TSINKATa gardienne aimerait savoir si tu es heureuse, si tu as besoin de quelque chose ?

Oui, je suis très heureuse, j’ai eu beaucoup de chance de tomber sur ma gardienne et qu’elle nous adopte toutes les deux. Avec Emeka, on allait nous séparer et c’était impossible pour nous de vivre l’une sans l’autre. Nous nous sommes sauvées, et nous avions très peur qu’on nous rattrape pour nous vendre. Nous adorons chasser et nous étions destinées à des chasseurs, mais nous voulions rester ensemble. Et puis nous aimons la chasse, mais pour s’amuser, pas pour flairer le gibier que l’on tue après.

Tsinka, as-tu été traumatisée, y penses-tu encore ?

Oui, souvent, surtout lorsque j’ai faim car j’ai eu très faim et je me sentais perdue. J’avais perdu les quelques repaires que ma maman m’avait inculquées, c’était traumatisant. Un jour on a attrapé un poussin et on s’est fait tirer dessus, on manquait de nourriture, mais aussi de sécurité et de protection.

Et maintenant, as-tu besoin de quelque chose ?

Oui, j’ai besoin de savoir, besoin qu’on me montre que je suis aimée, mais libre. Qu’on me laisse libre, j’y ai pris goût toute petite, et je n’aime pas être limitée.

Oui, je comprends, mais tu vis entourée d’humains, et les choses ne sont pas aussi simples. Tu ne vis pas à l’état sauvage dans la nature et tu dois donc être éduquée. Tu dois comprendre quand ta gardienne te dit non, ou quand elle te rappelle qu’il faut l’écouter, car c’est souvent pour des raisons de sécurité. Parfois il y a des personnes qui ont peur des chiens, et il y a aussi le danger de la route.

Oui je comprends, mais lorsque je suis dans l’action, j’oublie tout et je ne fais que suivre mon instinct, c’est plus fort que moi et je regrette de lui causer du tracas, elle ne le mérite pas.

Je dois te dire que ta gardienne vous aime énormément toutes les deux, même s’il lui semble que tu es très jalouse d’Emeka, et elle voudrait que tu saches qu’il n’y aucune raison à ça. Il faut que tu laisses plus de place à ta sœur.

Oh mais elle ne s’en plaint pas auprès de moi, elle sait que j’ai besoin d’être un peu plus privilégiée, c’est un peu mon caractère, d’être possessive et cela me rassure.

Oui, mais tu n’as pas voulu être séparée de ta sœur, elle a donc droit aux mêmes privilèges que toi.

Ben non, elle, elle ne boîte pas, alors que moi si, tantôt je claudique cela me fait mal et c’est gênant, c’est frustrant.

As-tu très mal à ces pattes ?

Parfois oui, parfois non, c’est variable, et j’ai besoin de plus d’attention qu’elle.

Sais-tu pourquoi tu boîtes, as-tu subi un traumatisme, percutée par une voiture ou reçu un coup ?

Non rien, je ne me souviens pas.

Est-ce que ça va mieux depuis que le monsieur t’a manipulée ?

Oui quand même.

As-tu un message pour ta gardienne ?

Je l’aime et ne voudrais jamais être séparée d’elle. Elle est jeune et a encore tout à apprendre, et même si je suis une chienne parfois très désobéissante et très fougueuse, je suis là pour lui apprendre la tempérance.

Peux-tu m’expliquer ?

Elle va parfois très vite et ne réfléchit pas assez avant d’entreprendre. Elle est pressée d’arriver au bout et en oublie l’essentiel. Dis-lui qu’il faut tempérer et agir calmement afin de trouver les solutions les mieux adaptées. Avec nous, qui avons du mal à grandir, nous lui montrons que dans la vie il faut s’armer de patience.

Ta gardienne souhaite apprendre à communiquer avec vous.

Oui, nous on attend que ça, c’est tellement plus sympa de parler ensemble et de pouvoir se dire les choses dans l’instantané. On pourra lui expliquer qu’on a parfois des réactions de « chiens », mais qu’elles sont normales, même si elle semble les trouver primaires et pulsionnelles.

Pouvez-vous l’aider à apprendre la communication animale ?

Son esprit cartésien a besoin de comprendre comment faire et pour cela tu n’as qu’à lui expliquer toi…