffler la flamme de ma bougie est arrivée, hélas bien plus vite que tu ne l’imaginais et je te suis si reconnaissante d’avoir su prendre la bonne décision. Je sais que tu l’as fait par amour et c’est le plus beau cadeau que tu as pu me faire, car tu l’as fait pour me soulager alors que pour toi la détresse et la souffrance ont été immenses. Ne regrette rien, sois heureuse de me donner la chance de faire un passage dans l’au-delà, et dis-toi bien que nos âmes sont reliées et le resteront toujours où que je sois. Et lorsque tu te sentiras prête, la mienne aspire à te retrouver bien entendu. Sous quelque forme que ce soit, tu sais que tout est possible et j’endosserai le costume qu’il te sera possible et qui te plaira de reprendre.

Ma présence physique te manque aujourd’hui, mais une fois là-haut, je pourrai te faire des petits coucous, te protéger et t ‘envoyer de bonnes ondes. Je t’aime ma mie et j’espère qu’on se reverra bientôt sur un plan terrestre.

Je lui ai promis de transmettre ses messages et lui ai demandé si elle était à présent prête pour faire le passage.

Maintenant c’est le moment, je sais que pour elle ce sera à présent plus facile à accepter, et puis surtout elle aura la certitude, même si elle l’a fait avec son cœur, que c’était juste et nécessaire.

Puis chacun à notre rythme nous nous sommes avancées sur un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Il y avait des petites fleurs jaunes, violettes et blanches qui y poussaient partout. Lorsque nous sommes arrivées devant le pont, elle l’a traversé en galopant et s’est noyée dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

 Au revoir Tosca, paix à ton âme.