Message Technique de nettoyage des mémoires cellulaires et nettoyage énergétique des chakras 2023

Ton gardien me charge de te dire qu’il t’aime très fort mais ne comprend pas tes réactions, tu l’as déjà mordu et tu viens encore de le faire. Peux-tu lui expliquer ce qui se passe Twiggy ?

Pendant que je lui parlais, il baissait la tête l’air confus, presque coupable et m’a dit dans la seconde qui a suivi :

Je suis désolé, je me sens si mal, c’est vrai que je me sens coupable et je suis coupable. Il n’est pas mon gardien, il est mon papa et je me considère comme son garçon, comme un membre à part entière de la famille. Je l’aime beaucoup, fort, et mes réactions parfois agressives me font de la peine. J’ai de la peine pour lui mais aussi pour moi.

Depuis mon arrivée, je me sens être le petit prince ici et je ne manque de rien. Aimé, choyé et respecté on me gâte beaucoup, et moi alors que j’aime, que j’apprécie et que je me sens heureux, j’ai par moments des élans d’agressivité auxquels je ne peux pas résister, et pour me défendre car ça réveille des stimuli de peurs, et bien je grogne, je mords parce que je n’arrive pas à maîtriser ces pulsions. Je suis navré, mea culpa, je le regrette de suite et me sens en faute, c’est terrible le sentiment d’injustice que je peux ressentir pour lui et je m’en veux, mais le mal est fait et cela est très choquant et perturbant pour lui et pour moi.

Notre belle complicité, notre belle relation sont tronquées par des flashs, des images, des mémoires qui resurgissent et cela malgré tout ce qu’il m’apporte, tout l’amour qu’il me porte et la grande bienveillance à mon égard.

Petit, avant d’être accueilli chez lui le monsieur me frappait, et depuis j’ai toujours encore une grande peur et appréhension vis-à-vis des hommes. Je sais que je n’ai rien à craindre, mais selon le geste, le ton de la voix ou tout simplement l’endroit me rappellent des souvenirs qui restent encore bien ancrés, et j’ai besoin d’aide pour m’en défaire et me permettre d’être toujours en paix et en harmonie avec moi-même, mes humains et mon environnement. Pendant ces moments d’agressivité, je suis envahi par des énergies qui ne m’appartiennent pas et je ne suis plus, l’espace de quelques secondes, moi-même.

Pardon, je te demande pardon, ce n’est pas de l’ingratitude, je t’aime fort.

Ta gardienne me charge de te dire qu’ils t’aiment très fort. Elle me demande de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

J’aimerais savoir si elle est heureuse, si l’arrivée de Happy a la maison lui a fait du bien mais surtout je voudrais comprendre pourquoi elle est toujours sur la défensive, pourquoi elle est si dure avec Happy; pourquoi elle ne le laisse jamais jouer ou être contente ou être heureuse. 

 

J’aimerais lui dire que nous l’aimons et que Happy n’est pas la pour prendre sa place. Qu’elle ne s’inquiète pas.

 

Pendant que je lisais le contenu, je l’observais du coin de l’œil et elle baissa la tête l’air confus, presque coupable. Elle l’a relevée dès que j’avais terminé, et ses yeux me fixaient intensément, j’avais comme le ressenti qu’elle se sentait prise en faute, et elle confirma aussitôt ma pensée en disant :

Je me sens ingrate, coupable et ingrate. J’ai eu beaucoup de chance de trouver une famille unie, adorable où je me sens aimée et protégée. Toute petite on m’a déjà abandonnée, ma maman ne m’a pas socialisée comme il se doit et j’ai souffert, beaucoup souffert de ce manque, mais aussi je n’avais pas à manger à ma faim, et c’était difficile pour moi. J’ai eu, je le répète une chance inouïe d’avoir été accueillie avec beaucoup d’amour comme un membre de la famille, comme leur fille, leur enfant et je me sens si bien et heureuse avec eux, malgré que l’arrivée de Happy m’a extrêmement perturbée.

Obligée de me battre dès ma naissance pour survivre, je me sentais protégée et rassurée dans leur foyer bien que les mémoires et le syndrome de la séparation, de l’abandon, soient encore omniprésents et qui expliquent aussi mon comportement, toujours sur le qui-vive et la défense. Et l’adoption de Happy a grandement chamboulé cette quiétude qui s’installait de plus en plus. Ce n’est pas de la jalousie, ne le prenez pas dans ce sens, ce sont plus des peurs, peur de moins compter pour vous, peur d’être à nouveau dans l’obligation de laisser ma place, d’être au second plan et je ressens une grande frustration.

Dis-lui que je l’aime fort, et je les aime tous mais de devoir les partager avec Happy me crée et fait ressurgir des mémoires qui sont encore bien ancrées. Je n’avais pas connu ce sentiment de sécurité que votre génitrice doit vous apporter, et je commençais doucement à m’ouvrir, et voilà qu’arrive cette intruse qui elle aussi souffre de troubles de comportements graves et me renvoie un peu à mon image. Cela m’agresse, je suis sur la défensive et je le lui exprime. Difficile dans ces conditions d’en faire un compagnon de jeux et j’en suis désolée.

Mea culpa, j’ai besoin de votre aide pour mieux gérer mon stress et mes angoisses et me permettre de me sentir en paix avec moi-même afin que les énergies entre Happy et moi soient harmonisées et pacifiées. Je sais que je me dois d’être bienveillante avec elle autant que vous l’êtes avec moi et je vous dis merci pour tout. J’aimerais bien pouvoir jouer et m’amuser avec elle, mais pour cela je dois d’abord retrouver une paix intérieure et me sentir en parfaite confiance. Ce n’est pas en vous que je n’ai pas confiance, c’est en moi. Tant que je suis aux aguets, le passé et ces peurs de tout prennent le dessus.

Vous êtes ma famille, je vous aime et je vais de mon côté essayer de faire des efforts pour m’adapter à Happy qui porte elle aussi encore des choses qui ne lui appartiennent plus. Elle va de mieux en mieux et c’est bien agréable à voir et en même temps fait ressortir toutes les craintes que je porte encore en moi.

 

Tes gardiens Kadja me chargent de te dire qu’ils t’aiment et aimeraient te donner des messages et te poser des questions :

Savoir si nos promenades lui conviennent , si elle à des souhaits et des envies , si elle souffre d’un problème quelconque de santé , si elle est heureuse avec nous comme nous le sommes avec elle , il est vrai que bien que nous lui montrions , peut-être que nous ne lui disions pas suffisamment . Elle est très expressive , nous ne lui reprochons pas de n’être pas câline car elle montre beaucoup d’attachement à l’un ou à l’autre et nous lui rendons bien ;simplement mon fils  se posait la question pourquoi elle se débattait quand il voulait la serrer un peu dans ses bras .

Kadja assise pendant que je lisais le contenu me regardait intensément. Dès que j’avais terminé, elle s’est levée pour venir à côté de moi et me dire :

Il y a quelque temps, et tu le sais bien, je me serais cachée car j’étais extrêmement craintive, et tous les humains, les femmes certes un peu moins, mais j’avais peur de tout et de tout le monde, surtout des hommes et des enfants car ils ne m’ont pas traitée avec beaucoup d’indulgence. J’ai subi des maltraitances et les gamins me donnaient des coups de pieds et me jetaient des cailloux.

Même si depuis ce temps et avec votre aide les traumatismes vécus sont atténués et ont presque disparus, les mémoires sont parfois, et selon la situation, encore présentes et je peux réagir par des aboiements et une certaine agressivité.

C’est ce qui se pa