La rencontre avec Canelle s’est faite sur un chemin de terre gris et triste. Lorsque je suis arrivée, Canelle était assise, le regard vide et sans expression. Je me suis approchée doucement pour ne pas l’effrayer, et arrivée à quelques mètres, je me suis arrêtée pour l’appeler plusieurs fois par son nom avant qu’elle ne réagisse et lève la tête vers moi. Ses yeux changèrent d’expression, je pouvais à la fois y lire de la curiosité mais aussi une lueur d’espoir, et sans tarder me suis présentée et lui ai expliqué que j’avais des messages à lui délivrer et des questions à lui poser de la part de sa gardienne :

D’abord je voudrais lui dire qu’ elle me manque énormément, son départ laisse un énorme vide et je ne cesserais jamais de penser a elle chaque jour et de l’aimer.

Je regrette terriblement de ne pas avoir été a ses côtés quand elle nous a quittée et j espère qu elle ne m’en veut pas… j’ai essayé de faire au mieux et j espère qu’ elle le sait…

 

Il y a une chose aussi qui me travail. J’ai récupéré un chaton il y a deux mois et j’espère que ce n’est pas ca qui a précipité son décès avec du stress ou je ne sais quoi…je voulais lui dire que je ne veux pas qu elle pense que c’était dans l’intention de la remplacer car ce n’est vraiment pas le cas, elle restera toujours la première dans mon coeur même si ce petit chaton lui ressemble beaucoup.

 

Voilà je crois que je vous ai tout dit, j espere qu elle est bien ou elle est, qu elle a trouvé la paix et qu elle peut encore veiller sur nous de la haut et qu’ elle entends quand je lui parle c’est vraiment une épreuve difficile a surmonter pour moi.

 

Pendant que je lui lisais le contenu, j’ai pu observer quelques larmes embuer ses beaux yeux bleus, et n’arrivant pas à les retenir, elle les attrapait au passage avec sa patte. Elle s’est frottée plusieurs fois les yeux avant de se mettre debout et venir à mes côtés pour me dire :

Merci, merci infiniment, merci à toi d’être là pour nous, de nous venir en aide à toutes les deux. Moi pour me permettre de rejoindre le jardin des animaux et elle ma gardienne comme tu dis pour lui permettre de retrouver la paix dans son cœur et son esprit et commencer son travail de deuil.

Depuis mon départ elle se trouve en grande souffrance. Elle ressent un désarroi profond et elle culpabilise. Elle a des peurs et des regrets, et cela rajouté à sa douleur, m’empêche de continuer ce chemin, qui je sais, mène à la lumière, même s’il est très sombre et triste, je peux apercevoir à l’horizon de la lumière et j’ai besoin de toi pour m’y amener. Tant que je reste là entre deux, figée comme une statue à cet endroit ou alors à la suivre, à m’attacher à elle pour lui puiser son énergie, je ne peux pas me reposer ni me ressourcer et elle, elle ne va pas bien et va finir par tomber malade.

Le petit compagnon aussi est très affecté et perturbé par ma présence, car même si je ne peux plus me manifester physiquement à elle, que mon enveloppe corporelle n’existe plus, lui il me voit et c’est très mauvais pour lui, car je lui pompe aussi ses énergies et il est encore petit, fragile et vulnérable, il sait que ce n’est plus ma place et que je dois partir vers la lumière.

Dis-lui merci pour son message d’amour et dis-lui de ne pas culpabiliser. Dis-lui que moi aussi je l’aime très fort. Je l’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel et ce n’est pas la présence de ce petit bébé qui a accéléré mon départ. Au contraire même s’il est un peu turbulent et qu’il voulait jouer avec moi, je n’en avais plus l’envie et surtout plus la force de le faire, mais cela n’a rien à voir avec le fait que sa présence me créait du stress ou des angoisses. Au contraire, j’étais contente lorsque tu l’as adopté parce que je savais que j’allais bientôt tirer ma révérence et souffler la flamme de ma bougie parce que c’est la loi, et de ne pas te savoir seule m’a rassurée.

Seulement voilà, sa grande douleur et culpabilité me retiennent ici alors que j’étais sur mon chemin et que je préparais mon départ depuis l’hiver dernier. J’étais prête et je suis heureuse d’avoir pu faire le grand saut avec dignité, et si tu n’étais pas là tu ne dois pas le regretter, c’est parce que je ne le voulais pas. Je sais combien ce départ est affligeant pour toi et je voulais t’éviter ce moment cruel. Je sais que je te manque et je sais que où que je sois nous serons toujours reliées l’une à l’autre, jamais nous nous perdrons de vue.

J’entends lorsque tu me parles mais ne me pleure plus et ne te torture plus l’esprit, je sais que tu ne voulais pas me remplacer et je sais aussi que la place que j’occupe dans ton cœur restera intacte et que je retrouverai ma place lorsque nous nous reverrons, car tu sais mon âme est éternelle, elle perdure et aspire à te revenir. Lorsque j’aurai rejoint ce haut-lieu magique, je pourrai me reposer et me ressourcer, et lorsque toi tu seras prête et te mettra à ma recherche, je me mettrai de nouveau sur ton chemin. N’aie aucune crainte, aucun doute, nos chemins se croiseront à nouveau, tu auras le coup de foudre et m’ouvrira à nouveau la porte de ta maison. Je serai patiente et attendrai dans ce magnifique paradis des animaux que tu le sois aussi.

Depuis mon départ ton cœur te semble vide et seule moi peut le combler ce vide même si tu es bien entourée. De type timbre-poste, j’étais chargée de t’apprendre le détachement sous toutes ses formes, mais surtout affectif, et je n’ai pas terminé ma mission. Je te reviendrai avec le même rôle et t’aiderai à travers moi à panser toutes les blessures du passé. Nous étions très proches, très fusionnelles et tu étais ma petite maman, gardienne oui sans doute, mais c’était surtout moi la gardienne qui veillais sur toi et te nettoyais énergétiquement. De là-haut je pourrai, en attendant mon retour, continuer à veiller sur toi et te protéger, et je te ferai des petits coucous.

Pour moi tu as été ma princesse et tu le resteras toujours, je t’enverrai des énergies divines en attendant de pouvoir continuer notre belle aventure ensemble. Je t’aime et je suis si rassurée de pouvoir maintenant monter au paradis de animaux, car après tu te sentiras aussi plus apaisée et plus sereine. Je n’ai pas peur et j’ai hâte, maintenant que tu auras mes messages et mes réponses, de faire le passage.

La mort est un nouveau soleil et elle ne peut que nous séparer physiquement en attendant que tu sois prête et ai la volonté de me retrouver. Je me mettrai de nouveau sur ton chemin, alors n’attend pas trop longtemps, ce serait nous priver de tout ce bonheur que nous pouvons partager ensemble

Puis toutes les deux nous nous sommes avancées sur ce chemin qui devenait de plus en plus lumineux, et arrivées devant le pont des fleurs, elle s’est mise à miauler plusieurs fois très fort pour me dire merci, et l’a traversé pour se noyer dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel. Au revoir Canelle, repose et ressource-toi.