Ta gardienne Limon me charge de te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions :

  • Je t’aime beaucoup et je suis très contente que nous nous soyons trouvés
  • Sauves toi quand d’autres chats ou chiens veulent t’attaquer parce que je ne veux pas qu’ils te fassent du mal  
  • Si je te donne des médicaments, nettoie ta peau, t’emmène chez le vétérinaire ou t’empêche d’aller dehors, je sais que tu n’aimes pas ça mais sache que je le fais pour ton bien, pour que tu guérisses vite et que tu aies une belle et longue vie
  • Parfois, je dois partir travailler et dois demander à quelqu’un d’autre de s’occuper de toi. Sache que je ne t’abandonne pas, je reviendrai toujours  
  • Tu viendras vivre avec moi très bientôt dans une nouvelle maison. N’aies pas peur de l’avion ou de la nouvelle maison. Nous serons bien et ensemble.

 

Questions:

  • Es-tu heureux
  • Quand je dois partir loin de toi, aimes-tu être avec le voisin et Cakil (le chat de ma voisine) ?
  • Est-ce qu’il y a quelque chose que je pourrais mieux faire pour toi ?
  • Que préfères-tu?  
  • Est-ce qu’il y a quelque chose qui te dérange, que tu aimes ou n’aimes pas ?
  • Comment m’as-tu trouvé ?
  • Quelle est ton histoire ?
  • Quelle est ta nourriture préférée ?
  • Est-ce que tu es d’accord que je nourrisse les autres chats (errants) et as-tu un meilleur ami parmi les chats ?
  • Comment t’es-tu blessé à la patte ?

 

Pendant que je lisais le contenu, Limon était tranquillement couché sur son flanc droit en train de faire sa toilette. Lorsque j’eus terminé, je lui ai demandé s’il avait compris que c’était à lui que je m’adressais, il m’a regardée le regard surpris pour me dire :

Bien sûr que je sais que c’est à moi que tu parles, et d’habitude en présence des humains je suis assez sauvage, assez solitaire, mais avec toi c’est différent, je me suis senti en sécurité et j’en ai profité pour être présentable (petit sourire), car même si je suis un chat errant qui vient du dehors ou de nulle part, je tiens à être toujours propre sur moi, et j’aime qu’on me dise que je suis beau. Elle me le dit ma petite maman qui m’a pris sous ses ailes et qui veut m’adopter.

Oui je sais, j’ai compris qu’avec elle je serai protégé et en sécurité même si pour cela il va falloir faire quelques concessions, mais je suis d’accord pour tout. Je suis fier, je vais avoir ma maman, ma maison, un jardin et des papiers. Je ne serai plus un chat errant, je vais exister parmi vous les humains et je suis content.

Dis-lui merci pour son message et dis-lui que moi aussi je l’aime beaucoup. Je me suis vite habitué à elle, et si je l’ai trouvée ce n’est pas un hasard, nous étions déjà ensemble lorsqu’elle était une petite fille et il était grand temps que je revienne frapper à sa porte. J’ai bien été chez quelqu’un, je suis socialisé même si je crains les humains pas toujours très compatissants lorsqu’on est un chat errant, mais j’étais avec une dame qui avait un grand chien qui me coursait et me faisait très peur. Je n’avais rien à faire avec elle et je suis parti. J’ai pris la poudre d’escampette avant que le chien ne me plante ses crocs dans ma chair.

J’ai beaucoup erré et souvent le ventre criait famine, mais il y a tout de même beaucoup d’âmes qui aiment les animaux et qui ont du cœur, et j’ai toujours trouvé à me nourrir. Ma nourriture préférée, venant de la rue, ce serait vraiment exagéré de dire du poisson, des sardines, du thon. J’aime ce qu’elle me donne à manger et je sais aussi que ça peut être un peu compliqué parce qu’elle est souvent absente et que les croquettes c’est plus pratique à gérer.

Je sais qu’elle ne m’abandonnera pas, j’ai entière confiance en elle même si c’est difficile de rester seul. Je suis heureux, mon existence a changé de tout au tout depuis que nous sommes ensemble, j’ai trouvé un chez moi et je m’y sens bien. Je suis venu pour lui apprendre le détachement affectif, lui apprendre à aimer sans dépendance ni codépendance, mais cette mission je la commencerai lorsque nous serons installés sur notre nouveau territoire.

Être chez la voisine pendant tes voyages cela me rassure, je sais que tu veilles sur moi et ne souhaite que mon bien-être pendant ton absence, et je m’adapte. Si elle pouvait m’emmener je sais qu’elle le ferait, mais que ce n’est pas possible, alors je fais avec. Avec Cakil ça se passe bien. Que tu donnes à manger à mes congénères oui, mais cela génère aussi parfois des conflits de territoire et c’est avec l’un d’eux que je me suis bagarré et qui ma blessé à la patte, le grand gris et le matou noir sont tous les deux très dominants et me font peur.

Moi aussi je t’aime et je sais que tu prends soin de moi même si je déteste prendre les médicaments et aller chez le vétérinaire. Et de m’empêcher de sortir c’est la pire des choses que tu peux me faire, je viens du dehors et ma mission jusque là était un travail de sentinelle et de m’occuper de nettoyer le lieu et les alentours. Ne pas pouvoir sortir est la pire des punitions pour moi, même si c’est pour mon plus grand bien, j’ai du mal à le vivre et à le comprendre.

Ce qui me dérange c’est de voir tes bagages, et je comprends que tu vas partir et me laisser seul. Je me suis déjà habitué au luxe du confort et d’être choyé et câliné, et lorsque tu t’en vas-tu me manques. Reviens-moi très vite, je t’aime.