Sans grande surprise, Gaya m’attendait sur le chemin, un chemin tortueux avec des herbes très hautes et des ronces. Elle m’a regardée et m’a dit :

Oui l’endroit ici n’est pas très avenant, et j’ai hâte de rejoindre le jardin des animaux.

Je suis là pour t’accompagner Gaya, mais j’ai d’abord un message de ta gardienne et elle souhaite aussi te poser quelques questions :

Je suis vraiment désolée de ne pas avoir compris pendant toutes ces années qu’elle avait un problème de reins et que c’est pour cela qu’elle faisait pipi dans la douche ou sur les tapis. Je m’en veux terriblement car c’était vraiment mon bébé d’amour, ma petite princesse et je l’aime de tout mon cœur. J’ai l’impression de ne pas avoir été une bonne maman. Je ne sais pas comment me pardonner à moi-même. J’espère qu’elle est soulagée maintenant. Elle me manque terriblement et à mes parents aussi. J’ai très mal, c’était très dur de la laisser partir et maintenant d’imaginer le futur sans elle. Je la remercie de m’avoir choisie il y a 6 ans et grâce à elle j’ai ouvert mon cœur. J’espère la recroiser même sous une autre forme.

 Question à lui poser :

A-t-elle été heureuse avec moi ?

Quel moment elle a préféré dans son incarnation?

A-t-elle réussie à aller au bout de sa mission de vie ? 

 A-t-elle un message pour moi ?

Comment puis-je surmonter son absence ?

 

Oui je sais que mon départ est très difficile pour toi, tu n’étais pas vraiment prête, alors que moi ce départ je l’avais préparé depuis début de cette année. Moi j’étais sur mon chemin et tu l’as bien compris, on ne pouvait pas me soigner, je suis née avec cette grave insuffisance et l’heure de tirer ma révérence était venue pour moi.

Seulement la douleur et la culpabilité m’empêchent de partir vers le paradis des animaux. Je comprends ton profond désarroi, tes questions, mais tu dois comprendre aussi qu’ici ce n’est plus ma place et tant que je reste dans ton entourage, je ne peux me reposer et me ressourcer et toi tu ne peux trouver la paix. Tant que je reste là, tu ne peux commencer ton travail de deuil et je pompe ton énergie.

Je ne t’en veux pas, sois rassurée, tu ne pouvais savoir qu’étant aussi jeune, je puisse être malade, mais l’énergie de mes reins, à la naissance, était déjà quasi nulle, et comme mon tempérament était plutôt de nature craintive et anxieuse cela n’a pas arrangé les choses, car j’ai cristallisé ces énergies de peurs dans mes reins. Le tout conjugué, mes reins étaient très malades et mes pipis souvent bien involontaires.

Mais tu ne dois pas t’en vouloir, tu ne pouvais deviner que c’était de nature physique et non comportementale. Je sais que j’ai été ton bébé d’amour et malgré tous les regrets que tu as aujourd’hui, je te rassure, tu as été une bonne maman pour moi et moi aussi je t’aime. J’ai été très heureuse avec toi, une vraie petite vie de princesse et je n’ai jamais manqué de rien.

La santé oui, mais celle-là tu ne pouvais pas me la donner, c’était une anomalie que j’ai ramenée d’une autre vie et pas guérissable. Je suis venue à toi car guidée par un de tes ancêtres pour t’aider à grandir, à t’affirmer, pour calmer tes peurs et tes angoisses et prendre confiance en toi et en la vie. J’ai réussi cette mission et je l’avais terminée. Je pouvais donc préparer mon départ et songer un retour au paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer.

J’aime beaucoup la belle personne que tu es devenue et la compassion et l’empathie que tu as dans ton cœur et j’aimerais que tu continues à la développer et la mettre au service de ceux qui en ont besoin.

Je sais que je te manque, que mon absence t’est difficile, mais tu dois aussi apprendre le détachement, avoir la foi qu’on peut aimer et souffrir du manque de l’autre sans se morfondre dans des regrets et des culpabilités. Il est important de pouvoir faire son deuil lorsqu’on perd un humain ou un animal.

Moi, si tu le désires aussi, j’aimerais, après quelques semaines de passage là-haut, te revenir pour une nouvelle mission et t’apprendre le détachement affectif qui permet de mieux gérer ses émotions, ses peines de cœur et ce en toute humilité. Cela te permettra aussi d’ouvrir encore plus ton cœur sans appréhensions, sans peurs de devoir en souffrir.

Les meilleurs moments que j’ai passé dans cette incarnation sont les moments où nous étions toutes les deux, où nous partagions des moments très fusionnels. J’étais toi, tu étais moi et inversement. Tantôt je me suis sentie être ton bébé, tantôt j’ai ressenti que c’était toi mon bébé et cet état d’être a rempli mon cœur d’amour.

Je ne veux pas que tu souffres de mon départ, je voudrais que tu te réjouisses que je sois bien, d’être soulagée, et que je puisse me ressourcer pour te revenir. N’oublie pas, je suis ta petite princesse et tu es ma maman d’amour.

Je transmettrai tes messages et tes réponses Gaya, es-tu prête maintenant à partir ?

Oui je le suis

Et toutes les deux nous avons suivi le chemin qui s’est transformé en un joli chemin bordé de fleurs avec des herbes très vertes et lorsque je me suis arrêtée au pont des fleurs, Gaya l’a traversé sans se retourner et a gravi sans hésitation l’escalier du pont de l’arc en ciel.

Au revoir Gaya, profite de ce magnifique havre de paix pour te reposer, te ressourcer et préparer ton retour !

 width=A mon arrivée sur le chemin, Lancelot couché dans quelques brindilles d’herbe s’est levé et est venu vers moi.

Ce n’est pas trop tôt, ça fait 4 mois que je suis en standby et cette attente me pèse terriblement. Je me sens coupé en deux, je ne souffre pas physiquement, je ne ressens aucune douleur, mais je suis en souffrance parce qu’elle l’est encore, qu’elle n’arrive pas à faire son deuil et qu’elle culpabilise encore de m’avoir laissé sortir. Et puis mon départ a été brutal, je n’ai pas eu le temps de le préparer, j’ai été très imprudent en voulant absolument traverser cette route la nuit, et les lumières m’ont complètement fait perdre tout risque du danger, l’éblouissement m’a empêché de faire marche arrière, j’étais tétanisé. Je n’ai pas eu de chance, j’étais un chat très vif et impatient. Il fallait que je traverse cette route coûte que coûte et à ce moment précis est arrivé ce bolide.

La suite tu la connais, je me suis retrouvé là à voir mon corps sans vie, la mâchoire déchiquetée, la patte fracassée. Le choc était violent et je n’ai pas eu le temps de ressentir la douleur, mon âme est instantanément sortie de mon corps. Je me voyais, je voyais ce pauvre corps abîmé et j’ai compris que c’était fini pour moi, j’ai compris que je ne pourrais pas réintégrer cette enveloppe et j’ai eu peur. Peur de rester là trop longtemps, peur aussi de lui faire du mal lorsqu’elle me trouverait, peur de la choquer, peur de l’abandonner. Je suis très heureux qu’elle t’envoie à moi, car cela fait trop longtemps, et ici ce n’est plus ma place.

Oui Lancelot, c’est ta gardienne qui me demande de communiquer avec toi et elle a un message pour toi.

« Je t’aime mon petit Lou, tu me manques

Même si au début, je t’ai dit « tu n’es pas beau mais je t’aime »

Tu m’as beaucoup fait rire, quand tu faisais du ski avec un foulard dans la gueule et tes 2 pattes arrière qui glissaient… Quand nous jouions à cache-cache, avec le canapé ou le rideau de l’escalier ! Ou jouer avec l’eau, rigolo, mon p’tit Lou

Au début, cela n’a pas dû être évident pour toi car j’avais le souvenir de Plume, calme douce  et ne dépassant pas la limite du jardinet ,

 Aussi, excuse-moi d’avoir gardé les cendres de Plume dans la maison pendant tes 6 premiers mois à la maison, ce n’était pas cool pour toi !

Toi, si vif, si impulsif et imprévisible mais attachant, je ne savais pas toujours m’y prendre avec toi : être plus sévère, ça ne marchait pas mieux !

Te mettre plus de limites, être plus autoritaire je ne sais pas ce que tu attendais ?

Alors j’ai décidé de te céder et te laisser sortir quand tu voulais !

Je te disais : «  attention à la route, il y a des voitures qui passent vite, c’est dangereux , si tu veux te faire tuer, tu n’as qu’à y aller ! »

Mais je sentais que tu avais besoin de cette liberté et je crois que tu aurais été trop malheureux d’être enfermé, non !

Mais quand tu es mort, j’ai frémi d’effroi et aussi j’étais en colère contre moi et contre toi !

Tu me manques et je t’aime »

Oui je sais qu’elle a été très en colère et je peux la comprendre, mais la colère et un sentiment qui provoque des blessures très vives et ouvre des brèches à des énergies très négatives. Dis-lui de se pardonner et de me pardonner, je ne suis plus là mais resterai toujours relié à elle et lorsque j’aurai rejoint le jardin des animaux, je pourrai enfin me ressourcer et elle se sentira plus apaisée et libérée aussi. J’étais un chat joueur, espiègle, mais aussi très vif, impatient et parfois très têtu. Je devais traverser la route à cet instant-là, c’était mon côté impulsif qui m’y a poussé, rien n’y personne n’est en cause.

Je me sentais bien avec elle, je l’aime et j’ai eu des moments très heureux, très complices avec elle. Qu’elle ne s’excuse pas pour Plume, ses cendres ne me dérangeaient pas. Plume est restée longtemps, tout comme moi, dans la maison et cela me perturbait. Ce n’est que quelques semaines après mon arrivée et sachant que je saurai lui rendre le sourire et la joie de vivre, qu’elle s’est autorisée à partir. Dis-lui que mon comportement compulsif me faisait sortir de mon corps et je n’arrivais pas à contrôler mes instincts, je ne la mordais pas par vengeance. Je suis un chat qui s’est réincarné trop vite, et je n’étais pas assez ancré dans mon corps. J’étais souvent dans l’astral et pouvais me faire surprendre lorsque je n’étais pas dans le ici et maintenant. Ce n’était pas de sa faute et c’était difficile pour elle de pouvoir capter et comprendre ça.

Qu’est tu venu lui apprendre ? A-t-elle raté sa mission avec toi ?

Tout d’abord lui faire comprendre qu’il faut toujours vivre dans le présent, dans le ici et maintenant, sans quoi il vous arrive des aventures pas très chanceuses et des accidents comme celui-ci. Dis-lui aussi que ce ne sont pas les gardiens qui ont une mission auprès de leurs animaux, mais que c’est le contraire. C’est nous qui avons des missions auprès de vous les humains. Et moi je suis passé un peu à côté de la mienne et surtout je ne l’ai pas terminée.

Laquelle ?

Celle de s’ouvrir à l’amour inconditionnel. Lui apprendre à aimer avec son cœur et pas qu’avec ses yeux. Lui apprendre à aimer même si le physique ne correspond pas tout à fait à ses envies. Lui apprendre à aimer tout en laissant la liberté à l’autre. La liberté de vivre et d’aimer ce qu’il aime. Pour ces deux aspects j’ai bien réussi mon travail, elle  m’a aimé malgré ma tête carrée, et je l’ai ressenti très fort, et elle a aussi eu le courage de me laisser sortir, de ne pas me priver de liberté. Elle a bien fait de nettoyer les énergies de la maison et de me permettre d’éliminer ces énergies négatives en me ressourçant avec les énergies telluriques de la terre, sans cela elles m’auraient rendu malade.

Pour ce qui est d’aimer d’un amour inconditionnel, elle est sur son chemin et je souhaiterai lui revenir lorsque je me serai reposé au jardin des animaux, pour continuer cette mission. L’idéal serait de lui revenir sous la forme d’un chien, c’est une mission plus facile à remplir pour un chien, mais je saurai endosser le costume de l’animal qu’elle aura choisi, qu’elle n’en doute pas. Dis-lui que je l’aime et que je ne l’abandonnerai pas. Lorsqu’elle sera prête je le serai et j’ai hâte de rejoindre maintenant le paradis des animaux.

Je lui transmettrai tes messages Lancelot, et si tu es prêt je vais t’accompagner un petit bout de chemin.

Il marchait d’un pas altier à côté de moi, le chat joueur et espiègle, tantôt aussi très caractériel et dominateur, s’est montré être un chat avec un fort charisme, un chat qui vibrait fortement sur un plan supérieur et qui savait qu’il allait remonter pour revenir sous un autre plan.

Au bout de quelques instants, je me suis arrêtée, et telle une colombe, il a pris son envol et s’est mis à gravir rapidement les marches de l’escalier de l’arc en ciel ,

Lancelot avait définitivement fait sa transition. Au revoir.

 width=J’ai rencontré Cuca dans un endroit magnifique. Un immense pré où se mélangeaient toutes les couleurs de l’arc en ciel. Il y avait de jolies petites fleurs, des papillons et des oiseaux. Il y régnait un calme qui dégageait amour paix et harmonie. Elle s’est approchée de moi et m’a dit :

Tu vois, je me trouve dans un endroit magique. Après tant de semaines, de mois de souffrance, j’ai eu la chance de faire une très belle et rapide transition. Dis-leur de ne pas s’inquiéter pour moi. Ici tout est beau, je n’ai plus aucune douleur et je vis en totale harmonie.

As-tu un message pour eux ?

Oui, je sais combien mon départ leur a été difficile et surtout à ma gardienne, mais c’était nécessaire afin que je puisse lui revenir le plus vite possible, reposée et ressourcée. Je sais que pour vous les humains c’est difficile de nous laisser partir, mais vous devez l’accepter, car pour nous c’est nécessaire de remonter après une dizaine d’année pour nous régénérer et vous revenir avec de nouvelles énergies. Nous sommes à votre service, et sommes destinés à transmuter pleins d’énergies, et ne pouvons-nous empêcher de faire cela, et les allers/retours nous permettent en quelque sorte de recharger nos batteries. Nous laisser partir quand c’est le moment nous aide grandement.

As-tu un message pour Dali et Lucky ?

Oui surtout leur dire que lorsque ce sera le moment pour eux, de ne pas avoir peur et que je leur souhaite une aussi belle transition. De là où je suis, nous continuerons à communiquer ensemble et ils sont heureux de me savoir en paix. Cela les rassure même si je leur manque physiquement.

Tes gardiens me chargent d’un message pour toi, Cuca :

« On t’a aimé, on t’aime et on t’aimera pour toujours. Maintenant repose-toi notre chère amie. Merci pour ta présence, ton amitié. Merci pour cette si belle histoire d’amour. On te porte dans nos cœurs que tu habites avec tes beaux souvenirs. A bientôt. On t’aime. Merci. »

Merci à eux, me laisser partir n’a pas été facile, mais ils ont su prendre sur eux pour dompter, pour gérer leur souffrance et m’accompagner avec amour dans la lumière. Cela les aidera à avancer sur leur chemin et à faire le deuil plus sereinement. L’univers le leur rendra. Je les adore.

 width=Félix, dès que je suis arrivée sur le chemin, s’est levé et m’a regardé droit dans les yeux (chose plutôt exceptionnelle pour un félin), un regard rempli d’espoir un regard qui me disait long et lorsque je me suis présentée à lui il m’a répondu :

Que je suis heureux qu’elle ait fait appel à toi, cela fait longtemps que je me trouve là et que j’espère trouver de l’aide pour que je puisse partir au jardin des animaux et je craignais de devoir attendre encore longtemps. Ici ce n’est plus ma place et j’aspire à rejoindre le paradis des animaux pour me ressourcer quelques semaines et lui revenir pour continuer à faire mon travail, pour continuer à remplir ma mission.

Ta gardienne voudrait savoir si ton départ est un accident ? Si tu as souffert ?

Oui c’était un accident, je n’ai pas eu de chance, je n’étais pas assez vigilant, je me suis fait traquer par un autre chat et j’ai traversé la route. J’ai été ébloui par les phares et le choc a été brutal. Je n’ai pas souffert, je suis aussitôt sorti de mon corps et je savais que c’était fini pour moi, qu’il me serait impossible d’y revenir. Je n’ai pas eu le temps de préparer mon départ, c’était trop violent et cela m’empêche maintenant de rejoindre le pont des fleurs. Sa douleur, son incompréhension aussi m’empêchent de partir. Dis-lui que je l’aime et que je lui reviendrai très vite, j’ai vécu une vie de chat telle qu’on ne peut se l’imaginer, une vie de rêve et ma mission consiste à nettoyer les alentours, je suis plutôt un chat de type « sentinelle », mais j’ai aussi un rôle à remplir auprès d’elle. Je suis aussi chargé de l’aider à vivre les relations affectives sur un plan plus simple, plus fluide afin de se détacher de tout ce dont elle ne veut plus, de tout ce qui n’est pas bon pour elle.

Félix elle me charge aussi de te transmettre des messages :

« J’aime mon trésor passionnément, sa queue qui me caresse, ses petits gloussements, les heures passées sur le canapé à faire des câlins me manquent tellement.

Je ne regrette pas de lui avoir laissé le jardin comme terrain de jeu depuis qu’il était tout petit, il aimait tellement chasser, observer, vivre dehors

J’espère qu’il ne m’en veut pas de l’avoir souvent trop couvé, j’avais peur qu’il se blesse ou des voitures, je lui disais « je te fais confiance mon ange » je le pensais vraiment en le lui disant. J’espère qu’il sera toujours près de moi et qu’un jour il me reviendra. Voudra-t-il me revenir ? « 

Je suis toujours dans son entourage, et tant que je le serai, elle ne pourra pas faire son deuil. Je sais combien mon absence lui pèse et la rend malheureuse. De rester là et de lui pomper son énergie lui fait encore plus de mal. Elle a fait ce qu’elle pensait être bien pour moi et elle avait raison. J’avais ce double rôle de « sentinelle » et de m’empêcher de sortir m’aurait vite rendu malade. Elle m’a fait confiance et l’espace de quelques secondes d’imprudence m’a poussé sous les roues de cette voiture. Peut-être aussi pour l’obliger à prendre conscience qu’il y a une vie après la mort, que nous sommes reliés et le resterons toujours, et qu’il s’agit de faire confiance à l’univers pour nous retrouver à nouveau et partager encore de grands moments de bonheur et de plénitude.

Tes paroles vont la réconforter et la rassurer Félix. Souhaites-tu maintenant rejoindre le paradis des animaux ?

Oui je suis prêt, je sais qu’au bout de ce chemin il y a une grande porte en forme de cœur et que derrière on m’y attend pour m’accompagner un petit bout de chemin, et je suis très heureux de pouvoir la franchir.

Nous nous sommes avancés et lorsque la lumière est devenue trop vive, je me suis arrêtée. Félix a continué son chemin et lorsque la porte s’est ouverte, il s’est noyé dans le magnifique escalier de l’arc en ciel qui se trouvait derrière.

Au revoir Félix, à bientôt !

 width=Canaillou m’attendait tristement sur le chemin. Il est venu à ma rencontre et m’a tout de suite remercié d’avoir accepté de faire cette communication pour les aider lui et sa gardienne alors qu’elle n’avait pas les moyens de me rémunérer. Je lui ai expliqué que sa gardienne était en grande souffrance et que je me doutais bien, vu les circonstances de son départ, la rapidité, mais aussi la culpabilité l’empêcherait lui Canaillou de rejoindre le jardin des animaux. Sa gardienne m’ayant contactée juste avant Noël, je lui ai gracieusement offert mon aide afin qu’elle puisse trouver la paix et faire son deuil, et que lui puisse rejoindre le paradis des animaux pour se reposer et se ressourcer.

Il m’a répondu : dans la vie, chaque être humain, chaque animal a son ange gardien, tu es le nôtre, merci.

Ta gardienne t’aime énormément et elle regrette d’avoir pris la décision de t’euthanasier aussi rapidement alors qu’avec du recul tu aurais encore pu rester un petit peu. La culpabilité la ronge, et elle est en souffrance.

Je sais tout cela, je suis à ses côtés et constate combien elle se torture l’esprit et le cœur. Elle a déjà eu recours par le passé à l’euthanasie pour le départ d’un chat dans un état critique et elle a cédé à la panique. Elle a eu peur de se retrouver dans la même situation pendant les fêtes et a pris cette décision très rapidement. Dis-lui de ne pas culpabiliser maintenant, cela n’arrange rien et ne fait qu’amplifier les regrets et la souffrance. Pour ma part, elle a fait le bon choix. J’étais vraiment en souffrance depuis quelques mois et je préparais mon départ. Oui dis-lui de ne pas avoir de regrets, j’étais sur mon chemin et elle m’a aidé en soulageant mes douleurs. Je me suis immiscé dans sa vie, elle m’a adopté malgré mon mauvais caractère avec son autre compagnon, et j’ai vécu 6 années de pur bonheur avec elle. Elle a fait tant d’efforts pour m’ouvrir sa porte et son cœur, et je lui en serai toujours reconnaissant. Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision, j’avais des difficultés respiratoires et une grande oppression dans les poumons et la région de mon cœur. C’était très douloureux et maintenant je me sens bien, léger et plus aucune douleur. Si tu m’aides à rejoindre le jardin des animaux, je pourrai lui envoyer des signes, mais aussi de l’aide afin qu’elle fasse le deuil et que peut-être un jour elle accepte l’idée qu’il y a une vie après la mort et que je pourrai lui revenir.

Je suis prête à t’accompagner Canaillou, l’es-tu aussi ?

Bien sûr que oui.

Il est venu à mes côtés et nous sommes partis sur le chemin. Lorsque je me suis arrêtée, il m’a regardé longuement, m’a encore remerciée pour mon aide, puis il s’est retourné et s’est dirigé vers l’escalier de l’arc en ciel.  Je l’ai vu grimper les marches, d’abord l’une après l’autre, puis 2 par 2. Il faisait des grands sauts et s’est noyé dans cette magnifique lumière.

Au revoir Canaillou.

 width=A mon arrivée sur le chemin, Ghost Rider m’attendait d’un air triste et désabusé. Il était là debout sur le chemin, un chemin complètement gelé, et les quelques brindilles d’herbes qui s’y trouvaient étaient totalement givrées. Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers lui pour lui dire qu’elle l’aimait de tout son cœur et qu’elle avait quelques questions à lui poser.

Oui, je sais, si je suis toujours encore là sur ce chemin, si je ne réussis pas à partir au jardin des animaux, c’est parce qu’elle est toujours en grande souffrance et n’arrive pas à faire son deuil. Elle éprouve aussi beaucoup de culpabilité de n’avoir pas été là, et cela aussi m’empêche de partir. Dis-lui que pour moi le moment était venu, je savais que j’allais partir et de m’aider à partir alors qu’elle n’était pas là, était pour moi un grand soulagement. J’étais en souffrance et son papa a pris la bonne décision. Même si elle ne peut le comprendre, c’était aussi mon choix de partir alors qu’elle était en vacances. Pour elle c’eut été terrible de devoir prendre cette décision la veille de Noël, elle n’aurait pas pu. Nous étions très attachés l’un à l’autre, notre relation était fusionnelle, nous ne faisions qu’un.

Je ne suis pas arrivé chez elle par hasard. On m’y a guidé, son grand-père qu’elle aimait tant, avec qui elle avait un lien très fort, même si elle n’en a pas eu pleinement conscience (1er deuil, première fois confrontée à la mort), m’a envoyé vers elle pour l’aider à grandir, pour l’aider à aimer d’un amour inconditionnel. Loulou comme elle me surnommait a rempli la mission qui lui a été confiée, et je pouvais commencer à préparer mon départ pour rejoindre le paradis des animaux.

Seulement voilà, elle a ressenti mon départ comme un nouvel abandon, et la culpabilité de ne pas avoir été présente, l’empêche de me laisser partir. Dis-lui que je l’aime et que ma place, même si nous resterons reliés, n’est plus d’être au quotidien dans son entourage, car je lui pompe son énergie et elle va finir par tomber malade. J’aspire à rejoindre le jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer, et si elle le souhaite, je pourrai lui revenir.

En tant que cheval ?

Peu importe, je saurai endosser le costume qui lui plaira, ce sera à elle de choisir. Dis-lui que mes dernières pensées et celles de toute cette année ont été pour elle, afin qu’elle trouve la paix dans son cœur et son esprit. C’est une personne très douce, elle a beaucoup d’empathie mais ne vit souvent pas dans le présent dans le ici et maintenant. Souvent elle n’est pas centrée, pas reliée à la terre et son impatience la pousse à passer à côté de l’essentiel. Dis-lui que pour avancer sur son chemin, elle a besoin de faire un petit travail sur elle afin de trouver une harmonie et un équilibre. Je l’aime, et lorsque je serai là-haut, je pourrai lui envoyer les énergies nécessaires pour comprendre le sens de la vie et l’aider à avancer sur son chemin.

Je me chargerai de lui transmettre tes messages, Ghost Rider, te sens-tu prêt à rejoindre le paradis des animaux ? Je t’y accompagne un petit bout de chemin si tu es prêt.

Oui je le suis, je sais que cette communication l’aidera enfin à lâcher prise, à comprendre que c’était comme ça que ça devait se faire et je suis très heureux de pouvoir enfin me reposer.

Nous nous sommes avancés tous les deux sur le chemin, avec sa permission je l’ai caressé quelques instants, puis lorsque le pont des fleurs avec derrière le pont de l’arc en ciel est apparu, il m’a regardé, m’a dit :

Merci, merci d’avoir été là pour elle, pour moi.

Puis telle une licorne, il a pris son envol et s’est noyé dans les lumières de l’arc en ciel.

Au revoir Ghost Rider, paix à ton âme et bon séjour au jardin des animaux.

Victor, à mon arrivée sur le chemin, était assis sur son arrière train et semblait être en attente. Son regard en disait long, on pouvait y lire qu’il espérait de l’aide. Je lui ai fait part que sa gardienne souhaitait lui dire qu’il restera dans son cœur, qu’il est son rayon de soleil, que ses câlins du soir lui manquaient énormément, qu’il doit lui faire un signe s’il peut et qu’il doit partir dans la lumière et qu’elle l’aime. Qu’il reçoit aussi les pensées affectueuses de toutes les personnes qui le connaissaient, la vétérinaire Mélanie et ses amis.

Oui je sais que je lui manque, que nos câlins du soir lui manquent beaucoup, mais je suis toujours encore à côté d’elle, je ne suis pas encore parti, c’est trop difficile pour elle et elle a du mal à faire son deuil.

C’est toi qu’elle a ressenti ces derniers jours ?

Oui c’est moi pour l’aider à passer ce Noël, j’ai essayé de me manifester à elle pour qu’elle sente que je suis toujours là, pour qu’elle ne se sente pas trop triste et abandonnée. Mais ici ce n’est plus ma place, elle le sait et veut que je parte vers la lumière. Elle doit donc accepter le manque physique qu’elle éprouve et me laisser partir au jardin des animaux où j’ai tant envie de me reposer et me ressourcer. Dis-lui de ne pas se poser de questions et de ne pas culpabiliser non plus. J’étais en grande souffrance et elle a pris la bonne décision de m’aider à partir. J’étais déjà sur mon chemin et je préparais mon départ, même si je n’ai pas aimé rester à la clinique. Je n’ai pas eu peur de l’abandon, je savais qu’elle ne m’avait pas abandonné, mais je voulais tellement rester chez moi avec elle. Les cliniques vétérinaires sont froides, impersonnelles et il y règne une ambiance de stress, d’angoisses et de peurs. Il y a aussi beaucoup d’énergies négatives que chacun y dépose et c’est très perturbant, surtout pour nous les chats.

Ta gardienne espère avoir été une maîtresse attentive à ton bien-être, même si parfois elle n’était pas à la hauteur. Lui en veux-tu d’avoir parfois passé un peu de temps à son ordi et pas avec toi ?

Elle a été une bonne gardienne, qu’elle n’en doute pas. J’ai passé de belles années avec elle et j’ai connu de grands moments de tendresse avec elle. Le temps passé sur l’ordi ? Je ne peux lui en vouloir, je n’ai manqué de rien et elle ne pouvait pas passer tous ses moments disponibles à me prendre sur ses genoux et me câliner. Et me concernant je n’en avais pas le temps non plus. J’étais plus un chat « nettoyeur » et il m’incombait de la nettoyer énergétiquement afin de lui enlever toutes les scories, tout le stress de la journée, les états d’âme, mais aussi de veiller aux énergies de l’appartement qui mériterait d’être nettoyé, surtout que je ne peux plus m’en occuper à présent. Dis-lui que c’est important pour elle et sa santé de vivre dans un endroit qui est zen et en harmonie avec elle sinon elle risque de tomber malade ou dans la dépression. Dis-lui aussi que si elle souhaite retrouver le petit chat splendide, malicieux et si tendre qu’elle regrette, il faut m’aider à partir pour que je puisse après quelque temps lui revenir dans la robe d’un petit chat blanc. La réincarnation ne fait pas partie de ses croyances, explique-lui que nous les animaux, si nous arrivons à partir correctement et rejoindre le paradis des animaux, nous avons la possibilité de nous ressourcer très vite et de vous revenir très rapidement, ce que je souhaite de tout cœur. Je l’aime et même si nous sommes toujours reliés, même lorsque je serai dans l’au-delà, je souhaite la retrouver sur un plan terrestre. Lorsqu’elle sera prête elle saura me retrouver et me reconnaître, qu’elle me fasse confiance.

Je suis là aussi Victor pour t’aider à rejoindre le pont des fleurs et le jardin des animaux. Veux-tu le rejoindre maintenant ?

Je suis prêt, j’aspire à le retrouver pour m’y reposer et aussi lui envoyer un petit signe.

Puis il s’est mis debout sur ses 4 pattes et nous avons emprunté un chemin malgré le temps hivernal, bordé de jolies fleurs de toutes les couleurs. Et la lumière d’abord de toutes les couleurs de l’arc en ciel est devenue très vive, et lorsque je me suis arrêtée, il a continué son chemin sans se retourner et s’est noyé dans ce merveilleux paysage.

Victor venait de franchir le pont des fleurs. Au revoir Victor.

 width=J’ai rencontré Centaure dans un pré fleuri de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Je lui explique que ce serait le jour de son anniversaire, qu’il aurait eu 10 ans aujourd’hui et que sa gardienne me chargeait de lui transmettre un message :

« Bonjour mon garçon

Te voilà parti depuis 15 jours déjà et tu me manques énormément j’ai toujours cette boule au ventre et ce grand vide, je ne pourrai plus jamais te serrer contre moi et te faire des gros câlins mais j’ai respecté ta volonté

 Tu aurais eu 10 ans aujourd’hui  je te fais un énorme bisou

J’aimerai savoir si le fait de ne plus pouvoir aboyer normalement était en relation avec ta maladie ou c’est le fait d’avoir été chez la toiletteuse quelques jours avant ? Est-ce que le stress a pu faire évoluer plus vite ta maladie ?

Plus on approchait du jour J et plus j’étais mal, j’essayais de ne pas trop le montrer pour que tu ne t’inquiètes pas mais je crois que tu le savais tu devais ressentir ma tristesse

J’espère que tu n’as pas souffert lors de ta transition ni de l’injection

J’aimerais avoir de tes nouvelles  maintenant, savoir si tu vas bien si tu peux à nouveau courir et comment  c’est  là-haut et le jardin des animaux

As-tu vu Ginger, ton papa et peut être ma maman ?

Quelques jours avant ton départ une amie à moi a également perdu son toutou il s ‘appelait Hector peut-être que tu l’as vu  et qu’il t’a  transmis un message »

Merci de penser à moi aujourd’hui, merci de prendre de mes nouvelles. Je vais bien, je me sens très léger et je peux à nouveau me promener et courir comme un fou dans ce magnifique pré où je me sens en grande paix et en harmonie. Ici tout est absolument magnifique et je ne ressens plus aucune douleur. Le stress a pu faire évoluer ma maladie plus vite, mais cela ne changeait rien pour moi. J’étais sur mon chemin depuis quelque temps, et j’avais besoin que tu, que vous en preniez conscience pour m’aider à partir dans les meilleures conditions. La douleur me comprimait tout le thorax et c’est ce qui me causait problème pour aboyer. Ce n’est pas à cause de la toiletteuse et j’étais content de partir après un passage chez elle, d’où je sortais beau comme un prince, même si je n’aimais pas trop y aller.

La transition a été une étape formidable, cela faisait une quinzaine de jours que j’étais bien entouré et le jour de mon départ, ces êtres de lumière se sont rassemblés autour de moi pour m’accompagner avec amour dans la lumière. Et ton être divin était également relié au mien et cela m’a énormément aidé et rassuré. Même si je te sentais très triste, je savais que tu le faisais par amour pour moi et ce fut un des plus beaux cadeaux de ma vie. Cela peut te surprendre, mais tu dois comprendre que nous les animaux sommes toujours reliés avec l’au-delà et le départ, s’il se passe dans d’aussi bonnes conditions, est un cadeau merveilleux pour nous. J’ai déjà fait plusieurs allers/retours au paradis des animaux et j’adore m’y reposer et me ressourcer pour revenir en pleine forme et reprendre une mission auprès de toi.

Oui j’ai vu mon papa (Ginger c’était moi) la maman aussi, ils étaient là tous les 2 pour m’accueillir et m’ont accompagné jusqu’au pont des fleurs pour maman et jusqu’au jardin des animaux pour mon papa. Il se sent très bien dans cet endroit et nous nous voyons souvent, mais Hector pas de trace, peut-être n’a-t-il pas terminé sa transition ?

« J’ai commencé à me mettre à la recherche d’un bébé chien comme toi mais cette fois ci une fille, mais c’est très difficile car je ne veux plus un chien avec la maladie que tu avais je ne veux plus voir mon chien se dégrader et souffrir comme cela. Je suis aussi allée le dire à la toiletteuse et lui ai dit qu’on allait reprendre un nouveau chien et il y a 3 jours elle me téléphone pour me dire qu’un éleveur qu’elle connait bien aura une portée mi-février et là je me suis dit que c’est peut être un signe du destin que tu seras parmi les chiots alors j’aimerais savoir si ce n’est pas trop tôt et si tu auras eu le temps de te ressourcer.

Je n’ai qu’une hâte c’est te retrouver même dans un autre corps mais j’ai aussi peur de ne pas te trouver ou te reconnaître et pour cela j’ai besoin que tu me dises comment je vais savoir que je prends le bon c’est-à-dire toi »

Pour l’instant je me repose et me ressource. Mon âme n’est pas encore descendue dans le corps d’un de ces petits qui vont naître, mais ne t’inquiètes pas, je sais que tu attends mon retour et ton papa encore plus, et il me reste encore un peu de temps pour me reposer. Je serai là, je serai au rendez-vous et tu me reconnaîtras tout de suite. Fais-moi confiance, tu ne te tromperas pas, tu ne passeras pas à côté de moi, c’est impossible.

« J’aimerai aussi retourner à l’école avec toi  et t’apprendre à rapporter le bip à papa, serais tu d’accord ? Si tu pouvais cette fois ci éviter de vouloir vivre ta vie que je puisse enlever la laisse lorsqu’on se promène sans avoir peur de devoir te courir après, ce serait vraiment génial.  Ensuite est ce que je dois faire quelque chose de particulier lorsque tu reviendras ? Y avait-il des choses que j’ai faites qui n’étaient pas bien ou que tu n’as pas aimées c’est le moment de tout me dire ?

Veux-tu encore me dire autre chose ? »

J’ai mon caractère et j’avoue que je n’étais pas très coopératif. Je n’ai pas trop aimé l’école, mais je sais combien apprendre à rapporter le bip à ton père lui serait utile et surtout lui ferait plaisir. Je m’engage donc à faire des efforts et me montrer un petit peu plus participatif. J’ai vécu malgré ma maladie, malgré cet énorme handicap, une vie de prince avec toi, et les choses que je n’ai pas aimées, c’est toutes les contraintes que je vous ai imposées à cause de ma maladie. De lire votre souffrance dans vos yeux m’a beaucoup affecté et j’aurais tout donné pour vous l’éviter.

Ce que j’aimerais de te dire, c’est que tu dois vivre dans le moment présent, tu dois accepter les choses comme elles sont et ne surtout pas vivre dans le passé. Ta maman est là où elle doit être et elle se sent bien à présent. Elle veille sur vous et vous protège. Toi tu dois maintenant faire un effort pour enfin faire ton deuil. Tu dois te donner les moyens qui te permettront de vivre les choses plus facilement et avec confiance, avancer chaque jour un peu plus sur ton chemin. Je continuerai ma mission auprès de toi et je t’aiderai à prendre conscience que la vie est belle malgré toutes les souffrances qu’elle peut parfois vous infliger et qu’elle mérite d’être vécue avec harmonie.

« C’était de merveilleuses années et j’ai eu beaucoup de chance de t’avoir avec moi, jamais je ne pourrai t’oublier. Tu es ce que j’avais de plus précieux, tu n’es pas mon chien, tu es mon plus grand Ami. Tu sais que j’ai eu des années très difficiles et tu étais mon réconfort. Je t’attends avec une grande impatience je t’aime très très fort »

Oui c’est juste, j’étais ton ami, ton garçon. Moi aussi je t’aime et suis impatient de te retrouver. A très vite pour vivre une nouvelle et belle aventure ensemble.

 width=A mon arrivée sur le chemin, Casimir était assis sur son arrière train, il m’attendait. Il m’a regardée, la tête penchée vers la droite et m’a dit :

Ce n’est pas trop tôt, bientôt 3 mois que je suis parti et il n’arrive toujours pas à faire son deuil. Moi ça m’empêche de partir. C’est vrai que mon départ a été rapide, brutal pour eux, ils n’ont pas eu le temps de se préparer et sont dans l’incompréhension totale, j’en suis désolé. Moi je savais que j’allais partir, je commençais à préparer mon départ, mais il est vrai que je ne pensais pas non plus que ça irait aussi vite. Mes reins étaient fatigués depuis un bon moment et mon cœur a souffert. Le jour de mon départ, j’ai senti une pression énorme dans l’arrière train mais aussi dans la région de mon cœur et tout est allé très vite.

Les parents et Stéphane t’aiment plus que tout, ils ne t’oublieront jamais, tu seras toujours dans leur cœur. Ils ont toujours fait leur possible pour que tu sois heureux et tu leur manque énormément. C’est difficile pour Stéphane de ne plus pouvoir te serrer dans ses bras et te faire des bisous. Tu as été d’un grand soutien dans les moments difficiles et ils te disent merci d’avoir pu partager un beau moment de leur vie avec toi. Stéphane espère que tu as été heureux avec eux, pour lui tu resteras toujours son chéri, le premier. Il est désolé d’avoir du mal à te laisser partir. Ils sont désolés aussi de n’avoir pas remarqué que tu avais un problème qui a causé ton décès, et surtout il est désolé de ne pas avoir été à tes côtés lorsqu’il est parti.

Oui je sais tout ça. Moi aussi je les aime plus que tout et j’ai eu la chance de vivre heureux dans une famille où je comptais comme un de leur membre à part entière. Je n’ai jamais manqué de rien, j’ai eu une belle vie de prince et les en remercie aussi. Mais il faut que tu expliques à mon gardien qu’il est important de me laisser partir maintenant.

C’est qui ton gardien ?

C’est Stéphane, c’est auprès de lui que j’avais une mission et depuis son départ, je ne pouvais plus la remplir, c’était d’un grand inconfort pour moi. D’où la raison de mon départ. C’était un départ prévu, et ils ne doivent absolument pas culpabiliser de n’avoir rien remarqué, c’était mon souhait. Explique-lui que lorsque nous les animaux avons terminé notre mission auprès de vous, ou ne pouvons la continuer pour n’importe quelle raison, nous avons la faculté de tirer notre révérence et de partir nous reposer et nous ressourcer quelque temps au paradis des animaux, avant de vous revenir. Seulement à cause de sa détresse il m’est impossible aujourd’hui de rejoindre le paradis des animaux.

Est-ce toi Casimir que le père ressent la nuit ? Et les miaulements qu’il entend régulièrement au milieu de la nuit ?

Oui c’est moi, je sais qu’il a la possibilité et cette sensibilité de pouvoir me voir et m’entendre et je suis content de cette prise de conscience, car lui il sait qu’ici ce n’est plus ma place. J’étais là aussi pour nettoyer les énergies de la maison et le nettoyer lui. J’aimais me mettre sur ses genoux pour le débarrasser de ces énergies qui ne lui appartenaient pas. J’aimais aussi squatter son fauteuil et le lit, les endroits où elles s’accrochaient. Dis-leur de reprendre un autre chat et même deux de manière à se répartir le travail.

Dis-leur aussi que je me suis considéré toutes ces années comme leur fils et que j’ai beaucoup apprécié la tranquille douceur de la mère, le pilier dans la famille, même si sa santé est fragile. Et s’il te plait dis à mon gardien que j’étais là pour lui, pour l’aider à grandir, pour trouver sa voie et l’encourager chaque jour à aller de l’avent, chose qui n’était pas toujours facile pour lui. Il a eu des grands moments de doute et la confiance n’a pas toujours été au rendez-vous. Aujourd’hui ça va mieux et il est capable de comprendre que ma place est ailleurs qu’ici, que j’aspire à rejoindre le pont de l’arc en ciel, et que surtout j’aimerais lui revenir. Qu’il ne culpabilise pas s’il n’a pas été présent au moment de mon départ, je ne lui en veux pas et je n’ai rien à lui pardonner, si ce n’est de se pardonner à lui-même de tant souffrir de mon absence. Pour cela j’ai besoin de quelques semaines pour me ressourcer. Si tu m’aides à rejoindre l’au-delà maintenant, je pourrai lui revenir en pleine forme, espiègle, joueur et tendre. Il a tellement besoin de tendresse et de câlins. En attendant je reste bien entendu relié à lui. Explique-lui que ce lien n’est pas coupé par la mort, que mon âme est éternelle et que je souhaite très vite le retrouver.

Je m’en charge Casimir, ne t’inquiète pas. Il espère que tu seras toujours là, à leurs côtés, que tu te souviendras d’eux et que vous vous retrouverez un jour. Son esprit est donc ouvert à ce que ce soit possible et il te dit salut mon chéri. Salut mon Casimir.

Je suis heureux, « salut » est le juste mot qu’il devait employer, « adieu » aurait été plus dur à entendre et je suis prêt maintenant à rejoindre le paradis des animaux.

Je vais donc t’y accompagner un petit bout de chemin et n’aie pas peur Casimir, lorsque je m’arrêterai, de continuer ton chemin.

Je n’ai pas peur, j’ai une grande confiance en toi, je sais que tu fais les choses avec ton cœur et c’est drôlement rassurant et réconfortant, merci à toi.

Puis il s’est mis debout à mes côtés et nous nous sommes avancés sur un chemin bordé de pissenlits, de jolies fleurs jaunes et il m’a dit, il aime le pissenlit et moi aussi. Puis lorsque je me suis arrêtée, il a continué son chemin et s’est noyé dans cette magnifique lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Casimir !

 width=Tel que je m’en doutais, Maximus était assis au bord du chemin et me regardait d’un air très triste. Je l’ai appelé, je l’ai salué et lui ai expliqué que sa gardienne me demandait de communiquer avec lui.

Je sais, elle est en grande souffrance, elle croit qu’elle m’a tué, mais ce n’est pas de sa faute. Elle ne doit pas culpabiliser car cela m’empêche de remonter quelque temps pour lui revenir après. Dis-lui que c’était un accident, un réel accident, pas un meurtre ni un suicide, je me suis souvent caché dans la machine (sèche-linge) car il y faisait bien chaud et je m’y sentais en sécurité. Ce jour-là j’ai hésité à me manifester car le linge était mouillé et  ce n’étais pas très agréable, mais je n’ai pas été assez rapide. Après arriva ce qui devait arriver.

Tu te sentais plus en sécurité pour une raison bien précise ?

Oui, les énergies de la maison ne sont pas bonnes. Elle mériterait un nettoyage profond et sur tous les plans, mais ça ne sera pas simple à réaliser. Nous venions d’arriver (sa sœur et lui) et nous étions trop petits pour faire ce travail même si nous connaissions (réincarnation) parfaitement les lieux. Même si elle avait plusieurs chats, ce serait mission impossible pour eux. Le problème c’est que ces énergies maléfiques les pompent et leur font du mal.

Elle se sent très vulnérable et cela la fragilise et la plombe encore plus. Elle est très dépressive et a besoin d’aide. Dis-lui de se faire aider bien qu’elle a tout en elle pour y arriver toute seule. Mais ces idées noires ouvrent des brèches à des énergies de très bas taux vibratoire.

Maximus, dans le message qu’elle m’a laissé samedi, elle me dit qu’elle pense que vos départs, le tien et celui de Lévy et Maîky en 8 mois de temps ont eu lieu pour lui faire comprendre d’arrêter d’être à côté de son chemin car elle a des idées noires, qu’elle l’a compris et qu’elle va tout faire pour retrouver sa mission de vie, elle vous doit bien cela. Elle te remercie pour cette prise de conscience et t’embrasse très fort.

Ce n’est pas trop tôt, et cette introspection et ce qu’elle en tire est très juste. Elle a tout en elle, et surtout une grande force dont elle n’imagine même pas la puissance pour s’en sortir et vivre sa vie en paix et en harmonie. Le tout est de le comprendre et de le vouloir. Pour cela il va falloir faire des choix et aller au bout de ces choix. Ne pas avoir peur, elle aura de l’aide terrestre et divine. Et nous, nous serons là pour l’aider et l’accompagner au quotidien. La prise de conscience qu’elle a eue est une étape importante dans son évolution personnelle et spirituelle et je suis très fier d’elle. Dis-lui que si tu m’aides maintenant à rejoindre le paradis des animaux, je souhaite lui revenir très vite. Qu’elle n’hésite pas, malgré ses craintes, à me reprendre. Elle sera heureuse de m’avoir à ses côtés et je veillerai sur elle.

Je me charge de lui transmettre tes messages Maximus et je suis prête à t’accompagner un petit bout de chemin. L’es-tu aussi ?

Plus que jamais j’aspire à passer le pont des fleurs et gravir l’escalier de l’arc au ciel.

Il est venu à mes côtés, je lui ai demandé l’autorisation de le caresser, il était tellement beau, j’ai passé ma main dans sa magnifique fourrure et ensemble nous avons emprunté le chemin qui s’ouvrait à nous. A un moment il s’est arrêté et m’a dit merci, merci de lui permettre de passer de l’autre côté, puis très rapidement il s’est éloigné dans cette belle lumière de toutes les couleurs.

A bientôt Maximus, au revoir.

 width=Cocotte est assise sur le chemin. Elle m’attend tristement et lorsque je lui ai  expliqué que sa gardienne souhaite lui délivrer un message et lui poser quelques questions :

  • Comment s’est passé ton passage de la terre jusqu’au paradis des chats?
  • Est-ce que tu as souffert et eu peur lorsque tu es partie? –
  • Est-ce que tu m’en veux de t’avoir fait partir car je croyais que tu n’allais pas bien du tout? Au moins est ce que tu sais que je t’aime? 

Message: Ma belle amour, même si je t’ai énormément agacée, que tu étais « névrosée » envers nous, saches que je suis extrêmement désolée, que je ne voulais pas en arriver là, mais ça paraissait la meilleure solution, et saches que je t’aime énormément. Ces 9 ans avec toi ont été formidables malgré les hauts et les bas. Je pense encore souvent à toi et j’en pleure encore, je t’adore Cocotte » 

Elle m’a répondu :

Oui, mon départ lui pose problème, elle navigue entre remord et culpabilité. Elle a des doutes sur son  choix de me faire euthanasier, elle est triste, je lui manque et tout cela m’empêche de rejoindre le jardin des animaux. Je te remercie de l’aider, de nous aider. Grâce à toi elle pourra commencer son deuil et moi je pourrai passer le pont des fleurs. Dis-lui que je n’ai pas souffert lorsque je suis partie, cela a été très rapide et je n’ai pas eu peur. Je savais qu’elle n’avait pas tellement d’alternative concernant mon comportement et qu’elle est trop jeune pour comprendre certaines situations. Je n’étais pas névrosée, j’avais tout simplement des problèmes d’ordre neurologiques qui me créaient d’énormes handicaps pas soignables. Je sais qu’elle s’imaginait que je souffrais d’un problème mental, mais ce n’était pas le cas. Je n’étais tout simplement pas toujours bien centrée dans mon corps et j’ai préféré partir pour me ressourcer, avec l’espoir de revenir dans un chat normal. Je sais qu’elle m’aime et moi aussi je l’aime et je souhaite de tout cœur de pouvoir lui revenir avec cette fois-ci la possibilité de remplir ma mission et de l’aider à grandir et à mûrir.

Je me charge de lui transmettre ton message Cocotte et si tu es prête, je vais t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs pour que tu puisses enfin rejoindre le paradis des animaux.

Je suis prête et je te remercie, pour elle, pour moi.

Puis elle s’est mise debout à mes côtés et ensemble nous avons emprunté le magnifique chemin qui s’ouvrait à nous. Lorsque je me suis arrêtée, elle a continué et s’est noyée dans la lumière.

Au revoir Cocotte !

 width=A mon arrivée sur le chemin, Stoupy était couché de tout son long dans l’herbe et m’a regardée très tristement. Je lui ai dit que son gardien était en souffrance, qu’il lui manquait beaucoup et qu’il sera toujours dans son cœur.

Je sais que je lui manque, qu’il n’arrive pas à s’habituer à mon départ et qu’il a beaucoup de chagrin. C’est aussi la raison pour laquelle je reste encore à ses côtés et que je ne me sens pas le droit de rejoindre le jardin des animaux. Dis-lui que vu mon âge et mes bobos, j’étais sur mon chemin et que je souhaite rejoindre le jardin des animaux. Qu’il n’ait pas trop de peine, je suis et je resterai relié à lui et lorsque j’aurai rejoint le paradis des animaux je pourrai lui envoyer de bonnes énergies et des petits signes. Ici je ne fais que pomper son énergie et ça l’empêche de faire son deuil. Je l’aime et mon désir le plus profond est de l’aider dans ce passage difficile et de partir pour me reposer et me ressourcer.

Il ne tient qu’à lui pour que je lui revienne. Explique-lui que pour nous les animaux, la réincarnation peut se faire très rapidement. Et peu importe son âge. S’il a envie de me retrouver dans une vie terrestre, je serai fidèle au rendez-vous qu’il n’en doute pas et me fasse confiance. Mais pour cela je dois partir. Qu’il pense à toutes ces belles années passées ensemble, avec amour et sans regrets. Ce qui est vécu est vécu et il doit en garder les bons souvenirs pour continuer à avancer sur son chemin.

Je me chargerai de lui transmettre tes messages, Stoupy et si tu le souhaites, je peux maintenant t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont de l’arc en ciel.

Oui je suis prêt et je te remercie pour ce que tu fais pour nous.

Puis doucement il s’est mis en marche à mes côtés, il m’a regardée avec des yeux qui en disaient long et j’ai compris qu’il souhaitait que je lui caresse la nuque et la tête. Très délicatement j’ai passé ma main sur lui et dans un soupir il m’a dit :

Que c’est bon de sentir la chaleur humaine.

Puis nous nous sommes avancés et lorsque je me suis arrêtée, il s’est précipité dans l’escalier de l’arc en ciel qui s’est ouvert à lui.

Au revoir Stoupy, paix à ton âme !

A mon arrivée sur le chemin, Bob m’attendait. Tout de suite il est venu vers moi.

Je suis heureux qu’elle a eu la présence d’esprit de faire appel à toi, car elle a du mal à me laisser partir et culpabilise de m’avoir aidé à partir. C’était d’ailleurs la bonne décision. Je suis arrivé chez elle, non par hasard, on m’y a guidé et je savais que je n’y resterais qu’un laps de temps, le temps de lui faire prendre conscience que je n’étais pas un chat comme les autres, et que j’avais peut-être quelque chose à lui dire, ce que notre échange me permettra de faire aujourd’hui.

C’est exact Bob, elle culpabilise encore, mais sa maman et elle ne voulaient pas qu’on te fasse souffrir davantage. Elles t’aiment très fort et pensent chaque jour à toi. Elles revoient toujours ton regard inoubliable, plein d’amour quand elles te soignaient. Tu te couchais tout seul sur la table même avant qu’elles commencent les soins, et pareil chez le vétérinaire. Tu les fixais, elle et maman, l’une après l’autre, avec des yeux d’amour qui en disaient long. Comment te sens-tu maintenant ? Es-tu guéri ?

A présent je me sens bien, plus aucune douleur, je me sens très léger, mais je dois te dire que les soins que vous me faisiez n’étaient pas trop douloureux non plus, je me réfugiais dans l’astral et c’était supportable. C’est juste que je me sentais très fatigué et que j’avais du mal à combattre cette maladie. Immunitairement j’étais beaucoup trop fragile (leucose ?) et n’importe quel accroc provoquait une plaie difficile à soigner.

Dans quel endroit passais-tu du temps pendant l’hiver 2015-2016 ?

Cave et abris de jardin.

Dans quelle pièce de la maison se trouve ta photo ?

Aucune idée, je ne sais pas ce que c’est une photo.

C’est une image de toi.

Mais il y en a partout dans la maison, des images de moi, tant que je ne suis pas bien parti, je suis partout.

D’où venais –tu ?

De nulle part, juste envoyé par un humain pour lui faire prendre conscience que nous les animaux avons des missions auprès de vous.

Etais-tu un humain avant d’être un chat ?

Non, mais c’est son ancêtre (grand’mère) qui m’a envoyé vers elle, et si je ne suis pas resté plus longtemps, c’était pour l’obliger à te consulter afin que tu lui donnes le message suivant :

« Je t’envoie Bob, ce chat de la rue, pour te transmettre le message que les animaux ont une grande et réelle importance dans ta vie et ton cœur. Tu as une mission auprès d’eux, tu l’as bien compris, et pour t’aider à la remplir, Bob fera un aller/retour au jardin des animaux et te reviendra comme guide spirituel aussitôt qu’il se sera ressourcé. Ce sera sa mission et il t’aidera à remplir la tienne au mieux. Tu aimes les animaux, mais il faut beaucoup de courage et d’empathie, et il sera à tes côtés, bienveillant et réconfortant. En attendant, laisse le partir au paradis des animaux lorsque tu auras reçu ce message et fais-lui confiance, il reviendra te voir dès que tu seras prête à le retrouver. »

Elle a beaucoup crié son chagrin après ton euthanasie Bob, et c’est justement posé la question si elle te reverrait comme tu es ? Et si tu le peux, que tu lui envoies des signes de bonheur du  paradis, que tu mérites tellement. Ils t’aiment et ne t’oublierons pas, leur petit Bob chéri.

Oui je sais, moi aussi je les aime et ne manquerai pas de lui envoyer des signes. Qu’elle soit bien attentive à cette lumière qui lui parviendra du jardin des animaux. Je sais que cette communication l’aidera à faire son deuil, et voir l’avenir avec beaucoup d’optimisme. Moi je suis maintenant prêt à rejoindre le pont des fleurs, je sais qu’on m’y attend et je suis pressé de le franchir.

Il s’est mis sur ses 4 pattes et s’est avancé à côté de moi sur le chemin. Lorsqu’il est devenu trop lumineux, je me suis arrêtée et il a continué sa route jusqu’à ce qu’il ne fut plus qu’un petit point qui s’est noyé dans ce magnifique arc en ciel.

Au revoir Bob !

 width=La connexion avec Boutchou s’est faite dans le magnifique jardin des animaux. Elle était assise dans les hautes herbes entourée de jolies petites fleurs rouges et blanches. Ses yeux qui me regardaient irradiaient. Je lui ai expliqué que sa gardienne m’envoyait vers elle pour lui redire qu’elle l’aime plus que tout au monde. Elle a besoin de le lui dire encore, qu’elle restera sa petite mignonne et qu’elle lui manque énormément.

Je le sais et moi aussi je l’aime énormément. Heureusement qu’elle t’a demandé de m’aider et m’accompagner pendant ma transition car sans cela il m’était impossible de rejoindre aussi vite le paradis des animaux. Dis-lui merci et merci à toi. Ici tout est tellement beau et harmonieux et je peux me reposer et me ressourcer, car même si elle s’inquiète, je compte bien vite lui revenir. Je reviendrai sous la forme d’un chat et elle saura très vite me reconnaître. Elle me retrouvera parmi tous ceux qu’elle soigne et n’aura aucun doute. Ce sera un coup de foudre, une évidence.

Elle aimerait savoir pourquoi tu es partie si tôt ?

Parce que j’avais besoin de remonter pour me ressourcer. Cette tumeur me faisait souffrir et m’affaiblissait beaucoup et je n’avais plus la force de remplir ma mission. Je ne l’ai pas terminée et comme elle m’a laissé partir dans de bonnes conditions, je vais pouvoir me ressourcer très vite pour lui revenir rapidement et continuer mon travail.

Quelle était ta mission Boutchou ?

L’aider dans ses difficultés à vivre l’amour et gérer ses émotions qui ont tendance à prendre le pas sur le reste de sa vie. Elle laisse trop de place au ressentiment, à la haine, à la violence qu’elle refoule ou exprime par le biais de la colère. Pendant ce temps-là la place de l’amour de la vie, d’elle-même, des autres, de ce qu’elle fait diminue chaque jour. Elle cultive des sentiments négatifs et cela se voit à son teint, à l’éclat de ses yeux et de son regard. Elle se fait beaucoup de bile aussi et en souffre physiquement.

Mon cœur en a été affecté et je n’ai pas su l’aider autrement que de partir afin de pouvoir lui revenir dans un corps beaucoup plus jeune avec plein de force pour poursuivre mon travail. Dis-lui que je lui reviendrai aussi pour l’aider à prendre conscience qu’il est maintenant grand temps qu’elle fasse un grand travail sur elle. Ce n’est pas tout de reconnaître et d’accepter son mal être. Il faut aussi avoir la volonté de s’en sortir « Aide-toi et le ciel t’aidera ». Elle en comprendra le sens et je souhaite qu’elle se mette dès à présent, au lieu de manifester du négativisme et du mécontentement, à aller vers les autres au-devant des autres avec le sourire et l’intention de leur apporter une aide, un service, une pensée d’amour.

As-tu déjà été chez elle avant ?

Oui j’étais déjà son âme sœur mais dans une autre vie. Pas dans cette vie terrestre.

 width=Lorsque je suis arrivée sur le chemin, Monkey m’y attendait. Il m’a regardé d’un air triste avec des grands yeux empreints de souffrance et qui me disaient « aide-moi, aide-nous » Je lui ai dit que j’étais là pour ça, que c’était sa gardienne qui me demandait de communiquer avec lui.

Oui je sais, je sais qu’elle n’arrive pas à faire son deuil, je sais qu’elle est en grande souffrance, qu’elle se pose mille questions et se tourmente et se torture l’esprit, et moi ça m’empêche de partir. Je suis toujours là à ses côtés, dans son entourage, elle le ressent, je lui puise son énergie et tant que je serai là, il lui sera impossible de commencer son travail de deuil.

Elle a en effet des messages pour toi mais aussi quelques questions.

« Bonjour mon petit amour à sa maman, te souviens-tu de moi ? Ton départ a laissé un vide tellement immense dans ma vie et dans mon cœur, le sais-tu ? Sais-tu as quel point je t’aime Namourchka ? Je ne fais que penser à toi, nuit et jour. D’ailleurs, est-ce toi que j’aperçois dans mes rêves ? Es-tu toujours près de moi ? Nous retrouverons-nous ? Si oui, comment saurais-je que c’est bien toi ? J’aurai l’impression de te trahir si je reprends un autre bébé. Qui est avec toi de l’autre côté ? J’ose espérer que tu n’es pas seul et perd comme moi ici. As-tu été heureux avec moi ? L’es-tu maintenant ? Raconte-moi comment c’est « de l’autre côté » mon bébé. J’ose espérer aussi que tu ne m’en veux pas, que tu ne penses pas que je t’ai abandonné. Je m’en veux suffisamment pour deux. Je m’en veux tellement mon amour, je ne cesserai de m’en vouloir toute ma vie. J’ai perdu la moitié de mon âme, mon fils, mon bébé. Aussi, je voulais savoir si tu as pris la maladie à ma place ? Je sais que ça arrive parfois. Si c’est le cas tu n’aurais pas dû, tu méritais plus de vivre que moi. J’ai passé les 5 plus beaux mois de ma vie grâce à toi. Tu as été mon étoile filante, tu as illuminé mon ciel pendant 5mois pour me laisser ensuite dans le noir complet. As-tu un message pour moi ? Merci pour ces mois d’amour inconditionnel, merci d’avoir été toi, merci pour tout mon amour. Tu ne cesseras jamais de me manquer je t’aime pour toujours et à jamais Namour. J’espère de tout mon cœur qu’on se retrouvera

Ps: tu manques beaucoup à Tom aussi ! » 

Comment pourrais-je l’oublier ? C’était ma maman, ma maman de cœur, au sens propre et figuré. J’étais son petit garçon, celui qui lui manque et on m’a envoyé vers elle afin de lui faire comprendre qu’elle doit faire un travail sur elle afin de se reconnecter à son petit enfant intérieur. Son petit enfant intérieur qui a tant souffert et qui souffre encore plus depuis mon départ. Elle dit qu’elle a perdu la moitié de son âme et c’est très juste, c’est justement à cette moitié qu’elle doit pardonner de tout le mal qu’elle lui fait endurer et de comprendre que c’est le moment de faire ce travail pour se délester de toute chose qui entrave son évolution. Moi aussi je l’aime et je sais qu’elle ne m’a pas abandonné, qu’elle ne culpabilise pas. Qu’elle ne culpabilise pas non plus, ma maladie n’a rien à voir avec elle. Ma mission consiste à l’aider à se reconnecter à son petit enfant intérieur et on m’a rappelé là-haut quelques semaines afin de me faire changer de plan et de lui revenir, guidé par d’autres énergies, par d’autres forces. Je sais que c’est très difficile pour elle, mais tant que je serai là je ne pourrai pas lui revenir. Et j’aspire à rejoindre très vite le jardin des animaux.

Dis-lui qu’ici ce n’est plus ma place. Je ne souffre pas, je me sens très léger, flotter et je ne suis pas malheureux. Je ne suis pas heureux non plus. Tant que je ne suis pas parti, je ne peux pas lui revenir et continuer ma mission. Dis-lui que son étoile filante, elle la retrouvera dès que je serai au jardin des animaux, et qu’elle n’en doute pas, je n’y resterai pas longtemps, je lui reviendrai très vite et elle saura que c’est moi, le doute ne sera pas possible. Qu’elle me fasse confiance, ce ne sera pas long.

Je me charge de lui transmettre tes messages, Monkey. Es-tu prêt maintenant à rejoindre le paradis des animaux ?

Oui je le suis, je sais que notre échange et mon départ dans la lumière vont la libérer et aider son cœur et son âme à retrouver paix et harmonie.

J’ai commencé à avancer sur le chemin, il s’est levé, s’est approché de moi et s’est frotté à ma jambe droite. Je lui ai caressé la nuque et le dessus de la tête. Je lui ai dit de ne pas avoir peur, que lorsque la porte s’ouvrirait ou lorsque l’escalier de l’arc en ciel arrivera, il devra continuer tout seul.

Je n’ai pas peur, je sais que je ne serai pas seul à faire le passage. On m’attend et je n’ai aucune crainte.

Lorsque je me suis arrêtée, il m’a dit :

Merci, dis-lui merci de m’avoir aidé à partir et qu’elle n’oublie pas, je serai très vite prêt pour lui revenir. C’est elle qui décidera lorsqu’elle le sera aussi.

Puis la porte s’est ouverte sur un immense rayon de l’arc en ciel et Monkey a disparu dans cette magnifique lumière. Au revoir Monkey.

 width=J’ai rencontré Réglisse dans un champ avec des milliers de fleurs jaunes, des pissenlits, elle était assise sur son arrière-train et je me suis présentée à elle. Je lui ai expliqué que sa gardienne souhaitait lui dire qu’elle lui manquait et qu’elle l’aime très fort.

Oui je sais que je lui manque, qu’elle se languit de moi et qu’elle avait besoin de me contacter pour faire son deuil. Dis-lui que moi aussi je l’aime, qu’elle me manque aussi mais qu’ici je suis dans un endroit paradisiaque, que je n’ai plus aucune douleur et que j’en profite pour me reposer et me ressourcer.

Bien sûr que je peux les voir, leur envoyer de bonnes énergies et aussi leur donner des petits signes.

Lesquels ?

Les petits oiseaux que je leur envoie et bientôt les papillons. Ce sont des petits êtres que je leur envoie et qui sont dotés d’une grande spiritualité.

T’ont-ils bien soignée ? Auraient-ils pu te soigner et te guérir ? Est-ce que ce sont eux à force de te soigner qui t’ont tuée ? As-tu besoin de quelque chose ? Es-tu bien à Fort Jacquet ?

Que de questions, des questions avec des regrets et de la culpabilité. Heureusement que ça ne m’a pas empêchée de rejoindre le jardin des animaux. Dis-leur que j’étais sur mon chemin, j’avais tout de même presque 16 ans et ils n’ont rien fait de mal, je n’ai rien à leur pardonner. C’était le moment pour moi de partir, de tirer ma révérence même si c’est encore difficile pour elle, et là où je suis, j’ai été bien accueillie, des animaux et une femme m’ont aidée à faire le passage, et les animaux chiens et chats m’ont accompagnée jusqu’après le pont des fleurs. Ici je me sens très bien, je n’ai besoin de rien et peu importe où repose mon corps physique, mon âme est éternelle et se trouve au paradis des animaux. Dis-lui que je suis reliée à elle et le serai toujours.

Ma mission a été de l’aider à se détacher affectivement, de l’aider à vivre ses sentiments d’une manière un peu plus fluide et de ne pas souffrir de dépendance affective. Elle a souffert d’un manque d’affection dans sa petite enfance et son enfant intérieur en souffre encore aujourd’hui.

J’ai réussi ma tâche en ce sens qu’elle vit mieux ses relations, mais je me chargerai d’une autre mission lorsque je la retrouverai, car je ne suis ici que pour un laps de temps. Après je pourrai lui revenir pour cette fois l’aider à se connecter à son petit enfant intérieur et faire un travail lui permettant de supprimer toutes les mémoires relatives à des souffrances affectives et se reconnecter à sa source, à son soi profond. C’est une étape de sa vie ultra importante et elle ne peut y échapper. Elle est obligée de passer par là afin d’évoluer sur son chemin spirituel. Elle comprendra mes dires même si elle ne s’attendait pas à un tel message.

Dis-lui qu’elle doit se mettre à ma recherche dans quelque temps et je serai fidèle au rendez-vous pour l’accompagner sur son chemin de vie.


 width=A mon arrivée sur le chemin, Fidji était couché de tout son long sur le flanc droit et m’a regardée avec des yeux plein d’espoir. Ses yeux exprimaient une demande et avant que je ne lui explique la raison de cette connexion, elle m’a dit :

Je suis heureuse que tu sois là, je savais qu’elle ferait appel à toi. Mon départ la laisse dans une telle tristesse, elle se morfond dans les questions, dans les regrets et même si au fond d’elle elle sait qu’elle a pris la bonne décision, elle a parfois du mal à assumer sa décision et se demande si elle a fait le bon choix. Dis-lui que je l’aime et que j’étais sur mon chemin depuis l’été dernier.  Oui je préparais mon départ, j’ai besoin de me reposer et de me ressourcer. Ces deux dernières années ont été très difficiles pour elle et pour moi. Nous avons toutes les deux vécu l’abandon et avons été énormément traumatisées. Cela nous a rapprochées, le départ de Diabolo aussi, mais j’ai maintenant besoin de rejoindre le jardin des animaux pour me refaire une petite santé avant de lui revenir et de continuer ma mission auprès d’elle. Je ne souffre plus, je me sens légère, mon corps est au repos mais ici ce n’est plus ma place. Tant que je serai dans leur entourage, elles ne pourront faire leur deuil et Hatena à qui je pompe son énergie, est énormément perturbée et risque de tomber malade. Ils se sont bien occupé de moi à l’hôpital de Lille, qu’elle ne s’inquiète pas, mais accepte l’idée qu’elle a pris la bonne décision en m’aidant à partir. L’opération lui aurait coûté de l’argent, mais n’aurait rien changé à la situation. Les séances d’ostéopathie  me faisaient beaucoup de bien, mais ne suffisaient pas à me soulager.

Ce qui cause beaucoup problème à ta gardienne, c’est qu’elle n’a pas remarqué ta maladie et tes hernies cervicales avant. Ça a été si soudain et tu laisses « jolie princesse » un grand vide. Ne plus te voir, te caresser, te câliner, te faire des bisous, lui manquent terriblement et la rapidité de ton départ a été trop brutale.

Je sais qu’elle n’a pas eu le temps de se préparer et j’en suis désolée, mais je ne voulais pas lui créer de soucis et ne voulais pas qu’elle le remarque. Qu’elle ne culpabilise pas, cela n’aurait rien changé, si ce n’est des dépenses qu’elle ne pouvait assumer. Nous avons toujours été très fusionnelles, et elle m’a promis de me retrouver avant mon départ. Moi je n’aspire qu’à me ressourcer quelques semaines et de lui revenir en bonne santé afin de l’aider à avancer sur son chemin. C’est une gardienne d’amour exceptionnelle, et elle a besoin qu’on l’aide à avancer dans cette vie avec assurance et confiance. Elle a besoin d’amour et a besoin de retrouver confiance en elle. Qui mieux que moi peut l’aider à faire ce travail ! Dis-lui que je l’entends quand elle me parle et que c’est naturel qu’elle ressente ma présence. Mais pour pouvoir faire son deuil, elle doit maintenant accepter mon départ. Cela me libèrera et elle et Hatena aussi.

Je me charge de lui transmettre tes messages Fidji, sache qu’elle t’aime à l’infini. Ne plus t’avoir près d’elle est un déchirement. Elle te fait plein de câlins et de bisous. Ta maman qui t’aime.

Merci maman, moi aussi je t’aime et il me tarde maintenant de faire ma transition pour pouvoir t’envoyer de la lumière et de bonnes énergies en attendant mon retour.

Si tu es prête Fidji, je vais maintenant t’accompagner quelques pas sur le chemin, n’aie pas peur lorsque tu feras le passage, tout se passera bien pour toi.

Oui je sais, je n’ai aucune crainte, je sais que de l’autre côté de la porte mes 2 anciens copains m’attendent et qu’ils me guideront jusqu’au jardin des fleurs.

Elle s’est mise debout, très décidée et s’est mise à avancer à mes côtés. Lorsque je me suis arrêtée, elle m’a dit :

Je sens de plus en plus l’énergie d’Ekeul et de Diabolo et je suis pressée et heureuse de les retrouver. Dis-lui merci et merci à toi.

Puis d’un bond, elle a pris son envol dans cette magnifique et éblouissante lumière.

Paix à ton âme Fidji !

Communication du 15/02/2017

« Coucou ma jolie princesse, je viens vers toi pour avoir des nouvelles, car je m’inquiète tu sais. Tu me manques tant. »

Oui je sais que je te manque et je me dépêche pour me ressourcer et te revenir très vite. Moi aussi tu me manques mais ne t’inquiète pas, ici je suis bien. C’est un endroit magnifique et il y a Diabolo. Je ne suis pas seule. Ne te torture pas l’esprit, tu as fait le bon choix, je ne pouvais pas continuer de vivre avec ces douleurs et l’opération n’aurait que fait reculer le problème.

Ce n’était pas mon choix, moi j’ai préféré que tu m’aides à partir, même si je sais que cette décision t’as arraché le cœur. Si j’ai bougé un peu les pattes, ce n’était pas pour que tu envisages l’opération, c’était juste pour me permettre de me rapprocher de toi et te lécher la main pour te dire au revoir. Au revoir et merci pour ces belles années passées ensemble. C’est ce qui m’a donné la force de bouger mes pattes, mais l’opération n’aurait pas réussie et tu dépensais ton argent pour rien.

Ici je peux me ressourcer et te revenir dès le milieu du printemps en pleine forme. Ce sera quand même mieux de pouvoir faire de grandes balades ensemble sans douleurs et sans handicap, et ne te fais pas de bile, tu ne passeras pas à côté de moi, il n’y a aucun risque, fais-moi confiance.

Reposes-toi bien ma jolie princesse et reviens moi en pleine forme. Je t’attendrai. Je t’aime à l’infini. Ta maman.

Moi aussi je t’aime beaucoup.

 width=J’ai rencontré Lola de l’autre côté du pont des fleurs, assise dans une belle prairie très verte, un vert fluo avec des fleurs rouges, jaunes de toutes les couleurs. Lorsque je me suis présentée à elle, elle m’a dit :

Tu peux lui dire que j’ai pratiquement terminé ma transition, il me reste juste à pousser la porte du jardin des animaux qui se trouve à côté de moi et je pourrai commencer à me reposer et me ressourcer. Dis-lui que tu m’as rencontrée dans cette magnifique prairie où je me plais beaucoup et que je vais bien. Je me sens le corps d’une jeune chienne et c’est fort agréable de ne plus souffrir de tous les bobos des vieux. Je me sens très légère et j’ai envie de profiter de l’endroit pour courir dans les herbes et me faire plaisir en admirant ces jolies fleurs et ces jolies couleurs.

Ta gardienne aimerait savoir si tu as été heureuse avec elle ? As-tu senti l’immensité de son amour pendant votre vie commune et le sens-tu encore à ce jour ?

Oui j’ai été très heureuse à ses côtés, nous avons partagé des années de pur bonheur et je sais combien elle m’aime et moi aussi. Dis-lui que je sens son amour tous les jours et c’est ce qui m’a permis, malgré sa souffrance, de faire la transition à mon rythme et m’aider à franchir le pont des fleurs. Je lui en suis très reconnaissante car ici tout est amour, et lorsque j’aurai poussé la porte du paradis des animaux ce sera encore amplifié, tellement tout est harmonieux ici.

T’es-tu sentie parfois trop seule ? A-t-elle été assez présente pour toi ?

Je me suis parfois sentie seule, c’est normal, nous les chiens aimons bien vous accompagner partout où vous allez, mais je savais bien que ce n’était pas possible pour elle, qu’elle avait aussi sa vie, son travail et ses occupations. Et même si je me languissais de