VindsvhalJ’arrive sur le chemin, et je rencontre Vindsvhal qui est couché sur ses flancs et semble m’attendre. Je le salue et lui explique que j’ai des messages à lui transmettre de la part de sa gardienne.

Oui je sais, je lui manque et elle n’arrive pas à faire son deuil, mon départ a été si rapide pour elle.

Oui Vindsvhal, elle aimerait que tu saches quel chat merveilleux tu as été, à quel point tu lui manques et combien ça lui a fait mal de te voir dans cet état pendant les dernières semaines de ta vie. Elle aimerait aussi que tu saches qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour toi et combien elle regrette de ne pas avoir réussi à te garder auprès d’elle plus longtemps.

Je suis bien conscient des souffrances que mon état lui a causées et j’en suis désolé. J’ai de la peine de la voir triste et  se torturer l’esprit de ne pas avoir pu me garder plus longtemps. Elle est encore très affectée et cela m’empêche de partir. Elle ne doit pas culpabiliser, elle a fait ce qu’elle pouvait et devait faire. C’était le moment pour moi et lorsqu’on est rappelé, même si l’on sait que notre départ vous crée des souffrances avec des tas de questions et de regrets, nous nous préparons à prendre le chemin et la transition peut se faire dans la douleur et dans des conditions qui vous font comprendre qu’il n’y a pas d’autre issue. Sinon comment aurait-elle pu me laisser partir, si j’avais été en bonne santé. Jamais elle n’aurait pu comprendre cette vérité, et la culpabilité serait très forte. Je l’ai aimé plus que tout, c’est une personne formidable, et nous avons connu quelques années de bonheur ensemble.

J’étais là pour l’aider à grandir et j’étais plus qu’un guide pour elle. J’avais cette belle mission de l’aider à prendre confiance en elle, de la protéger et s’ouvrir à la vie sans trop de déceptions. J’étais en quelque sorte son doudou, son ange. Et les anges ne vous quittent jamais. Même si vous ne pouvez pas toujours les voir ou les sentir, ils sont toujours auprès de vous. Et moi je suis là sur mon chemin, et il me tarde de retrouver le jardin des animaux d’où je pourrai encore plus l’entourer, la protéger et lui envoyer de la lumière et des bonnes énergies pour l’aider à se construire, à construire sa vie. Elle ne doit pas me pleurer, qu’elle ne doute pas, elle va retrouver le sourire. J’aime lorsqu’elle est gaie et joyeuse, j’aime lorsqu’elle chante et danse, et j’aime lorsqu’elle est heureuse. Mon départ ne doit pas la faire souffrir. Je suis juste de l’autre côté du voile et même si elle ne peut me voir, moi je la vois et je continue de la guider le temps qu’il faudra. Elle l’avait bien compris, je ne suis pas un chat comme les autres, et je me chargerai de lui en envoyer un autre que j’aurais initié pour une nouvelle et belle mission auprès d’elle. Il s’agit maintenant d’avancer sans hésiter et de faire les bons choix. Ca ne devrait pas être trop difficile, qu’elle garde confiance.

Dis-lui que je vais partir maintenant et traverser le pont des fleurs. Je serai attentif à elle et où que je sois, je serai toujours là pour elle. Lorsqu’elle verra un arc en ciel, elle pourra me voir et si son magnifique sourire revient sur son visage, celui-ci sera encore plus lumineux.