width=A mon arrivée sur le chemin, Vaya surnommée Louloute m’y attendait. Elle m’a regardée avec des yeux à la fois très étonnée et en même temps elle avait le regard qui avait l’air de vouloir me dire quelque chose. Lorsque je me suis présentée à elle, elle m’a aussitôt dit :

Je sais qui tu es et pourquoi tu es là. Et je suis très heureuse qu’elle ait fait appel à toi. Je sais que tu vas lui donner mon message et qu’après tu m’aideras à partir au jardin des animaux. Je l’attends ce passage depuis quelques semaines, car ici ce n’est plus ma place et je lui pompe son énergie. Cela la rendrait malade et dépressive si je continuais à rester trop longtemps dans son entourage.

J’étais jeune mais pas en bonne santé, une pathologie lourde, mais qui n’a rien à voir avec elle, qu’elle ne s’inquiète pas. C’est une maladie que j’ai ramenée d’une autre vie, car je suis redescendue trop vite, je n’ai pas eu le temps de me reposer et me ressourcer .Mais lorsqu’on est appelé pour une mission, on n’a pas le choix, on ne peut pas faire autrement et toi tu le sais bien, tu connais notre travail auprès de vous les humains.

Dis-lui que je suis reliée à elle, j’étais déjà avec elle lorsqu’elle était bien plus jeune (ado) et que l’occasion m’a été donnée de la retrouver dans cette vie-là. Je n’ai pas hésité une seconde. Elle avait besoin de moi et on m’a en quelque sorte guidée vers elle.

Ma gardienne est une personne très chaleureuse qui a vécu des moments difficiles. Elle porte comme tout un chacun des choses qui ne lui appartiennent pas et dont elle doit se séparer. Ma présence auprès d’elle ne devait pas seulement l’accompagner sur son chemin pour retourner à sa source, l’ouvrir à l’amour inconditionnel, non j’étais aussi là pour lui montrer que tant qu’on n’a pas réglé les choses qu’on doit régler, on ne peut pas avancer dans la vie et à un moment ou un autre on se retrouve devant la case « départ ». Elle a fait appel à toi, ma maladie et mon départ sont incompréhensibles pour elle. Elle a beaucoup de mal à l’accepter, à lâcher prise et se pose beaucoup trop de questions. Il y a de la culpabilité aussi, beaucoup de culpabilité de n’avoir pas su m’aider et la peur que la maladie ait été générée par elle.

Dis-lui que je l’aime et que je suis triste de la faire souffrir, mais elle doit prendre cette triste et douloureuse expérience comme une nouvelle route qui s’ouvre à elle comme une possibilité d’enfin pouvoir retrouver sa voie et son chemin de vie. C’est le moment d’une réelle prise de conscience pour elle et de pouvoir se débarrasser de tous les bagages du passé, de tout ce dont elle ne veut plus. Mon arrivée et mon départ n’ont pas été un hasard dans sa vie, même si cela lui fait mal. Je suis désolée de lui infliger cette peine, mais elle en comprendra mieux les raisons dans quelque temps et sera heureuse de s’être enfin retrouvée. Et puis je ne serai jamais très loin, quelques semaines suffiront à me ressourcer correctement et je pourrai lui revenir dans un corps de chien en bonne santé. Je le souhaite de tout mon cœur.

Elle aussi Louloute espère refaire un bout de chemin avec toi plus tard. Elle a aussi un message important pour toi et je n’ai pas encore pu te le transmettre, tu ne m’en as pas encore donné l’occasion :

« Je l’aime, je pense fort à elle et elle sera toujours dans mon cœur ».

Ma mamie d’amour, je sais qu’elle m’aime et que je resterai dans son cœur, d’où la nécessité de lui revenir dans de meilleures conditions pour nous permettre de vivre de belles années ensemble.

Je me charge de lui transmettre tous les messages, Louloute, es-tu prête à partir maintenant ?

Oui je le suis et je suis heureuse que ce soit toi qui m’accompagne, ce n’est pas un hasard non plus, elle aura besoin de toi ces prochains mois et je sais que tu pourras l’aider.

Je te remercie pour ta confiance Louloute.

C’est normal, tu es un ange.

Puis elle est venue à côté de moi et s’est frottée la tête contre ma cuisse, je lui ai demandé l’autorisation de la caresser et elle a, en guise de réponse, poussé un gros soupir. Ensemble nous nous sommes avancées sur le chemin de lumière et au loin, avant l’escalier de l’arc en ciel on pouvait apercevoir des petits cœurs rouges, il y en avait partout et elle m’a dit :

Elle aime les petits cœurs !

Puis lorsque je me suis arrêtée, elle a continué son chemin et s’est noyée dans cette magnifique énergie.

Au revoir Louloute, à bientôt !