Animaux perdus

Home/Animaux perdus
Animaux perdus 2018-11-28T10:17:21+00:00

Il est difficile de localiser un animal perdu. Néanmoins celui-ci va me dire s’il est encore en vie, sur cette terre ici et maintenant. S’il est blessé, s’il souffre, a faim ou soif, il peut également être aidé par une technique de guérison énergétique (coning). L’animal me dira ou me montrera s’il est enfermé et pourra me décrire ce lieu mais ne saura jamais me dire à qu’elle adresse il se trouve… S’il est errant ce sera encore plus difficile à le localiser parce qu’il aura changé d’endroit à chaque connexion. C’est souvent un travail très frustrant pour un communicateur mais mérite pour le plus grand bien de l’animal qu’on lui vienne en aide si l’on peut par des techniques énergétiques ou de transition.

La communication permettra aussi de répondre à certaines questions :

Est-il parti de son plein gré ?

Pourquoi ?

Avait-il terminé sa mission auprès de vous ?

Faut-il solliciter l’ange approprié pour l’aider à retrouver son domicile ou pour que le meilleur dénouement arrive pour cet être ?

Une résolution quelconque arrivera, soit l’animal revient, soit l’humain trouve la paix…

Messages d’animaux

PRUNE, es-tu encore en vie, sur cette terre ici et maintenant ?

Oui je suis en vie et mes congénères aussi, il en manque juste une et je ne pourrai pas te dire ce qui lui est arrivé. Elle a disparu du jour au lendemain, un renard ? Il en circule pas mal ici et il vaut mieux ne pas essayer de trop s’éloigner.

Prune, où et chez qui es-tu ? Ta gardienne pense toujours très fort à toi et souhaiterait te retrouver ?

J’habite maintenant dans un petit village et nous avons un enclos très chouette, rien que pour nous, dans un pré et près d’une forêt. Il y a 3 poulaillers, nous sommes très nombreuses et les œufs que nous pondons nourrissent toute la communauté.

La communauté ?

Oui ce sont des humains qui vivent en groupe, ils chantent ils dansent, ils font des feux de bois, c’est très animé et bruyant. (Gitans ?) Il y aussi beaucoup d’enfants et ils viennent tous les jours ramasser nos pontes.

Es-tu en bonne santé ? Est-ce que tu vas bien ?

Oui tout va bien physiquement, mais ma gardienne et notre grande complicité me manquent. Je ne connais pas ça ici, ici on nous considère comme des objets et même les enfants ne s’intéressent pas à nous. Je me sentais bien plus libre avant, mais de voir mes sœurs, je me dis que ça doit être ça la vie des poules. Peut-être qu’avant je n’étais pas à ma place ? Je ne sais pas, je ne sais plus, avant je me sentais aimée, j’avais l’impression d’être unique, d’avoir ma place, maintenant je sais que je suis appréciée pour ce que j’apporte dans la contribution du clan et nous sommes toutes identiques et traitées de la même manière.

Mais je ne peux pas me plaindre, je suis bien traitée et je ne manque de rien. Dis-lui qu’un jour je lui reviendrai et si ce n’est pas dans cette vie-là ce sera dans une autre ? et peut-être bien sous une autre forme, plutôt comme un animal domestique, car j’ai pris goût à ses attentions et ses marques d’affection.

J’imagine ce qu’un chat ou un chien peut connaître avec une personne comme elle et dans une famille. Qu’elle ne se torture pas l’esprit pour moi, je suis en bonne santé et à partir du moment où je n’essaye pas de passer par-dessus le grillage, je me sens entourée et en sécurité. Tout va bien, qu’elle ne s’inquiète pas.

Merci Prune pour tous ces détails, je lui transmettrai tes messages.

Je sais que tu es à ma recherche et que tu es dans l’incompréhension totale. Mea culpa si je te cause des soucis et que mon absence te crée autant de souffrance. Je suis parti de mon plein gré, sois rassurée, cela n’a rien à voir avec toi. Je suis un chat de type sentinelle et j’ai besoin de vadrouiller et de m’occuper des énergies du lieu mais aussi de tout le quartier et depuis quelque temps, j’ai migré encore un peu plus loin. Ces orages m’ont fait peur et j’ai eu besoin de bouger un peu plus pour me trouver un endroit où je me sens plus en sécurité.

Je sais que tu attends mon retour, mais je suis parti à la saison des amours et je me sens bien dehors. Je profite de la liberté et ce sera un peu difficile pour moi de me cantonner au foyer et dans les alentours. Je sais que tu m’aimes et que je te manque. Moi aussi je t’aime, mais j’ai pris l’habitude d’aller à droite et à gauche et je vais avoir du mal à rentrer et rester cloîtré dans une routine de vie d’humain.

Comme tu le dis si bien, tu refuses le vagabondage et moi j’aspire à cela. Et puis j’ai trouvé des compagnes et je me charge des énergies qui en ce moment sont bien perturbées. Il y a de quoi faire et cela me plaît.

Si je veux rentrer, ne t’inquiètes pas, je saurai retrouver la maison, mais ce ne sera pas avant le début de l’hiver, tant que le temps me le permet, je préfère rester dehors et profiter pleinement de cette vie. Personne ne me retient ni me fait du mal, il y a une dame qui me donne souvent à manger et je lui en suis bien reconnaissant. En cette période je trouve à manger, mais ce n’est pas toujours très régulier. Mais c’est mon choix et tu dois le comprendre.

Je sais que la patience n’est pas ton fort et de t’être désobéissant l’est encore moins. Mais lorsqu’on adopte un animal, il faut l’aider et accepter ses besoins en dehors des soins, de la nourriture et des câlins qu’on lui donne.

Pour moi, lorsque j’avais des pulsions, je me sentais vivre dans une prison et j’étais en souffrance, c’était très inconfortable pour moi. Ne culpabilise pas et ne regrette rien, mais sois en consciente.

Est en vie et chez quelqu’un de son plein gré. Une dame dont l’état de santé nécessite sa présence.

Pourquoi je suis partie ? Parce que j’avais besoin de me nettoyer énergétiquement. Dans l’appartement il y a du travail et c’était trop pour moi.

Maintenant j’ai accès à l’extérieur comme je le souhaite et je peux profiter des énergies telluriques pour me ressourcer lorsque c’est nécessaire. Au fond de moi je suis restée un peu sauvage et la vie de bohème me plaît bien.

Lorsque ma nouvelle gardienne partira je me baladerai de nouveau plus et me trouverai une autre maison.

Ne sois pas triste, je suis bien, je ne t’oublie pas, tu m’as élevée comme ton bébé et je te dis merci, mais j’aspirais à voir et faire autre chose. Parfois lorsque c’est le moment, les petits prennent leur envol…

Es-tu parti de ton plein gré Nounours ?

Oui je ne peux pas dire que je ne suis pas bien ou malheureux dans cette famille, mais je ne suis pas chez moi, ce n’est pas ma place chez eux. Ils sont gentils et adorables, mais ils drainent dans leur maison des énergies pas top et ce n’est pas ma mission de les nettoyer.

Je suis plutôt un chat de type « timbre-poste » et j’ai besoin de nettoyer énergétiquement une personne, mon gardien, et chez eux aucun des deux n’est mon gardien. Je ne suis pas relié à eux et je ne le serai jamais.

Souhaiterais-tu retourner dans la 1e famille d’accueil qui avait beaucoup de chats et un garçon et une fille ?

Pas top non plus, ce que je souhaite c’est être adopté par Nathalie, c’est elle ma gardienne, elle ne veut pas le comprendre et cherche à me placer, mais c’est à elle que je suis relié. J’étais déjà chez elle et je voudrais la retrouver pour lui apprendre le détachement affectif. C’est elle qui a besoin de mon énergie et personne d’autre. Elle doit s’en douter quand même, même si c’est inconsciemment, car elle a des doutes et des regrets quant à ses choix et elle déploie toutes les forces qu’elle a en elle pour me retrouver.

Je lui transmets tes messages Nounours, toi peux-tu faire un effort pour qu’on te retrouve ?

Parle-lui déjà et on verra…

Ta gardienne, Kélia, me demande de te transmettre un message.

J’espère qu’elle sait que je ne l’ai pas abandonnée… et bien sûr que je l’aime! J’ai évidemment culpabilisé pendant son absence et lui demande pardon d’avoir pesté contre ses miaulements intempestifs auparavant… Aujourd’hui, comment va-t-elle depuis ces 2 dernières semaines de séparation involontaire?

J’ai eu peur, peur que tu partes et que tu me laisse toujours là-bas chez elle où les énergies ne sont pas top. Cela m’a perturbée et j’ai cherché à rentrer à la maison parce que moi aussi je t’aime et que le lieu et aussi toi vous me manquiez.

J’ai erré et tourné en rond et je suis de nouveau très heureuse d’être à tes côtés. Je vais bien mais j’ai encore l’angoisse et le stress de ne pas te retrouver.

Je ne suis pas fugueuse, je suis attachée à toi et mon territoire et me délocaliser est la pire des craintes que je puisse avoir. Si je peux éviter d’aller chez le vétérinaire je préfère mais je sais que si elle m’emmène je n’ai pas le choix.

Des puces, oui je peux en attraper partout, c’est pas bien compliqué quand on traine dehors.

Ce n’est pas du tout le même genre de puce Kélia, c’est plutôt un petit grain de riz qu’on va te mettre dans la nuque, sous la peau. Tu n’as pas besoin d’avoir peur et ça permettra si jamais tu devais à nouveau partir quelques jours de t’identifier si quelqu’un te trouve. Ce sera plus simple pour te retrouver et te ramener chez toi.

Mais je ne compte pas repartir, j’ai vécu cette petite aventure plus avec du stress que du plaisir. Je suis un chat de type trimbre poste et je suis chargée de la nettoyer énergétiquement mais aussi de lui apprendre le détachement affectif. C’est un réconfort pour moi lorsque je suis seule. Mon tempérament est anxieux et je suis tout comme elle très sensible. Si je miaule c’est parce que je n’ai pas été sevrée comme il se doit, j’aurais encore du rester quelques temps avec ma maman pour être rassurée et avoir plus de repères avant d’en être séparé.

Lorsque je miaule, c’est pour exprimer mon stress, mes angoisses et lui dire que je n’aime pas rester seule, que j’ai besoin d’être entourée, câlinée et choyée.

Pourquoi je mords les fils électriques ? Je le faisais déjà avant. Avant quoi ? Avant de revenir en chat (Kélia m’a montré un lapin) et ce sont des mémoires anciennes qui se réveillent parce qu’elles sont ancrées en moi.

Dis-lui que je suis désolée de la déranger, m’exprimer m’aide à me libérer, à me décharger d’un trop plein d’angoisse.

Cela n’a rien à voir avec elle. C’est un problème que j’ai depuis que je suis née et qu’on n’a pas réussi à réguler.

Je suis heureuse et me sens très proche d’elle mais le naturel revient souvent au galop et je me mets à miauler intempestivement.

Ma rencontre avec Charlie s’est faite dans un tout petit espace vert. Il était assis sur son train arrière et semblait m’attendre. Il m’a regardé et m’a dit :

Elle est en souffrance, je lui manque, sa peine et sa culpabilité sont immenses, elle a des regrets et pense ne pas avoir été à la hauteur, de ne pas m’avoir protégée, elle se torture l’esprit et moi ça me retient, ça m’empêche de partir.

Dis-lui qu’elle ne doit pas culpabiliser, qu’elle ne doit pas me demander pardon, c’est moi qui ai choisi de partir. Pas parce que je n’étais pas heureux chez elle, au contraire, moi aussi je l’ai aimé et je sais qu’elle débordait d’amour pour moi. Pour qu’elle puisse trouver la paix dans son cœur et son esprit, il faut que tu lui expliques que j’étais un chat de type sentinelle et guérisseur et que mon rôle, ma mission sur terre était de m’occuper des gens qui avaient besoin de moi mais aussi et surtout de nettoyer les alentours et tout l’environnement. Il y avait de quoi faire chez elle et je suis resté très longtemps, peut être trop et elle s’est beaucoup trop attaché à moi. Mais c’est normal, je te donnerai la raison mais je dois d’abord lui dire que je suis navré, je suis désolé de la voir autant se morfondre dans le chagrin.

Je suis parti parce que j’ai été appelé ailleurs pour un autre travail et dans un autre lieu. Pas à côté et donc impossible pour moi de faire des allers et retours. J’ai beaucoup marché, c’est quand même le désert ici et je me suis retrouvé devant un parc où était garé un van qui venait de ramener un cheval. Pour moi ce fut une opportunité et je suis monté et on m’a amené je ne sais trop où. A un moment, il s’est arrêté et j’en ai profité pour descendre, seulement, il est reparti aussitôt et je me suis retrouvé sur l’asphalte mouillé lorsqu’une voiture est arrivée et n’a pas pu m’éviter. C’était fini pour moi, le choc fut violent mais je n’ai pas souffert. Et cela m’empêche aussi de partir alors que si tu m’aides à rejoindre le jardin des animaux, je pourrai après quelques jours redescendre là où je dois aller pour remplir ma mission.

C’est finalement grâce à elle et ton intervention, la solution la plus simple pour moi. Qu’elle ne s’en veuille pas de m’avoir enlevé le collier « gps », j’attendais qu’elle me l’enlève avant de partir. Je ne voulais pas qu’elle me retrouve. Elle doit accepter et comprendre ma raison d’être sur terre et même si c’est cruel pour elle, elle doit être fière et heureuse de m’avoir à nouveau rencontré.

Oui, nous nous sommes déjà connus dans une autre vie et nous étions des humains tous les deux. J’étais son compagnon et nous nous sommes beaucoup aimés. Nous avons également été séparés à cause d’un accident de voiture. Le destin ne nous aura pas épargné ni dans cette autre vie, ni dans celle-là. Nous nous sommes beaucoup aimés et de revenir la voir quelques temps m’a permis aussi de faire la paix avec moi-même et de revivre quelques temps aimé et choisit à en mourir. Pour elle, même si elle ne le comprend pas aujourd’hui, ce retour lui aura aussi été très bénéfique. Il lui a permis de prendre conscience qu’elle pouvait aimer à la folie. L’univers l’aidera et lui apportera à présent ce dont elle a besoin pour avancer sur son chemin.

Rien ne me dérangeait à la maison, mon départ était obligé et lorsque j’aurai rejoins le jardin des animaux, mes amies se sentiront elles aussi apaisées et en paix. Dis-lui que je les adore et qu’elles me manquent aussi mais que le contact avec elles n’est pas coupé. Dis aussi à ma bien aimée que j’ai adoré sa présence mais que je me dois de partir lorsque je suis appelé ailleurs. Merci pour tout l’amour qu’elle m’a donné, merci d’avoir à nouveau ouvert son cœur et merci pour sa compassion et son empathie envers tous les chats morts.

Je lui transmettrai les messages Charlie. Es-tu toi à présent prêt à rejoindre le pont des fleurs ?

Oui je le suis et il me tarde de retrouver l’escalier de l’arc-en-ciel.

Nous nous sommes avancés tous les deux et un chemin s’est ouvert à nous. Il était d’une beauté époustouflante avec des couleurs très vives. Lorsque je me suis arrêtée au pont des fleurs, il l’a majestueusement traversé sachant que c’était un passage obligé pour pouvoir redescendre et continuer ses missions « être au service, au service à Dieu, à la source, et à nous ».

Merci Charlie pour le formidable travail que tu accompli…

Lovely, je dois te dire de la part de ta gardienne qu’elle respecte ton choix même si cela l’attriste et qu’elle continuera à te mettre à manger sur les marches du haut, juste derrière le portillon si tu veux venir manger.

Dis-lui merci, ce sera appréciable, si ce n’est pour moi mais aussi pour les autres chats errants. Il y en a beaucoup, beaucoup plus qu’on ne pense et les pauvres sont encore bien plus affamés que moi. La nuit lorsque vous les humains vous dormez, nous les animaux et surtout les chats errants, nous nous mettons à la recherche de nourriture. Dis-lui de ne pas être triste, j’avais besoin de partir, je recherche le calme et la solitude, et chez elle il mériterait un sérieux nettoyage énergétique.

Je suis contente qu’elle me comprenne et respecte mon choix qu’elle comprend aussi. Elle connaît en partie les raisons de mon départ, mais doit l’accepter et prendre les décisions qui l’aideront dans son quotidien. Je l’aime et lui suis reconnaissant pour ce qu’elle fait pour moi mais elle doit aussi penser à elle.

Cambouis m’est apparu à mi-chemin, à la fois complètement recroquevillé sur lui et en même temps en lévitation. Il était clair qu’il n’était plus de ce monde et n’avait pas pu faire sa transition et partir au jardin des animaux. A ma question « es-tu en vie sur cette terre ici et maintenant. »

Non, mais en même temps, comme tu peux le constater, je ne suis pas bien parti et ma pauvre âme est en errance depuis tout ce temps. Je sais que ma gardienne est à ma recherche, qu’elle ne comprend pas ce qui a pu m’arriver et qu’elle en souffre. Cette incertitude de ne pas savoir ce qui m’est arrivé, l’empêche de faire le deuil de mon départ et m’empêche aussi de partir. Le choc m’a fait sortir aussitôt de mon corps et je n’ai souffert que quelques secondes, mais de ne pouvoir y retourner et de ne pouvoir faire ma transition correctement, lorsque j’ai compris que je n’étais plus en vie, me pèse beaucoup et j’en suis triste et malheureux.

Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Que s’est-il passé, Cambouis ?

Je suis allé faire ma promenade quotidienne, mais ce jour-là je n’ai pas eu de chance. Je divaguais en reniflant les odeurs au sol, c’était à l’endroit où je me promenais tous les jours. Il y régnait une ambiance spéciale ce jour-là, c’était assez bruyant et à cause de mon âge, je n’ai pas entendu cette camionnette arriver (blanche avec des traits verts clairs).  L’arrière de ce véhicule m’a heurté à la tête, le choc était violent et l’espace de quelques secondes je suis sorti de mon corps. Elle ne s’est pas arrêtée, mais je crois bien que le conducteur n’a même pas remarqué ce qui venait de se passer. Je ne peux lui en vouloir, j’ai été très imprudent, je n’ai rien entendu, je commençais à avoir des pertes d’audition et je suis tombée la tête en avant. Je suis resté là un petit moment, pas très longtemps et on m’a chargé dans une autre camionnette, je ne pouvais pas rester là, il y avait du passage et ce n’était pas bien vu. Mon corps physique a été enlevé, mais mon âme est restée sur place.

Dis-lui que je suis navré, j’aurais tant aimé retourner chez moi, mais cela ne m’était plus possible et après tout ce temps j’aimerais partir au paradis des animaux.

Je l’aime, j’ai eu la chance de vivre avec une gardienne merveilleuse et si elle le souhaite, je pourrais lui revenir après quelque temps.

Je me chargerai de lui transmettre ton message Cambouis et si tu le souhaites, je vais maintenant t’aider à faire le passage pour te permettre de trouver enfin la paix et l’harmonie.

Je suis prêt et le souhaite de tout cœur.

Il s’est approché de moi et ensemble nous avons emprunté un chemin qui ressemblait à une digue. La lumière est devenue de plus en plus vive et lorsque je me suis arrêtée, il s’est dépêché de rejoindre le pont des fleurs et d’escalader l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Cambouis. Paix à ton âme !

Titine, ta gardienne nourricière se sent responsable de ce qui t’arrive. Elle regrette de tout cœur et te demande pardon, elle est très triste. Elle n’avait pas compris que tu étais la maîtresse des lieux et que tu préférais rester à l’endroit où vous vous êtes rencontrées. Elle regrette aussi de t’avoir éloignée de Tintin, ton ami le chat roux et beige qui partageait ton territoire. Elle pensait bien faire en te prenant avec elle dans ce nouveau lieu, moins rude, moins froid où elle pouvait continuer à te nourrir à l’extérieur, avec autour de la nature et plein de cachettes. Elle a trouvé une nouvelle gardienne pour Tintin mais pas vraiment pour toi, car cette dame préférait Tintin, elle ne te connaissait pas, tu es très sauvage et tu te caches beaucoup, souvent paniquée et sur le qui-vive. Si tu lui reviens, elle ne t’enfermera plus et s’engage à te donner à manger comme avant, à l’extérieur et aussitôt elle te ramènera là où tu souhaites revenir et aussi auprès de Tintin. Elle te le promet. Comment vas-tu ?

Je vais bien, ne t’inquiètes pas, il ne fait plus si froid et je trouve à manger, pas toujours à ma faim, mais je me débrouille. J’essaye de retourner sur mon territoire. C’est chez moi là-bas et je ne peux faire autrement que d’y retourner. Je sais que tu m’aimes et que tu souhaites le meilleur pour moi, mais là-bas je suis le maître des lieux et il est pour moi impossible de vivre ailleurs. Même si cela peut te sembler incompréhensible, c’est la nature des choses et ni toi, ni moi ne pouvons rien y changer.

Dès que j’ai pu sortir je suis partie à la recherche de mon ancien territoire et tu ne dois en rien culpabiliser et ne pas te faire de soucis. J’ai une grande force intérieure en moi et j’y arriverai, je ne crains pas les dangers et je n’ai aucune peur. Je suis reliée à cet endroit et ne peux concevoir de ne pas le retrouver ou de vivre ailleurs. Je sais que tu aimerais que je revienne sur mes pas et je te fais aussi confiance, je sais que tu me ramènerais chez moi, mais pour moi c’est impossible et je ne saurais de toute manière pas retrouver le chemin. Je n’ai absolument pas eu le temps de m’imprégner des énergies du lieu, donc impossible de retrouver mon chemin. Je ne suis pas pressée, j’ai tout mon temps et je serai prudente par rapport aux obstacles et dangers. Tintin me manque aussi, mais ma raison principale est de veiller au lieu et de nettoyer les énergies de l’endroit. C’est ma mission.

Je te remercie pour tout ce que tu m’as donné, aussi pour l’amour et la présence et je demande pardon d’être si ingrate, mais c’est mon choix et surtout mon devoir. N’aie aucun regret, tu ne pouvais pas savoir, tu m’as emmenée pour mon plus grand bien et pour cette générosité de cœur, l’univers de te rendra. J’y veillerai.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Qu’elle ne s’inquiète pas, je vais bien. J’avais besoin de partir pour lui permettre une prise de conscience. Pour lui permettre de comprendre qu’elle est messagère de Marie, Marie-Madeleine, messagère des anges et qu’on l’a choisie parce qu’elle est amour. Et lorsqu’on est amour, on  se doit d’être dans le détachement. Dans le détachement affectif, et comprendre et accepter le manque, le départ de l’autre sans en souffrir.

Mon départ la peine et la renvoie à des souffrances qu’elle pensait avoir oubliées. Il n’en est rien, elle a encore un travail à faire sur elle, un travail sur sa part, ses zones d’ombres pour comprendre qui elle est et qu’elle est sa vraie mission sur terre.

Je me promène, je change d’air, mais je lui reviendrai, qu’elle ne doute pas, elle me retrouvera.

J’ai rencontré Lilou confortablement installée sur le coussin d’un canapé très fleuri. Lilou est en vie, elle est chez quelqu’un et c‘est déontologiquement très délicat de communiquer avec elle si elle a un nouveau gardien qui ne m’a pas fait la demande, et de m’introduire dans son nouveau foyer et territoire. Je lui explique que c’est son ancien gardien qui m’a sollicitée afin de comprendre ce qui s’est passé lors de son départ le 12/10/2013, alors qu’elle avait 3 ans et qu’il a beaucoup de mal à faire son deuil, qu’il ne sait pas si elle est encore en vie ou pas. Je lui ai demandé si elle voulait bien répondre à quelques-unes de mes questions, et la première de savoir si elle est partie de son plein gré ou si elle a eu un accident.

Oui je suis partie de mon plein gré, ce n’est pas que ça ne me plaisait pas chez ses parents à la campagne, ils étaient gentils avec moi, mais ils n’étaient pas mes gardiens. Ils m’ont adoptée et pris soin de moi, mais ce n’était pas ma place. C’est avec lui que je voulais rester, c’était lui mon gardien et auprès de lui que j’avais une mission, alors je suis partie à sa recherche, quitte à remonter là-haut s’il m’était impossible de le retrouver et de faire un aller/retour en espérant qu’il m’adopterait à nouveau.

Mais en réalité tout s’est passé un peu différemment. J’ai marché et erré plusieurs semaines par tous les temps et le ventre, souvent, criait famine. Cela devenait de plus en plus difficile, la faiblesse commençait à avoir le dessus sur ma volonté de le retrouver, lorsqu’une jeune femme au visage angélique m’a nourri au coin d’une rue un soir d’hiver très glacial où le vent soufflait fort et il tombait de fins flocons de neige. J’avais faim, j’avais soif et j’avais très froid. Je me suis jetée goulument sur les croquettes imbibées de lait tiède et c’était délicieux. Elle est restée agenouillée à côté de moi, et lorsque j’avais terminé son écuelle, elle m’a caressée, et j’ai ronronné de plaisir mais aussi pour lui dire merci. Puis elle s’est relevée et s’est dirigée vers l’entrée de son immeuble, quelques mètres plus loin. Elle marchait d’un pas lent, hésitant et s’est retournée plusieurs fois vers moi. En une fraction de seconde je me suis dit « suis là, c’est une gentille personne, elle est en souffrance comme toi et tu peux pour la remercier, lui apporter un peu de réconfort, à commencer par la nettoyer énergétiquement. » Je me suis mise debout et je l’ai suivie jusqu’à sa porte, et tout naturellement avec beaucoup de compassion, elle m’a laissé entrer. Ce fut le début de notre aventure.

Dis à mon ancien gardien que je ne l’ai pas oublié et que je ne l’oublierai jamais. J’ai réalisé au bout de quelques jours que ma décision me détournait de ma mission auprès de lui, mais que j’avais à présent trouvé une nouvelle mission à remplir auprès de ma gardienne actuelle. Une nouvelle vie commençait pour moi.

Es-tu heureuse et en bonne santé maintenant ?

Oui je suis heureuse et je me suis bien adaptée à mon nouveau territoire et travail. Je ne suis pas malheureuse en appartement, l’essentiel étant qu’on me laisse faire mon travail.

On m’a dit que ton comportement leur semblait parfois étrange, avais-tu des séquelles physiques ou mentales de ton passé ?

Rien de tout cela, je suis un chat noir et comme tous les chats noirs, souvent fugueurs et parfois mal incarnés. C’était un peu mon cas, je n’étais souvent pas dans mon corps et de pouvoir me connecter aux fréquences telluriques lorsque je sortais, m’y faisait revenir.

Et maintenant que tu ne peux plus sortir ?

L’endroit où je me trouve est très zen, avec peu d’énergies négatives et j’arrive à me centrer dans le ici et maintenant.

Entends-tu ton ancien gardien lorsqu’il te parle ?

Au début oui, mais plus maintenant que je suis reliée à ma nouvelle gardienne.

Je dois te dire qu’il t’aime et te remercie pour le bonheur que tu lui as apporté et il te demande pardon.

Dis-lui que je ne lui en ai jamais voulu. J’ai compris sa motivation de me laisser vivre à la campagne, mais ce n’était pas mon objectif à moi. J’ai essayé de le retrouver, mais le hasard a fait que cela ne devait sans doute pas se faire.

Peut-être pour une prise de conscience de sa part ?

Peut-être pour lui faire comprendre que lorsqu’on est attaché, lorsqu’on aime, on doit se donner les moyens d’aimer. Mais qu’il ne culpabilise pas, depuis mon départ il aura compris que l’abandon nous fait souffrir, et encore plus lorsqu’on n’en comprend pas la raison. Dis-lui qu’il est temps à présent de faire son deuil et de songer à reprendre un autre chat qui se chargera de la mission que je n’ai pu remplir à terme, celle de l’aider à se détacher affectivement afin de vivre les relations d’une manière plus fluide et moins contraignante, sans notion de dépendances.

Es-tu encore en vie sur cette terre ici et maintenant ?

Oui

Es-tu recueillie chez quelqu’un ?

Elle m’a montré squatter un lieu où on la nourrit à l’extérieur.

Es-tu libre de partir de cet endroit « chaton » ?

Oui je ne suis pas enfermée, mais avec l’hiver glacial que nous avons eu, j’ai été bien heureuse de trouver quelqu’un qui me nourrit et je suis bien ici. J’en profite, pour la remercier, de lui nettoyer les énergies du lieu. Je suis plus un chat de type sentinelle et j’ai l’habitude de nettoyer l’environnement.

Ta gardienne aimerait savoir pourquoi tu es partie ? As-tu juste eu peur du bruit des travaux, ou bien y a –t-il une autre raison ?

Il y a bien entendu le bruit des travaux, mais ce n’est hélas pas la seule raison, et je dois reconnaître que j’ai failli à ma mission qui consiste à nettoyer les énergies d’un lieu. Avec les travaux, ont été déterrées des énergies pas très sympathiques. Il y a beaucoup de mémoires négatives en ce lieu et je ne me sentais pas la force d’en venir à bout. Maintenant que les travaux sont terminés, il conviendrait de faire venir un spécialiste qui pourra les enrayer et ré harmoniser leur maison, mais aussi les extérieurs. Cela est nécessaire car il en va de leur équilibre physique et psychique.

Dis-leur que je les aime et que j’essayerai, lorsque l’endroit sera zen, de leur revenir. J’ai juste un doute, étant partie habitée par de nombreuses énergies qui ne m’appartenaient pas, je crains de ne pas avoir suffisamment marqué mon territoire et que je vais avoir du mal à retrouver leur maison. Je ne me déplais pas ici et j’hésite à en repartir de crainte de retrouver mon ancien domicile où je ne me sentais pas bien et pas chez moi. Je n’ai pas réussi à m’approprier le lieu et c’est bien regrettable.

Pour quelle raison es-tu parti Léo ?

Pour me promener, je suis un chat de type sentinelle et j’ai besoin de faire mon travail dans tout le quartier. Les énergies négatives qui sont descendues sur la terre aux alentours de cette super lune du 14 novembre m’ont poussé cette fois-ci beaucoup plus loin et je ne sais pour quelle raison, j’ai eu du mal à retrouver mon territoire. J’ai erré dehors plusieurs jours et une gentille dame m’a donné plusieurs fois à manger et m’a ramené chez elle. Maintenant je vais mieux et aimerais bien rentrer chez mon gardien mais je suis coincé ici. Ce n’est pas que je ne m’y plaise pas, c’est que ce n’est pas chez moi et je ne sais pas comment faire pour m’échapper. C’est difficile car ce n’est pas ma place et j’ai besoin de sortir pour nettoyer les énergies et faire mon travail.

Est-ce que tu les entends lorsqu’ils t’appellent ?

Non, je suis beaucoup trop loin de la maison.

Etais-tu bien chez eux ?

Bien sûr que j’étais heureux chez eux, avec eux, je suis un chat un peu aventurier et me suis fait piéger chez cette dame (50 ans) mais elle est gentille et s’occupe bien de moi. Elle vit seule et se sent très solitaire, ma compagnie lui fait du bien.

On me charge Léo te  dire qu’ils t’aiment et que tu leur manques, surtout à ton gardien.

Oui je sais, et j’ai beaucoup de peine pour eux et surtout pour lui. Je pense à lui tous les jours et j’espère pouvoir trouver le moyen de lui revenir. J’y veille, car moi aussi je les aime.

secotineSécotine es-tu encore en vie sur cette terre ici et maintenant ?

Non

Que s’est-il passé ? Pourquoi as-tu disparue ?

Je suis partie parce qu’il le fallait. Je n’avais pas le choix car c’était trop difficile pour elle de me laisser partir. Elle n’a pas encore fait son deuil et voilà que moi aussi je décide de la laisser et de rejoindre le jardin des animaux.

Tu as de la chance Sécotine, tu t’es cachée pour mourir, ta gardienne en souffre et se trouve dans une incompréhension totale et se pose plein de questions et toi tu as fait grâce au coning qui était ouvert ta transition correctement puisque tu as passé le pont des fleurs.

Oui, me reste juste à pousser la petite porte dorée qui se trouve devant moi et je serai au paradis des animaux. Dis-lui de ne pas culpabiliser, elle ne pouvait se douter de rien, j’avais besoin de remonter là-haut et j’ai eu de l’aide précieuse. Je n’étais pas seule (m’a montré l’image d’un chat, frère ? et d’un homme, mari ?) Ils sont venus me chercher et m’ont accompagnée dans ce départ vers l’au-delà. Dis-lui que c’était nécessaire de couper ce lien avec elle pour pouvoir lui revenir en forme et l’aider à enfin faire son deuil. Le deuil de ses chers disparus et de reprendre plaisir et le goût de vivre. Nous reviendrons ensemble (le frère) et nous ne serons qu’un et notre mission sera de l’aider à se détacher affectivement. Nous l’aimons et ne souhaitons que son bonheur et à deux nous ne serons pas de trop pour l’aider à avancer sur con chemin.

shivaLorsque j’ai pris contact avec Shiva qui avait disparue depuis 8/2012, ma 1e question était de lui demander si elle était encore en vie. La réponse fut un non instantané et je l’ai vue sur le chemin, allongée comme si cela faisait longtemps qu’elle se trouvait là et qu’elle attendait qu’il se passe quelque chose. Je lui ai demandé ce qui s’était passé en 8/2012 ? Pour quelle raison elle n’était pas rentrée ? Si elle était partie de son plein gré et pourquoi ?

Non, je ne suis pas partie de mon plein gré, ou parce que j’avais terminé ma mission auprès d’elle. Je ne suis plus rentrée parce que je ne le pouvais plus. Je n’ai pas eu de chance, j’aimais bien vadrouiller dans les hautes herbes près de l’eau et je suis tombée dans un trou rempli d’eau, de vase, de boue. J’étais coincée, quelque chose me retenait et il m’était impossible de m’échapper. J’ai beaucoup angoissé, je savais qu’on avait peu de chance de me retrouver dans cet endroit un peu marécageux et que je m’étais fait piéger. Dis-lui que je m’en suis beaucoup voulu, je savais qu’elle me cherchait et attendait mon retour, mais je savais que pour moi c’était la fin. Je savais qu’on ne pouvait plus rien pour moi et je suis sortie de mon corps, je me suis réfugiée dans l’astral pour attendre la fin d’une manière supportable. Seulement voilà, je n’ai pas souffert physiquement, mais les conditions de mon départ, le fait qu’elle ne comprenne pas ce qui s’est passé et qu’elle ne puisse faire son deuil, m’empêche de partir au jardin des animaux. Je suis toujours là, coincée entre deux, alors que ce n’est plus ma place et que je mérite de partir au paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer et lui revenir, car je n’ai pas terminé ma mission auprès d’elle.

Ta gardienne aimerait te dire merci pour ton amour et la merveilleuse relation qu’elle avait avec toi, ton aide, ta gentillesse et que ton départ l’a rempli d’un grand vide et qu’elle sera soulagée de savoir ce qui s’est passé. As-tu  un message pour elle, pour son chemin de vie ? Elle t’aime par-dessus tout et t’aimera toujours. Si tu veux revenir c’est son vœu le plus cher.

Oui je sais, moi aussi je l’aime et ne souhaite qu’une chose, partir, me ressourcer pour lui revenir. Je dois continuer ma mission auprès d’elle, je dois lui apprendre le détachement affectif, je dois l’aider à se connecter à son petit enfant intérieur afin de faire la paix avec elle-même. Elle a beaucoup souffert dans son enfance et je suis là pour l’aider à avancer sur son chemin, à se construire une vie où elle puisse trouver la paix et s’épanouir. Mon départ l’a beaucoup perturbée et je sais que le doute a repris le dessus, mais qu’elle se fasse confiance, qu’elle me fasse confiance, je lui reviendrai pour reprendre ma place auprès d’elle.

Je me charge de lui transmettre tes messages qui l’aideront enfin à trouver la paix et faire son deuil. Si tu le souhaite, je peux t’accompagner sur le chemin afin que tu puisses enfin partir au paradis des animaux.

C’est mon plus grand souhait. Pour lui revenir je dois partir. Dis-lui que ce ne sera pas long, que dès qu’elle sera prête, je pourrai lui revenir.

Puis, un peu ankylosée, elle s’est mise debout sur ses pattes, et ensemble nous avons pris le chemin qui devenait de plus en plus lumineux. Je lui ai expliqué qu’à un moment je serai obligée de m’arrêter, qu’elle ne doit pas avoir peur et continuer sa voie jusqu’à l’escalier de l’arc en ciel.

Je n’ai pas peur, je suis prête. Merci, merci à ma maman de cœur, merci à toi.

Puis elle s’est éloignée et noyée dans cette magnifique lumière.

Au revoir Shiva, tu mérites de rejoindre le paradis des animaux.

rubyRuby ta gardienne me charge de te transmettre un message

« Ruby, tu es une chatte magnifique et merveilleuse, j’aimerais que tu saches que je t’aime vraiment beaucoup. J’aime beaucoup les doux moments que je passe avec toi à te caresser, t’entendre ronronner, te parler. Quelque part tu es la fille que je n’ai pas eue, j’ai eu très peur de te perdre et je suis encore un peu sous le choc, mais cela me motive encore plus pour avancer dans mon projet de communication avec les animaux. »

Dis-lui merci, moi aussi je l’aime et la considère comme ma maman. J’ai eu très peur aussi de rester enfermée encore longtemps dans ce garage.

Que s’est-il passé pour que tu te retrouves enfermée dans ce garage ?

Je me suis fait piéger, je voulais m’y réfugier pour m’y cacher car il y avait beaucoup de bruit et des enfants qui criaient. J’ai eu très peur, un gros coup de stress, et je suis sortie de mon corps. Après j’étais bien et je n’avais plus envie de bouger. Je me sentais en sécurité. Mais je me suis malheureusement fait enfermer et j’étais tétanisée.

Et maintenant comment te sens-tu ? As-tu des séquelles ?

Oui j’y pense encore et je vais tâcher d’être un peu plus prudente.

Ta gardienne aimerait savoir ce que tu aimerais beaucoup faire ? Si tu t’éloignes lorsque tu sors ?

Je suis un chat de type « nettoyeur » et je suis chargée de  purifier les énergies du lieu, et j’aime sortir pour me nettoyer après et me débarrasser de toutes les énergies négatives. Si je m’éloigne ? Non je ne crois pas, je n’ai pas la notion des distances, mais qu’elle ne s’inquiète pas, j’ai mon périmètre de sécurité.

Es-tu heureuse avec ta gardienne, ton environnement ?

Oui je suis très choyée, câlinée et je ne manque de rien. Je suis juste parfois un peu solitaire, mais pendant ces moment-là je me ressource et me repose. Qu’elle ne s’inquiète pas, je suis d’un caractère plutôt craintif, et m’isoler permet de me recentrer et de m’apporter un équilibre.

Tu as peur des enfants ?

Oui énormément. Ils sont très bruyants, hyperactifs et parfois très cruels.

As-tu eu des déboires avec eux ?

Oui au début de ma vie, j’ai été très tôt livrée à moi-même et ma maman ne m’a pas protégée et appris à gérer certaines situations. Les enfants hurlent et cela me fait peur et mal aux oreilles. Ils t’attrapent et te tirent les oreilles, la queue et parfois te donnent des coups de pieds. Je préfère les fuir.

Que peut améliorer ta gardienne vis-à-vis de toi ?

M’accepter telle que je suis, éviter de me mettre en situation où je me trouve en face de stimuli qui m’angoissent et me stressent (enfants), ne pas m’en vouloir si je ne suis pas très affectueuse, ce n’est pas mon rôle ou très peu.

Es-tu reliée à elle ?

Oui

Comprends-tu lorsqu’elle te parle ?

Oui parce que je peux lire dans ses pensées.

Peux-tu communiquer avec Merlin ?

Oui bien sûr au quotidien pour se partager les tâches, mais aussi pour établir des codes, des règles de bonne conduite.

Vous aimez vous ou pas ?

Il n’y a pas d’animosité, nous avons chacun notre mission, j’ai la mienne, lui la sienne (mission auprès de la gardienne) et nous savons respecter notre travail et nous respecter.

cocoCoco es-tu toujours en vie ? Sur cette terre ici et maintenant ?

Oui

Où es-tu ? Peux-tu me décrire l’endroit où tu te trouves ? Montre-moi.

Coco est assis sur un câble électrique en plein milieu d’un champ. Je lui explique que ses gardiens sont à sa recherche et qu’il doit me donner un maximum d’informations sur l’endroit où il se trouve afin que je puisse l’aider à retrouver le chemin de la maison. Il m’a regardé et m’a répondu :

Je suis bien ici, je me sens totalement libre et c’est dans la nature que je veux rester. Je vais, je viens, je bouge beaucoup et cela me plaît.

Ne crains tu pas les prédateurs Coco ?

Si un peu mais dans la vie il faut savoir pendre des risques si on veut rester libre.

Ne te plaisais-tu pas chez tes gardiens ?

Si, mais ce n’est pas ma vraie place. Ma vraie vie est de vivre des expériences de pigeon avec tout ce que cela implique. J’ai eu peur lorsque la buse a voulu m’attaquer, j’étais très perturbé et j’ai préféré me cacher quelque temps. Maintenant j’ai pris l’habitude, tantôt je voyage, tantôt je me planque et me repose. C’est majestueux de se sentir en totale liberté, de faire ce qu’on a envie de faire au moment où on a envie de le faire. Dis-leur de ne pas m’en vouloir, je les aime et cela n’a rien à voir avec eux. C’est juste que le naturel a repris le dessus.

Avais-tu une mission chez eux, auprès l’un d’eux ?

Oui, lui montrer qu’on peut être pigeon et s’arrêter de voyager quelque temps. Mais quoi qu’on fasse on ne peut effacer et supprimer ses tendances, et tout  naturellement la vie reprend son cours normal. Le tout est de vivre dans l’acceptation de ce qu’on est et de ne pas donner une image contraire. Si l’on est en paix avec soi-même, on est en harmonie avec son cœur et son esprit. On peut de temps à autre faire de petits écarts, mais après on doit reprendre le bon chemin et suivre le cours de son existence. C’est ce que je fais, même si je crains qu’avec l’hiver arrivant, ce sera difficile, mais on verra. Dis-leur merci pour ces quelques mois de bonheur et de quiétude dans leur maison et en leur compagnie, mais j’ai repris ma place de pigeon dans la nature et je reste confiant quant à mon avenir. Qu’ils ne soient pas tristes, mais heureux de me savoir en vie et en bonne santé. Ce n’est pas de l’ingratitude de ma part, au contraire, ils ont toute ma gratitude pour tous les moments passés chez eux, avec eux.

V__8D65Ta nouvelle gardienne me charge de te dire qu’elle regrette de ne pas avoir été plus à l’écoute de tes besoins, qu’il n’a jamais été question de t’abandonner et que tout a été mis en œuvre pour te retrouver. Elle te remercie aussi de l’effort que tu as fait pour revenir et les attendre chez sa sœur. Elle est aussi très heureuse que vos regards se soient croisés.

Oui j’ai eu très peur, j’étais à sa recherche et lorsqu’elle m’a vu, elle a compris tout de suite que c’est pour elle que j’étais venu. Même si elle peut encore avoir des doutes, inconsciemment elle a senti que nous nous connaissions déjà lorsque nos regards se sont accrochés. Et j’ai eu très peur lorsqu’elle m’a emmené aussi loin, qu’elle me laisse à nouveau. Malgré que sa sœur a énormément besoin d’aide, je ne voulais pas rester là-bas. L’endroit est énergétiquement pas bon et j’ai eu peur de tout, beaucoup de passages, de la colère et lui je ne l’aime pas, personne ne l’aime.

Mais tu es resté dans les environs et tu es revenu ?

Oui je ne voulais pas la perdre à nouveau, je sais qu’elle a tout mis en œuvre pour me retrouver, et j’ai senti qu’elle était tout le temps avec moi. J’ai senti sa présence très fort et ça m’a rassuré. J’ai compris que je devais rester sur place, ne pas paniquer, car en la cherchant, je tournais en rond et me retrouvais toujours au même endroit. Les êtres de la nature étaient présents et m’ont toujours guidé pour revenir au point de départ.

Es-tu toujours d’accord pour être adopté par M…… ou M…..-R….. ?

La question ne se pose pas, mais c’est M…… ma gardienne, c’est à elle que je suis relié.

Tu pourras donc comprendre qu’elle t’emmènera chez le véto pour te faire pucer ?

Me faire pucer ? Mais pas besoin de m’emmener pour ça, des puces il y en a partout dans la nature.

C’est vrai, mais te faire pucer signifie en fait te mettre un petit grain de riz dans ton cou qui permettra à n’importe quel vétérinaire de t’identifier, et si jamais tu te perds à nouveau, ta gardienne pourra plus facilement te retrouver. Elle aimerait aussi savoir si tu préfères vivre avec elle dans l’appartement à Strasbourg et revenir à la campagne tous les week-ends ou préfères-tu rester à la campagne ?

J’ai besoin d’une vie stable et équilibrée, tout comme elle d’ailleurs. Alors pourquoi ne pas rester tous les deux à la campagne ? Là-bas je m’y plais mieux et je peux sortir. Je n’ai pas l’habitude d’être cloîtré et j’ai besoin de sortir. C’est perturbant pour moi de changer aussi souvent de territoire.

Oui je comprends, mais ta gardienne travaille et habite à Strasbourg la semaine et ne peux venir à Ottrott que le week-end et elle te laisse libre de choisir.

Je veux rester avec elle, quitte à rester enfermé toute la semaine.

Et lorsqu’elle t’emmène et te laisse sortir à Ottrott, resteras-tu dans les environs et reviendras-tu à la maison ?

Oui

As-tu quelque chose à leur dire ? Ou à M…… ? Ou à M…..-R….. ?

La vie est simple si on accepte de se la simplifier. Fuir les contraintes et les complications, ce n’est pas se déresponsabiliser. C’est tout simplement accepter les choses en âme et conscience et se fixer des limites dans ce qui est acceptable et bon pour nous. Dis à M………. que la colère n’est pas de bon conseil, elle cristallise nos énergies positives et nous rend malade. Je suis là pour l’aider à apprendre le détachement, se reconnecter à sa source et s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Elle a trouvé la bonne partenaire pour avancer sur son chemin mais doit garder son identité à part entière. Elle a des responsabilités familiales et toutes les deux avec beaucoup d’amour et d’intelligence vont pouvoir évoluer ensemble. Moi je suis là pour transmuter différentes énergies et continuer ma mission auprès d’elle. Je veillerai sur les deux.

Elle aimerait savoir si plus tard tu préfères voyager avec elles ou être gardé par une nounou ?

Tu sais bien que je vis dans le présent, dans le ici et maintenant et que plus tard ne veut rien dire pour moi. Aujourd’hui j’ai très envie et surtout besoin de trouver un équilibre et de m’adapter là où je suis.

Que peux-tu leur dire sur ton passé ?

Là où j’étais, je n’étais pas bien, de la colère, beaucoup de colère, j’ai eu souvent très peur. (Conflits, disputes, cris). Je suis parti, ce n’était pas ma place, c’est elle que je devais retrouver, ce n’est pas le hasard et pour me comprendre, il suffit de me permettre de vivre dans une ambiance sereine sans tensions et surtout stable. Ce n’est pas bien compliqué, même si ça en a l’air.

Disparu le 24/07/2014 Retrouvé le 21/11/2014

Communication du 28/07/2014

V__1B62Despé m’a montré qu’il errait dans les prés, qu’il tournait en rond et à ma question s’il allait bien il me dit :

J’ai faim et j’ai soif. J’ai attrapé et mangé quelques souris mais mon ventre gargouille toujours autant.

A ma question pourquoi il est parti ? Il me répond :

Ma gardienne me manque. Elle est partie en vacances et il me tarde de la retrouver.

Je lui demande de rentrer chez lui, que sa gardienne Roxanne 16 ans (c’est sa maman qui m’a contacté dans l’espoir que Despé serait retrouvé avant le retour de sa fille) revient de ses vacances dans quelques jours et qu’elle serait désespérée  s’il n’était pas là. Il me dit :

Je me dépêche, j’ai hâte de la revoir.

J’ai pratiqué du Kriyavaspata afin d’aider Despé à retrouver son domicile et ouvert un coning de guérison d’urgence.

Mais le lendemain, Despé manquait toujours à l’appel.

Lorsque je me suis connectée à lui le 31 juillet, il m’a montré qu’il avait été recueilli chez des personnes qui le gardaient confiné dans un couloir. J’entendais des voix qui parlaient très fort et surtout des enfants qui criaient, chantaient, se chahutaient…  Je n’arrivais pas à reconnaître la langue et lorsque j’en ai fait part à la maman de Roxanne, elle m’a dit qu’il y avait une famille de nationalité turque avec des enfants qui habitaient l’immeuble et qu’elle les avait interrogés mais qu’ils n’avaient pas vu Despé.

J’avais un sentiment bizarre. Un étrange ressenti (comme si ce chat était destiné à être mangé), je sais cela paraît horrible mais c’est l’intuition qui m’est venue…

J’ai demandé à la maman de Roxane (sans oser lui parler de mes craintes) de placarder des affiches un peu partout.

Je lui ai proposé de refaire du Kriyavaspata afin que le meilleur dénouement arrive pour Despé et sa gardienne et j’ai fermé le coning pour en ouvrir un de calibrage d’urgence (pour gérer ses émotions).

Sa gardienne à son retour de vacances a été très malheureuse de ne pas retrouver son chat et de fin juillet jusqu’à son retour le 21/11/2014, à chaque connexion, Despé me disait qu’il était en vie et qu’il avait besoin d’aide, que les enfants l’avaient pris en affection, qu’ils voulaient le garder et qu’il lui était difficile de s’échapper.

Les médecins du ciel, à chaque fois que je leur demandais si je devais fermer le coning me répondirent « non », tant qu’il est en vie, il y a de l’espoir. Despé veut rentrer chez lui, les enfants sont de moins en moins vigilants et il a toutes les chances de pouvoir prendre la poudre d’escampette un jour ou l’autre…

Despé  a été récupéré à la fourrière le 21 novembre 2014 au grand bonheur de sa gardienne.

Avec l’aide du ciel, le meilleur dénouement s’est produit pour lui, et j’ai fermé le coning.

Disparue depuis le 29/06/2015

FB_IMG_1427900302929Alcyone, comment vas-tu ? Où es-tu ?

« Je me promène par ci, par là et j’y prends goût. Je suis sereine et me sens très légère. Je ne ressens plus cette chape de plomb.

Alcyone, ta gardienne me charge de te dire que tu es libre de choisir si tu veux revenir ou pas ? Qu’elle t’aime beaucoup, mais ne t’en voudra pas si tu décides de ne pas rentrer ?

« Oui, je sais, je suis toujours reliée à elle et je l’ai compris. Mais pour l’instant je ne suis pas prête. J’aime vadrouiller dans les prés et ça me fait du bien de profiter de cette liberté. Je l’aime beaucoup et je ne veux pas qu’elle souffre et me pleure, mais elle a en ce moment besoin de se poser et de faire le point aussi. Mon départ doit l’obliger à le faire et à prendre conscience qu’elle est bien entourée. Qu’on l’aime et qu’elle doit rester confiante et se battre contre sa maladie. Elle ne doit surtout pas baisser les bras, rester positive et continuer à avancer. Elle a besoin de soutien bien plus puissant que mon énergie à moi et elle le trouvera (j’ai vu l’image d’un chien et d’un cheval ????). Elle doit prendre conscience et surtout se donner les moyens de le faire. Dis-lui que son cheval est là et qu’il aura plus la faculté que moi de l’aider à s’ouvrir à son amour inconditionnel et de comprendre qu’il faut lâcher prise avec le passé. Il est temps pour elle de changer de fréquence, de penser et voir les choses autrement. Pas simple, mais avec de l’aide elle est capable de faire ce travail qui va la libérer et galvaniser le négatif en positif. Et ce sera beaucoup plus facile et léger, elle pourra reprendre son chemin… Dis-lui aussi de nettoyer énergétiquement sa maison, son lieu de vie, c’est nécessaire. Je pense à elle et où que je sois je reste reliée à elle. Qu’elle n’en doute pas, je ne l’ai pas abandonnée. Il fallait qu’elle prenne conscience qu’elle ne peut pas tout maîtriser, qu’elle doit lâcher prise, laisser le libre arbitre à chacun et surtout, surtout avoir confiance. Confiance en elle et s’aimer, mais aussi confiance en la vie. La vie est belle et mérite qu’on la vive d’une manière beaucoup plus harmonieuse même si on a des graves problèmes de santé, ce qui contribue également à accroître l’amour de soi et guérir. Je ne dis pas que je ne reviendrai pas chez elle, je fais le point et me sens bien…. »

HIPPIE LEZABEILLEHippie, tu es arrivé chez Isabelle en avril 2013, cela fait environ 2 ans ½ et tu as toujours été un chat vadrouilleur allant de droite à gauche chez les voisins et depuis le mois d’octobre tu as fugué 2 fois dans un autre quartier et sans revenir de ton plein gré. Ta gardienne se pose des questions et aimerait savoir pourquoi tu as cette attitude aujourd’hui et que cherches-tu ?

Mea-culpa, je suis désolé de lui créer autant de tracas, mais je vais là où on a le plus besoin de moi, et là-bas dans ce quartier l’énergie du lieu et des gens n’est pas top. Ils ont besoin de moi, il faut que je les aide.

Mais comment ? Tu n’es chez personne en particulier, tu vadrouilles de maison en maison en espérant qu’on te donne à manger.

Oui c’est vrai que je suis un chat bohème, mais de rester quelques instants sur le pas d’une porte en présence d’un humain aide déjà et apporte une bonne énergie.

Es-tu à la recherche d’une personne, d’une famille en particulier ?

Oui, la jeune fille qui m’a adopté petit y habite et je souhaite la remercier pour l’amour qu’elle m’a donné.

A-t-elle besoin de toi en ce moment ?

Pas plus que les autres du quartier.

Ne souhaites-tu plus rester chez Isabelle ? Voudrais-tu te trouver une autre maison ?

Non, non ça n’a rien à voir avec elle. Je suis un chat maître en Feng shui et un guérisseur. Je n’y peux rien si je vagabonde beaucoup, mais je dois être là où on a le plus besoin de moi. J’aime Isabelle, je suis très heureux chez elle, mais je ne peux pas remplir ma mission de vie. Je suis arrivé lorsqu’elle avait besoin de moi parce qu’elle avait un gros travail à faire sur elle. J’ai été guidé chez elle pour l’aider à mieux vivre le détachement et pour lui faire comprendre qu’elle aussi avait une mission de vie pour aider et soigner les humains. Elle y est arrivée et ne semble pas avoir compris que je pouvais l’aider encore plus dans cette mission. Je le respecte et m’en vais là où je suis utile.

Mais elle t’aime, elle est très attachée à toi. Tu lui apportes beaucoup (sérénité, calme, affection) et elle aimerait que tu restes auprès d’elle. Qu’en penses-tu ?

Je ne peux rester avec elle que si elle respecte ce que je suis, un chat errant de quartier en quartier, là où je suis appelé.

Mais tu ne reviens pas tout seul, et elle craint que ce ne soit dangereux pour toi à cause de la route.

Le danger nous guette tous à chaque coin de rue, et si je suis rappelé, c’est que ça devait arriver, mais ce n’est pas un problème pour moi. Ça l’est pour elle, car elle est toujours dans l’attachement affectif, et elle doit comprendre aujourd’hui qu’elle doit continuer à faire un travail sur elle. C’est important et prioritaire pour les soins qu’elle donne. Apprendre le détachement, prendre du recul, être centrée dans son cœur, pour apporter aux autres la lumière et l’énergie dont ils ont besoin.

Et toi, tu ne peux plus l’aider à faire ce travail ?

Si, mais ça doit d’abord être pour elle une grande prise de conscience. Il faut qu’elle en prenne acte et accepte d’aimer, accepte de vivre avec les risques. On ne peut pas tout gérer, on ne peut pas tout maîtriser.

Et si elle te laisse à nouveau sortir, tu repartiras Hippie ?

Oui sans doute.

Et tu n’as pas envie de revenir de ton plein gré ?

Si, je ne pars pas pour toujours, sinon je me serais débrouillé pour qu’elle ne me retrouve pas. Et puis, si elle a besoin de moi pour ses soins, je serai là.

Communication du 17/06/2016 :

Hippie, depuis début mi-avril tu ne reviens plus chez Isabelle. Que se passe-t-il ? N’est-elle plus ta gardienne ?

Si, si je suis et je reste relié à elle.

Elle me charge de te dire que tu es un chat très important pour elle et que tu seras toujours dans sa tête et dans son cœur. Elle aimerait savoir ce qu’elle représente pour toi désormais ?

Mais la même chose, elle est ma gardienne de cœur et elle est tout aussi importante pour moi. Je l’aime même si je ne suis plus avec elle.

Es-tu parti pour toujours ?

Non je ne l’espère pas, même si ma mission m’a cette-fois ci assez éloignée d’elle, que je suis très occupé et qu’il m’est en ce moment absolument impossible de revenir la voir. Je suis bien occupé, et mon travail me guide vers des personnes de plus en plus démunies et souffrantes. C‘est mon rôle de leur venir en aide et de les accompagner le temps qu’il faut.

Elle le comprend Hippie, mais elle aimerait connaître ton lieu de vie actuel pour qu’elle puisse venir te dire bonjour, cela l’apaiserait vraiment et définitivement. Elle te certifie qu’elle te laissera en paix.

De voir où je suis en ce moment la ferait souffrir, car elle se poserait trop de questions par rapport à elle. Qu’elle accepte de comprendre que mes choix n’ont rien à voir avec l’amour que nous nous portons. Je suis venu chez elle, guidé, et pour l’aider à faire un travail sur elle. Pour lui faire comprendre aussi qu’elle a, tout comme moi, la mission d’aider et de soigner les humains. Pour pouvoir le faire sans se charger d’énergies négatives, et se décharger de ces énergies, il faut savoir avant tout se protéger. Pour cela on a besoin de l’amour inconditionnel, de l’amour universel qui nous permet de donner sans rien attendre en retour et sans puiser dans ses forces ou en être affecté physiquement et émotionnellement. Mon départ est aussi en quelque sorte une épreuve pour elle, une épreuve à travers laquelle elle doit comprendre qu’elle a commencé à faire du bon travail sur elle, mais qu’il reste encore à en faire. On est soi et maître de soi uniquement quand on est capable d’accepter le manque sans en souffrir. La dépendance à quelque chose ou à quelqu’un est terrible, car elle vous enlève toute possibilité d’évolution dans la vie au quotidien, mais surtout dans votre évolution spirituelle. Apprendre à se détacher, cela ne signifie pas ne plus aimer et ne plus être dans l’empathie ou la compassion. Cela signifie pouvoir aimer, aider, donner de soi sans en souffrir physiquement et psychiquement. C’est accepter les situations telles qu’elles sont et de laisser à l’univers le soin de faire les choses telles qu’elles doivent se faire. Pour cela elle doit apprendre le lâcher prise et faire confiance en la vie, en l’univers et en moi. Cette prochaine étape lui permettra de changer le plan et les choses viendront à elle toutes seules. Qu’elle ne doute pas, je ne l’ai pas abandonnée, tout comme elle, je l’aime.

 

Témoignages

ruby1Ruby, ma chatte, a disparu plusieurs jours. Lorsque je l’ai retrouvée, Christiane a communiqué avec elle; et j’ai appris ce qui lui était arrivée et  pourquoi elle était encore traumatisée. Depuis, elle se remet petit à petit. C’est incroyable le nombre d’informations précises que peut donner un animal. Je ne la vois plus de la même manière et j’essaye de respecter ce qu’elle m’a demandé.et de l’accepter telle qu’elle est.

Ayant toujours été très proche des animaux et voulant approfondir ma relation à eux, je m’étais déjà documentée sur la communication animale. A la suite de la communication de Christiane avec Ruby, j’ai souhaité participer à un stage et j’ai eu cette opportunité tout récemment.
Oui ça marche, même pour moi ! C’est une expérience incroyable qui change votre regard sur la vie. Les animaux ont beaucoup à nous apprendre et peuvent nous donner des tas d’informations les concernant et nous concernant aussi.
Christiane est une belle personne, très à l’écoute. La communication avec les animaux est quelque chose de tout naturel pour elle et elle l’enseigne tout aussi naturellement que les doutes s’envolent très vite.

Merci Christiane pour ces moments de partage qui m’ouvrent de vraies nouvelles perspectives et qui vont me permettre aussi de vivre plus en harmonie avec mes deux chats.

Véronique G

HIPPIE LEZABEILLE« Hippie mon chat », je croyais qu’en te chouchoutant, te cajolant, te nourrissant comme il se doit, tu resterais sagement auprès de moi pour longtemps? Eh bien non, tu sembles être sur cette terre pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin…tout comme moi tout compte fait mais à un autre niveau! Et c’est Christiane qui a pu m’aider à comprendre pourquoi tu as un tel comportement de fugueur. J’ai mis beaucoup de temps à accepter et digérer que tu puisses partir régulièrement de la maison, parfois longtemps, pour suivre ton chemin de vie. Ca va un peu mieux maintenant parce qu’il t’arrive de revenir pour me dire, je pense, que tu vas bien et peut être pour te reposer un peu. J’aimerais qu’il en soit ainsi pour les années à venir…continuer à te revoir… Tu le sais je suis très attachée à toi, toi qui m’apporte de l’apaisement et du calme. Merci à Christiane d’avoir fait l’intermédiaire avec toi. J’étais à mille lieux d’imaginer qui tu étais, et je n’imaginais même pas qu’un animal pouvait communiquer de cette façon… Un monde nouveau s’est ouvert à moi.

Isabelle

FB_IMG_1427900302929Merci pour cette trêve, cet enfer aboli,
Un instant oublié dans le creux de ta nuit.
Merci d’avoir osé me remettre à ma place,
Moi qui m’abandonnais, un peu, de guerre lasse.

Je n’oublierai jamais, ni ta vie ni nos vœux,
Ta joie, ta folie douce, ta tendresse et nos jeux.
Ton corps contre le mien, pour m’endormir au mieux…
Et ce départ tronqué, sans même un mot d’adieu.

Si nos destins sont liés, si tu dois me veiller,
S’il me faut espérer… Alors je t’attendrai.
Puisqu’il demeure toujours un espoir dans le doute,
Ce jour-là viendra bien. Tu reprendras ma route…

Et murmurant ton nom sans douleur dans la voix,
J’irai le regard haut sans trébucher jamais.
Marchant à même ton ombre sans regarder mes pas,
Tu seras là pour moi, veillant d’un peu plus près.

Aude ta gardienne