width=Après avoir fait un soin énergétique pour réaligner les chakras et les corps subtils et émotionnels d’Ulann, je me suis approchée doucement de lui et j’ai bien remarqué que plus je m’approchais, plus il avait l’œil inquiet. Je me suis arrêtée quelques instants, me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages à lui transmettre de la part de sa gardienne ainsi que des questions à lui poser :

Comment va-t-il moralement et physiquement ?

Est-il heureux ?

Pourquoi est-il autant sur l’œil ? Stressé?

A-t-il confiance en moi ?

J’aimerai en savoir un peu plus sur son passé, pourrait-il en parler un peu plus ? 

Je sais qu’il est parti chez une personne avant de revenir chez son éleveuse, comment l’a-t-il vécu ?

Comment vit-il sa nouvelle vie chez moi ?

Aimerait-il voir de nouvelles personnes et de nouvelles choses ? Type balade, randonnée, concours, aller à la mer, d’autres cavaliers que moi ?
Est ce qu’il s’entend bien avec les autres chevaux du champ ?

J’aimerai lui dire que grâce à lui, je me suis beaucoup remise en question, il m’a fait évoluer comme aucun autre poney ne l’a fait. Ulann est un vrai coup de cœur pour moi, je ne veux que le meilleur pour lui. Je veux qu’il soit heureux et épanoui. Je ne l’abandonnerai jamais. J’ai peur de faire des erreurs avec lui, je sais que j’en ai fait dans le passé et j’en suis tellement désolée. J’essaie de faire le meilleur pour lui.

 Après lui avoir lu le contenu, je l’ai rassuré et lui ai demandé s’il préférait que je reparte ou s’il acceptait de répondre. De profil, il s’est retourné et m’a regardé de face, le regard toujours très anxieux, mais je pouvais aussi y lire une pointe d’apaisement. Je suis restée quelques instants sans bouger et j’ai admiré le paysage, l’endroit me semblait plutôt très ressourçant et ce poney semblait être à sa place dans ce pré. Un peu plus loin je pouvais voir d’autres chevaux, mais ils avaient bien compris qu’il ne fallait pas s’approcher, que le moment était un moment privilégié pour leur congénère. Je m’attendais à ce qu’Ulann se retourne et reparte vers eux, mais à ma grande surprise il a fait quelques pas vers moi et m’a dit :

Je suis un cheval très angoissé, très craintif, j’ai peur, peur de tout depuis tout temps, depuis que je suis né, et ma maman n’a jamais su m’aider et me rassurer. Elle-même vivait dans le stress et la peur et elle ne m’a pas éduqué pour m’apprendre à avoir confiance et éliminer toutes ces craintes. On a un peu de mal à le comprendre, à me comprendre et cela rajoute à mon état d’être.

Ce qui me donne confiance en toi et que j’apprécie énormément, c’est que tu l’as ressenti , et tu me demandes si je me sens dans l’instant présent capable de te répondre, ou bien si mon état de stress est tellement fort que c’est mieux pour moi que tu y renonces. Merci, je te remercie du fond du cœur pour ce grand respect que tu as envers moi et cela m’encourage à t’ouvrir mon cœur.

De personnalité plutôt très réservé à cause de mes peurs, j’ai plutôt tendance à fuir l’humain que de l’approcher. Aujourd’hui je n’ai pas peur de me rapprocher de toi et tu ne peux savoir combien cela fait du bien, car moralement, de vivre continuellement sous la pression, est plutôt très handicapant pour moi et aussi physiquement éprouvant et fatiguant.

Dis à ma gardienne que je l’aime de tout mon cœur et que je suis désolé d’être toujours sur la défensive et le qui-vive, cela n’a rien à voir avec elle. C’était bien avant et depuis ma naissance je crois bien. Dis-lui que je suis heureux d’être avec elle, que je suis si heureux qu’elle m’ait adopté, pour moi aussi ce fut un réel coup de foudre en la voyant.

Oui je lui fais confiance et ma vie a beaucoup changé depuis que nous sommes ensemble, mais il subsiste toujours encore au fond de moi des mémoires de peurs, et ces mémoires sont bien ancrées et j’en suis désolé.

Ce n’est pas étonnant qu’elle m’ait choisi, elle a bien compris que c’est ce lien qui nous rapprochait, et cela l’a aidé à faire un travail sur elle pour lui permettre d’avancer sur son chemin avec plus de légèreté, et surtout d’être en confiance par rapport à ce qu’elle est, ce qu’elle a de plus profond en elle, mais aussi par rapport en la vie et en l’univers.   Je suis bien content de remplir cette mission auprès d’elle et j’aimerais bien, moi-aussi, être plus zen et pouvoir lui offrir de belles balades ou randonnées, mais j’ai besoin de temps, beaucoup plus de temps.

La personne chez qui j’étais avant ne l’a pas compris et était trop pressée de me monter, pour elle j’étais avant tout sensé lui amener du plaisir, et devant mes peurs il a préféré me ramener au point de départ. Ce n’est pas de sa faute, il ne m’a pas forcé, ça ne collait pas avec lui tout simplement.

Avec toi les choses sont différentes et je l’ai vu tout de suite, et même si tu penses que je n’ai pas confiance, ce n’est pas le cas. Mais lorsque les angoisses et le stress commencent à monter, je n’arrive pas à contrôler mes peurs et mes pulsions. Mea culpa, je sais, j’ai bien conscience que je représente parfois un danger pour toi et aussi et surtout pour moi.

J’ai très envie d’avoir une grande autonomie, mais ce n’est pas sans danger et il est difficile de me surveiller à chaque seconde. Depuis que je suis avec toi j’apprends à être un peu plus calme, mais ce n’est pas gagné, je suis navré. Les autres chevaux ont capté mes peurs et mes tensions et me respectent, cela me donne confiance. Quant à voir de nouvelles personnes ou choses ? Non laisse-moi d’abord soigner mes grandes peurs, aide-moi, donne-moi les moyens de le faire stp. Sois patiente avec moi mais ne m’oblige pas à faire des concours ou des grandes promenades dans des endroits que je ne connais pas et où l’appréhension va être vive, et surtout ne me fait pas monter par d’autres cavaliers.

Je vais faire des efforts, j’ai bien conscience que mon état et mon comportement posent problème, mais j’ai besoin de ton soutien et de ton aide. Je t’aime et je suis en quelque sort ton miroir !