La rencontre avec Jumper a eu lieu dans un pré très vert et très fleuri, un pré qui se trouve juste avant le pont des fleurs. Lorsque je me suis approchée d’elle, elle est aussitôt venue vers moi pour m’accueillir :

C’est normal qu’elle n’a pas su établir la communication avec moi, c’était bien trop tôt, j’avais besoin de quelques jours pour continuer ma transition, et tu le sais bien et elle aussi, c’est la période, le petit laps de temps qu’il faut nous laisser avant d’établir une connexion. Maintenant je suis prête à le faire et je me sens aussi prête à faire le passage.

Je lui ai dit que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de ses gardiens :

Message à Jumper : toute la famille t’aimait très fort. Tu étais une chatte tellement gentille et câline. Tu nous manques beaucoup et on pense beaucoup à toi. La maison est bien vide sans toi. On espère que tu es bien là où tu es maintenant.

Questions :

– Qui était ton gardien ?

– Quelle était ta mission ? Auprès de lui ou autre ?

– Ton départ était-il prévu ou était-ce un accident ? Que s’est-il passé ?

– As-tu souffert ?

– Tu étais seule au moment de ton départ, est-ce que tu nous pardonnes ?

– Pourquoi es-tu partie environ une année dans l’autre famille ? Et revenue ensuite ?

– As-tu déjà été avec nous avant ?

– Est-ce que tu vas revenir ?

– As-tu un message pour nous ?

 Dis-leur merci pour leur message d’amour, je sais qu’ils m’aiment et que je leur manque. Moi aussi je les aime et ils me manquent aussi. Je sais que la maison leur semble bien vide sans moi et je ne peux que leur dire de ne pas trop me pleurer, et de ne pas trop en souffrir, car même si je ne suis pas encore montée au jardin des animaux, je me sens bien maintenant, je me sens toute légère et n’ai plus aucune douleur.

Dis-leur de ne pas culpabiliser de n’avoir pas été à mes côtés lorsque j’ai fait le grand saut. Je l’avais décidé ainsi et j’attendais qu’ils partent pendant les fêtes pour tirer ma révérence. Le mal me rongeait de l’intérieur et ils ne pouvaient rien pour moi. Je suis désolée de leur infliger cette peine, mais je ne voulais pas les inquiéter et je ne voulais surtout pas qu’ils annulent leur séjour pour rester avec moi.

Ils ne pouvaient plus rien pour moi et j’ai choisi de partir pendant leur absence. Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup souffert, je m’étais réfugiée dans mon corps astral depuis quelque temps et j’arrivais à gérer les douleurs pour les rendre supportables.

Oui j’étais déjà avec eux, ou plutôt avec elle (la gardienne) et son départ m’a beaucoup perturbé. J’étais là pour lui apprendre le détachement affectif, l’aider à se projeter dans la vie en toute confiance et ne pas vivre dans les souffrances du passé. Elle a choisi de partir plutôt que de faire un travail intérieur sur elle qui lui aurait bien aidé à avancer sur son chemin. Ce fut la fuite en avant et cela a bien été traumatisant pour tout le monde.

Je suis partie dans la famille pour les aider à avancer eux aussi sur leur chemin de vie, mais c’était peine perdue. Aucune prise de conscience et surtout aucune volonté pour y parvenir et c’est tout naturellement dans ma famille que je suis revenue pour, à eux aussi, leur apprendre le détachement affectif, leur apprendre à aimer sans vivre dans la dépendance ou co-dépendance.

Oui j’étais un chat de type timbre-poste, très câlin et je m’occupais d’eux à tout de rôle. Ils ont beaucoup évolué tous les 3 et sont à présent prêts pour définitivement tourner la page de ce passé, certes difficile et douloureux, mais aussi enrichissant, car ils savent que plus on aime, plus on souffre et qu’il faut toujours arriver à gérer ses relations avec plus de légèreté, de fluidité et vivre ses sentiments en harmonie avec ce que l’on est au plus profond de soi et de soi-même. Ne pas chercher chez l’autre ce que l’on a à l’intérieur de soi (miroir).

Dis-leur que j’avais terminé ma mission et que depuis l’arrivée de C……… je songeais à remonter au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer. Je sais que ça peut leur paraître cruel, mais dis-leur que c’est pour moi la seule possibilité de leur revenir reposée et ressourcée, dans le corps d’un autre chat en pleine forme et avec une nouvelle mission, et cette fois auprès de mon gardien.

Je les aime et ne les oublie pas, je sais que c’est difficile pour les enfants et qu’ils espèrent me retrouver très vite et moi aussi. Ils peuvent comprendre mon choix de partir dans les étoiles pour un petit laps de temps, car mon retour sera signe de renouveau et de renaissance pour eux. Et cela bien plus et au-delà de ma présence physique.

Je lui ai dit que je me chargeais de transmettre ses messages, et elle m’a répondu :

Merci, dis à V que ce qu’elle fait pour les animaux est parfait, elle est juste parfois un peu trop pressée et se met trop la pression. Patience et confiance et tout coulera de source. Et merci à toi pour les messages que tu vas leur donner. Mon départ est incompréhensible pour eux et les aidera enfin à commencer leur travail de deuil.

Je suis maintenant pressée de traverser le pont pour rejoindre l’escalier de l’arc en ciel et j’espère qu’ils se mettront très vite à ma recherche.

Puis sans plus attendre, elle s’est empressée de traverser le pont et s’est noyée dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Jumper, paix à ton âme. Repose-toi et ressource-toi.

 width=La connexion avec TABASCO s’est faite dans ce magnifique havre de paix qui est le paradis des animaux. Il était couché sur son ventre, au bord d’un petit lac et admirait le paysage. Il y avait des libellules et des papillons blancs, dorés et orange qui virevoltaient d’une fleur à l’autre, et puis il y avait des anges partout. Entouré de dizaines de congénères, les anges déployaient leurs grandes ailes au-dessus du clan et on sentait qu’ils faisaient vraiment partie d’une autre dimension, d’un autre monde.

Je me suis approché très délicatement et lorsqu’il m’a vue, il s’est levé et est venu vers moi. Je me suis présentée et il m’a dit :

On se connaît, rappelle-toi, c’est toi qui m’a guidé vers le pont des fleurs, c’est toi qui m’avait aidé à faire le passage.

Je lui ai évidemment confirmé que je m’en souvenais, et je lui ai expliqué que son gardien m’envoyait à nouveau vers lui pour lui poser quelques questions :

-quand tu vas revenir vers moi?

-allons être ensemble dans la 5e dimension

-vas-tu revenir en être humain ou en animal?

es-tu l`ours bleu que j`ai vu quand j`étais petit avec la pleine lune?

suis-je bien dans la bonne direction de mes ressenties, du présent et de l`avenir?

-comment je peux communiquer avec toi en télépathie?

-comment je peux développer mes dons?

-qui a mis sur ma route glasgo?

-pourquoi j`ai pas de nouvelles de toi?

-as-tu quelque chose à me dire?

-es-tu protégé?

Tu me poses une question à laquelle toi seul peux y répondre. Moi ça fait longtemps, très longtemps que je me sens prêt à te revenir. C’est toi qui bloque un peu ce retour, et tu as pris un chat que je t’ai certes un peu envoyé en attendant que je te revienne, mais ça aurait déjà pu être moi qui te revienne. Oui c’est moi qui t’ai mis Glasgo sur ta route pour que tu puisses un peu plus développer tes capacités sensorielles, et tu as vite compris que ce n’était pas moi. Mais comme tous les chats, c’est un être de l’univers physique et psychique et même si par moments tu le trouves très spécial, il t’aide à avancer sur ton chemin et surtout il t’aide à te reconnecter à ton intuition profonde.

Je te reviendrai lorsque tu seras prêt, lorsque tu auras compris qu’il ne tient qu’à toi pour que mon retour se fasse rapidement. Tu as des dons et tu peux les développer, tu peux aussi communiquer avec moi en télépathie et avec tous les animaux. Il suffit de te laisser ouvrir cette porte, mais pour pouvoir le faire tu as besoin de comprendre que ce n’est pas de la voyance, cela n’a rien à voir avec la médiumnité, il te suffit d’apprendre à communiquer avec nous et c’est une relation simple et authentique.

Nous les animaux ne fonctionnons pas sur la même fréquence que vous, et il suffit de lâcher prise avec son mental et de savoir comment faire pour basculer sur nos ondes. Il n’y a rien de mystérieux, ni de magique et souvent les humains vous le faite de façon systématique sans même vous en rendre compte, et ce qui importe le plus c’est de se faire confiance après. C’est là que souvent le bât blesse, mais pas pour toi, rassure-toi, car tu as en toi de réelles capacités, il suffit juste de te donner les moyens de le faire. Et lorsque tu sauras communiquer avec les animaux, tu auras accès à cette 5e dimension, mais juste pour te connecter aux animaux qui sont dans l’au-delà, car vous les humains sur terre vous faites partie de la 3e dimension et lorsque vous rejoignez les étoiles vous restez dans la 4e dimension.

Comme Christiane qui en ce moment reçois mes messages, elle partage un petit moment privilégié avec moi en ce haut-lieu magique, mais repartira vers votre dimension après notre échange. Il faut que tu le comprennes et l’acceptes et c’est bien la raison pour laquelle je ne suis pas encore redescendu. C’est pour t’obliger à agir et te donner les moyens et la volonté d’apprendre la communication animale.

Tu aimerais que je te revienne en humain, mais je te reviendrai en chat, peut-être plus tard, mais c’est encore trop tôt car tu as besoin de mon énergie pour avancer sur ton chemin. Nos âmes sont reliées et le resteront où que je sois, et je te protège même si tu penses ne pas avoir de mes nouvelles, je suis là et je veille sur toi à chaque instant.

Tu as besoin d’un peu plus de temps pour te mettre en alignement avec ton corps et ton esprit, mais rassure-toi tu es dans la bonne direction, et les ressentis sont justes, il faut juste t’autoriser à sortir de ta zone de confort et oser les recevoir et accepter de les affirmer. Nous sommes âmes sœurs tous les deux et nous avons un contrat d’âme ensemble, tu as besoin de me retrouver pour continuer ta route.

L’ours bleu, oui c’était moi et le chien aussi. Voilà autant de signes que tu as su recevoir et reconnaître, alors c’est le moment de comprendre que tu peux aller plus loin.

Je t’aime et il me tarde de t’accompagner pour cette mission alors ne doute pas et mets-toi vite à ma recherche. C’est le moment crois-moi, et tu verras, tout sera plus simple, à travers la communication animale tu vas t’ouvrir bien des portes et tu chemineras vers toi tout simplement.

Je t’aime mon dadi d’amour, à très vite j’espère.

Merci Tabasco pour tes réponses. Au revoir Tabasco.

 width=La rencontre avec Laika a eu lieu dans un jardin. Elle était couché sur son ventre, ses pattes allongées devant elle et m’a curieusement regardée m’approcher d’elle. Arrivée à 2-3 mètres d’elle, je me suis arrêtée pour me présenter et lui expliquer les raisons de ma présence, et avant même que je ne lui lise les messages et les questions de sa gardienne, elle m’a dit :

Je t’attendais, je savais que tu viendrais me voir et je suis bien curieuse de savoir ce que tu vas me dire, bien que je le sache déjà. J’étais à ses côtés lorsqu’elle t’a envoyé le message, tout comme à chaque instant depuis mon départ. Elle a beaucoup de mal à accepter mon départ et elle se trouve dans un manque et une souffrance indescriptible.

Je la vois, je la suis comme son ombre, mais elle ne peut plus me voir, ni me toucher et cela lui manque affreusement. Sa tristesse et sa grande détresse m’empêche de suivre mon chemin, je ne me sens pas le droit de la laisser, je sais qu’elle est complètement dévastée et cela m’empêche de partir.

Elle m’a tellement aimée, choyée, dorlotée, câlinée et soignée que je me dois aujourd’hui de rester là pour elle, bien que je sache qu’ici ce n’est plus ma place et que je sais aussi que tant que je reste là, elle ne peut trouver la paix et faire son deuil et moi je ne peux me reposer et me ressourcer.

C’est très paradoxal tout ça, tu ne trouves pas ? Et pourras-tu nous aider, car je me rends bien compte que de rester dans son environnement au quotidien, de m’allonger dans l’herbe et de guetter tout ce qui se passe, m’empêche d’aller vers la lumière et en même temps je lui pompe son énergie. J’ai besoin d’aide, toutes les deux nous avons besoin d’aide, pour m’aider à faire le passage et pour lui permettre à elle de retrouver paix et harmonie dans son corps et son esprit.

Elle me parlait depuis un long moment sans s’arrêter, sans me laisser m’exprimer et elle a capté à l’instant ma pensée et m’a dit :

Excuse-moi, je ne suis pas très polie, je manque de respect, tu viens me voir pour me donner des nouvelles de ma maman, de ma moitié, et moi, au lieu d’écouter ce que tu veux me dire, je te bombarde de paroles, pardon.

Je l’ai rassurée et lui ai répondu que ce n’était pas grave et que c’était bien pour elle et sa maman de me dire ce qu’elle avait sur le cœur, et qu’après notre échange, je l’accompagnerais jusqu’au pont des fleurs, car le but de notre communication est aussi de l’aider à rejoindre le jardin des animaux si la transition ne s’est pas faite comme il se doit.

Encore une fois, j’aurais bien aimé, mais je ne pouvais pas la laisser, elle était trop mal et j’avais trop de peine pour elle.

Puis je lui ai lu les messages et les questions :

Je souhaite lui transmettre que je l’aime plus que tout, qu’elle a été courageuse, qu’elle me manque à chaque seconde que je ne l’oublierai jamais, que j’espère la revoir, qu’elle est l’amour de ma vie…

J’aimerais savoir comment elle va, avec qui elle se trouve, comment est sa nouvelle vie, ce qu’elle ressent, savoir si elle a quelque chose à me dire… je ne sais pas trop, J’aimerais savoir qu’elle a une deuxième vie et comment c’est une fois être sorti de son enveloppe…

Tu vois qu’elle se machine, pardon elle se torture l’esprit, elle se pose trop de questions, le petit vélo tourne dans sa tête et tant qu’elle n’aura pas de réponses, elle ne retrouvera pas la sérénité.

Dis-lui tout d’abord merci pour son message d’amour et dis-lui que moi aussi je l’aime pour l’éternité, car mon âme est reliée à la sienne et le restera toujours où que je sois, et que je ne pourrai bien évidemment jamais l’oublier. Elle est ma tendre moitié, nous sommes âmes sœurs et vivions déjà ensemble (mari et femme) dans une autre vie. Cela peut être difficile à comprendre et percevoir pour elle, mais qu’elle reconnaisse qu’elle a toujours su que ce n’était pas une relation ordinaire entre nous. Rien d’habituel, un grand amour l’une envers l’autre, beaucoup de respect et toujours attentives l’une à l’autre, au besoin de l’autre. Nous étions très fusionnelles et vivions l’une pour l’autre et l’une à travers l’autre.

Je sais que je lui manque et je sais combien, malgré mon âge, c’est difficile pour elle de me laisser. Dis-lui que j’étais sur mon chemin et je préparais mon départ depuis quelques mois, je mérite maintenant de pouvoir monter au paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer, et surtout pour préparer mon retour. Car bien entendu, nous ne pouvons rester longtemps l’une sans l’autre.

J’ai vécu une vraie vie de princesse avec elle, et toutes ces années merveilleuses ont été du pur bonheur. Je l’ai aidée à traverser des épreuves difficiles, et ensemble nous avons toujours gardé la confiance et la joie de vivre.

Il faut que tu lui expliques que dès qu’on a fait le grand saut, on n’a plus de douleurs et on ne se trouve plus dans son enveloppe corporelle. On se sent de nouveau très léger, et l’âme, qui elle est éternelle peut se ressourcer pour se réincarner dans un autre corps physique. Mais tant qu’elle erre entre deux dimensions, cela est impossible, d’où la raison pour laquelle nous ne pouvons trouver la paix toutes les deux.

Dis-lui que je suis sa moitié, mais elle le sait, dis-lui que mon âme aspire à lui revenir pour continuer notre belle histoire d’amour ensemble. Mais pour cela un passage dans l’au-delà est la condition sine qua none. Je l’aime et je saurai attendre qu’elle se mette à ma recherche pour me mettre sur son chemin, bien que la patience ne soit pas mon fort, tu l’as je crois bien compris (miroir)

Dis-lui merci et merci à toi de faire le nécessaire pour nous permettre ce prochain retour.

Puis elle est venue à côté de moi ,et ensemble nous avons emprunté un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle l’a traversé aussi vite qu’elle s’était mise à me parler et s’est noyée dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

 width=La rencontre avec ZENO s’est faite devant une maison, il était assis sur le perron et regardait tristement le lever du soleil. Les rayons de lumière qui le touchaient semblaient lui faire du bien, il ne bougeait pas et restait figé, comme scotché à cet endroit. Je me suis approchée doucement et me suis présentée à lui pour lui expliquer que sa gardienne m’envoyait pour lui poser quelques questions car son départ brutal la plongeait dans une grande détresse :

As-tu souffert mon chéri, je m’en veux terriblement de ne pas avoir été là, tu étais encore tout chaud quand je t’ ai pris dans mes bras, il était 18h, pour aller chez le vétérinaire

A très bientôt Loulou d’amour
Est ce que je dois prendre Patoune ?

Je sais et je suis très triste pour elle, je l’aime tant et sa grande souffrance me fait tellement de peine. De la voir si malheureuse me fait bien plus mal que la douleur que j’ai ressentie dans ma poitrine, douleur qui m’a complètement traversé la poitrine et qui m’a fait pousser un hurlement rauque et effrayant, et c’était fini, fini pour moi. Je me suis aussitôt vu en lévitation au-dessus de mon corps et je savais qu’il me serait incapable de le réintégrer. Je savais que ce serait difficile à accepter pour elle et totalement incompréhensible et injuste, qu’elle n’était pas avec moi et en même temps j’étais soulagé et rassuré qu’elle ne soit pas là, j’ai remercié le Bon Dieu de m’avoir fait faire cette crise en son absence, car cela l’aurait effrayée et terrifiée à vie. C’est extrêmement fort le dernier souffle que j’ai poussé et elle aurait eu très peur.

Dis-lui que je l’aime et que je suis désolé pour la peine que je lui inflige. Depuis mon départ si rapide et brutal, elle ne va pas bien et se torture l’esprit. Elle trouve que ce destin est injuste pour moi et pour elle alors que j’étais encore si jeune et que nous avions encore beaucoup de choses à partager ensemble.

Dis-lui aussi que je comprends le grand choc que ce drame lui a causé, et que sa grande souffrance et le départ si rapide m’empêchent aujourd’hui de monter au jardin des animaux. Dis-lui que je suis toujours à côté d’elle, dans son entourage au quotidien, et depuis ce fameux soir je lui pompe son énergie ainsi que celle de mes autres compagnons et c’est très perturbant pour eux.

Tant que je reste là, que je n’arrive pas à faire mon passage, je ne peux me reposer et me ressourcer et elle, elle ne peut commencer son travail de deuil. Et pire encore, tant que je ne suis pas monté au paradis des animaux, je ne peux lui revenir dans le corps physique d’un autre chat, alors que c’est la raison essentielle de mon départ.

Il faut que tu lui expliques les raisons de mon décès si brutal avant que ce ne soit impossible pour moi de lui revenir.

Je l’ai arrêté, il commençait à s’agiter et je lui ai demandé de se calmer, que j’étais là justement pour l’aider à rejoindre le paradis des animaux et pour aider sa gardienne à faire son deuil et retrouver la paix dans son cœur et son esprit. Il m’a regardée et l’expression de ses yeux, très paniquée quelques instants avant, redevenait normale.

Tant que je reste là, je ne peux préparer mon retour, elle va finir par tomber complètement au fond du trou et ce sera difficile de la faire remonter. Un passage dans l’au-delà est la condition sine qua none pour me permettre de très rapidement lui revenir dans le corps physique de ce petit Patoune qu’elle a réservé.

Il commençait de nouveau à s’énerver et je lui ai encore une fois demandé de se calmer, je l’ai rassuré et lui ai dit que je l’aiderais à faire le passage après notre échange. Là il a poussé un soupir de soulagement.

Ouf ! Excuse-moi si je te semble très pressé et tantôt complètement désespéré et stressé, mais c’est un peu à son image en ce moment (miroir de sa gardienne) et en l’occurrence il y a urgence. Il faut que tu lui expliques que si je suis parti si vite c’est pour pouvoir lui revenir tout aussi rapidement dans le corps d’un petit chaton avec une mission, un vrai travail à accomplir auprès d’elle.

J’avais terminé ma mission auprès de ma précédente gardienne et c’était plus une mission de chat sentinelle, alors qu’auprès de toi j’ai un travail de chat timbre-poste à faire et pour que mon âme soit reliée à la tienne, il était pour moi plus simple de faire un aller/retour au jardin des animaux.

Mais pour cela, il faut me laisser monter. Je n’ai pas souffert, ne t’inquiète pas, c’était très rapide et mon âme aspire maintenant qu’à une chose, c’est de pouvoir faire le passage afin de pouvoir redescendre et prendre la place de l’âme qui se trouve dans le corps physique de ce petit Patoune. Ne crois pas que ce ne soit pas possible, tout est possible et C……….. pourra te l’expliquer, il y a des transferts d’âme qui se font et si tu as choisi ce petit BB, je te reviendrai dans ce costume que tu as sélectionné.

Nos âmes seront définitivement reliées et je viendrai pour t’apprendre le détachement affectif, t’apprendre à aimer sans dépendance ni co-dépendance. Fais-moi confiance et ne culpabilise pas, mon départ n’est pas un hasard, mon départ te permettra de me retrouver et je serai ton BB d’amour pour une longue aventure que nous partagerons ensemble. Notre complicité et fusion seront encore plus grandes et nous vivrons des moments merveilleux ensemble.

Je t’aime, tu es ma mamounette d’amour et je suis tellement pressé de te retrouver.

Encore une fois je l’ai rassuré et lui ai promis de transmettre ses messages. Lorsque je lui ai demandé s’il était maintenant prêt, il a fait un grand bond pour venir à mes côtés et tous les deux nous avons emprunté un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Merci, tu comprendras que je suis ravi de le traverser

Et sans plus attendre il est parti comme une flèche et s’est noyé dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Jamais auparavant je n’avais vu un animal faire le passage aussi précipitamment.

Au revoir Zeno, ressource-toi très très vite et à bientôt.

 width=Après avoir demandé à Dolly de patienter un peu pour permettre à Tika de répondre aux messages de sa gardienne, je me suis adressée à Tika qui est tout de suite venue à côté de moi. Elle était visiblement pressée et avant même que je ne lui dise qu’elle pouvait à présent prendre la parole, elle m’a dit :

J’ai besoin d’un câlin, caresse-moi.

Sans plus attendre, je l’ai longuement caressée, c’était très touchant, elle poussait sa tête contre ma main et contre mes mollets et tournait, tournait autour de moi. Puis après ces quelques moments d’effusions, elle s’est assise, tout comme sa compagne et m’a dit :

Moi aussi je suis très heureuse d’avoir des nouvelles de ma maman. Moi aussi j’étais son bébé, sa fifille et moi aussi je l’aime et je sais que je lui manque terriblement. Elle me manque aussi, même si je suis encore dans son entourage, que je peux la voir et l’entendre. Mais si ici ce n’est plus notre place et tant que nous restons entre deux, nous puisons dans leur énergie à tous, et cela perturbe en premier Mamoune qui va tomber malade si ça dure trop longtemps.

Et puis j’ai envie de monter au jardin des animaux pour me ressourcer, car tout comme Dolly, j’ai très envie de les retrouver très vite. Elle connait les raisons de notre imprudence et tout comme Dolly je ne peux te dire laquelle des deux est partie en premier, mais je pense et tu dois t’en douter que c’est probablement moi. Dès que je voyais quelque chose bouger et passer très vite tels que les voitures, vélos, joggers, je pétais un câble, je devenais à la limite de l’hystérique comme tu dis, je ne me maîtrisais plus, je devenais comme folle, incapable de résister à mes pulsions, et leur courais après au détriment du danger que cela pouvait représenter pour moi, et ce jour-là, lorsque j’ai vu ce petit lièvre complètement terrorisé courir comme une fusée pour s’échapper (chasseurs ?) je n’ai pas réfléchi et je l’ai suivi comme une bombe avec Dolly à mes côtés, et tu connais la suite de l’histoire.

Pour moi aussi le choc a été très violent, je n’ai ressenti ni peur, ni douleur, c’était bien trop fulgurant et ça m’a envoyé tout de suite dans mon corps astral et plus moyen d’y revenir.

Ce qui me fait souffrir maintenant c’est de te voir en détresse et nous pleurer. Pardon, pardon ma petite maman tant chérie, tant aimée, pour cette malheureuse épreuve et souffrance que notre tempérament jeune et fougueux t’inflige.

C’est vrai que j’avais un fort tempérament, que je n’avais peur de rien et que surtout je n’avais pas conscience du danger. Lorsque je voyais des choses, des sujets passer rapidement devant moi, je sortais de mon corps et ne maîtrisais plus rien, et c’est bien ce qui a dû se passer ce dimanche matin.

Ne culpabilise pas, tu ne pouvais rien y changer et je n’ai pas entendu tes cris et ton sifflet. J’étais bien trop impliquée dans cette poursuite qui m’a envoyée de l’autre côté du voile. J’espère tout juste, qu’après un petit passage au paradis des animaux, tu seras prête à nous reprendre toutes les deux, car moi aussi j’aspire à te revenir très vite, et avec Dolly nous voulons rester ensemble.

Tu es ma maman et ma mission consiste à te reconnecter à ton petit enfant intérieur qui tu nourris de tendresse à travers nous, et tu as bien besoin de notre présence pour avancer sur ton chemin. Tu es admirable et courageuse et tu sauras lorsque ce sera le moment de te mettre à notre recherche. J’ai toute confiance en toi et je sais que Mamoune attend notre retour aussi.

De là-haut nous pourrons vous envoyer des petits signes à Mémé aussi et venir vous faire des petits coucous.

Je me suis ensuite aussi adressée à Dolly et leur ai demandé si elles étaient prêtes à faire le passage maintenant. Toutes les deux sont venues à mes côtés et ensemble nous avons emprunté un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Il y avait des petits cœurs rouges et blancs qui apparaissaient de partout et elles m’ont toutes les deux dit :

Notre maman aime les petits cœurs et nous lui en envoyons tout plein.

Puis, lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elles l’ont traversé joyeusement et se sont noyées dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Tika, au revoir Dolly. Paix à vos âmes.

 width=

Je souhaiterais lui dire qu’il me manque énormément et à son frère le Bouvier Bernois aussi… Lui dire que je l’aime énormément, que je pense tous les jours à lui…

J’espère avoir été une bonne maman pour lui? Est ce qu’il a été heureux à la maison? Est ce qu’il m’en veut de quoique ce soit?

Dites-lui aussi que je penserai à lui jusqu’à mon dernier souffle, et qu’il était un super chaton…

Ses yeux si tristes quelques instants auparavant ont changé d’expression et je pouvais à présent y lire de la joie et de l’espoir.

Que je suis heureux que tu sois venue me donner ce message, que je suis heureux de pouvoir t’en donner un pour elle, et surtout lui dire que moi aussi je l’aime, qu’elle est ma maman, j’étais son petit bébé, son petit garçon et je sais combien je lui manque. Elle était bien plus qu’une gardienne pour moi, je me suis senti être un membre de la famille et j’étais le petit dernier, celui qu’on choye et câline beaucoup.

Dis-lui que je suis désolé pour la peine que je lui inflige, je n’étais pas très prudent, la route était mouillée et cette voiture a bien essayé de m’éviter, elle a freiné, mais sur route mouillée elle a chassé et elle m’a heurté. Le choc a été violent, la douleur a été très vive, si vive que je suis aussitôt sorti de mon corps et puis plus rien. Je me suis vu couché sur la route, la dame s’est arrêtée, m’a ramassé et déposé sur le bord. Mais elle a bien vu qu’on ne pouvait plus rien pour moi. Elle pleurait, pleurait et cela m’a fait beaucoup de peine, d’autant plus que je savais que ce serait encore pire pour toi ma tendre maman lorsque tu me trouverais, et que le choc serait tout aussi violent et dramatique pour toi.

Ne t’inquiète pas, je n’ai pas souffert longtemps, c’était l’espace d’un très bref instant, c’était fulgurant et puis je me suis vu flotter, léviter au-dessus de mon corps physique et je savais qu’il me serait impossible de le réintégrer. Pardon pour mon imprudence, pardon pour la souffrance que je te crée et surtout pardon d’avoir été vadrouiller et avoir traversé la route.

C’était un accident, mon départ n’était pas programmé, et depuis ce terrible drame, je reste là, tantôt au bord de cette route, et tantôt je t’accompagne partout où tu vas et je partage ton quotidien. Mais tant que je reste dans ton entourage, je pompe, je puise dans votre énergie et en celui de mon copain aussi, pour qui c’est bien inconfortable car lui peut me voir et cela le perturbe énormément.

J’ai besoin d’aide pour faire le passage et j’ai très envie de le faire le plus vite possible afin de pouvoir me reposer et surtout me ressourcer. Et lorsque je serai monté au jardin des animaux, tu pourras toi enfin commencer ton travail de deuil.

Je sais et je sens combien tu penses à moi tout le temps et lorsque je serai dans l’au-delà tu retrouveras un peu de sérénité dans ton cœur et ton esprit.

Moi aussi je t’aime et j’ai vécu quelques mois exceptionnels à tes côtés. Tu as été une maman tellement merveilleuse que j’ai très envie de te retrouver au plus vite. Un court passage au paradis des animaux me permettra de te revenir dans un corps physique sur le plan terrestre et il me tarde de te revenir. Je n’ai jamais manqué de rien et n’ai vécu que des moments de grand bonheur. Oui j’ai été très heureux jusqu’à cet accident et je ne t’en veux pour rien.

Surtout ne culpabilise pas, mon départ n’a rien à voir avec toi, c’était un malheureux accident, un malheureux concours de circonstance.

J’étais un chat de type timbre-poste et je n’avais pas vraiment commencé mon travail auprès de toi. Je suis bien entendu pressé de revenir pour le démarrer et le mener à bon terme. Je suis chargé de t’apprendre le détachement afin d’avancer sur ton chemin en toute confiance sans peur de souffrir de dépendances ou co-dépendances. Tu doutes souvent de toi et tu as besoin de moi et de mon énergie pour te sentir forte et t’affirmer dans la vie.

Nous avons encore de belles choses à vivre ensemble et j’aimerais bien, après avoir rejoint le jardin des animaux, que tu te mettes à ma recherche afin que nous puissions continuer notre belle histoire et aventure ensemble. Cela nous apportera plus à tous les deux et tu pourras de nouveau te nourrir de tendresse lorsque tu me caresseras.

N’aie aucun doute, dès que tu te mettras à ma recherche je me mettrai sur ton chemin ma douce et tendre maman d’amour.

Puis il s’est levé et il est venu à côté de moi. Je lui ai dit que je me chargerai de transmettre ses messages et lui ai demandé s’il était prêt à présent à faire le passage.

Plus que jamais.

Puis nous nous sommes avancés sur un chemin qui s’est ouvert à nous, et qui au fil de nos pas devenait de plus en plus lumineux. Lorsque je me suis arrêté devant le pont des fleurs, il l’a traversé rapidement et s’est noyé dans la belle lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Popeye repose-toi et ressource-toi !

 width=La rencontre avec Lloyd a eu lieu devant le pont des fleurs. Il était assis et regardait tantôt de l’autre côté du pont, probablement très attiré par la belle et vive lumière qui y régnait, et tantôt sa tête se tournait dans l’autre sens et j’ai vu une immense tristesse dans ses yeux. J’ai été submergée par des frissons de la tête aux pieds lorsque j’ai vu l’expression de son regard déchirant.

Je me suis approchée tout doucement vers lui et lui ai expliqué que ses gardiens m’envoyaient à lui pour lui transmettre des messages et lui poser des questions :

Nous aimerions qu’il sache qu’il a été un membre à part entière de la famille, et que ce fut 7 ans de bonheur, qu’il était parfait, qu’il était mon meilleur ami.

Lui dire également que nous sommes désolé de ne pas avoir vu qu’il était malade avant.

 Nous aimerions savoir s’il est bien là où il est ?

si il peut nous donner signe de lui de temps en temps…

&nbsp,

J’ai aussitôt vu ses yeux changer d’expression et je pouvais à présent y lire de la joie et de l’espoir. Il s’est levé, s’est approché de moi, tout près, son museau frôlait ma main et je lui ai demandé l’autorisation de le caresser. Il m’a léché la main en guise d’acceptation et je lui ai câliné la tête et la nuque quelques instants. Puis il s’est assis à côté de moi et m’a dit :

Dis-leur merci pour leur message, il me remplit de joie et d’espoir. Je sais que j’étais son fils, son garçon et je sais que je leur manque. Mon départ a été très brutal, ils n’ont pas pu s’y préparer et moi non plus. J’étais sur mon chemin et je savais que je devais commencer à préparer mon départ, que les douleurs que je ressentais parfois dans mon ventre étaient dues à un mal qui me rongeait de l’intérieur, mais je n’étais pas prêt non plus. Cela a été trop rapide et lorsque je me suis vu allongé sur la table d’opération, j’ai eu peur parce que j’ai tout de suite compris que c’était fini, que je ne pourrais plus réintégrer mon corps physique qui était bien trop malade.

Pour mes gardiens cela a aussi été brutal et violent. Ils ont pris la bonne décision de me laisser partir dans mon sommeil, mais eux aussi n’étaient pas prêts et ont beaucoup de mal à retrouver la paix dans leur cœur et leur esprit.

Tout cela m’empêche de traverser ce pont fleuri et de rejoindre l’autre côté qui est si attrayant. J’hésite et je suis content que tu sois là pour m’encourager à le faire. Tant que je n’ai pas fait le passage, je ne peux me reposer et me ressourcer et eux ne peuvent faire leur deuil et penser à mon retour. Cet aller-retour me permettra de leur revenir dans un corps physique sain et de continuer notre belle aventure ensemble.

Dis-leur merci pour ces belles et merveilleuses années de bonheur que j’ai connu grâce à eux. Dis-leur merci de m’avoir respecté, considéré et aimé comme un membre de la famille, comme son fils, son garçon, son meilleur ami. Nos âmes sont reliées, nous étions frères dans une autre vie et nous nous sommes retrouvés dans cette vie-ci et nous nous retrouverons encore.

C’était bien plus simple de lui revenir sous la forme d’un chien, (m’a montré une femme)qui l’a guidé vers lui pour l’aider et lui ouvrir et lui montrer la beauté de l’amour inconditionnel. De par son travail il est amené quotidiennement à se tourner vers ce qui est beau, qui interpelle, est attractif et donne envie de l’acquérir.

Moi, ma présence devait lui permettre de voir les choses autrement, avec beaucoup plus de profondeur et d’être beaucoup plus dans le ressenti, dans une forme d’état d’être, et c’est cela qui lui a permis d’évoluer sur son chemin et de montrer et rendre les choses différentes, dans une autre dimension qui se tourne aussi vers le sacré, la vie spirituelle.

Dis-lui de ne pas culpabiliser, il ne pouvait pas voir le mal qui me rongeait de l’intérieur, c’est un mal sournois, et lorsqu’on s’en aperçoit c’est souvent trop tard pour le soigner. Ils ont fait les choses comme elles devaient se faire et ont fait le bon choix.

Là où je me trouve maintenant n’est pas ma place et tant que je reste là ils ne pourront faire leur deuil et moi je ne peux me ressourcer et préparer mon retour. Car bien entendu mon âme aspire à le retrouver très vite. Ma mission n’est pas terminée et nous avons encore beaucoup de choses à vivre ensemble, il a besoin de mon énergie pour se sentir bien et plein à l’intérieur de lui. Depuis mon départ il ressent un grand vide et seul moi peux le combler.

Dis-lui que je l’aime, que je les aime et que je pourrai leur faire des petits coucous, je leur enverrai des petits signes lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux, mais que ma place est auprès de lui sur un plan terrestre.

Puis il m’a remercié et sans hésiter a traversé le pont des fleurs pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Lloyd, repose et ressource-toi.

 width=J’ai rencontré SOBA assise devant le pont des fleurs. Lorsqu’elle m’a vue m’approcher d’elle, elle s’est levée et a fait quelques pas vers moi. Je me suis présentée et lui ai expliqué que c’était ses gardiens qui m’envoyaient à elle pour lui donner des messages et qu’ils aimeraient aussi qu’elle réponde à leurs questions.

Que je suis heureuse que tu sois là, que je suis heureuse qu’ils aient fait appel à toi. Sushi est là, il m’attend de l’autre côté du pont, il était présent au moment de mon départ chez le vétérinaire, il était avec moi depuis quelques jours à la maison et maintenant il m’attend de l’autre côté et moi j’hésite à le rejoindre. J’ai du mal à les laisser, et de savoir que tu vas me donner des messages et que je peux t’en laisser pour eux me soulage et me rassure.

Après cela je pourrai enfin traverser ce joli pont fleuri et me laisser guider par mon compagnon dans l’escalier de l’arc en ciel qu’on peut apercevoir tout en lumière, pour enfin atteindre le paradis des animaux. Mais j’ai déjà beaucoup parlé, lis-moi leurs missives stp même si je connais le contenu car bien entendu je reste relié, mon âme reste reliée à la sienne et je peux connaître ses pensées et ressentir son état d’être. Il mon papa et je l’aime mais j’aime autant ma maman, je me sentais être leur bébé, leur fifille et j’ai vécu des moments merveilleux avec eux.

Puis sans tarder je lui ai lu les correspondances :

Soba, notre bébé chat,

 Ton départ si soudain a créé un énorme vide dans notre vie. Nous nous préparions depuis quelques temps à ce que cela arrive, mais pas aussi rapidement. Nous aurions souhaité que tu puisses continuer à vieillir tranquillement, et qu’un jour tu finisses par t’endormir paisiblement à la maison. Nous avons aimé te voir vieillir, et aimé porter toute notre attention sur toi afin que chaque jour qui passe te soit le plus agréable possible. 

Une part de nous s’est envolée avec toi. La douleur est grande, mais nous devons nous efforcer d’aller mieux afin que tu puisses aller dans la lumière.

 Nous sommes désolés de t’avoir laissée seule quand nous partions en vacances, nous savions que tu vivais mal nos absences depuis le départ de Sushi.

Nous sommes aussi désolés de t’avoir obligée, ces derniers mois, à prendre quotidiennement tous ces médicaments pour te soigner.

Et enfin, nous sommes désolés de n’avoir su déceler le mal fulgurant qui t’a rongée ces dernières semaines, ces derniers jours, et de n’avoir pu te protéger d’avantage.

 As-tu souffert les derniers jours avant ton départ ?

 As-tu eu peur au moment où nous avons dû t’aider à partir chez le vétérinaire ? Etais-tu prête ? Nous en veux-tu ? 

 Une fois passé de l’autre côté, as-tu retrouvé Sushi ? T’attendait-il ?

Es-tu heureuse là où tu es ?

Nous souhaitons plus que tout que toi et Sushi puissiez nous revenir, mais nous ne voulons pas vous y obliger. Est-ce que tu souhaites te réincarner et revenir vivre avec nous ?

 Nous ne pourrons jamais assez te remercier pour toutes ces années passées à tes côtés et à tout l’amour que tu as apporté à notre foyer.

 Notre Choupe, notre petit Bibou, nous ne souhaitons que ton bonheur, nous t’avons aimée de tout notre être chaque jour depuis ton arrivée à la maison il y a 15 ans, et nous t’aimerons pour toujours. Notre cœur sera toujours votre première maison.

Nous t’embrassons de tout notre amour.

A bientôt,

Papa chat et Maman chat

&nbsp,

Dis-leur merci pour toutes ces années de grand bonheur que j’ai vécu dans leur foyer, entourée d’amour, de tendresse et de soins. Dis-leur de ne pas culpabiliser, ils ne pouvaient pas voir le mal qui me rongeait de l’intérieur, j’étais sur mon chemin depuis l’entrée de l’automne depuis que les feuilles prenaient de jolies couleurs et je préparais mon départ. Je n’aimais pas les médicaments qu’ils me donnaient et je savais que ce n’était plus la peine, que ça ne servait pas à grand-chose mais en même temps ils ont misé sur ma guérison, ils ont mis tellement de conviction à me soigner, me chérir et me dorloter que ça me faisait du bien de les prendre et ça m’a permis de rester un petit chouia plus longtemps auprès d’eux.

C’est vrai que je n’aimais pas rester seule pendant leurs vacances, mais je ne me suis jamais sentie abandonnée, j’ai toujours compris que ce n’était que pour un temps bien défini et qu’ils rentreraient très vite à la maison. Et pour mon départ, mon grand saut ils étaient là et ils m’ont accompagnée dans la douleur, dans la souffrance mais avec amour, et cela m’a fait tant de bien avec Sushi à nos côtés, de partir sereinement, sans peurs ni aucune appréhension.

Oui j’étais prête et ils ont pris la bonne décision c’était le moment pour moi et ce fut le bon choix. Je sais combien cette décision leur a été difficile et je leur en suis si reconnaissante, je sais qu’ils l’ont fait par amour pour moi. J’avais des douleurs mais je me réfugiais pour la plupart du temps dans mon corps astral et cela me permettait de les gérer et de les supporter. J’avais de plus en plus de mal à revenir dans mon corps physique et je me trouvais entre deux, tantôt dans mon corps astral et tantôt dans mon corps physique douloureux, usé, au bout du rouleau depuis plusieurs jours, et de m’avoir aidé à partir fut un acte sage et raisonnable malgré leur douleur.

Je sais que c’est difficile pour eux, que je leur manque, leur présence physique et leurs câlins me manquent aussi, mais je sais aussi qu’un passage au jardin des animaux est une condition sine qua none pour me reposer et me ressourcer afin de pouvoir préparer mon retour. Je ne suis pas malheureuse, je ne ressens plus aucune souffrance, je sais que de l’autre côté avec Sushi nous pourrons de nouveau jouer et courir l’un après l’autre mais je sais aussi que pour retrouver le bonheur et être heureuse, mon âme aspire à vous revenir.

Et Sushi aussi, il m’a dit l’autre jour qu’il souhaite préparer son retour afin que nous puissions tous les deux nous retrouver très vite sur un plan terrestre. Le paradis des animaux est un endroit magique mais même si nous sommes dans votre cœur, vous retrouver dans votre maison et partager votre quotidien est bien plus important pour nous.

Nous avons tous les deux une mission auprès de chacun de vous et celle-ci n’est pas terminée, et lorsque vous vous mettrez à notre recherche nous nous mettrons sur votre chemin. Je vous aime, vous êtes mon papa et ma maman et à Sushi aussi.

Puis elle a traversé sans hésitations le pont et je pouvais apercevoir Sushi lui tendre les pattes.

Au revoir Soba, à bientôt.

 width=J’ai rencontré Prada, couchée sur son ventre,, les pattes avant allongées devant elle dans l’herbe, telle que sur la photo que sa gardienne m’avait envoyée. Je me suis présentée et lui ai expliqué la raison de ma présence. Elle a levé la tête vers moi et je pouvais lire dans ses yeux une immense tristesse. Je l’ai rassurée et lui ai dit que j’avais un très beau message de sa gardienne à lui transmettre et qu’elle aimerait aussi lui poser 2/3 questions :

Messages pour Prada 

Je voulais te dire que je t’aime pour l’éternité tu me manques terriblement à la folie..

Tu es partie si vite entre mes bras 

Je suis si désolée de ne pas avoir pu t aider plus.. 

J’ai perdu ma meilleure Amie mon Amour..

J’ai reçu énormément de messages pour toi tous nos amis en commun t embrassent.. 

Merci pour ces 10 années de Bonheur à côté de moi à partager que de bons moments de joie. 

Je t’aime 

 Questions pour Prada 

As-tu souffert..

Comment vas-tu maintenant

Raconte-moi 

Je t’aime 

Après lui avoir lu le contenu, j’ai vu son regard changer d’expression, ses yeux semblaient reprendre de l’espoir, de la vie et elle s’est levée pour venir à côté de moi. Elle s’est mise debout sans difficulté et ses oreilles étaient dressées comme si elle était aux aguets. D’ailleurs elle regardait à droite et à gauche comme si elle cherchait quelqu’un ou quelque chose. Curieuse, je lui ai demandé ce qu’elle voyait et que moi je ne pouvais pas voir.

Jusque-là j’étais toujours dans son entourage, j’étais toujours encore avec elle, à chaque instant, j’ai continué de partager son existence, mais elle ne pouvait pas me voir, elle devait pourtant sentir ma présence puisque je l’accompagnais où qu’elle soit, et bizarrement maintenant elle n’est pas là, tu es seule, elle ne t’a pas accompagnée. Pourquoi ? Que se passe-t-il ?

Elle me manque tellement, même si j’ai encore eu la chance d’être présente à ses côtés, de ne plus sentir ses caresses et ses bisous m’a beaucoup manqué. En même temps je sais que ce n’est plus ma place ici et que pour lui permettre de trouver la paix dans son cœur et son esprit et me permettre de me reposer et me ressourcer, je dois la laisser et monter au jardin des animaux afin de pouvoir lui revenir réellement.

Prada parlait vite et me semblait très agitée et inquiète. Encore une fois je l’ai rassurée et lui ai dit que j’étais venue pour leur permettre à toutes les deux d’avoir un échange par mon intermédiaire et qu’ensuite je l’accompagnerais jusqu’au pont des fleurs pour faire le passage.

Excuse-moi mais mon départ a été très rapide et ma gardienne, qui est aussi et avant tout ma maman, en a été très choquée. Elle est aussitôt sortie de son corps lorsque le docteur lui a annoncé ma maladie et moi aussi , Et toutes les deux nous n’en sommes jamais revenues.

Pour moi c’est normal puisque je suis partie de l’autre côté du voile, mais pour elle non. Elle a besoin de revenir dans l’ici et maintenant, de vivre dans le moment présent pour continuer son chemin. Pour ma part, cela m’a permis de ne pas souffrir, dis-lui de ne pas s’inquiéter, de ne pas culpabiliser, elle ne pouvait pas s’apercevoir plus tôt de la gravité de mon mal, c’était aussi une manière à moi de la protéger.

Je me sentais fatiguée, souvent même épuisée et je préparais doucement ma transition. Oui j’étais sur mon chemin et j’aurais tant aimé pouvoir t’épargner cette grande souffrance que mon départ, mon absence t’infligeait. N’aie pas de regrets c’était mieux pour moi et pour toi et tu as pris la bonne décision de m’accompagner et de me prendre dans tes bras une dernière fois dans cette incarnation physique. Le mal me rongeait de l’intérieur et c’est bien mieux pour toutes les deux de me laisser remonter au jardin des animaux, condition sine qua none qui me donnera la possibilité de me reposer et me ressourcer si nous voulons nous retrouver. Mon âme aspire bien entendu à te revenir le plus vite possible.

Je te remercie pour ton merveilleux message d ’amour, moi aussi je t’aime, tu as été une maman merveilleuse. Je me suis toujours considérée comme ta fille, mais aussi ta compagne et ta meilleure amie et confidente. Notre relation a été très fusionnelle et j’ai remplacé dans ton cœur cet amour qui te manquait, l’amour d’un compagnon masculin et à travers moi tu as pu te reconnecter à ton petit enfant intérieur pour le chérir, le nourrir de tendresse et panser les blessures du passé.

Je sais que ma mission, mon rôle auprès de toi a été important, que nous étions là l’un pour l’autre et que ce travail je ne l’ai pas terminé, car tu as encore besoin de moi pour te sentir pleine à l’intérieur de toi et te donner la force de continuer ta route. Depuis que j’ai fait le grand saut, même si ma présence est toujours auprès de toi, ton cœur te semble vide et ton foyer est sans âme. Je m’accroche à toi et te puise ton énergie et tu vas finir par tomber malade.

Je suis très heureuse d’avoir de l’aide aujourd’hui pour rejoindre le paradis des animaux et te remercie pour toutes ces belles années de grand et pur bonheur. Je me sens très légère maintenant et ne ressens plus aucune douleur. Je sais, j’ai vu et entendu que tu es très bien entourée et soutenue, mais c’est de moi que tu as besoin pour continuer ton existence. Alors fais-moi confiance comme je l’ai toujours fait pour toi et mets-toi à ma recherche dans quelques jours ou semaines. Lorsque tu seras prête je me mettrai sur ton chemin.

Nos âmes sont reliées où que je sois et la mienne aspire à te retrouver très vite. N’aie aucun doute, tu sauras me reconnaître et nous aurons à nouveau la chance de continuer notre belle aventure ensemble. La mort est un nouveau soleil et mon départ, même si aujourd’hui il te plonge dans une grande et injuste détresse, te permettra de me retrouver dans le corps physique d’une chienne en bonne santé et en pleine forme. Ce sera une renaissance pour toi et pour moi et force te sera donnée pour le constater.

Je transmettrai tes messages, es-tu prête maintenant à faire le passage ?

Oh que oui ! Plus vite je peux me ressourcer, plus vite je peux préparer mon retour.

Puis nous nous sommes avancées sur un très beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle m’a dit :

Merci, dis-lui que je l’aime, ce ne sera pas très long et nous serons à nouveau ensemble. Je l’aime.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Prada, à bientôt !

 

 width=J’ai rencontré Ryu assis dans un pré où les herbes commençaient à prendre les couleurs claires et vives du printemps et il y poussait beaucoup de petite fleurs blanches (des pâquerettes) et jaunes dorés. Je me suis approchée doucement pour ne pas lui faire peur, et lorsqu’il m’a aperçue, il s’est levé et a fait quelques petits sauts vers moi:

Je t’attendais, cela fait plusieurs jours que je t’attendais et que je savais que tu allais venir me voir. J’en suis très heureux, car aussi bien elle que moi avons besoin de ton aide. Elle a des regrets, elle culpabilise, elle est en souffrance et tout ça, rajouté aux circonstances de mon départ qui a été brutal, que je n’avais pas prévu et que je n’étais donc pas prêt, m’empêchent aujourd’hui de faire le passage. Je reste là à attendre qu’on vienne me libérer.

Je l’ai rassuré et me suis présentée à lui, je lui ai expliqué que c’était en effet sa gardienne qui m’envoyait vers lui pour lui transmettre des messages et lui poser des questions et qu’il pouvait être tranquille, après notre échange je l’accompagnerai jusqu’au pont des fleurs :

J’aimerais que vous lui transmettiez le fait que je l’aimais et que l’aimerais

toujours. Son départ me fait beaucoup de peine. On avait une relation

particulière et j’aimerais qu’il sache que rien ni personne ne pourra le remplacer

même si je prends d’autres animaux. J’ai été très heureuse avec lui et je le

remercie d’être entrée dans ma vie et d’avoir été le lapin qu’il a été avec moi.

J’espère avoir réussi à le rendre heureux lui aussi, qu’il était bien avec moi et

sunshine. Et je voudrais aussi qu’il sache que je suis désolée. C’était mon rôle de

veiller sur lui et de le protéger et je n’ai pas réussi. J’espère qu’il me pardonne et

qu’il a trouvé la paix. Et j’espère que s’il revient sur terre ou bien qu’il reste en

haut, qu’il soit heureux car il le mérite.

Et sait-on jamais, que peut être que l’on se retrouvera un jour.

En tout cas qu’il ne s’inquiète pas pour sunshine et moi, on continuera d’avancer

en le portant dans nos coeurs même s’il va terriblement me manquer.

Les questions que je voudrais que vous lui posiez sont les suivantes :

– Ai-je réussi à le rendre heureux ? A-t-il aimé ca vie avec moi ?

– Est-ce qu’il me pardonne de ne pas avoir pu l’aider et le sauver ?

– Est-ce qu’il est en paix ? Heureux là ou il est ? A-il des amis ? Des compagnons ?

Après lui avoir lu la missive, il est venu tout près de moi et c’était très drôle, son nez remuait en permanence pour renifler l’air et probablement qu’il a vu de la curiosité dans mes pensées car il m’a dit :

Cela me permet de sentir les odeurs, et je perçois qu’elle a fait appel à toi pour me guider et m’accompagner dans la lumière. Cela me rassure car j’avais peur de rester bloqué ici encore longtemps et même si je peux encore partager son quotidien et que je suis content de l’entendre et de la voir, ici ce n’est plus ma place. Tant que je ne serai pas parti, elle ne pourra faire son deuil et retrouver paix et sérénité dans son cœur, et moi je ne pourrai me reposer et me ressourcer.

Et puis c’est très perturbant pour ma compagne qui sait qu’ici je ne peux me ressourcer, et qu’au contraire je puise dans leurs énergies. Cela est mauvais pour tout le monde et surtout pour ma petite maman qui a besoin d’être en forme pour son travail Elle aussi a besoin d’être rassurée,  surtout dis-lui de ne pas culpabiliser, ce n’est pas de sa faute, c’était un accident et c’est arrivé si vite, si brutalement, j’ai senti une douleur très vive dans ma poitrine, fulgurante qui m’a oppressé et qui a traversé tout mon corps, je suis aussitôt sorti de celui-ci pour me réfugier dans le corps astral et puis je me suis vu allongé et je savais que c’était fini pour moi, qu’il me serait impossible de le réintégrer. Je n’ai plus souffert après, j’étais bien, je me sentais en légère lévitation et je t’ai vue à côté de moi, les yeux terrifiés, ne pouvant croire à ce drame horrible que tu venais de voir. Je suis désolé et c’est moi qui te demande pardon d’avoir été là et d’avoir vu, d’avoir assisté à ce départ que je n’avais pas eu le temps de préparer.

Merci, merci pour ton message d’amour qui remplit mon cœur de joie. J’ai vécu de belles années à tes côtés et j’ai eu une vie de lapin merveilleuse. J’étais ton garçon, ton bébé, mais aussi et avant tout ton frère, ton petit et grand frère, car j’étais ton confident et nous étions très proches. Je pouvais ressentir à chaque instant ce que tu pensais, dans quel état d’être tu te trouvais et surtout je t’aidais à manager, à supporter le stress et les doutes qui pouvaient parfois t’assaillir dans le cadre de tes études.

Cette forte complicité nous a unis et nos âmes sont reliées et le resteront où que je sois. Pour le moment entre deux, mais toujours dans ton environnement proche, et lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux, je pourrai, après un petit laps de temps pour me ressourcer, préparer mon retour pour te revenir. Car j’ai aimé la vie avec toi et je t’aime. Ces moments avec toi ont été intenses et c’était merveilleux. J’ai été très heureux et j’ai envie de retrouver ce bonheur avec toi.

Ne regrette rien, tu ne pouvais pas m’aider et me sauver. Ce que tu fais maintenant pour m’aider à rejoindre le paradis des animaux est bien plus important, et je t’en remercie. Tu pourras retrouver paix et harmonie dans ton cœur et esprit et moi je pourrai préparer mon retour, car ma place est avec toi pour t’aider à continuer et avancer sur ton chemin.

Et Sunshine aussi a besoin d’un compagnon et attend mon retour. Je ne ressens plus aucune douleur, je peux sauter et courir à ma guise, mais pour être en paix, le passage dans l’au-delà est nécessaire et la condition pour te revenir sur un plan terrestre. Des compagnons lapins m’attendent de l’autre côté du pont et je n’ai pas peur, je sais qu’ils vont me guider dans ce bel et lumineux escalier et je suis pressé maintenant de les rejoindre. Mais n’oublie pas, tu as besoin de ma présence, de mon énergie pour réussir dans tes projets et je compte sur toi pour te mettre à ma recherche dès ce printemps Ce ne sera pas long et tu sauras me reconnaître au premier regard.

Puis il a commencé à tourner autour de moi, il faisait des petits bonds d’impatience et je lui ai promis de transmettre ses messages à sa gardienne. Puis nous nous sommes avancés sur un beau chemin qui s’est ouvert à nous et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, j’ai vu ses belles moustaches blanches se trémousser dans tous les sens, et en sautillant il a traversé le pont et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Ryu et paix à ton âme !

 width=La connexion avec Tiago s’est faite dans cette belle clairière qui se trouve juste avant l’entrée du paradis des animaux. Il était couché sur son ventre, les pattes avant allongées devant lui, il s’est levé pour venir à ma rencontre dès qu’il m’a aperçue. Je me suis présentée et lui ai expliqué la raison de ma présence.

Ce n’est pas nécessaire, je sais qui tu es et je sais que tu as des messages pour moi de la part de ma maman. Et puis elle se pose aussi beaucoup de questions, j’ai bien entendu essayé de lui répondre, de lui faire comprendre que tout allait bien pour moi, mais elle a besoin de certitudes et tu vas pouvoir l’aider à faire son deuil.

Je lui ai confirmé avoir des messages et des questions :

Mon Tiago…. 

Mon Amour pour toi, aucun mot n’existe pour le décrire…

MERCI, mon chien, d’avoir rendu ma vie plus douce… Merci pour ton amour inconditionnel. Merci de m’avoir tant fait rire. Tu es le seul qui me rendait toujours le sourire dans les épreuves que je traversais… 

Merci de m’avoir écoutée te raconter ma vie, merci d’avoir écouté les chansons stupides que j’inventais rien que pour toi… 

Tu as fait de moi quelqu’un de meilleur, tu as été le plus bel ami que je pouvais rêver d’avoir… 

Pardon pour les jours où j’étais stressée ou fatiguée, tu le sentais sûrement, je n’ai pas toujours été la maîtresse parfaite… 

Ce n’était jamais de ta faute, si tu savais comme je t’ai aimé… 

Tout l’amour qu’il y avait dans mon cœur, toute mon énergie ont toujours été pour toi, parce que tu étais un compagnon si précieux à mes yeux… J’aurais pu faire tout ce qu’il est possible de faire pour te protéger et qu’il ne t’arrive jamais rien… 

Merci pour toutes ces balades magiques rien que toi et moi…

&nbsp,

Pour le moment je ne souris plus quand j’ouvre la porte de chez « nous »…

Un gros bout de mon cœur s’est envolé avec toi dans cette pièce, ce 16 janvier… 

C’était si horrible de devoir prendre cette décision, si tu savais… J’espère que tu ne m’en veux pas et que j’ai fait ce qui était le mieux pour toi, comme le docteur m’a dit… 

Mon ombre sans la tienne avance la tête baissée… Je ne veux pas m’habituer à ton absence…

Mais je te PROMETS de tout faire pour aller mieux, afin que tu sois fier de moi, et que tu puisses continuer ton voyage sans t’inquiéter pour moi. 

C’est toute une vie que j’ai vécue avec toi au milieu de ma vie, tu es dans mon cœur pour l’éternité, rien ne changera jamais cela… 

Merci mon Tiago d’avoir rendu ma vie si belle et plus sereine pendant toutes ces années, tu me manques tant et je t’aime jusqu’aux étoiles, pour toujours.

Sois heureux et serein là-haut, on veille sur moi ici-bas.

Ne sois pas inquiet, je te promets d’aller mieux et de continuer mon chemin avec courage, force et sérénité. 

Je t’aime mon chien 

 

Mes questions :

 Comment te sens-tu là où tu es désormais ? Est-ce que tu es bien à cet endroit ?

Est-ce que tu m’en veux ?…

As-tu eu peur ce soir-là, chez le vétérinaire ? Sentais-tu pourquoi on était là ? Étais tu prêt à te reposer pour toujours ? M’entendais-tu te parler ?

Est-ce que vous vous êtes retrouvés là-haut ? Était-il bien là pour t’accueillir comme je l’espérais ?

Aimes-tu les 2 endroits où j’ai dispersé ce que l’on m’a rendu de toi ?

As-tu été heureux avec moi, mon Tiago ?

M’entends-tu quand je te parle, vois-tu avec quoi je dors depuis que tu es parti ?

Le voyage est-il serein pour toi ?

Ma tristesse te retient-elle et si oui que puis-je faire pour t’aider ?

Quel est ou quels sont tes plus beaux souvenirs avec moi ?

As-tu un message pour moi ?

&nbsp,

Que je suis triste de la savoir dans une telle détresse, je la voyais lorsqu’elle m’a écrit ce message, elle était en pleurs et j’en ai été tout retourné, je le suis encore.

Il m’a regardée, les yeux embués de larmes et l’expression de son regard m’a profondément touchée, je pouvais y lire à la fois beaucoup d’amour, mais aussi une grande tristesse.

Que je suis heureux de pouvoir lui répondre, que je suis heureux que tu sois là pour nous aider dans ce passage si difficile pour elle. Il l’est pour moi aussi, mais je sais que c’était la seule condition pour pouvoir lui revenir dans un corps sain et en pleine forme.

Dis-lui tout d’abord merci pour son merveilleux, pour son beau message d’amour. Moi aussi je l’aime et sa présence physique me manque, même si je peux la voir et l’entendre. Dis-lui que où que je sois, je continuerai à l’accompagner et à veiller sur elle. Je la protège, mais je ne suis pas le seul. Il y a quelqu’un d’autre qui veille sur elle et la protège et il était là, de l’autre côté du pont (jeune homme) pour m’aider à faire le passage dans l’escalier de l’arc en ciel et nous sommes restés quelque temps ensemble comme elle l’espérait et le lui a demandé.

Il m’a aussi laissé un message pour toi, car il savait que tôt ou tard tu trouverais le moyen de communiquer avec moi. Il me charge de te dire qu’il est heureux, que tu as malgré son départ réussi à te retrouver et il est fier de tout ce travail que tu as fait sur toi pour t’aider à avancer sur ton chemin. C’est lui qui m’avait déjà guidé vers toi pour t’aider à te reconnecter à ton petit enfant intérieur et à la nourrir de tendresse lorsque tu me chérissais. Tu as mis trop de temps à faire ton deuil et seul moi pouvais t’aider à faire la paix avec toi-même et te permettre de retrouver la paix et la sérénité dans ton cœur et ton esprit.

Ton histoire a été difficile, et tu n’as pas laissé le temps faire les choses, cela t’a enlevé toute chance de trouver le bonheur. Tu as voulu être forte et tu as enfoui au plus profond de ton être ta souffrance, ta grande détresse et il y a eu cette rupture qui t’a enfin fait comprendre que pour pouvoir être toi, redevenir ce que tu es au plus profond de toi et vivre en harmonie avec toi-même, il était nécessaire que tu l’exprimes, que tu te débarrasses de toutes ces blessures du passé pour panser les plaies et te reconstruire. Et j’étais là à tes côtés, à chaque instant.

Cela n’a pas été simple au quotidien, des épreuves douloureuses, des doutes et parfois un grand manque de confiance en la vie, en toi et en l’avenir.

Aujourd’hui tu as passé un cap, une nouvelle vie commence pour toi et te voilà à nouveau en détresse, tu as perdu ton confident, ton compagnon, ton âme sœur. Et je suis bien content de pouvoir encore et toujours te rassurer. La mort est un nouveau soleil et nous nous retrouverons, sois en certaine. Mon âme est reliée à la tienne, elle est éternelle et aspire bien entendu à te retrouver sur un plan terrestre.

N’as-tu pas encore assez souffert ? La vie et le destin ne t’ont pas épargnée, mais avec sa protection et ma présence à tes côtés, tu as su reprendre du poil de la bête et tu as réussi à sortir la tête de l’eau. La vie peut maintenant, lorsque nous nous retrouverons à nouveau, te sourire.

Je n’ai pas eu peur lorsque tu as pris la décision de m’aider à partir, je savais combien c’était difficile pour toi et que tu le faisais par amour pour moi et je t’en suis très reconnaissant , Et puis je savais aussi qu’il m’aiderait, il m’a beaucoup aimé et qu’il serait là pour traverser le pont des fleurs, et malgré ton grand désarroi, je suis parti dans la lumière.

J’étais prêt, j’étais sur mon chemin depuis l’été et je savais que ce serait la seule possibilité pour nous de pouvoir nous revoir et continuer notre belle aventure ensemble. Je t’aime et j’ai vécu une vie de chien merveilleuse avec toi. Tu m’as aimé, respecté et choyé comme ton enfant, comme ton fils et j’ai été très heureux même dans les moments tristes et difficiles que nous partagions ensemble. Je savais que ma présence t’était précieuse, et que tu te sentais pleine à l’intérieur de toi pour trouver cette grande force qui t’a permise de retrouver la paix et te réaligner dans ton corps et ton esprit.

Depuis que je suis parti, mon doudou t’accompagne toutes les nuits et je viens parfois te faire des petits coucous. Je me suis déjà bien reposé et ressourcé, et après notre échange, je pousserai la porte du paradis des animaux et je commencerai à préparer mon retour. Je me sens de nouveau très léger dans mon corps, je n’ai plus aucune douleur et je peux de nouveau courir et jouer à ma guise. Ta tristesse aurait pu me retenir, mais j’ai eu beaucoup de chance et d’aide pour faire ma transition et cela t’aide aussi.

L’endroit où tu as dispersé la poussière de mon corps physique te plaît surtout à toi, et c’est ce qui importe le plus. Pour moi cela n’a pas tellement d’importance, car ce ne sont que les restes de mon enveloppe corporelle. Quant à mon âme, elle perdure, elle est éternelle et souhaite te retrouver sur un plan terrestre. Alors ne refais pas la même erreur, donne-toi le temps de faire ton deuil et dès que tu te sentiras prête, mets-toi à ma recherche et je me mettrai sur ton chemin

Je t’aime et tu as besoin de moi, de ma présence et de mon énergie pour continuer ce beau travail que tu as fait sur toi et continuer ta route. Tu as beaucoup d’amour et de compassion en toi et tu t’es ouvert à l’amour inconditionnel en aidant des personnes (m’a montré des enfants ?) en difficulté et je suis, nous sommes si fiers de toi. L’univers te le rendra en commençant par moi qui espère te retrouver très vite.

A bientôt ma maman, mon amie, ma tendre moitié. Je t’aime.

 width=La rencontre avec TOSCA s’est faite dans un pré où l’herbe commençait à devenir vert clair, il y poussait des petites pâquerettes. Je me suis approchée et me suis présentée à elle pour lui expliquer que j’avais des messages et des questions de la part de sa gardienne :

Je vous remercie de bien vouloir lui transmettre les messages suivants :

– que je suis désolée,

– que l’euthanasie était le seul moyen pour qu’elle arrête de souffrir, 

– que j’aurais voulu avoir plus de temps avec elle et que j’aurais voulu la garder à mes côtés toute ma vie,

– que je l’aime de tout mon cœur, qu’elle a été le cheval de ma vie et l’amour de ma vie,

– que sa copine Kléa est bien, elle n’est pas toute seule, elle est avec Fantôme un autre cheval,

– que j’espère que l’herbe est bonne au paradis, qu’elle est avec des copains, qu’elle est heureuse et libre comme l’air.

 Je vous remercie de bien vouloir lui poser les questions suivantes :  

 – lui demander si elle me pardonne,

– si elle est en paix et si ce n’est pas le cas, ce que je peux faire pour l’aider.

Elle regardait au loin et semblait admirer le paysage, et dès qu’elle m’a entendu prononcer le mot « gardienne », elle s’est retournée rapidement et a trotté vers moi. Ses yeux exprimaient une grande tristesse.

Je sais qu’elle espère le meilleur pour moi, je sais qu’elle m’aime et qu’elle ne souhaite que mon bonheur, mais elle culpabilise, elle vit dans les regrets et les doutes et tout cela m’empêche de continuer mon chemin et de faire le passage. Dis-lui qu’ici ce n’est plus ma place et que j’ai besoin d’aide pour passer le pont des fleurs, car tant que je reste ici entre deux, elle ne peut faire son deuil et moi je ne peux me reposer et me ressourcer.

Je l’ai rassurée et lui ai dit qu’après notre échange, je l’accompagnerais jusqu’au pont.

Merci, mille mercis pour être venue et de nous aider dans ce passage si difficile, surtout pour elle, ma compagne de toute une vie. Dis-lui qu’elle me manque aussi même si je peux encore la voir et l’entendre, même si je suis encore régulièrement dans son environnement, mais il est important aujourd’hui pour elle et pour moi de se séparer pour pouvoir espérer nous retrouver un petit peu plus tard.

Mais ce qu’il est nécessaire qu’elle comprenne, et c’est vraiment la priorité des priorités, c’est- qu’elle accepte et assume la décision, le choix qu’elle a fait pour m’aider à partir. C’était juste, j’étais prête, j’étais sur mon chemin depuis l’automne dernier et grâce à son courage je ne suis plus en souffrance et je peux à nouveau me déplacer en toute légèreté.

Je sais qu’elle l’a fait par amour pour moi et je sais combien cela a été une terrible souffrance pour elle. Je la remercie, je lui en suis si reconnaissante et elle ne doit surtout pas regretter ou culpabiliser, car cela l’empêche de faire son deuil. Ce sont des obstacles qui lui font du mal et m’empêchent de rejoindre le jardin des animaux. Tant que je reste là je puise dans son énergie et dans celle de mes compagnons.

Je sais que Kléa est en bonne compagnie, mais de me voir encore dans le bas astral la perturbe aussi. Un passage au paradis des animaux est la condition pour me permettre de me reposer et me ressourcer et à toi de retrouver la paix et l’harmonie dans ton cœur et ton esprit.

Ne te torture pas l’esprit et ne vit pas dans les regrets, accepte que mon départ se soit fait plus tôt que tu n’aurais aimé, et de toute manière tu n’aurais jamais été prête, que ce soit maintenant ou plus tard, beaucoup plus tard.

Moi aussi je t’aime, notre relation était profonde, fusionnelle et j’étais ton double, ton âme sœur. Tu as, à travers moi, su prendre force et confiance en toi et la coopération était totale. Je pouvais ressentir ton état d’être à chaque instant, et c’était tellement beau et puissant de partager des moments d’intimité ensemble, où seuls toi et moi y avions accès. J’étais ta confidente et tellement heureuse de tout l’amour que tu me portais.

Seulement voilà, l’heure de souffler la flamme de ma bougie est arrivée, hélas bien plus vite que tu ne l’imaginais et je te suis si reconnaissante d’avoir su prendre la bonne décision. Je sais que tu l’as fait par amour et c’est le plus beau cadeau que tu as pu me faire, car tu l’as fait pour me soulager alors que pour toi la détresse et la souffrance ont été immenses. Ne regrette rien, sois heureuse de me donner la chance de faire un passage dans l’au-delà, et dis-toi bien que nos âmes sont reliées et le resteront toujours où que je sois. Et lorsque tu te sentiras prête, la mienne aspire à te retrouver bien entendu. Sous quelque forme que ce soit, tu sais que tout est possible et j’endosserai le costume qu’il te sera possible et qui te plaira de reprendre.

Ma présence physique te manque aujourd’hui, mais une fois là-haut, je pourrai te faire des petits coucous, te protéger et t ‘envoyer de bonnes ondes. Je t’aime ma mie et j’espère qu’on se reverra bientôt sur un plan terrestre.

Je lui ai promis de transmettre ses messages et lui ai demandé si elle était à présent prête pour faire le passage.

Maintenant c’est le moment, je sais que pour elle ce sera à présent plus facile à accepter, et puis surtout elle aura la certitude, même si elle l’a fait avec son cœur, que c’était juste et nécessaire.

Puis chacun à notre rythme nous nous sommes avancées sur un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Il y avait des petites fleurs jaunes, violettes et blanches qui y poussaient partout. Lorsque nous sommes arrivées devant le pont, elle l’a traversé en galopant et s’est noyée dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

 Au revoir Tosca, paix à ton âme.

 width=J’ai rencontré Mimi assis devant une porte d’entrée, il m’a regardée avec des yeux remplis d’une grande tristesse. Je me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions pour lui de la part de sa gardienne :

Mimi,

 T’écrire ces quelques mots me font du bien, je suis remplie de chagrin depuis ton départ je te demande pardon, j’avais oublié ces dernieres années la place immense que tu occupais dans mon coeur…je me suis perdue en chemin dans le rôle de maitresse que j’avais pour toi … nous étions les premieres années si fusionnels, tu m’as connu j’avais 19 ans puis j’ai construit ma vie ma famille, tu m’as suivi dans toutes les étapes de ma vie… Tu leur manques beaucoup tu sais aux enfants, ils sont tristes sans toi … iIs t’ont donné des caresses et des câlins  ainsi que ton papa mais moi j’avais laissé de coté tous ces moments-là, je m’occupais de te donner à manger mais je te repoussais souvent mon coeur s’était refermé et je ne sais pas pourquoi si tu savais comme je le regrette … maintenant que tu n’es plus là je réalise à quel point je t’aimais mais il est trop tard et le chagrin me dévaste de l’intérieur, j’ai mal . Pardon mon mimi de ne pas t’avoir donné tout l’amour que tu méritais toi le chat le plus gentil de la terre… je t’aime et je repense aux premières années où tu étais pour moi mon bébé puis nous nous sommes éloignés et tu faisais ta petite vie dehors… tu étais devenu indépendant et je n’aurais jamais imaginé le vide immense que tu laisserais dans mon coeur , pardon mon mimi je regrette de ne pas t’avoir donné toute l’attention que tu méritais, je t’aime à jamais …je te remercie d’avoir été toujours d’une gentillesse incroyable envers mes enfants , jamais tu n’as eu un geste déplacé et pourtant petits ils t’ont parfois beaucoup embêté mais tu as toujours été d’une patience incroyable … je me suis perdue en chemin en fermant le porte de l’amour que j’avais pour toi pardonne moi…

 Comment te sens-tu ?

As-tu été heureux dans notre famille ? es-tu heureux maintenant ?

 Je culpabilise de ne pas t’avoir emmené au vétérinaire plusieurs semaines plus tôt je n’ai pas vu les signes de ta maladie ?

Pourquoi si vite d’un coup ? Pourquoi ton état s’est si vite détérioré? Pourquoi ne voulais-tu plus manger ?

Pardonne-nous d’avoir choisi d’abréger tes souffrances car je pense que tu souffrais ? est-ce que tu nous en veux ? 

Quelle était ta mission auprès de moi ?

 Mimi dis-moi si je te reverrais, j’aimerais tant que tu me reviennes …

Aimerais-tu revenir auprès de nous, sous quelle forme ? mimi guide moi vers toi je t’en prie reviens moi et pardonne moi.

 je t’aime mimi 

Oui, je sais j’étais assis à côté d’elle, lorsque en pleurs elle t’a envoyé le message. Elle est en grande détresse, elle culpabilise, elle a des remords et mon départ la plonge dans une grande souffrance. Cela m’empêche de partir et je reste là dans leur entourage et leur puise leur énergie. Tant que je reste là entre deux, elle ne trouvera pas la paix dans son cœur et son esprit et elle ne pourra commencer son deuil.

Dis-lui merci pour son message d’amour. Dis-lui de ne pas se mettre dans une telle souffrance, dis-lui de ne pas se torturer l’esprit. Je sais qu’elle m’aime et que mon départ lui fait prendre conscience, qu’avec l’arrivée des enfants, elle m’a un peu délaissé. J’étais son premier garçon, son premier bébé et j’ai pris le rôle de grand frère lorsqu’ils sont arrivés et elle était bien occupée à les materner et à les soigner.

Dis-lui que j’étais bien triste par moments, mais j’ai bien compris qu’ils avaient pris beaucoup de place dans son cœur et je ne lui en ai jamais voulu. Je l’aime d’un amour inconditionnel et même si elle m’a un peu mis à l’écart, je ne me suis jamais senti rejeté. Je me suis toujours considéré comme un membre de la famille et j’avais mon rôle, ma mission auprès d’elle.

De chat timbre-poste, chargé de lui apprendre le détachement, de lui apprendre à aimer et gérer ses relations avec moins de peur et d’angoisse, avec plus de légèreté, j’ai endossé le rôle de protecteur et je me suis chargé de nettoyer le lieu et toutes les personnes du foyer. Je me suis aussi beaucoup ressourcé dans le jardin et je n’ai pas été malheureux.

Son premier bébé a grandi et a bien compris qu’il fallait laisser la priorité aux plus petits. Rassure-la, dis-lui que je n’étais pas malheureux et que je me suis toujours senti aimé, respecté et choyé. Un peu malmené parfois, mais c’est normal, tous les enfants sont parfois brutaux avec les animaux. Mais je sais qu’ils m’ont aimé, que j’étais leur grand frère et je n’ai jamais manqué de caresses et de câlins.

C’est plus toi qui en a manqué, car à travers moi tu nourrissais ton petit enfant intérieur de tendresse et tu l’as un peu oublié. C’est pour cela que tu es dans une telle souffrance aujourd’hui, tu viens de prendre conscience que tu as construit, enfanté, élevé et éduqué les petits, tu as une vie de famille bien solide, mais dans tout ça tu t’es toi beaucoup oubliée. Toujours à leur petits soins, à leur écoute, parfaite maman et maîtresse de maison, mais et toi ? As-tu pensé à toi ? A ton être profond ? Qui je suis ? Qu’est-ce que j’attends de la vie ? De quoi ai-je besoin au plus profond de moi ?

Tu as réussi dans un domaine important de la vie, tu as construit ta famille et tu l’aimes, mais il est aussi très important de t’aimer toi, et pour cela tu as besoin de te reconnecter à ton petit enfant intérieur et le chérir. Et il n’y a que moi pour t’aider à le faire et pour te permettre de continuer à avancer sur ton chemin.

Si j’avais été malheureux avec vous je ne serais pas resté, je serais parti mais j’ai continué mon travail d’une manière différente auprès de vous tous. Et si j’ai choisi de vous laisser maintenant, c’est parce qu’il est temps pour moi de remonter pour me reposer et me ressourcer.

J’étais sur mon chemin et vous avez pris la bonne décision de m’aider à partir. Je ne mangeais plus parce que je n’en avais plus envie et j’étais arrivé au bout de mes forces. Mes reins et mon cœur étaient bien usés et j’avais des bobos dus à mon âge. Et si tu n’as pas remarqué mon état plus tôt c’est parce que je ne voulais pas que tu le voies, je préparais ma transition à mon rythme et le vétérinaire ne pouvait rien y changer.

Je ne souffre plus et je me sens à présent de nouveau très léger dans mon corps, mais ici ce n’est plus ma place et tu dois comprendre que seul un passage au jardin des animaux peut me permettre de préparer mon retour, avec cette nouvelle mission de t’aider à te reconnecter à ton âme et t’accompagner sur ton chemin.

Je sais que je te manque et que la blessure est très vive, mais ne culpabilise pas et ne regrette rien, ce qui est important de savoir c’est que nos âmes sont reliées et le resteront toujours, et que la mienne aspire à te revenir pour ouvrir de nouveau ton cœur à l’amour de toi et la joie que tu as au plus profond de toi. Et tu verras que tu y