ZLATANBonjour Zlatan, c’est F………… ta gardienne qui m’envoie vers toi. Ton départ tragique la bouleverse et la rend folle. Tu étais son premier chien mâle, et vous étiez très proches, elle t’aime.

C’est difficile pour elle et pour moi, ce départ a été très violent et le choc que j’ai subi, mais aussi sa douleur, son incompréhension m’empêchent de partir et je reste là, tout près, à côté d’elle à chaque seconde de son existence. C’est normal qu’elle sente mon énergie et ma présence, et cela la rend encore plus triste. Ici ce n’est plus ma place et j’ai besoin d’aide pour me libérer et partir là où je dois aller. Bientôt je ne pourrai plus rester là, sans puiser leur énergie ou celles de mes compagnes, et ce n’est pas sain, ni pour moi, ni pour eux. Il faut déjà qu’elle arrête de se torturer l’esprit, c’était un accident, un stupide accident comme il en arrive tous les jours. Peut-être n’étais-je pas assez centré, pas assez dans le présent, dans le ici et maintenant, peut-être étais-je trop dépendant d’elle, que j’avais trop besoin d’être avec elle. Toutes ces questions la hantent, la culpabilisent et cela aussi m’empêche de partir. Ce qui a été n’est plus, et ce n’est pas bon pour eux de vivre dans les regrets et la culpabilité. Il s’agit d’en prendre conscience et d’accepter cette vérité, même si c’est difficile. Je suis jeune et peut-être aussi rappelé parce-que je suis fougueux et n’arrive pas à canaliser mon énergie. J’avais la mission de l’aider à avancer sur son chemin, de se reconnecter à sa source, de s’ouvrir à l’amour inconditionnel. J’ai un peu failli à ma mission et nous sommes devenus trop dépendants l’un de l’autre. Ce n’était bon ni pour moi, ni pour elle. Si on m’aide à partir au jardin des animaux, je pourrai dans quelque temps, lorsqu’elle sera décidée, lui revenir et lui apporter ce dont elle a besoin (l’énergie d’un petit garçon). Je les aime tous les deux et souhaite leur bonheur. Ce départ ne doit pas entraver leurs projets, ils sont sur la bonne route, il s’agit juste de lâcher prise, d’être un peu patients et surtout de garder confiance.

Est-ce que toi tu peux m’aider à aller sur mon chemin à moi ? Est-ce que tu peux m’emmener dans le paradis des animaux ? Même si je ne vais pas y rester longtemps, le passage est obligé et il me tarde de trouver la paix afin que eux tous, y compris mes congénères, retrouvent la joie et l’harmonie dans leur cœur et leur esprit.

Zlatan, je peux te guider et te montrer le chemin que tu dois prendre, cette communication et les messages que je vais leur apporter doivent te permettre de trouver la force de partir, mais moi, je ne peux pas t’emmener au jardin des animaux. On me montre l’endroit et je peux à travers mes connexions avec l’au-delà m’y promener, mais je n’ai pas le pouvoir de t’y emmener. Tu peux y aller tout seul, il suffit de t’autoriser à le faire car tu peux le faire.

Oui, je sens que le moment est venu. Je suis prêt, montre-moi le chemin.

Il me regarde, un regard affirmé et serein, il a compris que le moment de libérer son âme était arrivé, puis il s’est mis à trottiner très joyeusement, très allègrement faisant mine au passage d’attraper des papillons qui commençaient à virevolter autour de lui. Le chemin qu’il a emprunté est devenu de plus en plus clair, lumineux et il s’est noyé dans cette lumière. Il est parti. Au revoir Zlatan.