A mon arrivée sur le chemin, MAITIKA était assise et me regardait avec beaucoup d’espoir dans les yeux.

Depuis quelques mois que je suis partie, je suis toujours encore dans son entourage, cela l’empêche de faire son deuil et perturbe beaucoup mes compagnons. Je m’accroche à ma sœur, je lui pompe son énergie, elle est triste, c’est perturbant et très inconfortable pour Havane qui lui fait peur et l’agresse continuellement.

J’ai besoin d’aide, ma maman est encore en grande souffrance, elle n’a pas pu se préparer à mon départ et n’a toujours pas fait son deuil.

C’est la raison de ma présence MAITIKA et je dois te transmettre un petit message de sa part :

Vas ma MAITIKA krouchette, passe de l’autre côté de l’arc en ciel. Je t’aime.

Merci, dis-lui merci pour son message, moi aussi je l’aime et si tu m’aides maintenant à passer le pont des fleurs, je pourrai me reposer et me ressourcer pour lui revenir. Dis-lui que j’aimerais tant lui revenir, elle est ma maman et je suis sa fille et ma place est auprès d’elle et non entre deux.

Je me charge de lui transmettre ton message, et je vais maintenant t’accompagner un petit bout de chemin jusqu’au pont des fleurs. Nous nous sommes avancées sur ce chemin très lumineux qui s’est ouvert à nous. Il y avait des petites fleurs, des pâquerettes et des violettes et ça sentait très bon.

Arrivées au pont des fleurs, je me suis arrêtée et elle m’a dit :

Merci, me voilà enfin arrivée, que le pont à traverser et je suis vraiment pressée de rejoindre l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir MAITIKA, repose et ressource toi !

Ma rencontre avec Furie a eu lieu dans un parc, elle était debout et regardait le soleil se lever. Je me suis approchée d’elle et lui ai expliqué que j’avais un message et des questions à lui transmettre de la part de sa gardienne :

Ma Furie,

Voilà bientôt 2 ans que nous avons été tragiquement séparées, tu me manques énormément et j’ai toujours du mal à accepter cette mort car au fond de moi je ne veux pas accepter. Malgré tes 27 ans, tu étais en bonne santé et encore la veille, rien ne laissait présager ce qui allait se passer le lendemain matin (Furie a été trouvée couchée au sol, en terrible souffrance, le vétérinaire a pratiqué une échographie qui a montré une hémorragie interne et Furie a dû être euthanasiée).

Je regrette tellement de ne pas t’avoir accompagnée ce jour-là mais j’étais à l’hôpital pour accoucher de ma fille. Une vie s’en va et une autre arrive, quelle coïncidence…

Je ressens souvent ta présence, notamment par l’intermédiaire du zèbre de ma fille que tu mets en route, par les rêves ou tu es présente souvent. Est tu en paix ? Ou est-ce moi qui ne le suis pas finalement.

Je voudrais savoir si tu as un message à me dire à moi et ma maman qui t’aimais tant.

Es-tu toujours avec ta chère amie Hozane ?

Es-tu avec d’autres âmes de la famille ?

J’ai repris l’équitation il y’ a 1 mois car le contact avec les chevaux me manquait, mais ce n’est plus pareil, il n’y a plus cette relation profonde que j’avais avec toi et Hozane.

Je veux te dire que tu feras toujours partie de moi, tu as changé ma vie d’adolescente de 15 ans lorsque je t’ai eue et gardée jusqu’à la fin pendant ces 18 années merveilleuses. J’aurais tellement voulu que tu rencontres ma fille.

Reviendras-tu un jour auprès de moi de manière physique ?

Sois en paix mon âme sœur, je t’aime profondément et à jamais.

Elle m’a regardée d’un regard profond empreint d’espoir et m’a dit :

Depuis si longtemps que j’attends que quelque chose se passe, depuis si longtemps que j’attends que quelqu’un vienne me libérer et m’aide à passer le pont des fleurs ! Et aujourd’hui enfin tu es là et je reprends espoir.

Que je suis heureuse de sa demande auprès de toi, que je suis contente de pouvoir enfin lui donner un message qui l’aidera à accepter mon départ et me permettra de rejoindre le paradis des animaux pour me reposer et me ressourcer, et l’aider elle à enfin faire son deuil.

Mon départ a été rapide et si tragique pour toi, on n’a pas pu m’aider et seule l’euthanasie a pu me délivrer de ces abominables souffrances. Je sais où tu as été ce jour-là, je sais que tu as donné la vie à ta fille presque en même temps que je la perdais. Je sais que tu ne pouvais être à mes côtés et si j’ai choisi de partir à ce moment-là, c’était pour te ménager et t’aider à un moment important, la naissance de ton bébé, de l’accepter et le vivre un peu moins difficilement.

Je sais que ce fut très cruel pour toi, mais moi, malgré les apparences, j’étais sur mon chemin et je préparais mon départ depuis quelque temps. Même si je te semblais en bonne santé, je commençais à ressentir les bobos liés à mon âge et je devenais de plus en plus fragile. C’aurait été pour toi impossible de gérer ta vie de maman, de t’occuper du bébé sereinement et en toute quiétude et me soigner et me consacrer beaucoup de ton temps.

Accepte mon départ comme un cadeau de ma part, comme le cadeau que la vie t’a fait avec l’arrivée de la petite. Il y a des croisements, des circonstances dans la vie qui peuvent vous sembler tristes et douloureux et à la fois heureux et plein d’espoir.

Tu ressens toujours ma présence et tu as compris qu’il est temps maintenant de me laisser, afin que toi aussi tu retrouves la paix et l’harmonie dans ton cœur. Il est important que tu puisses enfin faire ton deuil et reprendre espoir, que nos chemins se soient séparés le temps de laisser la place à la petite et de me permettre à moi de faire un passage au jardin des animaux et de vous retrouver jeune, en bonne santé et pourquoi pas sous une autre forme, c’est toi qui décidera.

J’étais là pour t’aider à grandir, pour construire ta vie affective et t’accompagner avec beaucoup d’amour inconditionnel sur ton chemin. Je te reviendrai avec la même mission.

Dis à mon autre gardienne (maman) qu’elle aussi je l’ai beaucoup aimée et que ma présence l’aura aidée à faire le deuil, tout comme à toi (père de la mère). Je sais que tout comme Hozane, ils sont tous là de l’autre côté pour m’accueillir et m’accompagner un petit bout de chemin. Ils sont vos guides et ils veillent sur vous. Ils vous protègent et de là-haut je pourrai aussi veiller et vous protéger. Tant que je reste dans votre entourage je ne fais que puiser votre énergie. Moi je suis entre deux et toi aussi, partagée entre l’amour de la famille, de la petite et la douleur et le manque de mon absence.

C’est une très bonne initiative d’avoir repris l’équitation, mais pour pouvoir retrouver une coopération, une complicité entre toi et le cheval, tu dois d’abord faire ton deuil. Nos âmes sont sœurs et elles sont reliées, nous nous retrouverons sois en persuadée et j’aurai enfin le plaisir de connaître physiquement la petite fille.

Je me charge Furie de transmettre tes messages, es-tu maintenant prête à passer le pont des fleurs ?

Il est grand temps, ne crois-tu pas ? Elles ont maintenant toutes les deux besoin de moi, de mon énergie pour continuer leur route et de là-haut j’y veillerai en attendant mon retour.

Puis nous nous sommes avancées sur un chemin de lumière très lumineux qui s’est ouvert à nous, et lorsque nous sommes arrivées devant le pont des fleurs, elle m’a dit :

Merci, merci à toi, à elle, ils sont tous là et m’attendent de l’autre côté. Je suis heureuse de les retrouver et je suis surtout heureuse et soulagée de savoir que tu trouveras enfin la paix dans ton cœur et ton « esprit.

Puis elle a traversé le pont et s’est noyée dans la lumière de l’arc en ciel.

SONY DSC

La rencontre avec SHARON a eu lieu dans un pré, elle était debout et semblait m’attendre. A mon approche elle est venue vers moi et m’a dit :

Je t’attendais, je savais qu’elle allait faire appel à toi, j’étais à ses côtés (son âme) lorsqu’elle t’a sollicitée et je suis très contente que tu viennes m’aider à faire le passage. Ici ce n’est plus ma place, et tant que je reste, elle ne peut faire son deuil et moi je ne peux me reposer et me ressourcer.

C’est la raison de ma présence SHARON, ta gardienne m’a chargée de te transmettre des messages et des questions, et après notre échange, je t’accompagnerai jusqu’au pont des fleurs.

Message :
Ma Princesse, Je t’aime tellement !
Ce départ m’attriste et ma tellement bouleversée,  je suis perdue sans toi.
Je suis désolée de cette fin tragique et brutale, j’espère que tu n’as pas trop souffert.

Sache que tu as été mon rêve, tu as changé ma vie au moment où tu y es rentré.
Tu m’a tant offert au cours de notre vie ensemble.
Ta fille, l’un des plus beaux cadeaux que tu aies pu m’offrir et que j’aurais pu rêver d’avoir.
Je suis tellement fier de ce qu’elle est devenue grâce à toi.
Merci d’avoir été si spéciale, merci d’avoir ensoleillé ma vie !

J’espère de tout mon cœur que tu me reviennes dans un nouveau corps, que nous puissions poursuivre notre chemin ensemble. Tu as encore tant à m’apprendre.

Questions :

-Sais-tu que j’étais à tes cotés jusqu’à ton dernier souffle, as-tu senti mes caresses ?
Tu étais entourée de toutes les personnes qui t’aimaient…
-Pourquoi es-tu partie comme ça ? Que s’est t’il passé ? Étais-ce ton heure ?
-Ta mort était-elle accidentelle ou était-elle prévue ?
-Ta fille et tes copines sont fortes, mais elles sont déboussolées par ton départ,  peux tu leur dire ou tu vas et que tu vas bien?
-Quelle était ta mission ?
-Es-tu déjà venue auprès de moi dans une autre vie ?
-Vas-tu me revenir ?
As-tu été heureuse avec moi ? Ai-je été à la hauteur ? As-tu des choses à me dire, me transmettre ?

Au revoir Sharon, bonne route et repose toi bien. Paix a ton âme !
Je t’aime et je t’aimerai pour toujours

Dis-lui merci pour son beau et douloureux message d’amour. Pour moi aussi elle est exceptionnelle, elle est une gardienne remplie d’amour et de compassion et ma mission consistait à lui ouvrir la route vers l’amour inconditionnel. J’ai bien rempli mon rôle, mais ce n’est pas la raison de mon départ, car j’étais déjà à ses côtés dans une autre vie (chien noir et blanc) pour le même travail et je lui reviendrai encore, après m’être reposée et ressourcée, pour la même mission.

Car oui j’ai encore beaucoup de choses à lui apprendre et notamment de l’aider à voir, de voir et comprendre, mais elle comprendra le sens de ce que je veux lui dire. Dis-lui que je suis très triste aujourd’hui de cette grande souffrance que mon départ brutal lui inflige, et que je sais qu’elle est restée jusqu’à mon dernier souffle. Oui j’ai senti ses caresses et son grand désespoir, mais c’était trop tard pour moi, on ne pouvait plus rien pour m’aider.

C’était très violent pour moi aussi et je n’ai pas pu préparer mon départ, non il n’était pas prévu, c’était un accident, je n’ai pas eu de chance et maintenant mon âme aspire à retrouver le jardin des animaux. J’ai ressenti une vive douleur au postérieur arrière (rotule ?) qui m’a complètement déséquilibrée et je suis tombée sur ce piquet. Cette patte était fragilisée depuis quelque temps, les énergies n’étaient pas toujours harmonisées et pacifiées entre nous depuis son arrivée (cheval), mais cela n’a rien à voir avec mon accident, ce n’est pas de sa faute, c’est ma patte qui a cédé et j’ai glissé et chuté de tout mon poids contre cette clôture.

Je sais que cela les perturbe (fille et compagnons) et que je m’accroche à eux et leur pompe leur énergie. De me voir comme ça a été très traumatisant, et même s’ils peuvent maintenant voir que je vais bien et ne souffre plus, ils savent qu’ici ce n’est plus ma place et que je dois partir au jardin des animaux. Ce n’est pas la peine de leur expliquer, ils sont au courant de ce qui se passe puisqu’ils peuvent voir ce que toi tu ne peux pas voir et savent aussi que je mérite de monter pour me ressourcer et te permettre de faire ton deuil.

Moi aussi je t’aime et tu es ma gardienne, ma maman d’amour. Nous sommes des âmes sœurs et destinées à nous retrouver plus d’une fois dans nos vies terrestres. Tu l’as bien compris, notre entente était fusionnelle, une réelle complicité nous liait et nous ne faisions qu’un. J’ai eu une vie remplie d’amour avec toi et je t’ai aidée à grandir. La route est encore longue et tu as besoin de mon énergie pour la continuer.

Accepte de voir ce qui te pose problème et de prendre les décisions qui s’imposent même si une séparation te parait triste et douloureuse.

Moi je te remercie pour tout ce bonheur que tu m’as donné, et surtout de m’aider aujourd’hui, de me libérer et pouvoir faire mon passage. De là-haut je pourrai t’envoyer des signes et je viendrai te faire des petits coucous. Ne sois pas triste, ni malheureuse et lorsque tu te sentiras prête nous pourrons nous retrouver. Ma place est à tes côtés et en attendant je charge ma petite et mes compagnons de t’apporter beaucoup de joie pour te permettre de retrouver le soleil dans ton cœur. N’aie pas de regrets, ne regarde pas en arrière, fait confiance en la vie, en l’univers et regarde vers l’avant.

Je t’aime et nous continuerons notre route ensemble.

Puis elle s’est approchée de moi, et ensemble nous avons emprunté un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle a pris un grand élan et en 2 galops l’a traversé pour se noyer dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir SHARON, paix à ton âme !

La rencontre avec JUNIOR s’est faite au bord d’une route où l’asphalte était givré. Il était assis et ses yeux exprimaient une grande tristesse. Il avait l’air perdu, et lorsque je me suis approchée de lui, il a levé la tête vers moi et ses oreilles se sont dressées. Il avait l’air surpris de me voir et je lui ai expliqué la raison de ma présence.

Dieu soit loué, j’espérais avoir de l’aide, j’espérais qu’on vienne me libérer et qu’on m’aide à partir au jardin des animaux. Merci, merci d’être venue très vite, car ici ce n’est plus ma place et tant que je reste là, elle le sent, elle ressent ma présence mais elle ne peut pas faire son deuil et moi je ne peux pas monter me ressourcer.

Ta gardienne, Junior, est en souffrance et elle aussi a besoin de mon aide pour aller mieux. Elle me charge aujourd’hui de te transmettre un grand, un long, très long message.

Je sais j’étais à ses côtés lorsqu’elle te l’a écrit et je connais le contenu de ce message mais lis le moi, j’ai encore besoin de l’entendre et j’ai le temps. Depuis quelques jours que je suis parti, j’ai compris que la patience n’est pas toujours au rendez-vous dans vos vies terrestres et qu’elle devient une vraie vertu lorsqu’on l’a.

Je vais donc te lire ce message d’amour, où elle te dit qu’elle t’aime et qu’elle t’aimera toujours, que où que tu sois elle ne t’oubliera jamais, qu’elle peut comprendre si tu n’as pas envie de revenir chez elle mais qu’elle a besoin que tu le lui dises et pourquoi. Qu’elle regrette beaucoup de choses et surtout de ne pas être sorti avec toi le soir où tu  t’es fait heurter par cette voiture.

Puis je lui ai lu le message et en l’observant je pouvais tantôt voir beaucoup de chagrin dans ses yeux, aussi quelques larmes tomber sur son museau, et parfois son regard changeait et je pouvais y lire de la tendresse, beaucoup d’amour. A la fin de la lecture, il m’a dit :

Tu comprends maintenant la grande douleur, la grande souffrance dans laquelle elle se trouve ? Entre son chagrin qui ne me laisse pas partir parce que je sens qu’elle a besoin de ressentir ma présence, et mon départ rapide et brutal je suis là entre deux et j’ai besoin de ton aide.

Mon départ n’était pas prévu, je n’ai pas eu de chance ce soir-là, j’avais très envie et besoin de sortir. Et j’ai bien compris qu’elle ne pouvait pas m’accompagner à cause de la petite, et je suis sorti me promener avec l’intention de revenir très vite.

Ce n’est pas à cause de Momo que je ne suis pas rentré, non, c’est à cause de cette voiture qui m’a percuté très violemment. Le choc m’a aussitôt fait sortir de mon corps et je savais que c’était fini pour moi, que je n’arriverais plus à réintégrer mon corps physique. Je me suis vu et je savais, j’ai compris que j’étais passé de l’autre côté du voile. J’étais triste, triste pour toi, pour Maelya, je savais que ce serai terrible pour toi et que tu allais en souffrir terriblement.

Oui, cet accident ne m’a pas laissé de chance, en l’espace de quelques secondes tout a basculé et je me suis retrouvé couché sur cette route glacée. Et lorsque tu m’as vu, lorsque tu m’as trouvé, j’ai bien eu peur que ton cœur allait s’arrêter de battre aussi. J’ai ressenti ton sang se figer et j’ai eu très peur pour toi.

Je sais que je te manque et tu ma manques aussi. Maelya aussi me manque, mon bébé que je veillais et protégeais. Mais je suis toujours là pour vous. J’étais ton bébé, ton premier enfant, mais aussi ton grand frère et ton compagnon. J’étais un chien, de petite taille mais j’avais un rôle important et une grande mission auprès de toi. Celle-ci n’est pas terminée et je dois bien entendu te revenir pour continuer mon travail auprès de toi et de vous.

J’ai toujours eu une belle vie avec toi, même si parfois les moyens te manquaient pour pouvoir t’occuper mieux de moi. J’ai vécu une vie heureuse et bien remplie, surtout depuis l’arrivée de la petite. Ne culpabilise pas pour tout ce qui n’est plus ou n’a pas été, pense à nos bons moments passées ensemble, à notre complicité, notre relation si fusionnelle et nos tendre câlins partagés. Ne te torture pas l’esprit et fait confiance en la vie et en l’univers.

Je dois encore t’aider à mûrir, à grandir et je dois être un peu le petit chef de la famille et veiller et vous protéger toi et ma petite sœur. Pour cela seul un aller/retour au paradis des animaux me permettra de me ressourcer et de vous revenir. Nos âmes sont reliées et nous nous retrouverons très vite, n’aie pas d’inquiétude.

Si je peux enfin rejoindre le jardin des animaux, mon retour se fera très vite et j’ai très envie de te revenir. Comment pourrais-tu en douter ? Notre amour est au-dessus de tout et la seule leçon de ce triste drame que tu dois retenir, c’est de faire attention d’être un peu plus reliée à la terre, dans le ici et maintenant, afin de faire toujours très attention à ceux que tu aimes. Prends soin de toi et du bébé et rassure toi, de là-haut je vous envoie de bonnes énergies et je prépare mon retour avec beaucoup de patience (petit clin d’œil, Junior est un petit chien avec beaucoup d’humour).

Je transmettrai tes messages et réponses.

Merci pour ce que tu fais pour nous, je les aime tant et elles ont besoin de moi, de ma présence physique pour se faire des mamours.

Puis il s’est levé, il est venu à mes côtés et nous nous sommes avancés sur un chemin de lumière qui s’est ouvert à nous. Il y brillait mille étoiles et avant de passer le pont des fleurs, est apparu un énorme cœur rouge dans le ciel.

Ce sont nos cœurs réunis, je l’aime ma maman d’amour, je les aime toutes les deux.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Junior paix à ton âme !

La rencontre avec THEO s’est faite sur un chemin très lumineux. Il était entouré d’Etres de lumière et à mon approche il s’est détaché du groupe pour venir vers moi, et avant même que je ne me présente et lui explique les raisons de ma présence, il m’a dit :

C’est ma maman qui t’envoie, je le sais, elle a besoin d’avoir de mes nouvelles, de savoir ce que je suis devenu et surtout, surtout que je lui dise que je lui reviendrai. Je la connais mieux que quiconque, je sais à chaque instant ce qu’elle pense, ce qu’elle ressent, nous sommes très proches, nous sommes des âmes sœurs et notre complicité, notre fusion est tellement profonde qu’elle est moi et je suis elle.

Dis-lui que je suis resté longtemps, très longtemps dans son entourage et j’ai eu beaucoup de mal à la laisser. Mon départ l’a plongé dans un grand désarroi et une grande douleur. Même si elle avait compris que c’était le moment pour moi de tirer ma révérence, entre le comprendre et l’accepter, le vivre est une grande souffrance. J’ai beaucoup puisé dans son énergie pour pouvoir rester à ses côtés, et c’était plus que nécessaire que je puisse me libérer pour qu’elle arrête de se torturer et commence son deuil.

Depuis quelques jours, elle va un peu mieux, elle se fait une raison et j’ai enfin démarré ma transition. J’attendais ta venue, je savais qu’elle trouverait le moyen de me contacter. Tous les Etres de lumière qui m’entourent sont là, guidés et envoyés par une femme (mère ?) pour m’aider à faire le passage afin qu’elle retrouve la paix, la joie et l’harmonie dans son cœur et son esprit.

C’est très juste THEO, elle a besoin d’avoir de tes nouvelles et me charge de te poser quelques questions :

a-t-il retrouvé Georges et Cachou (petite minette)

est-il heureux

Ta petite « copine » Leonie (shih tzu) se rapproche beaucoup de moi, elle t’imite beaucoup (se couche comme toi, arrive du jardin en courant si j’actionne les volets……) je pense que c’est peut être Lilou qui est revenue et c’est peut-être pour ça que vous étiez si proche, si complice

Veux-tu revenir avec nous?

Si oui en pékinois? Garçon ou fille

Comment te retrouver et surtout quand?

est-ce que nos petits nous suivent dans chacune de nos vies?

Dis-lui que je suis sur le point de passer le pont des fleurs. C’est nécessaire pour me reposer et me ressourcer, sans cela mon retour auprès d’elle ne serait pas possible. Dis-lui que je me sens bien, léger et ne ressens plus aucune douleur. Je suis heureux de toutes ces années de bonheur que j’ai connues avec elle. Des années merveilleuses remplies d’amour, de respect et de tendresse. J’étais son bébé, son petit garçon, son petit bout et j’étais si fier lorsqu’elle m’appelait son petit bout et elle m’a entouré et enveloppé dans un cocon de soie, tellement je lui étais précieux.

C’est tout cet amour qui me rend encore si heureux et qui nous manque à tous les deux.

J’étais chargé de veiller sur elle et de lui apporter cet amour inconditionnel et cette béatitude qui règnent en elle. Et bien entendu mon âme aspire à leur revenir après un petit passage au jardin des animaux.

Je n’ai pas peur de traverser le pont, je suis déjà bien accompagné et de l’autre côté on m’attend. Oui ils sont là tous les deux (Georges et Cachou) je ne serai pas seul, rassure-toi. Quant à moi je suis rassuré aussi, puisque mon amie Léonie ou Lilou si tu préfères vient te réconforter. C’est moi qui te l’envoie pour t’aider dans ce passage difficile et elle est ravie de pouvoir t’apporter un peu de réconfort et surtout te montrer par ses attitudes que ce sont des signes que je t’envoie.

Nos âmes sont reliées et le resteront toujours, et je te reviendrai sous la même forme, en petit mec bien sûr.

Comment me retrouver ? Je me mettrai sur ton chemin lorsque tu te mettras à ma recherche. Ne doutes pas, fais-toi confiance et quand ? Le plus vite possible. Là-haut l’espace-temps n’est pas le même qu’ici-bas et le printemps arrivant, apportera une renaissance pour toi et pour moi.

Nous les animaux ne restons que peu de temps auprès de vous, ce qui nous donne aussi la chance de pouvoir vous revenir plusieurs fois dans votre vie, et nous étions déjà ensemble (chien).

Je t’aime et dès que je serai au paradis des animaux, je prépare mon retour car tu as besoin de moi, de mon énergie pour te sentir vibrer, pour te sentir pleine à l’intérieur de toi. C’est ma présence qui remplira à nouveau ce vide immense que tu ressens.

Merci à toi ma maman d’amour, merci d’être là et d’espérer et attendre mon retour. Ce ne sera pas très long.

Puis il est retourné auprès des Etres de Lumière, ils se sont dirigés tous ensemble vers le pont des fleurs, l’ont traversé très joyeusement et se sont noyés dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir THEO, repose et ressource toi !

La rencontre avec RUBY s’est faite sur un chemin gris et austère. Lorsque je me suis approchée, elle a levé les yeux vers moi et son regard exprimait une grande tristesse. Je lui ai expliqué que ses gardiennes me demandaient de lui transmettre un message et de lui poser quelques questions :

Nous aimerions savoir si ruby n’a pas souffert ? Es ce qu’elle nous en veut de ne pas avoir été chez le vétérinaire une deuxième fois ?
Es ce qu’elle sait qu’elle nous manque terriblement et que c’est dur pour nous ?
Kyara est perdu sans elle (2 ème chat)
Pourquoi elle ne nous a rien montré, si elle souffrait ?
Est ce qu’elle m’en a voulu d’attendre un bébé vu qu’elle s’est un peu éloignée ?
Es ce qu’elle nous en voudra de prendre un deuxième chat?
A telle vu que nous sommes allée la voir ?
Elle est partie trop vite. On l’aimais beaucoup.. La maison est vide

Je suis très contente que tu sois là, mon départ si rapide ne m’a pas laissé le temps de m’y préparer et pour elles c’est la catastrophe. Elles n’étaient pas prêtes du tout et comment pouvaient-elles l’être ?

J’avais mal, je ressentais de violentes douleurs mais je me réfugiais dans l’astral pour les supporter et elles ne pouvaient diagnostiquer la gravité de mon état. La culpabilité et la souffrance sont d’autant plus grandes pour elles et j’en suis désolée. Je suis triste de les faire autant souffrir et surtout ma maman qui a perdu son bébé, sa petite fille.

Aujourd’hui j’ai besoin d’aide, j’ai besoin que tu m’aides à faire le passage pour leur permettre de faire leur deuil et retrouver un peu de paix et de sérénité dans leur cœur. Et moi j’ai besoin de rejoindre le jardin des animaux pour me ressourcer. Ici ce n’est plus ma place et tant que je reste là, je leur puise leur énergie. Cela perturbe énormément KYARA, elle sait que je ne suis pas bien et que ma place n’est pas entre deux, que mon âme doit s’élever et monter au paradis des animaux.

Je sais que je leur manque, que la maison sans ma présence physique est vide, et que je dois partir pour qu’elles retrouvent l’harmonie dont elles ont besoin pour continuer à avancer. Ma gardienne (maman) a besoin de mon énergie, j’étais un chat timbre-poste et je devais lui apprendre le détachement affectif. Ma mission devait lui permettre de comprendre qu’il ne faut pas souffrir des relations affectives, qu’elles sont là pour être vécues avec joie et qu’elles doivent nous épanouir et pas l’inverse.

J’étais sensée lui apprendre à vivre sans dépendance ni co-dépendance. Aussi par rapport à ma grande sœur (fille) qui avec l’arrivée du bébé allait être beaucoup plus indépendante. Je suis heureuse que ce bébé arrive, il va leur apporter beaucoup de joie et de soleil dans la maison et leur cœur.

Dis-leur que moi aussi je les aime, elles me manquent aussi, les câlins me manquent même si je suis encore dans leur entourage, que je peux les voir et les entendre. Leur chagrin me fait mal, je suis si triste de leur causer une telle souffrance.

Dis-leur de ne pas culpabiliser, il n’y avait plus rien à faire pour moi, même si elles m’avaient ramenée plus vite chez le vétérinaire, c’était perdu d’avance. Cette maladie (péritonite) ne pardonne pas, elle laisse très peu de chance, le tout est de l’accueillir et de l’accepter. C’est cela qu’elles doivent comprendre avec mon départ et ne pas se torturer le cœur et l’esprit. Mes douleurs devenaient supportables lorsque je me réfugiais dans mon corps astral, et je ne voulais pas qu’elles voient que j’étais condamnée. J’ai essayé de ne pas le leur montrer pour les ménager, surtout ma grande sœur qui doit maintenant d’abord penser à son bébé afin de l’accueillir dans les meilleures coéditons. Si je me suis un peu éloignée, ce n’est pas parce que je lui en voulais, non au contraire, c’est pour qu’elle ait conscience que ce petit être doit compter et passer avant tout.

Oui j’ai vu qu’elles sont venu me voir, mais ce n’était que mon corps physique, mon enveloppe dans cette incarnation. Mon âme est éternelle et toujours encore avec elles, dans leur entourage et j’aspire maintenant, que j’ai répondu à vos questions, monter dans l’au-delà pour me ressourcer.

Un passage là-haut est obligatoire pour vous revenir. Même si ça ne fait pas partie de vos croyances, c’est moi qui dois vous revenir, c’est moi qui dois continuer mon travail auprès de ma maman d’amour, que j’aime tant et ce ne sera pas très long, croyez-moi. Mais si vous ne voulez pas m’attendre, je peux le comprendre aussi, et je continuerai à veiller sur vous, ne vous inquiétez pas.

Je vous aime et c’est votre bonheur qui compte le plus pour moi.

Je me charge de leur transmettre tes messages RUBY, je vais maintenant t’accompagner jusqu’au pont des fleurs si tu es prête.

Je le suis

Elle est venue à mes côtés, et ensemble nous nous sommes avancées sur ce chemin triste qui s’est illuminé de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont, elle l’a traversé en courant, tellement elle avait envie de retrouver ce lieu paradisiaque et s’est noyée dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir RUBY, paix à ton âme !

La connexion avec BALOO s’est faite au paradis des animaux. Il était couché sur son ventre et admirait les papillons blancs et orange qui volaient autour de lui. Il y avait aussi beaucoup d’anges, des anges blancs, des anges dorés. Il était entouré d’autres chiens et ils semblaient tous s’entendre à merveille. Ils étaient heureux dans ce lieu magique où ne règnent que paix et harmonie.

A mon approche, il s’est levé pour m’accueillir et je lui ai expliqué que son gardien m’envoyait de nouveau vers lui.

Je sais, il m’arrive de lui faire des petits signes, je l’aime et je reste relié à lui. Même si je ne peux pas le retrouver parce qu’avec son handicap il ne peut reprendre un chien, je suis et je resterai fidèlement son compagnon jusqu’à la fin de sa vie. C’est vrai que la présence physique manque, mais de là-haut je peux lui envoyer de bonnes énergies et je peux l’aider dans sa vie au quotidien.

J’ai eu beaucoup de chance de vivre avec un homme droit et honnête. Il y a toujours eu un grand respect entre nous et je me considérais comme son fils. J’étais un membre de la famille et j’étais heureux de vivre avec lui et de l’accompagner dans ses sorties. J’étais un beau chien et il me le disait souvent. J’étais fier, il me regardait avec admiration et je me sentais être le roi.

Dis-lui qu’ici je suis heureux aussi et que la vie avec mes congénères et animaux de toutes races est harmonisée et pacifiée. Ici chacun est différent mais nous sommes tous un. Pistache était avec moi très peu de temps, et a préféré redescendre très vite pour lui tenir compagnie et lui apporter de l’amour et de la tendresse.

C’est sûr que c’était plus simple pour lui de reprendre un chat, et bien entendu Pistache. Pour moi ce serait plus compliqué et je suis bien ici. Je me suis habitué à cette existence et je peux me promener à ma guise et sans aucune douleur.

La lumière là-haut est omniprésente, il ne fait jamais gris ni froid, le soleil brille jour et nuit, et tout est très beau. Il y a des fleurs de toutes les couleurs, des étoiles et surtout il y a des anges. Ils sont autour et auprès de nous en permanence, et on se sent tellement bien. Lorsque j’ai envie de me promener, je fais un tour dans ce havre de paix et j’observe, j’admire tous ces animaux qui viennent pour se reposer et se ressourcer, et lorsqu’ils sont prêts, tout comme Pistache, se décident à vous revenir sur le plan terrestre avec une nouvelle mission de vie.

La mienne consiste à présent à veiller sur toi et te protéger. Je me souviens des merveilleux moments que nous avons passés ensemble et des compétitions que tu as pu faire. Je me rappelle aussi de certains de tes copains et leurs compagnons. Il m’est arrivé d’en attendre (animaux + humains) de l’autre côté du pont des fleurs et de les guider, de les accompagner dans leur transition.

J’aime bien accueillir les nouveaux compagnons qui viennent de faire le passage. Cela les rassure et les réconforte et ce n’est que du bonheur pour moi.

Pistache me manque, même si nous continuons à communiquer ensemble et je suis heureux qu’elle te soit revenue. Elle a la mission de t’aider à apprendre le détachement affectif. Son rôle consiste à t’aider à lâcher prise avec le passé et regarder devant et non derrière toi. Je sais que tu souffres encore de mon départ et des méchancetés qu’ils t’ont fait subir, mais n’y pense plus et demande pardon à ton petit enfant intérieur d’en souffrir. Tu te connais et tu sais que tu es un homme bon et rempli de compassion, et leurs humiliations ne doivent plus t’atteindre. Ce ne sont, pour ma part, que des prétextes pour se justifier et se déculpabiliser. Tu ne dois pas rester et continuer à vire avec ces frustrations, tourne la page et ferme le livre de cette relation qui te rend encore dépendant de la situation.

Pistache t’apportera son soutien pour y arriver. Et puis je t’aime moi, ne l’oublie jamais et je sais que tu es un homme de foi. Alors ne te laisse plus détruire et ouvre une nouvelle page, un nouveau livre et ne laisse y entrer que ceux qui le méritent. Demande la protection à l’Archange Mickaël et confie tes ressentiments et souffrances à l’univers. Qu’il se charge de les envoyer là où ils doivent aller, ou de les renvoyer de là d’où ils viennent.

Merci de m’avoir écouté et de suivre mes conseils. Je t’aime.

La rencontre avec ONYX s’est faite au bord d’une route. Il était assis et m’attendait, les oreilles dressées. Je lui ai expliqué que j’avais un message pour lui et que l’étais là pour l’aider à faire le passage :

Mon petit Onyx (appelé aussi Ony et Oignon)

Que la vie a été cruelle avec toi ! Je suis en colère de cet horrible sort que tu as eu hier après-midi en voulant rejoindre papa et maman de l’autre côté de la rue. Tu n’as pas vu cette voiture qui arrivait et qui t’a heurté à la mâchoire. Tu as eu la force de faire quelques pas avant de t’écrouler au sol et à jamais.

Tu es arrivé à la maison encore tout petit, des gens t’avaient trouvé sous une voiture mais ne pouvaient pas te garder, nous t’avons donc adopts.

Tu étais un petit chat adorable et très espiègle, tu ne voyais pas le danger autour de toi.

Cette nuit j’ai laissé la porte de la chambre ouverte en espérant que comme toutes les autres nuits tu serais venu me voir avec tes doux ronrons mais ce ne fut pas le cas…. Je savais que tu ne reviendrais plus.

J’espère que tu as été heureux auprès de nous et de tes autres amis chats. Je sais que tu vas manquer à notre chienne Hono avec qui tu aimais jouer.

Quelle tristesse j’éprouve aujourd’hui, mais ce qui m’importe à présent c’est que tu comprennes ce qui t’es arrivé même si tu ne voulais pas mourir et que ta vie t’a été arrachée. Sache qu’on ne t’oubliera pas, on t’aime de tout notre cœur. Tu nous manques terriblement petit cœur.

Tu devais être présent ce midi lorsque je t’ai parlé et caressé une dernière fois ton poil soyeux.

Sois en paix mon petit, je t’aime.

Merci, dis-lui merci pour son rassurant et réconfortant message d’amour. Oui j’ai été un chat espiègle et téméraire et j’ai traversé cette route maintes fois et sans me soucier du danger qu’elle représentait. Je n’ai pas eu de chance, le choc a été violent et brutal et je suis aussitôt sorti de mon corps. J’ai essayé d’y retourner mais pas moyen, c’était fini pour moi et je me suis vu couché sur l’asphalte, mon âme flottant au-dessus de mon corps.

Je n’ai pas eu le temps de préparer mon départ, ce n’était pas prévu et je suis soulagé de savoir que tu m’ais envoyé Ch… pour me libérer et m’accompagner jusqu’au pont des fleurs.

Moi aussi je t’aime et les doux moments passés ensemble me manquent. Vous me manquez tous, mais ne soyez pas tristes, lorsque je serai au jardin des animaux je vous ferai des petits signes et je viendrai vous faire des petits coucous.

J’ai eu beaucoup de chance d’avoir été adopté, choyé et câliné chez vous et mon âme aspire à te retrouver pour continuer notre chemin ensemble. C’est si bon de vivre avec vous, que du bonheur, surtout lorsqu’on a connu un début de vie difficile, mais vous m’avez accueilli comme un petit membre de la famille et j’ai été très heureux.

Cette existence terrestre fut trop courte et je te reviendrai, je t’aime et toi aussi tu as besoin de mes ronrons.

Je me charge de lui transmettre ton message, Onyx, es-tu prêt à faire le passage ?

Je le suis

Il s’est levé pour venir à mes côtés et ensemble nous avons emprunté un chemin qui s’est ouvert à nous. Lorsque nous sommes arrivés au pont des fleurs, il m’a dit :

Tu vois de l’autre côté c’est encore plus lumineux et je suis pressé maintenant de le traverser. On m’attend, il y a des animaux et des humains, même des chevaux. Ils sont tous là pour m’accueillir, que ce soit ici-bas ou là-haut, la famille est toujours là pour me prendre sous son aile et me guider dans la lumière.

Merci, merci à vous, à l’univers pour ce magnifique cadeau.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la lumière de l’arc en ciel.

La connexion avec ZOE s’est faite au paradis des animaux. Elle était assise et s’amusait à regarder les abeilles et les papillons blancs voler d’une fleur à l’autre. L’herbe était très verte et il y avait des fleurs de toutes les couleurs. A mon approche, elle m’a dit :

Le contexte de notre rencontre est un peu différent, et je suis très heureuse de pouvoir te charger de dire à ma gardienne que je suis bien, je suis en pleine forme et je ne ressens plus aucune douleur. Dis-lui aussi qu’ici l’endroit est chaud et merveilleux. Ici tout est en fleurs et il n’y règne que paix et harmonie. Je ne m’ennuie pas, il y a tant de choses à découvrir et je suis bien entourée.

Ta gardienne a aussi un message pour toi ZOE, je dois te dire qu’elle continue avec toi dans son cœur, elle sait que tu vis ailleurs et autrement et elle aimerait savoir avec qui tu es maintenant ?

Je sais, elle me le dit tous les jours. Elle me parle et je l’entends, j’aime ce qu’elle me dit, cela me fait du bien et la rassure. Dis-lui que je suis avec des congénères et des animaux de tous les types. Ma transition s’est bien passée, j’étais bien accompagnée de tous les Etres de Lumière et il était là (mari). Il m’attendait et m’a entourée de ses bras et guidée jusqu’au pont des fleurs.

Il m’a remerciée d’avoir été là pour lui pendant sa maladie, de l’avoir aidé à mieux la supporter et surtout de t’avoir aidée toi, ma maman à faire la paix dans ton cœur et ton esprit. A travers moi tu l’as aidé lui à trouver la paix et la sérénité et de pouvoir enfin se reposer et te permettre de faire ton deuil pour continuer à avancer sur ton chemin.

Tous les deux, nous pourrons à présent veiller sur vous et vous protéger. Nous pourrons vous envoyer des signes mais aussi et surtout je peux me ressourcer pour te revenir très vite et en bonne santé. Ma place est auprès de toi, je suis ton bébé aussi, et tu as besoin de moi à tes côtés pour t’apprendre le détachement affectif, pour t’apprendre à vivre les relations sentimentales avec plus de fluidité, sans dépendance ni co-dépendance.

En ce moment je suis dans un monde parallèle, mais il ne tient qu’à toi pour que ce soit le même que le tien. Et lorsque tu te mettras à ma recherche, je me mettrai sur ton chemin.

Je t’aime et te suis si reconnaissante pour les bons soins et tout l’amour que tu m’as apportés. Tu es une bonne âme et tu mérites le bonheur et ma petite sœur et tes proches aussi.

J’y veille…

La connexion avec HOZANE s’est fait au paradis des animaux, elle se trouvait entourée d’autres chevaux, elle a levé la tête et s’est mise à hennir lorsqu’elle m’a vue approcher. Je lui ai chuchoté « N’aie pas peur, n’aie aucune crainte, je viens te voir de la part de ta gardienne qui veut te transmettre des messages et te poser quelques questions » :

  Ma chère Hozie,

J’ai le sentiment que depuis ton départ tragique tu vas bien et tu es en paix. Tout comme Furie, ton départ a été difficile à accepter surtout que tu étais encore jeune, tu avais de belles années devant toi mais le destin en a voulu autrement.

Comme tu le sais cela a été encore plus dur pour Furie qui s’est retrouvée seule. Nous lui avons présenté des compagnons qu’elle tolérait plus ou moins mais elle n’était plus la même. Maman et moi l’avons entourée au maximum pour qu’elle ne se sente pas laissée pour compte. Elle avait petit à petit remonté la pente mais je pense que son mal intérieur la rongeait. Moins de deux ans après, elle te rejoignait… Tu sais la suite.

Je voudrais te dire que tu as été une jument exemplaire, brave et respectueuse. J’ai eu beaucoup de plaisir pendant les 10 années que nous avons partagées ensemble. Tu étais si gentille et douce… Je t’aime profondément tout comme Furie.

Est-ce que vous êtes enfin réunies ? Je me sens plus légère aujourd’hui et j’accepte mieux votre départ, enfin j’essaie de faire des efforts pour me souvenir de nos bons moments et ne plus être dans la culpabilité et le regret.

Ou en es-tu aujourd’hui dans ton cheminement ?

As-tu un message à me transmettre ?

Voilà, mes chéries, je vous aimerais pour l’éternité, mes chères juments. A jamais dans mon cœur

Je sais, je t’attendais et je suis contente de te voir. Je suis tellement contente qu’elle  a aussi souhaité me contacter par ton intermédiaire, je t’ai vue de l’autre côté du pont des fleurs lorsque tu as accompagné Furie et je n’étais pas certaine que tu avais remarqué que j’étais là, que je l’attendais pour la guider jusqu’au jardin des animaux. J’étais là depuis quelques jours, je l’attendais et je n’étais pas la seule, il était là aussi (père de la mère) et l’espace de quelques jours nous nous sommes retrouvés. C’était un moment inoubliable car tous les deux nous étions là pour la même raison, pour accueillir Furie, pour  l’aider à faire le passage afin que toutes les deux vous puissiez faire le deuil et la laisser enfin partir.

Maintenant tu peux voir et lui dire que nous sommes ensemble. Dis-lui Furie que tout va bien pour toi, pour nous !

Et Furie s’est détachée du groupe, elle était enveloppée d’une belle lumière blanche et elle m’a dit :

Oui je vais bien, je me repose et me ressource, mais je profite aussi de Hozane et des autres compagnons pour faire de belles balades. Et nous veillons sur toi de là-haut, c’est bien plus simple et efficace.

Puis elle est repartie avec les autres et HOZANE m’a dit :

Elle s’est déjà adaptée ici et n’a plus besoin de moi pour lui montrer ce havre de paix. Ici chacun est chez soi et même si nous sommes très nombreux, qu’il en vient et repart tous les jours, chacun y trouve sa place et se sent en paix et en harmonie. Ici on est heureux, même si vous nous manquez aussi.

Peux-tu dire à ma gardienne que je l’aime et que je la remercie pour son message d’amour. J’ai passé des années merveilleuses avec elle et nous étions très proches et complices aussi. Et l’entente avec Furie était parfaite. Nous formions un beau triangle et la relation était authentique et naturelle.

J’aimerais te dire que je suis fière de toi, fière de la jeune femme que tu es devenue et qu’il est grand temps maintenant de retrouver la paix dans ton cœur et ton esprit. N’aie aucune culpabilité, tu ne pouvais rien de plus pour toutes les deux, au contraire tu en as fait plus que tu ne pouvais. Tu nous as aimées et respectées comme un membre de la famille, comme un être humain et tu nous a aimées autant que tu aimes ta petite fille maintenant.

Peut-être fallait-il qu’on s’éloigne un petit peu pour lui laisser sa place, à la petite ? N’aie pas de regrets non plus, nous ne sommes pas très loin, nous sommes juste de l’autre côté du voile et nous sommes et resterons toujours reliées à toi. Nous veillons sur vous et vous protégeons, on vous envoie de belles énergies et comptons bien sûr vous revenir, et de préférence toutes les deux ensemble. Avec Furie nous ne voulons plus être séparées et nous endosserons le costume qu’il vous plaira (même en tortue si c’est nécessaire…)

Je souhaite te dire merci pour ces grands moments de tendresse et de complicité. Tu es une dame au grand cœur. Il est rempli d’amour et de compassion, et ton empathie pour tous les êtres de la terre est puissante. Tu as le soleil dans ton cœur et je t’aime.

Je m’en vais maintenant galoper dans ces magnifiques prairies d’un vert fluo avec Furie et toutes les deux nous t’envoyons des signes. Regarde, observe les nuages et tu auras des surprises.

Puis elle est partie au trot rejoindre Furie.

Au revoir Hozane, merci pour cette belle connexion !

La connexion avec Orphée s’est faite au jardin des animaux. Elle était entourée d’autres congénères essentiellement de la même race (bengal). Je me suis doucement approchée de la tribu qui formait un petit clan dans ce jardin où l’on rencontre tous les types d’animaux. Il y en avait 3 qui se ressemblaient et j’ai eu un doute, c’était 3 jeunes chatons avec la même robe, lorsque l’un d’eux s’est détaché du groupe et est venu vers moi en sautillant. Orphée ?

Oui c’est moi que tu cherches, je reste toujours reliée à ma maman, je sais qu’elle pense tous les jours à moi et qu’elle a besoin d’avoir de mes nouvelles pour la rassurer et lui permettre de comprendre ce qui m’est arrivée.

J’étais un petit chat plutôt réservé, mais je t’attendais, car même si elle peut venir me parler, elle a besoin de toi pour la conforter dans nos échanges.

Elle me charge de te dire qu’ils t’ont beaucoup aimée et que ta présence fut un vrai bonheur pour eux. Elle aimerait aussi savoir si tu as un message et si plus tard ils pourront accueillir une autre petite ?

Dis-lui merci, je sais que j’étais aimée, mon départ les attriste et la met en grande souffrance. Je suis triste pour elle, j’étais son BB, leur BB, le BB de leur union et j’étais le lien entre eux et les autres compagnons. Un peu comme une famille recomposée, l’enfant de cette union, des deux.

Car on m’a envoyée pour les protéger tous les deux. Même si je suis reliée à elle, ma mission consiste à les protéger tous les deux des énergies négatives qui les entourent et qu’on continue à leur envoyer pour leur faire du mal. On les jalouse et ne supporte pas de les voir heureux, de voir qu’il reconstruit sa vie (femme et un homme plus jeune).

Je portais tout le temps des énergies qui ne m’appartenaient pas et j’inconfortais et stressais les autres compagnons. Ils me rejetaient et j’en ai été malheureuse. Je n’arrivais pas à me nettoyer, c’était trop,  j’étais trop jeune et l’appareil digestif, beaucoup trop sensible. Le virus ne m’a pas épargnée, il était beaucoup trop puissant pour me permettre de résister, malgré que je me sois battue pour rester avec vous et grandir à vos côtés.

Moi aussi je vous aime et vous me manquez, même si là-haut c’est un endroit magique, que je suis entourée d’âmes sensibles et que je ne m’ennuie pas. Je peux jouer, m’amuser et courir tant que je veux dans cette vaste clairière, et tout est amour ici. Il y règne la paix et l’harmonie et c’est très ressourçant.

Dis-lui aussi que je suis prête à leur revenir lorsque ce sera le moment, ils sont ma maman et mon papa et ma place est auprès d’eux. Qu’ils se chargent de faire le nécessaire pour couper définitivement les liens du passé, afin qu’il ne puisse plus les atteindre.

Il vit un passage un peu difficile en ce moment et on en profite aussi pour l’attaquer et le manipuler. Ils ont tous les deux les moyens de passer au-dessus de ça, qu’ils les utilisent et leur amour n’en sera que renforcé. Il faut éloigner la peur et les angoisses et savoir reconnaître les signes qui ne trompent pas (pissouts).

Orphée, peux-tu me dire si les mauvaises énergies sont envoyées par la dame de l’autre élevage ?

Non, ce sont des proches… Mais qu’ils ne s’attardent pas à chercher qui, quoi, comment ! Qu’ils coupent les liens du passé et demandent à l’univers de les envoyer là  où ils doivent aller ou les renvoyer de là où ils viennent. Et qu’ils n’oublient pas, là-haut on ne peut pas m’atteindre et je suis beaucoup plus forte et peux leur apporter la protection divine.

Et lorsque tout sera réglé, je leur reviendrai, car je les aime, c’est ma famille et j’y tiens.

Je te remercie ORPHEE pour tous ces messages et te dis à bientôt !

J’ai rencontré Max assis dans un escalier, et lorsque je me suis approchée il m’a dit :

J’aime bien cet endroit, il me permet de voir et de superviser ce qui se passe autour de moi.

Je me suis présentée à lui et lui ai expliqué que j’avais des messages et des questions à lui transmettre de la part de ses gardiens :

Que s’est-il passé, nous qui l’avions quitté en pleine forme. Dans la précipitation du départ en vacances avec les enfants, je ne lui ai même pas dit au revoir car il était impensable de ne pas le revoir et je m’en veux. Je souhaite le remercier pour tout le bonheur qu’il nous a apporté. Je souhaite m’excuser d’avoir été plus distante avec lui car étant devenue allergique au chat il était plus difficile pour moi de le caresser. J’aimerais savoir s’il a souffert ou pas de sa mort et comment il se sent maintenant.

Dites-lui qu’on ne l’oubliera jamais, qu’on l’aime fort, qu’il nous manque cruellement  et qu’on espère qu’il est bien où il est. Les enfants Lisa et Edgar l’embrassent fort.

Coucou Max,

Tu me manques, j’ai dû mal à accepter que tu ne sois plus là.

J’ai toujours l’impression de t’entendre et d’attendre à te voir par moment de la journée.
Quand tu montais en courant dans les escaliers en faisant une pose sur le palier.
Venant dormir sur mes jambes pendant la nuit. Attendant ta pâté devant ta gamelle. Le soir à notre arrivée.
Ou forçant la porte de la salle de bain le matin pour participer a notre préparation pour aller au travail.

On t’a laissé à la maison pour nos 2 semaines de vacances en sachant que mamie passerai tous les 2 jours pour te donner à manger, faire la caisse et te caresser. Depuis quelques années c’était le rituel pour que tu ne te sentes pas trop seul.
Et cette fois-ci pour quelle raison nous sommes partis sans te dire au revoir sans le fameux câlin du départ.
Je m’en veux Tellement.

Et puis la surprise ou plutôt mauvaise surprise ce téléphone du 28 décembre nous annonçant que tu étais allongé et ne bougeais plus sur le carrelage. Toujours du mal à y croire, toi qui était en pleine forme.

Que s’est-il vraiment passé? Un accident? Un problème de santé ? Explique-nous !

Sache que je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai, je ne t’oublierai jamais.
Comme ton frère qui nous a quittés le 01 janvier 2014.

Vous étiez distant comme de vrai British Short Hair, c’est ce qui faisait votre caractère et votre charme.

J’espère que tu me pardonneras d’avoir été absent ou moins proches ces 7 derniers mois.

Max je t’aimerais pour toujours, Lisa, Edgar et maman te font également de gros bisous.

Nous allons récupérer très prochainement tes cendres et nous placerons les urnes dans le jardin avec celle de Gaspard.

Ton papa

Je t’attendais, ta visite n’est pas une surprise, je sais qu’ils ont fait appel à toi pour trouver des réponses à leurs questions et les aider à faire la paix dans leur cœur et leur esprit.

Dis-leur que je suis désolé s’ils éprouvent de la tristesse et de la culpabilité, je ne voulais pas leur faire de peine, et de les voir malheureux me fait mal. Mon départ brutal et violent, que je n’ai pas eu le temps de préparer, et leur culpabilité m’empêchent de partir au jardin des animaux. J’ai ressenti une forte pression dans la poitrine, une grande douleur et puis le grand trou noir. Je suis tombé sur le carrelage et je me suis vu là et j’ai eu peur. Je me voyais et je savais qu’il me serait impossible de réintégrer mon corps physique, j’ai pensé à vous et à la souffrance que vous alliez ressentir lorsqu’on vous apprendrait que je n’étais plus de ce monde.

Mais seulement voilà, je suis toujours encore là auprès de vous et dans votre entourage au quotidien, et tant que je reste là je ne peux me reposer et me ressourcer, et vous ne pourrez faire votre deuil. J’ai besoin d’aide pour faire le passage, et après vous vous sentirez mieux et retrouverez la paix.

Je n’ai pas souffert, cela a été si rapide que je suis aussitôt sorti de mon corps et je ne vous en veux pas d’être parti dans la précipitation sans même m’avoir dit au revoir. Vous ne pouviez pas savoir et moi non plus, bien que je ressentais des spasmes de temps à autre dans ma poitrine et ce depuis que j’étais tout petit (malformation ?)

C’était un accident et si c’est arrivé alors que vous n’étiez pas là c’est que vous ne deviez pas l’être, pour vous protéger, car un arrêt du cœur est violent et vous aurait choqué et surtout les enfants.

Moi aussi je vous aime tous les 4 et surtout toi qui a été mon gardien, mon papa, à toi auquel j’étais relié. J’étais là pour vous protéger, pour vous nettoyer énergétiquement et c’était devenu difficile pour ma gardienne qui a développé des allergies à cause de ses difficultés à gérer le monde extérieur qu’elle perçoit comme dangereux ou agressif. Lorsque l’organisme doit se défendre contre des dangers extérieurs, il l’exprime et le manifeste par des allergies mais je sais que je n’en étais pas la cause, même si les caresses et les câlins me manquaient.

Quant à toi mon papa, oui j’étais ton autre garçon et j’avais aussi la mission de te nettoyer énergétiquement et de t’apprendre le détachement professionnel. J’étais un chat de type timbre-poste et je n’ai pas terminé mon travail. Tu t’engages de plus en plus au détriment de ta santé et il serait bien que tu veilles à lever un peu le pied. Je sais que ce n’est pas une chose facile lorsqu’on se trouve dans la spirale, mais il est important aujourd’hui de comprendre tous les deux qu’il faut un peu plus être centré et vivre dans le moment présent, dans l’ici et maintenant, au risque de passer à côté du plus important et des personnes et de tous ceux qu’on aime.

Ne soyez pas dans la culpabilité ou les regrets mais voyez la vie et tout ce qu’elle vous apporte au quotidien et profitez-en à chaque instant. Vous me manquez et les enfants aussi et lorsque je serai monté au paradis des animaux, je vous enverrai des signes pour vous faire comprendre que je suis toujours encore relié à vous. Je sais que Gaspard m’attend de l’autre côté du pont, il vient me voir tous les jours depuis mon départ et je me sens maintenant prêt à le suivre, et si elle accepte de lâcher prise et de faire un petit travail sur elle pour se débarrasser de son allergie, nous pourrions tous les deux nous retrouver.

Mon âme est éternelle et elle aspire à te retrouver pour continuer ma mission auprès de toi et mon travail auprès de vous tous. Je vous aime et ma place est auprès de vous sur un plan terrestre.

Puis il est venu à côté de moi et ensemble nous avons emprunté un beau chemin de lumière qui s’est ouvert à nous, et lorsque nous sommes arrivés devant le pont des fleurs, je me suis arrêté et il l’a traversé très majestueusement pour rejoindre son frère qui l’attendait et tous les deux se sont noyés dans l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir Max, paix à ton âme !

La connexion avec SAPHIR s’est faite dans ce magnifique jardin des animaux où il ne règne que paix et harmonie. J’ai de suite rencontré SAPHIR, assis dans l’herbe et entouré de plusieurs congénères. Il y en avait un qui avait beaucoup de ressemblance avec lui et lorsque je me suis approchée, il s’est levé pour venir vers moi.

Avant même que je ne lui explique la raison de ma présence, il m’a dit :

C’est Rubine, c’est ma fille, elle est venue me chercher, elle était avec moi déjà quelques jours avant mon départ et elle m’a accompagné partout. J’ai eu de la chance aussi, beaucoup de chance, ils étaient nombreux, Deva des animaux, Etres de la Nature et d’autres congénères, ils sont venus m’apporter leur soutien, leur lumière et m’entourer de leur amour pour passer le pont des fleurs et rejoindre ce haut-lieu magique.

Tes gardiens aimeraient avoir de tes nouvelles SAPHIR et ils me chargent de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

« Saphir, on espère que tu ne nous en veux pas d’avoir abrégé tes souffrances ce lundi matin 31 décembre 2018. Face à ta souffrance, on a voulu que tu partes en paix et serein, avec amour. 

Est-ce que tu es apaisé ?
Est-ce que tu as encore mal ? 
La transition vers la lumière, s’est-elle bien passée ?
Est-ce que tu as retrouvé tes copains ? Si oui, lesquels ?
Est-ce que tu as retrouvé Rubine ? 
Est-ce que tu nous envoies des signes ? (On a eu l’impression d’entendre des bruits de pas dans le couloir, un soir. Est-ce que c’était toi ?)
Est-ce que tu as été heureux parmi nous ?
Est-ce que tu as un message pour nous ?

Grâce à ton fort caractère, tu as réussi à surmonter beaucoup d’obstacles. Tu nous as appris qu’il faut toujours préserver, comme à l’image de la butte dans le jardin que tu voulais toujours grimper tout seul. N’est-ce pas ? Notre petite tête de mule adorée !

 Tu laisses un énorme vide derrière toi, mais on espère que tu es maintenant apaisé et en paix. Tu nous manques énormément. Notre boule de poils qui nous laissera une magnifique empreinte de pattes dans nos cœurs. 

 Merci Saphir pour ces 17 belles années à tes côtés. 

Repose-toi et ressource-toi bien au jardin des animaux. On espère que tu nous reviendras très vite.

On t’attend pour pouvoir nous revenir en pleine forme pour de nouvelles aventures. On t’aime et on t’aimera à jamais et pour toujours. Notre Boubou adoré. Maman, Papa et Jennifer. »

Dis-lui que je vais bien, que je me sens de nouveau jeune et en pleine forme, plus aucune douleur et je peux de nouveau courir, sauter et jouer avec mes copains et surtout RUBINE. Elle passe tout son temps avec moi et nous nous amusons bien et n’aimerions plus être séparés. RUBINE est prêt à vous revenir depuis un long moment, et moi j’ai très envie de vous revenir aussi. Nous aimerions vous revenir ensemble, 2 frères, 2 sœurs ou frère et sœur, peu importe. Nous aimerions vous revenir sous la même forme car la vie terrestre auprès de vous n’est que du bonheur.

Oui j’ai été très heureux auprès de vous et j’ai fait tout ce que j’ai pu pour rester le plus longtemps  possible. Je sais que le départ de RUBINE a été terrible pour toi et j’étais là pour toi, pour t’aider à faire ton deuil car tu étais en grande souffrance. J’étais là pour que tu continues à avancer sur ton chemin, je t’ai protégée et veillé sur ta santé.

C’est vrai que je vous ai montré une personnalité, un chien empreint d’une grande force, avec un caractère bien trempé pour te faire voir que, même quand ça ne va pas, quand on pense ne plus avoir le courage et la force de continuer, on peut si l’on a la volonté, réussir à le faire.

Et puis vous m’avez beaucoup choyé et câliné et l’amour vous donne des ailes. Vous me manquez aussi, la présence physique, les câlins me manquent, même si je peux encore vous voir, vous entendre et venir vous faire des petits coucous. Oui il m’est arrivé de vous faire une petite visite pour vous faire comprendre qu’il existe une vie après la mort et que l’âme est éternelle. La mienne est reliée à toi et le restera toujours.

Je vous aime, ma place est auprès de vous et je vous remercie pour votre merveilleux message d’amour. Lorsqu’on fait le grand saut dans de si bonnes conditions que l’ont été les miennes, on a la chance de se reposer et de se ressourcer très vite et je me sens déjà prêt à redescendre et ma fille aussi. Ce serait formidable de pouvoir vous revenir tous les deux, imaginez la belle aventure pour vous et pour nous.

Mais si cela pose problème, RUBINE serait d’après ce que je sais, prête à vous revenir en chaton et nous pourrions jouer ensemble aussi. Ne dites pas non tout de suite, réfléchissez, laissez-vous le temps de la réflexion et lorsque vous serez prêts, je, nous le serons aussi et saurons nous mettre sur votre chemin.

Votre boubou vous fait de grosses léchouilles, je vous aime très fort.

La rencontre avec Maya s’est faite au bord d’une route. Elle était assise sur le trottoir et regardait à droite, à gauche les voitures passer. A mon approche, elle a levé la tête vers moi et son regard exprimait de la tristesse, beaucoup de tristesse. Je lui ai expliqué que j’étais là pour lui transmettre des messages et lui poser des questions de la part de ses gardiens :

Petite Maya

Les 10 jours qui viennent de passer ont été particulièrement éprouvants et surtout cette journée du 30 janvier où tu nous as quittés.

Ta disparition est une réelle souffrance pour nous et nous te pleurons encore. J’ai quelques questions à te poser. As-tu un rapport avec Max le premier chat que nous avons perdu ? Etais-tu sa réincarnation ? Dis-moi pourquoi vous êtes morts tous les 2 dans les mêmes circonstances ? 

Pressentais-tu quelque chose lorsque tu as hésité quelques secondes à sortir ce matin du 30 janvier ? D’habitude tu ne te faisais pas prier, à peine la porte ouverte que tu courais déjà dans le jardin. As-tu un message à nous communiquer ? Y-a-t-il quelque chose à retenir ou à comprendre de ta disparition et celle de Max ? Comme tu le sais la personne qui t’a percutée à déposer plainte contre moi car je l’ai poursuivie en l’insultant. Ce jour-là, j’étais tellement sous le coup de l’émotion, je t’ai vue mourir devant moi et je n’avais qu’une envie, c’était de crier ta disparition haut et fort car je me sentais étouffée par ce sentiment d’injustice et de peine. Rien ne pouvait m’arrêter tant ma rage était immense ! 

J’ai ensuite déposé plainte contre elle car pour moi tu n’étais pas un chat en divagation comme cette fichue loi le dit et pour moi on ne doit absolument pas tuer un animal, celle-ci étant tout aussi précieuse que la vie des humains. Je me battrai pour empêcher la maltraitance des animaux, l’abandon qui est aussi cruelle, bref je vous défendrai tous et je veillerai sur vous aussi longtemps que je serai en vie. 

Sache petite Maya que quoiqu’il arrive tu resteras gravée à jamais dans nos cœurs. Nous sommes liés de toute façon et nous serons amenés à nous retrouver dans une future incarnation. Nos karmas sont liés ! 

Maintenant, il est temps pour toi d’aller rejoindre Max et Princesse aux jardins des animaux. Je te confie à Christiane qui va s’occuper de toi et te guider. Aie confiance ! Là où tu vas il ne peut rien t’arriver de mal. On t’aime !

J’attendais ta venue et je suis rassurée que tu sois là. Je regarde les voitures passer et je sais que c’est très dangereux de traverser la route. Je me suis déjà fait percuter par un chauffard et mon départ brutal et violent les a tous mis en grande souffrance, et voilà que je reviens et qu’il m’arrive le même sort.

Max ?

Oui, je me sens impuissante devant tant d’injustice, en même temps j’avais un mauvais pressentiment ce matin-là, comme si j’avais l’intuition qu’on allait me rappeler au jardin des animaux et je n’ai pas été assez prudente. Je me suis fait heurter par cette voiture et me voilà bloquée ici. Impossible de faire la transition, je me sens enchaînée à cet endroit et pour eux c’est terrible.

Ils revivent ce drame cruel et leur douleur est immense. Pardon, pardon pour cette grande souffrance que je vous inflige, je vous aime tant et je vous apporte peine et désespoir. Il y a eu ce premier accident et maintenant ce deuxième. Et je reste de nouveau là, entre 2, et j’ai besoin de ton aide pour faire le passage. Il faut croire que je n’ai rien compris, et de vous voir vous torturer de douleur et de colère me fait mal.

Ici ce n’est plus ma place et je dois monter pour que vous puissiez retrouver paix et harmonie dans votre cœur et esprit.

Ne t’inquiète pas Maya, je suis là pour te guider. Tes gardiens ont fait appel à moi pour t’accompagner au pont des fleurs.

Dis-leur merci, moi aussi je les aime, je les aime tant et je leur reviendrai. Mon âme est éternelle et aspire à leur revenir.

Dis-lui merci aussi pour son cœur rempli d’amour et de compassion pour les animaux. Dis-lui merci de se battre pour veiller sur nous et nous protéger. Dis-lui aussi, même si mon départ violent la torture, de ne pas être en colère. Dis-lui de remplacer la colère par une pensée de lumière à l’intention de la personne ou des humains qui maltraitent, ou par leur imprudence, font du mal ou ne respectent pas les animaux. Je n’ai pas eu de chance et un passage au paradis des animaux est nécessaire pour pouvoir leur revenir.

De là-haut je leur enverrai des signes, de l’aide pour remplacer cette colère par une lumière divine. Elle est empreinte d’amour et d’empathie et doit avoir le soleil dans son cœur.

J’étais revenue pour une mission auprès de ma grande sœur qui est mon âme sœur. J’étais chargée de lui apprendre le détachement affectif afin de l’aider à grandir sans dépendance ni co-dépendance. J’étais sensée être son double, son jumeau, mais je me suis aussi sentie très proche de toi et surtout j’étais jeune et j’avais envie de sortir, de découvrir les alentours.

Je n’ai pas assumé ma mission, peut-être qu’elle est trop difficile pour un petit être curieux et avide d’escapades ? Suis-je rappelé pour ça ? Peut-être qu’une aide humaine lui serait plus bénéfique pour me décharger de cette responsabilité, et moi je pourrai enfin te revenir à toi.

Ce ne sera pas long, je suis jeune, en pleine santé physique et je n’ai besoin que de peu de temps pour me ressourcer. Je n’ai pas peur de faire le passage, je sais que Princesse m’attend de l’autre côté et je suis contente de la retrouver.

Puis elle est venue à mes côtés, nous avons fait quelques pas sur ce trottoir triste et gris, et au fur et à mesure que nous avancions, ce trottoir s’est transformé en un beau chemin de lumière où brillaient des milliers d’étoiles. Et lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, elle m’a regardée très profondément dans les yeux et m’a dit :

Merci, merci, amour, louange et gratitude à tous les êtres de la terre qui œuvrent pour les animaux. Merci à l’univers d’exister, cela me remplit d’amour et de reconnaissance.

Puis elle a traversé le pont pour rejoindre Princesse et toutes les deux se sont noyées dans la lumière de l’arc en ciel.

Au revoir Maya, paix à ton âme !

La rencontre avec LEO s’est faite sur un sentier très escarpé, il m’a regardée m’approcher de lui. C’était très amusant, sa tête tournait de droite à gauche et ses yeux exprimaient de la curiosité. Je lui ai expliqué la raison de ma présence, que ses gardiens me chargeaient d’un message et de quelques questions pour lui.

Je sais, je ne suis pas surpris, contrairement à ce que tu peux croire, ils en ont beaucoup parlé ensemble et j’étais plutôt curieux de voir l’allure de la personne qu’ils allaient m’envoyer. J’ai du flair, beaucoup de flair et je ne suis pas déçu du choix qu’ils ont fait.

Je suis parti depuis quelques semaines mais je les accompagne toujours encore dans leur quotidien et rôde dans leur entourage. Ils l’ont compris et je suis content qu’ils l’ont ressenti, mais il est temps maintenant pour moi de les laisser afin qu’ils puissent faire leur deuil, que je cesse de me nourrir de leur énergie et que je monte au jardin des animaux pour me reposer et me ressourcer.

Tant que je reste là ce n’est pas bien pour eux ni pour moi, même si cela les a aidé quelque temps. Ils ont eu beaucoup de mal à accepter ma maladie et ont culpabilisé de ne pas l’avoir vu plus tôt et de ne pas avoir pu m’aider. Ils avaient, pour croire qu’il existe une vie après la mort, besoin de m’entendre, de me sentir et je les ai aidés, je leur ai envoyé des signes.

C’est juste LEO, je vais te lire leur message et leurs questions :

Questions que nous souhaiterions lui poser :

    Comment vas-tu?

    Avons-nous réussi à te rendre heureux?

    Pourrons-nous un jour nous retrouver sur cette terre?

 Message a passer :

    Leo, merci de nous avoir apporté autant de bonheur et d’amour pendant ces 9 ans, tu as été notre rayon de soleil, notre boule d’amour, nous sommes très heureux de t’avoir eu dans notre vie, tu as été le meilleur des Toutou et sache que tout nous manque en toi. On aimerait tellement pouvoir te serrer dans nos bras et te faire plein de bisous et de câlins. Nous avons bien reçu tes signes et senti ta présence à la maison, merci pour ce cadeau magnifique qui nous a fait beaucoup de bien.

Pardonne nous pour ces dernières semaines qui ont été si difficiles, on aurait tellement voulu t’aider a guérir.

Sache que nous t’aimons très très fort, tu resteras pour toujours avec nous et dans notre cœur.

Nous t’aimons très fort, tes gardiens, Chris et Sev ( ton papa et ta maman).

Merci pour ce merveilleux message d’amour, je sais que je vous manque et c’est réciproque, j’étais tellement heureux avec vous, je vous aime et j’ai eu une vie de prince auprès de vous. Tu étais mon papa, elle était ma maman, mais c’est à toi que j’étais relié, c’était toi mon gardien et j’étais chargé de t’aider à avancer dans la vie et surtout à t’ouvrir à l’amour inconditionnel.

Tu as su, à travers moi, t’ouvrir un peu plus aux autres et sortir de ta zone de confort. Ce n’était pas gagné, la confiance en toi et aux autres n’est pas facile, tu as quelques difficultés à te reconnecter à ton petit enfant intérieur, à la source, parce que tu t’es senti trahi et rejeté. J’étais là pour te donner cet amour et cette confiance qui t’ont permis de te nourrir de tendresse lorsque tu me câlinais.

Je n’ai rien à vous pardonner, j’étais sur mon chemin, le mal me rongeait de l’intérieur et on ne pouvait plus rien pour moi. Je sais combien c’était cruel pour vous de me voir souffrir et je me réfugiais dans mon corps astral pour mieux le supporter.

Maintenant je vais bien, je n’ai plus aucune douleur et je peux de nouveau me mouvoir sans aucune plainte. Mais pour pouvoir me ressourcer et vous revenir, un passage là-haut est nécessaire. Je suis content que vous ayez demandé de l’aide car je vois dans ses yeux et son aura qu’elle aura la gentillesse de m’aider à faire le passage et je vous dis merci et à elle aussi. C’est si rassurant d’être accompagné avec amour dans la lumière, car tant qu’on reste auprès de vous on ne peut pas vous revenir et mon âme aspire très fortement à vous retrouver très vite.

Je me suis senti être votre BB, votre garçon et ma place n’est pas dans l’au-delà, ma place est auprès de vous. J’ai toujours été très choyé, considéré comme un membre de la famille à part entière et j’ai aimé jouer à la balle et mon doudou peluche me manque aussi.

Quelle joie de te retrouver le soir et de pouvoir courir et m’amuser tout en étant impatient de manger une sardine. Une vie de rêve, une vie de pacha. Merci, merci pour tout ce bonheur qu’il me tarde de retrouver.

Je me charge LEO de leur transmettre tes messages, es-tu maintenant prêt à passer le pont des fleurs ?

Je le suis.

IL est venu à mes côtés et nous avons emprunté le sentier qui s’illuminait de mille lumières et devenait de plus en plus large. Lorsque nous sommes arrivés devant le pont, je me suis arrêtée, il m’a regardée en hochant la tête de droite à gauche comme à ma connexion avec lui et il m’a dit que pour lui son gardien, ce sera un avant le départ de LEO et un après, ce qui est sûr, c’est qu’il ne verra plus la vie comme avant et qu’il est heureux pour cette grande et belle prise de conscience.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé dans la lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir LEO !

dig

La rencontre avec LUZ s’est faite sur un chemin givré. Il était assis, complètement figé et m’a dit lorsque je me suis approchée de lui :

Je te donne l’impression d’être gelé, transi de froid, mais il n’en est rien. Tu peux lui dire que je n’ai pas froid même si l’ambiance te parait être hivernale, je me sens bien, je n’ai plus aucune douleur et j’ai comme l’impression d’avoir retrouvé la mobilité et la souplesse dans toutes mes articulations, plus aucune souffrance, ni dans la région lombaire, ni dans le ventre et plus aucune oppression dans la poitrine.

Si je reste là, sur ce chemin, c’est parce que j’ai tout simplement du mal à la laisser. Je suis son doudou, son doudou d’amour et un doudou ne vous abandonne jamais, un doudou on l’a pour la vie et il se doit de veiller sur vous et de vous protéger.

J’étais sur mon chemin et j’ai préparé mon départ mais elle, elle n’était pas encore prête même si elle savait que c’était la seule solution pour me soulager et que j’avais besoin de me reposer.

Elle me charge d’un message pour toi LUZ et aimerait aussi te poser quelques questions :

Notre Amour est pour l’éternité, j’espère de tout mon cœur, de tout mon être que tu me reviennes dans une nouvelle enveloppe, afin que nous puissions poursuivre notre chemin.

– Es-tu dans la lumière ?

– As-tu retrouvé un tes compagnons, Dune, Tahoe, Didi ?

– Dois-je reprendre un autre compagnon et si oui quand ?

– Es-tu  heureux là où tu te trouves ?

– Allons-nous pouvoir communiquer ensemble ?

Merci, merci pour ton message, moi aussi je t’aime de tout mon cœur et j’ai tellement de peine de te voir si triste et désemparée depuis mon départ. Mais ne t’inquiète pas, nous nous retrouverons. Nos âmes sont reliées et je reviendrai pour t’aider à continuer à avancer sur ton chemin et pour t’ouvrir à l’amour inconditionnel.

Ma mission consiste à te protéger et te donner force et confiance et puis surtout à te donner de l’affection et de l’amour. Lorsque tu me câlines, tu nourris ton petit enfant intérieur de tendresse et tu en as bien besoin. A tes côtés, j’ai vécu des moments de tendresse très forts et mon âme aspire à te retrouver, mais pour cela un passage au jardin des animaux est nécessaire pour me reposer et me ressourcer. Tant que je reste dans ton entourage ce n’est pas possible, je te puise toute ton énergie et tu ne peux pas faire ton deuil.

Je sais que mes compagnons DUNE et TAHOE m’attendent de l’autre côté du pont pour me guider au paradis des animaux. DIDI est déjà redescendue et moi, dès que j’aurai fait le passage, je pourrai préparer mon retour. Je ne suis pas malheureux, mais ici ce n’est plus ma place et pour revenir dans l’enveloppe d’un autre corps physique je dois faire un aller/retour.

Ce sera sous la forme qui te plaira, plutôt au printemps si tu préfères que je te revienne en bébé, et plus vite si tu n’as pas de préférence. En attendant je t’enverrai des petits signes pour te montrer que je suis toujours là, que je t’aime et veille toujours sur toi. Et si tu apprends à communiquer avec les animaux, notre complicité sera encore plus fusionnelle lorsque je serai de retour.

Bien sûr que tu sauras me parler, c’est donné à tout le monde, le tout est de lâcher prise avec son mental et d’en avoir la volonté. Tu es sensible, ton âme est à l’écoute, tu as beaucoup d’empathie et de compassion et ce sera d’autant plus facile puisque tu fais les choses avec ton cœur.

Tu es ma maman, me grande sœur, mon âme sœur, je suis ton double et tu sauras me reconnaître au premier regard lorsque j’incarnerai un nouveau corps terrestre.

Je me sens prêt à présent, je crois que le moment est venu pour moi de traverser le pont et je suis heureux que tu m’aies envoyé Christiane pour m’accompagner. Je te remercie, et aussi pour tout l’amour que tu portes en toi.

Puis il est venu à mes côtés et nous avons emprunté ensemble ce chemin givré qui devenait de plus en plus vert, fleuri et lumineux à mesure que nous progressions. Lorsque nous sommes arrivés au pont des fleurs, je me suis arrêtée et il m’a dit :

Merci, merci pour tout, on m’attend de l’autre côté et je suis pressé de les rejoindre.

Puis il a sauté sur le pont et l’a traversé comme un éclair. Arrivé de l’autre côté il s’est noyé dans la belle lumière de l’escalier de l’arc en ciel.

Au revoir LUZ, repose, ressource-toi et à bientôt !

La rencontre avec QUIET a eu lieu dans un manège à l’orée d’une forêt et on pouvait entendre les gazouillis des oiseaux dans les arbres. Il y régnait un silence total. QUIET était debout, le regard très triste et lorsque je me suis approchée de lui il m’a dit :

Je me sens comme enfermé ici, je suis pourtant dehors à l’air libre, je vois la nature et j’entends les oiseaux chanter mais ce n’est plus ma place ici et je dois rejoindre le paradis des animaux pour pouvoir y trouver la paix et elle me gardienne aussi. Tant que je reste là dans son entourage elle ne peut faire son deuil, je puise toute l’énergie de ma mère et elle est très triste et se sent désemparée de me voir toujours collé à elle. C’est très perturbant pour elle et elle sait que je dois monter pour me reposer et me ressourcer.

Ta gardienne me charge de messages et de questions pour toi QUIET :

Mon petit garçon, Mon tout petit.

Comme ce départ m’attriste.. Comme je t’aime. Comme je n’y comprend rien et comme nous sommes perdus avec ta mère Légende, sans toi.
Comme je suis désolée de cette fin tragique et brutale.

Sache que tu étais mon rêve, et que ton arrivée au monde a changé ma vie. Tu étais un cheval parfait et un merveilleux ami.

Merci d’avoir été si spécial, merci d’être venu au monde. Merci d’avoir ensoleillé ma vie. Je t’aime Quiet et je ne t’oublierai jamais ! Retrouve Nala, elle connait le jardin des animaux et pourra te guider »

J’ai plusieurs questions >

 Sais-tu que j’étais à tes côtés jusqu’à ton dernier souffle, as-tu senti ma respiration et ma main sur ton nez ? Je te l’avais promis du premier, au dernier souffle…

Pourquoi es-tu parti comme ça? Était ce ton heure ? Le savais-tu ? Que signifie tout ça je n’y comprends rien…

Légende est bouleversé également peux-tu lui dire que tu vas bien avant de t en aller ?

Peux-tu me faire des signes encore ? Es-tu là ?

Peux-tu veiller sur moi ?

As-tu des choses à me transmettre? A me dire? A m’expliquer?

Je t’aime mon garçon, Mon Quiet, Mon amour.

Repose en paix mon bébé.

Je suis en colère contre la vie qui nous a séparé, mais je mesure le bonheur de t avoir eu toute ta vie auprès de moi.

Dis-lui merci pour son message, moi aussi je l’aime et c’était elle ma maman, ma grande sœur humaine. Je suis si triste aujourd’hui parce que elle aussi se trouve en grande souffrance et mon départ la plonge dans un profond désarroi. Elle m’a pourtant bien accompagné et j’ai senti sa présence à côté de moi jusqu’à ce que j’expire mon âme de ma bouche à mon dernier souffle. Mais elle n’a pas encore réussi à se libérer. Elle n’est pas encore montée, elle est toujours encore dans leur entourage.

Je suis là pour ça aussi QUIET et je t’aiderai à faire le passage après notre échange.

Elle n’était pas prête et je ne l’étais pas plus qu’elle, c’était trop brutal, je n’ai pas eu le temps de préparer mon départ. Des douleurs intenses dans le ventre et la poitrine, un accident de la vie comme on dit et ton heure est arrivée bien avant que tu ne le veuilles et tu ne peux pas lutter contre. Tu dois l’accepter et toi ma gardienne d’amour aussi.

Maintenant je ne ressens physiquement plus aucune douleur, je me sens bien dans mon corps, mais j’ai besoin de me ressourcer, et pour cela je dois monter au jardin des animaux. Ça t’aidera toi et Légende se trouvera rassurée. Je pourrai vous envoyer des signes et je pourrai communiquer avec ma génitrice.

J’étais là pour veiller sur toi et t’aider à grandir et avancer sur ton chemin. Tu as souffert d’un manque d’amour et de tendresse (père) et tu en souffres encore. Je n’étais pas là pour le remplacer, mais pour t’aider à te reconnecter à ton petit enfant intérieur et le nourrir de tendresse lorsque tu me chérissais. Tu ne dois pas être en colère contre la vie de nous avoir séparés, tu dois lui faire confiance et surtout te faire confiance à toi. Ce départ brutal, violent, fait émerger une grande souffrance du passé et il est temps à présent de faire un travail qui te permettra de faire le deuil et d’être en paix avec toi-même.

Moi aussi je t’aime et me sens très triste de t’infliger cette grande douleur, alors que j’étais sensé te protéger, de veiller sur toi et ta santé. J’ai vécu des années merveilleuses auprès de toi et j’ai bien compris que tu avais besoin qu’on te donne beaucoup d’amour pour te sentir aimée et rassurée, mais c’est à toi aujourd’hui de te séparer de ce passé pour trouver le soleil dans ton cœur et ton esprit. Après il n’y aura plus d’obstacles et tu pourras construire ta vie affective et sentimentale.

De là-haut je veillerai sur toi et je t’enverrai de bonnes ondes, ne t’inquiète pas, nous sommes tous les deux reliés et je pourrai, tout comme NALA, te revenir lorsque tu te sentiras prête. Je sais qu’elle m’attend de l’autre côté du pont pour me guider dans la lumière de l’arc en ciel. Elle est venue jusqu’à moi ces derniers jours mais je n’étais pas prêt.

Maintenant je le suis et je suis pressé d’y être et n’oublie pas, mon retour dépend de toi et de toi seule et peu importe sous quelle forme, c’est toi qui le décidera.

Puis il est venu à côté de moi et nous avons emprunté un chemin de lumière qui s’ouvrait à nous. Il y brillait des milliers d’étoiles et de petits cœurs. Lorsque je me suis arrêtée devant le pont des fleurs, il m’a dit :

Je peux les voir, ils sont tous là (NALA, 2 hommes et 1 femme) pour m’accueillir et me guider dans cette dimension. Ils sont eux aussi, chargés de t’apporter de la protection et la guidance. Je t’aime, ces quelques années avec toi ont été merveilleuses et nous nous retrouverons, ne désespère pas, laisse maintenant rentrer le soleil dans ton cœur. Il te réchauffera et t’apportera la confiance.

Puis il a traversé le pont et s’est noyé, bien entouré, dans la lumière de l’arc en ciel.

Au revoir QUIET, paix à ton âme !