poonaJe la rencontre sur le chemin, elle n’est pas étonnée de me voir. Je la salue, lui explique qui je suis.

Je savais que tu allais venir me voir, je savais que j’allais enfin après toutes ces années, pouvoir te transmettre un message pour ma gardienne, afin qu’elle trouve enfin la paix, qu’elle fasse enfin son deuil et que je puisse partir en toute sérénité au paradis des chiens. Depuis quelques mois et surtout depuis une semaine, elle a pris conscience que nous les animaux, nous avons une conscience et que nous sommes là pour vous. Je suis partie parce que c’était le moment pour moi de partir, j’avais bien vécu et j’étais très heureuse dans cette famille. Mais nous les animaux ne vivons pas aussi longtemps que vous les humains, ce qui nous permet de revenir souvent chez vous, complètement ressourcés et avec une nouvelle mission. Mais pour pouvoir revenir, il faut nous laisser partir.

Tu as raison Poona, et voici le message de ta gardienne : « Je te remercie pour ces 14 belles années passées ensemble et de m’avoir choisie. Tes reins étaient bloqués, je ne savais pas si tu avais mal et je n’en pouvais plus de te voir diminuer, et ce dimanche nous t’avons emmené pour l’euthanasie. Pardonnes moi, c’est encore très difficile pour moi. Je n’en suis pas fière. J’étais tellement heureuse de t’avoir à mes côtés tous les jours, merci de m’avoir soutenue dans les moments difficiles avec tes yeux d’amour. Avant Sumi, je ne savais pas qu’il fallait envoyer les animaux à la lumière, maintenant pars à la source, tu le mérites. Reposes toi, reviens si tu le veux, visite-moi si tu veux. Si tu m’as envoyé Sumi, merci à toi. Je t’aime, je ne t’oublierai jamais et tu resteras toujours dans mon cœur. Salut Poonele, machs gut ! Soutiens Jessie qui en a besoin. »

Je suis très heureuse qu’elle a enfin pu exprimer ses regrets, cette culpabilité de m’avoir aidée à partir. Mais c’était juste, j’étais sur mon chemin et cela m’a abrégé les souffrances physiques. Je suis aussi très heureuse qu’elle ait compris que nous les animaux partent également vers la lumière et qu’il y a un endroit qui nous permet, comme à vous les humains de nous reposer et de nous ressourcer. Il me tarde maintenant de le rejoindre et de pouvoir continuer à veiller et lui envoyer de l’amour de là-haut. Elle va enfin pouvoir faire son deuil, et je me chargerai de lui envoyer des énergies positives pour l’aider à avancer sur son chemin. Elle est en pleine transformation, il s’est passé beaucoup de choses pour elle ces derniers temps, et elle a eu un déclic, elle a compris qu’un changement s’annonçait dans sa vie. Un changement, une transformation qui lui permettraient de se reconnecter à sa source. Qu’elle ne soit pas triste, elle trouvera les moyens pour renouer le dialogue avec son fils. Jessie est là pour l’aider dans cette mission. Sumi l’était déjà, et c’est elle qui a annoncé le changement, maintenant elle peut le comprendre. Moi aussi je l’aime et je souhaite qu’elle retrouve le sourire et la joie de vivre. Dis-lui, que maintenant, avec tout ce qu’elle a appris sur notre vie intérieure, je sais que je peux partir en paix , et j’ai hâte de traverser le pont des fleurs.

Elle est partie, son image s’est volatilisée, entouré de jolis papillons blancs.

Sois heureuse dans ta nouvelle vie Poona !

sumi mars15 005Sumi, j’ai un message à te transmettre de ta gardienne Cathie

«  Je te remercie de m’avoir choisie pour les 6 mois  passés avec moi. Tu m’as à nouveau appris à rire, à aimer la vie alors que j’étais dépressive après la perte de Poona. Merci pour ces moments inoubliables. Tu resteras toujours dans mon cœur, mais maintenant tu dois partir vers la lumière. Retourne à la source, reposes toi, reviens si tu veux, mais préviens-moi. Merci pour Jessie. Tu me manques et je ne t’oublierais jamais. Reviens me visiter. Adieu Sumele, machs gut. »

Merci à elle, ces 6 mois ont été que du bonheur et même si ce fut court, j’ai réussi pendant cette période, à lui rendre la joie de vivre. Je ne pouvais pas rester plus longtemps, il lui fallait une chienne beaucoup plus jeune, une chienne pleine de vigueur et qui peut rester et l’accompagner pendant quelques années. Elle a maintenant besoin de l’énergie d’un compagnon qui l’aide à se reconnecter à sa source, Jessie est là pour cette mission. Maintenant que Poona est partie, je peux moi-aussi partir la retrouver au jardin des animaux, et ensemble nous leur enverront la lumière et des énergies reconstructives. Elle en a besoin pour sa santé et son bien-être. Ce sera aussi plus facile pour Jessie, elle se sentira maintenant libérée d’un poids, d’une charge qu’elle portait et qui ne lui appartenait pas. Dis-lui merci pour tout l’amour qu’elle porte dans son cœur pour les animaux, et que je serai très heureuse de revenir chez elle lorsque ce sera le moment.

Elle s’est levée doucement, complètement ankylosée, et au bout de quelques secondes, s’est noyée dans la lumière.

V__8F91Tavia est couchée sur le canapé, elle est en attente.  Je lui demande si elle accepte de me parler. Elle lève les yeux, mais sa tête reste couchée sur un coussin. Tania tu n’es pas partie, pourquoi ?

Je me suis sentie si bien ici, j’étais si heureuse et j’avais tellement envie de rester longtemps avec eux. Malgré mes douleurs, je n’étais pas prête à partir car ils ne l’étaient pas. J’aimerais tellement à travers Nina pouvoir encore rester.

Oui je comprends Tavia, mais tu sais que ce n’est pas ta place. Nina a  le droit de vivre sa vie de chienne, et elle mérite d’être heureuse, c’est important que tu partes et lui laisses prendre sa place.

Oui je sais, mais ils ont été tellement malheureux, et moi j’étais tellement heureuse chez eux que je ne pouvais pas partir.

Je comprends, mais Tavia tu dois les laisser maintenant, et partir vers la lumière. Tu as besoin de te ressourcer et lorsque tu seras prête, tu pourras revenir les voir, je suis certaine qu’ils accepteront de t’accueillir à nouveau.

Oui j’aimerais bien, dis leur que je les aime et que je suis désolée de leur avoir créé autant de souffrances.

Ne t’inquiètes pas Tavia, ils t’ont accompagnée avec amour et ton message leur sera donné, tu peux partir en toute sérénité maintenant afin que Nina puisse à son tour être heureuse et s’épanouir.

Elle s’est levée tout doucement, m’a regardée, un regard rempli de nostalgie, puis elle est partie sans se retourner. Elle s’est avancée sur le chemin qui est devenu très lumineux avec des petites lucioles qui brillaient de partout, je l’ai vue essayant de les attraper au passage. Une porte dorée s’est ouverte sur une éblouissante lumière blanche et elle a disparu.

IMG_186459502288461Lola est là, assise sur le chemin. Elle me semble triste. Je lui explique que sa gardienne aimerait savoir si elle est bien là où elle se trouve. Elle me regarde d’un air navré.

Je ne souffre plus, je ne ressens plus aucune douleur et je pourrais rester assise ici pendant des jours, des mois, des années entières. Mais ce n’est pas ma place, et je souhaite partir. Je souhaite, oui j’espère trouver le jardin des animaux. Je sais que là-bas c’est le paradis, et il me tarde d’y être pour me ressourcer et revenir chez elle. Oui, tu peux lui dire que je ne lui en veux pas de m’avoir aidée à partir, c’était ce qu’elle devait faire, mais elle ne doit pas maintenant le regretter et culpabiliser. J’ai eu une existence remplie d’amour et de tendresse. Tantôt j’étais sa petite sœur, sa meilleure amie, sa confidente, et tantôt sa petite fille. J’ai aimée tous ces rôles et à chaque instant de sa vie, de l’adolescence à l’âge adulte et de parent maintenant, je l’ai accompagnée, et je n’ai pas failli à ma mission. J’étais là pour elle, pour l’aider à grandir, à construire sa vie, et j’ai su rassurer et protéger son petit enfant intérieur, tant dans les moments de joies et de quiétude, que dans les moments plus difficiles. Ma vie avec elle a été belle et de la voir triste et en souffrance me chagrine.

Oui Lola, elle me charge de te dire que tu lui manque énormément, que tu es dans chacune de ses pensées. Toute la famille pense à toi, et ta copine Nina te cherche.

Non, Nina ne me cherche pas, elle me voie et on se parle. Ce qui la perturbe, c’est que je sois encore là, car elle aussi sait que ce n’est plus ma place.

Ta gardienne te remercie, tu étais une chienne parfaite et te dit « je t’aimerais tout ma vie ma chérie »

Dis-lui que je le sais, qu’elle n’a pas besoin de me le dire. Dis-lui que je dois à présent partir et que je sais qu’elle ne m’oubliera pas. Comment le pourrait-elle ? Moi aussi je l’aime et je souhaite très vite revenir chez elle. Pour elle, mais aussi pour son bébé, pour être une petite compagne de jeu pour son garçon. C’est ma famille, et je ne l’abandonne pas. Je m’en vais juste quelques temps, et je reviendrai dans le corps d’une petite chienne espiègle et en bonne santé. Je suis apaisée maintenant, je sais qu’elle retrouvera la sérénité et n’aura plus autant le cœur et la gorge serrés lorsqu’elle pensera à moi. Dis-lui merci de m’avoir tant aimée, de m’avoir toujours été fidèle et que ses messages, notre rencontre vont enfin la soulager, parce que je me sens à présent le droit de la laisser.

C’est ce qu’elle souhaite pour toi Lola, même si ta présence physique lui manque. Elle souhaite que tu sois bien et heureuse de l’autre côté du chemin. Tu peux partir vers la lumière à présent, n’hésite pas.

Le chemin est devenu de plus en plus lumineux, et Lola s’est noyée dans cette magnifique lumière.

JipsyJipsy, tes gardiens sont en souffrance, M…..-C…… et les 2 enfants aimeraient te dire qu’ils t’aiment énormément et que tu leur manque beaucoup.

Moi aussi je les aime et je suis vraiment désolé de leur causer tant de peine. Je suis encore très présent dans leur entourage, je sais qu’ils me pleurent et qu’ils ont beaucoup de regrets. Mais qu’ils ne soient pas tristes et ne culpabilisent pas, je m’en vais juste faire un petit tour, très petit promis, au jardin des animaux et je reviendrai les voir rapidement, plus vite qu’ils ne l’imaginent.

Qu’est-il arrivé ? Est-ce que ton départ était un accident ?

Oui, mais qu’elle ne se fasse aucun reproche, ça devait m’arriver et je m’y attendais. J’étais un petit chien très fou, très fougueux, et j’avais du mal à canaliser mes énergies. J’étais souvent décentré et pas dans mon corps, et lorsque ton esprit se trouve entre deux, lorsque tu n’es pas relié à la terre, il arrive ce genre d’accident. Elle n’y peut rien, c’est moi qui n’ai pas réussi, en me réincarnant, de descendre correctement, et j’étais souvent entre deux. Ce n’était pas confortable pour moi et c’est bien, lorsqu’ils seront prêts, de remonter pour pouvoir revenir dans de meilleures conditions.

En tant que chien ?

Oui

Et avant, étais-tu déjà venu chez eux ?

Oui en tant que chat

Quel était ton gardien ?

Le garçon, pour le faire rire et l’aider à grandir mais aussi M…..-C…..  pour l’aider à se reconnecter à sa source. Enfin, je crois, c’est un peu confus pour moi et je dois aller faire un aller/retour pour enfin revenir dans le corps physique d’un chien, pour vivre dans le présent ici et maintenant avec une vraie mission de vie.

Je dois aussi te dire que Ch……. regrette que tu ne te sois pas entendu avec son chat Plume.

Ah, cette donneuse de leçons, elle avait bien compris que je vivais beaucoup sur un plan astral et voulait constamment travailler sur mes énergies, et c’était source de conflits entre nous.

Mais elle aurait pu t’aider à t’ancrer dans ton corps.

Je ne crois pas, ce sera beaucoup plus facile de remonter et de redescendre.

As-tu un message à leur transmettre ?

Oui, je les aime et les assiste de ma présence du mieux que je peux, mais ce n’est pas le but car je suis encore entre deux. Dis-leur de ne pas souffrir, d’accepter mon choix qui doit me permettre de revenir avec toutes mes capacités, et que je reviendrai avec une vraie mission pour elle. Elle est à une étape de sa vie, où elle a une grande prise de conscience et elle a besoin de se reconnecter à sa source.

Je leur ferai part de tout ce que tu m’as dit Jipsy, tu peux partir maintenant vers la lumière. Ils te souhaitent d’être heureux au paradis des toutous, tu le mérites.

Il me regarde, l’air de n’avoir pas compris, il me regarde et tout doucement se lève et le vois partir très lentement vers la lumière. Puis il se noie dans le cercle de l’arc en ciel.

Partie le 21/06/2015

 sallyeTa gardienne souhaite savoir comment tu vas et ce qui s’est passé.

Je vais bien maintenant, tu peux la rassurer. Ici je me sens comme au paradis. Je me promène, je me repose beaucoup. Un chat (Filou) est venu m’accueillir, il m’a emmené faire le tour et m’a conduite jusqu’au jardin des chiens. C’est immense, il y a de l’eau, une oasis, de l’herbe et des fleurs partout. Je n’ai pas peur, je ne suis pas seule et me sens tellement soulagée. Je ne tourne plus en rond, je ne me sens plus perdue et je suis très légère dans mon corps.

Peux-tu me dire ce qui s’est passé ce dimanche où tu es tombée dans la piscine. Etait-ce un accident ?

Non, j’ai choisi de partir comme ça. J’aurais encore pu rester quelques semaines, mais je me sentais de jour en jour devenir plus faible, et je ne voulais surtout pas qu’elle soit obligée de m’emmener pour me faire euthanasier. Je voulais lui éviter cette triste mission. Je l’aime et je sais qu’il lui aurait été difficile de m’emmener. Je voulais partir, m’éloigner de la maison et me cacher pour mourir. J’ai été tellement heureuse avec eux que je voulais vraiment leur éviter cette souffrance, surtout à elle. Ils m’ont soignée, gâtée et beaucoup aimée, et il m’était insupportable de la voir souffrir. Elle ne le méritait pas. C’était mon choix de partir et lorsque j’ai vu la piscine, je me suis sentie très attirée par l’eau. J’y ai vu mon reflet, le reflet de mon âme et je me suis sentie aspirée par cette beauté comme dans la spirale qui m’a emmenée dans la lumière. Je me souviens de m’être arrêtée, fascinée par tant de lumière, je me suis tournée 1 ou 2 fois et je suis tombée. Je n’ai pas eu peur, la spirale m’a entraînée dans ce tourbillon de lumière et ils étaient là, ils m’ont accompagnée, elle aussi était là, et j’étais heureuse, heureuse d’être libérée.

Tu manques beaucoup à ta gardienne.

Oui, je sais, mais de là où je suis, je peux la voir et parfois mes pensées d’amour pour elle sont tellement fortes, qu’elle les ressent. Parfois elle se tourne et me cherche et je sais que physiquement je lui manque. Dis-lui que je souhaite revenir chez elle, que j’aimerais à nouveau me retrouver dans leur belle maison et cette magnifique forêt avec tous les compagnons de jeu que je connais. Demande-lui de laisser passer quelques mois, le temps pour moi de me reposer et me ressourcer, puis de reprendre un compagnon. Je serai fidèle au rendez-vous qu’elle n’en doute pas.

THOR1Thor, ta gardienne me demande de communiquer avec toi, elle a beaucoup de messages pour toi et aussi quelques questions.

Oui, je sais qu’elle est en grande souffrance et cela m’empêche de partir là où je dois aller. Elle n’arrive pas à faire son deuil, et ses douleurs la rongent. J’ai peur pour elle car elle va se rendre malade. Peut-être que les messages qu’elle veut me transmettre et les questions qu’elle veut me poser vont l’aider à exprimer son chagrin et ses regrets et que ça la soulagera, je l’espère vraiment.

Message 1 : Mon bébé Thor, tu es parti subitement. Quand j’ai appris que tu avais une grosse tumeur, j’ai subi un choc, le ciel m’est tombé sur la tête. Mon petit Thor, tu étais à bout, mais j’ai eu l’impression que tu t’accrochais pour rester avec moi. J’avais tellement peur pour toi et j’ai fait le choix de te faire endormir par le vétérinaire pour  que tu ne souffres pas, mon bébé d’amour. Je m’en veux de t’avoir fait endormir, tu étais ma vie depuis 13 ans, mon meilleur ami, mon enfant. Tu me manques tellement, tu étais près de moi dans les moments difficiles, mon fidèle ami. Tu m’as protégée, réconfortée, tu me suivais partout. Thor, c’est très dur, la maison est tellement vide et je suis tellement en souffrance sans toi.

Je suis à ses côtés tout le temps, partout où qu’elle aille, je l’accompagne. Elle ne peut pas me voir et me serrer dans ses bras, mais je suis toujours là et fidèle, je continue à veiller sur elle et à la protéger. J’ai lutté contre cette terrible maladie, j’ai essayé de m’accrocher pour elle, je savais qu’elle ne pouvait pas l’accepter, c’était trop brutal, mais il n’y avait plus d’espoir, et c’était mieux que je parte rapidement et sans douleurs. Elle a pris la bonne décision en m’aidant à partir, qu’elle ne le regrette pas et surtout qu’elle ne culpabilise pas. C’était le bon choix, le moment pour se dire au revoir était arrivé pour nous deux. Je suis parti sans souffrances, je n’étais plus conscient et j’ai demandé, oui j’ai souhaité et espéré partir vite et de celle manière là. Elle ne pouvait plus m’aider autrement, la tumeur était inopérable, et il fallait que je parte dans des conditions acceptables pour elle. Même si c’était brutal, et qu’elle est encore sous le choc, elle n’a pas eu à subir ma déchéance et je n’ai pas souffert. Dis-lui qu’elle doit maintenant penser à elle. Elle a besoin d’une aide extérieure, elle est beaucoup trop dépressive et ne peut pas s’en sortir toute seule. Il faut qu’elle comprenne aussi que pour pouvoir faire son deuil, elle doit d’abord me laisser partir. Je sais que mon absence lui pèse, que je lui manque et qu’elle aurait voulu partir avec moi, mais ce n’est pas encore sa place, elle a encore des choses à vivre et pas que des choses tristes et difficiles. Elle mérite qu’on l’aime et qu’elle trouve le bonheur.

Elle voudrait savoir ce que tu penses de L…..  et de P…….

L….. est un gentil garçon, peut-être pas toujours très disponible. La situation n’est pas facile pour lui, c’est difficile à gérer mais il est bon et sincère. Quand à P….., il est aussi quelqu’un de bien malgré les apparences qui pourraient laisser croire le contraire, mais elle doit prendre conscience que ce n’est pas parce qu’on est mal, que l’entourage doit l’être aussi. Ce n’est pas simple à vivre et c’est parfois difficile d’apporter son soutien surtout si la personne est ancrée dans son mal être et dans son malheur.

Thor, ta gardienne t’aime pour l’éternité, tu es gravé dans son cœur. Bébé, elle t’aime et aimerait savoir si tu reviendras bientôt chez elle. Sans toi elle n’arrive pas à vivre, elle regarde le lit où tu aimais toujours te coucher, ta place au salon et elle attend que tu lui fasses un signe.

Oui je sais, moi aussi je l’aime et je suis triste, j’ai beaucoup de peine pour elle et cela m’empêche de partir au paradis des animaux. Dis-lui que par amour pour moi, elle doit maintenant me laisser. Qu’elle arrête de se torturer et qu’elle se fasse aider, elle en a besoin. Dis-lui que lorsque je serai dans la lumière, je pourrai bien mieux veiller sur elle et la protéger. Dis-lui que je dois partir vraiment pour pouvoir me ressourcer, sinon je ne pourrai pas revenir. Que pour revenir chez elle, je dois d’abord partir et j’aimerais vraiment que toi tu m’y aides, c’est le moment pour tous les deux, je le sais, je le sens. De là-haut, je lui enverrai de la lumière et des énergies qui vont la guérir et l’aider à reprendre confiance en elle et aussi à faire confiance au destin. Nous avons tous une destinée et qu’elle arrête de croire que la sienne n’est que souffrance. Ce sont des croyances qui doivent être mises à la poubelle, car elles nuisent à son équilibre et surtout à sa santé. Moi, mon destin m’a appelé de l’autre côté du voile pendant quelques temps, mais dès qu’elle aura compris que pour revenir il faut partir, dès qu’elle se sera apaisée un peu et qu’elle arrivera à accepter ce départ, elle se sentira soulagée. Et tu peux lui dire que sans l’ombre d’une hésitation, je reviendrai auprès d’elle. Moi aussi il me tarde d’être à nouveau câliné par elle. L’automne et l’hiver sont des saisons propices au repos et aux méditations. Pendant ces saisons, elle doit prendre grand soin d’elle. Au printemps, la saison du renouveau, je serai très fidèle comme toujours, à ce rendez-vous pour une nouvelle mission d’amour auprès de ma maman Dorine.

Thor, tu es un bon chien, très généraux et tout amour, lève-toi maintenant Thor, et prends toi la permission de partir sur ce chemin de lumière qui s’ouvre à toi et t’emmènera au paradis des chiens.

Oui, tu as raison je dois le faire, me donner maintenant les moyens de partir vont l’aider et la libérer aussi…

Il s’est éloigné, son image s’est estompée… puis je n’ai plus vu que les empreintes de ses pattes sur le chemin et cette belle lumière de l’arc en ciel.

Communication du 06/08/2016 :

 Lorsque j’ai pris contact avec Thor, il était tranquillement couché dans un champ de fleurs très mauves, des couleurs très fluo et ne semblait pas s’intéresser à moi. Je lui ai expliqué que sa gardienne souhaitait à travers mon intermédiaire, lui donner encore des messages et lui poser quelques questions.

Oui, je me souviens de toi, je sais que tu m’as aidé à rejoindre ce merveilleux jardin, et qu’après  notre échange, elle a réussi à trouver un peu de paix, mais encore pas assez pour sentir que moi je vais bien, que tous ces mois passés dans cet endroit magique m’ont permis de me reposer et de me ressourcer, et que depuis ce printemps j’espère qu’elle a le déclic et comprenne que c’est peut-être le moment d’ouvrir à nouveau son cœur et sa maison afin que je puisse lui revenir.

Ta gardienne pense à toi tous les jours Thor, et te remercie encore pour toutes ces années passées ensemble. Elle t’aime et tu restes son meilleur ami et compagnon pour l’éternité. Elle ressent ton énergie positive et te sent souvent près d’elle, mais c’est dur quand même car il lui manque ta présence physique et la maison est bien vide sans toi.

Maintenant que je me sens bien, je peux lui envoyer l’énergie positive dont elle a besoin pour ne pas trop ressentir mon manque, mais ce n’est pas suffisant, elle a tant besoin que je lui revienne et c’est le moment de réellement songer à reprendre un compagnon et je serai fidèle au rendez-vous.

Tu es donc déjà au courant que Lucas, qui me charge de te passer le bonjour et s’excuse parce-que parfois il n’était pas gentil avec toi, a quitté la maison et que Patricia déménage aussi ?

Oui je sais, elle se retrouve seule et songe à quitter l’appartement. Dis-lui qu’elle a raison d’avoir des projets et qu’elle n’hésite pas à se trouver un petit appartement bien cosy où elle se sentira chez elle, mais qu’elle veille à se chercher un endroit où elle aura le droit de prendre un compagnon, car moi je souhaite tellement la revoir bientôt. Elle n’aura plus besoin d’avoir des regrets de quitter une maison où elle a trop de beaux souvenirs de moi.

A ce sujet Thor, elle voudrait savoir si elle doit déplacer ton corps, où te laisser à cet endroit, que souhaites-tu ?

Surtout pas, qu’elle n’y touche pas, ce n’est que mon enveloppe physique qui est là-bas, et cela lui créerait des émotions trop difficiles à gérer, même si maintenant elle se sent beaucoup mieux dans sa tête. Non, non, mon âme est éternelle et mon seul et unique souhait c’est de lui revenir très vite. Il faut qu’elle le comprenne et qu’elle arrête de me regretter et de se turlupiner toujours l’esprit et vivre dans le passé. Je suis parti me reposer et suis pressé maintenant de redescendre, elle aussi espère qu’un jour nous partagerons de nouveau la vie ensemble, alors qu’elle nous donne les moyens de le faire. Je suis fier d’elle, elle s’en est bien sortie, mais ce n’est pas fini, elle doit continuer d’avancer et pour cela elle a besoin de moi.

Elle a encore d’autres questions Thor, elle aimerait savoir, vu que vous étiez fortement liés l’un à l’autre dans la précédente vie terrestre, si vous vous étiez déjà connus avant dans une vie antérieure, ou si elle devient complètement folle avec cette question qu’elle se pose ?

Bien sûr que non, elle est tout à fait saine d’esprit, et se donne enfin le droit d’exprimer ce qu’elle a toujours ressenti au plus profond d’elle. Oui dans une autre vie, nous étions déjà très liés, c’était ma maman et j’étais son bébé. Toutes ces 13 années, j’étais son bébé car inconsciemment elle l’avait pressenti et elle me câlinait et me donnait des bisous comme une maman en donne à son petit.

Aujourd’hui encore, Bébé Thor, elle t’envoie 1000 câlins et bisous.

Merci, je crois qu’aucun chien au monde n’a eu autant de bisous que moi et il me tarde de les ressentir sur ma tête, ma truffe, dans ma nuque.

Elle voudrait aussi savoir si tu as retrouvé ton frère Tyson de l’autre côté ?

Il est venu m’accueillir, il était derrière la porte que j’ai prise lorsque tu m’as aidé à partir au jardin des animaux, et je sais qu’il est heureux d’être ici, qu’il a terminé sa mission sur terre et n’a pas, comme moi, l’impatience de revenir.

Elle a encore une autre question et se demande pourquoi pendant les balades dans la rue, au parc, tu t’es montré tellement agressif avec les gens, alors qu’à la maison tu étais un magnifique, gentil et affectueux toutou ?

Je voulais la protéger, la vie de l’a pas ménagée, elle a vécu des choses difficiles et compliquées, et je me devais d’être là pour elle, je ne souhaitais pas qu’on s’approche trop d’elle, elle était fragile et vulnérable et une proie facile pour ceux qui n’avaient pas de bonnes pensées. Avec un peu de recul et de bon sens, je reconnais que c’était parfois totalement injustifié et déplacé. De la jalousie, de la possessivité, sans doute un peu les deux, mais nous étions tellement fusionnels, et la relation a généré beaucoup de dépendance et de Co-dépendance. Maintenant elle a fait un grand travail sur elle, elle a beaucoup plus confiance en elle et a la possibilité de nous offrir une existence beaucoup plus cool.

Elle aime beaucoup quand tu viens dans ses rêves et te dis merci pour tout. Tu étais unique, tu savais tout et elle t’envoie plein d’amour « Thor mon petit toutou de ta maman Dorin ».

Dis-lui que mon âme est certes unique, mais aussi éternelle et demande-lui quand est-ce qu’elle songe à me reprendre ? Je suis prêt et je n’attends que ça, même si ici c’est un réel havre de paix, c’est avec elle que je dois et j’ai envie de passer du temps. En vrai et pas seulement dans ses rêves.

Je ne manquerai pas de lui retransmettre très fidèlement tes paroles Thor, et pour finir un dernier bonjour de Christian, lui aussi parle toujours de toi.

Merci à lui aussi.

J’ai oublié une dernière question, une question à laquelle tu as répondu plusieurs fois déjà lors de notre échange. « Dis-moi Thor, tu penses venir encore près d’elle ? »

Rassures-là, je ne l’abandonnerai jamais, nous sommes et resterons reliés quoi qu’elle décide.

27.KarlaKarla apparaît sur le chemin en 3 dimensions, elle est partout, ici chez Christine, là-bas sur son chemin mais aussi là-haut de l’autre côté du pont des fleurs. La lumière est vive et éblouissante et je vois Karla briller de mille lumières. Sa robe prend toutes les couleurs de l’arc en ciel et ses yeux scintillent, on dirait que des milliers de pierres précieuses me regardent et je ne puis soutenir son regard, c’est trop fort et me fait tourner la tête. Dans ce tourbillon de lumière, je m’assois très intuitivement en position de yogi sur le chemin et j’attends que Karla vienne à moi. J’attendrai le temps qu’il faudra. J’ai bien compris que j’ai accédé, que je suis rentrée dans une sphère qui n’est pas la mienne… Je reste, je médite, et j’attends… J’ai perdu la notion du temps, je sens que je suis reliée à la terre, même si j’ai l’impression de ne plus être dans le réel. Impossible de m’adresser à Karla, les énergies sont beaucoup trop puissantes dans cet univers, je reste en position de tailleur, reliée à la terre, par « on dirait une belle queue de loup blanc », et j’attends… Petit à petit je ressens moins de puissance autour de moi, je sens le calme revenir autour de moi et dans mon cœur et je me sens portée par une énergie qui ne m’appartient pas. Je me sens en lévitation, bien que toujours reliée à la terre grâce à ce cordon loup blanc. J’ouvre les yeux et … surprise, Karla se trouve devant moi. Elle est géante, vêtue d’une robe de princesse, et porte une couronne ornée de perles et de pierres précieuses. Elle est gigantesque et pour la première fois, lors d’une communication avec un animal décédé, je me dis que tout ceci ne peut pas être réel. Je cligne des yeux, je me frotte le nez, je me pince la taille, non je ne rêve pas, sous cet apparat, c’est bien Karla qui me domine de par sa taille. Je comprends que je dois me faire confiance si je veux espérer un échange, et je lui souris.

Non, tu n’hallucines pas et tu ne rêves pas. Je suis partie rejoindre un monde que vous ne connaissez pas, et j’avais envie de le faire connaître à ma gardienne. Mais c’est trop tôt, elle n’est pas prête et ne se fait pas confiance. Elle m’a demandé de lui envoyer des signes, et c’est par milliers que je lui ai envoyé des images et des messages, avec mes empreintes et ma signature. C’était pour qu’elle se relie à moi, pour qu’elle communique avec moi. Elle ne s’est pas fait confiance, c’est encore trop tôt pour elle. Dis-lui que j’ai préparé mon départ, et si elle n’a rien vu, c’est que je ne voulais pas qu’elle voie. Je suis partie rejoindre des êtres de lumière qui œuvrent pour vous et la planète, mais que pour remplir ma mission, je dois arrêter de revenir et de me disperser. Je sais que je lui manque, mais c’est elle qui m’a aidé, de par son travail, et sa prise de conscience à m’élever dans d’autres sphères, afin que je puisse à présent apporter mon aide à toute l’humanité. Elle doit en être heureuse et accepter aussi la souffrance que crée ce départ, et travailler le détachement. Pour cela un autre chat, même si elle trouve toutes les excuses pour ne pas en reprendre, un autre chat va l’aider. De par son éveil spirituel, un autre compagnon l’aidera à changer et à accéder à un plan encore supérieur, et tous les deux, ils feront un travail bénéfique pour l’univers.

C’est à ce moment précis que j’ai compris que j’étais reliée à Karla, mais aussi à tout l’univers, car nous ne formions qu’un !!!

VindsvhalJ’arrive sur le chemin, et je rencontre Vindsvhal qui est couché sur ses flancs et semble m’attendre. Je le salue et lui explique que j’ai des messages à lui transmettre de la part de sa gardienne.

Oui je sais, je lui manque et elle n’arrive pas à faire son deuil, mon départ a été si rapide pour elle.

Oui Vindsvhal, elle aimerait que tu saches quel chat merveilleux tu as été, à quel point tu lui manques et combien ça lui a fait mal de te voir dans cet état pendant les dernières semaines de ta vie. Elle aimerait aussi que tu saches qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour toi et combien elle regrette de ne pas avoir réussi à te garder auprès d’elle plus longtemps.

Je suis bien conscient des souffrances que mon état lui a causées et j’en suis désolé. J’ai de la peine de la voir triste et  se torturer l’esprit de ne pas avoir pu me garder plus longtemps. Elle est encore très affectée et cela m’empêche de partir. Elle ne doit pas culpabiliser, elle a fait ce qu’elle pouvait et devait faire. C’était le moment pour moi et lorsqu’on est rappelé, même si l’on sait que notre départ vous crée des souffrances avec des tas de questions et de regrets, nous nous préparons à prendre le chemin et la transition peut se faire dans la douleur et dans des conditions qui vous font comprendre qu’il n’y a pas d’autre issue. Sinon comment aurait-elle pu me laisser partir, si j’avais été en bonne santé. Jamais elle n’aurait pu comprendre cette vérité, et la culpabilité serait très forte. Je l’ai aimé plus que tout, c’est une personne formidable, et nous avons connu quelques années de bonheur ensemble.

J’étais là pour l’aider à grandir et j’étais plus qu’un guide pour elle. J’avais cette belle mission de l’aider à prendre confiance en elle, de la protéger et s’ouvrir à la vie sans trop de déceptions. J’étais en quelque sorte son doudou, son ange. Et les anges ne vous quittent jamais. Même si vous ne pouvez pas toujours les voir ou les sentir, ils sont toujours auprès de vous. Et moi je suis là sur mon chemin, et il me tarde de retrouver le jardin des animaux d’où je pourrai encore plus l’entourer, la protéger et lui envoyer de la lumière et des bonnes énergies pour l’aider à se construire, à construire sa vie. Elle ne doit pas me pleurer, qu’elle ne doute pas, elle va retrouver le sourire. J’aime lorsqu’elle est gaie et joyeuse, j’aime lorsqu’elle chante et danse, et j’aime lorsqu’elle est heureuse. Mon départ ne doit pas la faire souffrir. Je suis juste de l’autre côté du voile et même si elle ne peut me voir, moi je la vois et je continue de la guider le temps qu’il faudra. Elle l’avait bien compris, je ne suis pas un chat comme les autres, et je me chargerai de lui en envoyer un autre que j’aurais initié pour une nouvelle et belle mission auprès d’elle. Il s’agit maintenant d’avancer sans hésiter et de faire les bons choix. Ca ne devrait pas être trop difficile, qu’elle garde confiance.

Dis-lui que je vais partir maintenant et traverser le pont des fleurs. Je serai attentif à elle et où que je sois, je serai toujours là pour elle. Lorsqu’elle verra un arc en ciel, elle pourra me voir et si son magnifique sourire revient sur son visage, celui-ci sera encore plus lumineux.

IMG_3321Pompon, es-tu heureux maintenant ? Pas complètement, elle a encore trop de regrets et ça m’empêche de partir. Je me sens soulagé, plus aucune souffrance, mais pas encore libre. J’ai l’impression qu’on me retient encore, que la douleur de mon départ est encore trop présente, je ressens beaucoup de culpabilité. De la culpabilité de ne pas avoir vu que j’étais très malade et cela m’empêche de rejoindre le paradis des chats. Il me tarde pourtant d’arriver dans cette dimension où tout est lumière et où je peux enfin me reposer et me ressourcer.

Peux-tu lui envoyer un signe de ta présence ? Es-tu avec ses grands-parents dans la maison ?

Je suis encore très présent. Même si elle ne peut plus me voir et me toucher, je suis encore avec elle parce que j’avais une mission auprès d’elle que je n’ai pas pu mener à son terme.

Une mission ? Laquelle ?

Celle de l’aider à se détacher affectivement, de l’aider à ne plus souffrir du manque d’affection de son enfance et de l’aider à avancer sur son chemin en toute confiance en regardant droit devant, en regardant l’avenir et pas le passé avec des regrets de ce qui n’a pas été et ne pourra plus être. On a les parents qu’on a et on ne peut changer leur manière d’être et de fonctionner. Mais la grand-mère que j’ai adorée a compensé tout l’amour qu’elle n’a pas eu. Ma gardienne est adorable et elle mérite d’aimer et qu’on l’aime sans souffrir. Elle a le droit au bonheur mais ne doit pas lui courir après. Elle doit faire le deuil de ce qui n’a pas été et se donner les moyens de laisser venir les choses à elle. Mais pour recevoir il faut savoir lâcher prise et reconnaître, prendre conscience qu’on le mérite pour ce que l’on est…

J’ai besoin de me reposer et de reprendre des forces et dès que je serai au jardin des animaux, je lui enverrai des guides qui vont l’entourer et l’accompagner jusqu’à mon retour. Je reviendrai vers elle pour terminer ma mission.  Je t’aime et il me tarde de la retrouver très vite pour vivre ce bonheur avec elle.

2.LibelluleJe ne suis pas bien car il n’arrive pas à faire son deuil et je suis assise là à attendre. Je n’arrive pas à franchir le pont et il faut que tu lui dises qu’il doit maintenant me laisser partir, ça me semble tellement beau de l’autre côté. Dis-lui qu’il avait pris la bonne décision. J’étais arrivée au bout de mes forces et j’étais prête à partir depuis un bon moment mais je ne le pouvais pas car il n’était pas prêt. Il était tellement malheureux il fallait qu’il se prépare à cette séparation. Inconsciemment, il était prêt lorsqu’il a pris la décision de m’aider à partir. Dis-lui que ce qu’il a fait était très juste et très humain. Il doit maintenant arrêter de culpabiliser. Ca n’apporte rien, que des regrets et l’empêche d’avancer. Or sa décision était un geste d’amour et je lui en suis indéfiniment reconnaissante. Quelquefois dans la vie, on doit prendre des décisions qui nous obligent à lâcher prise mais nous permettent de nous élever lorsqu’on a compris que c’était juste et nécessaire.
Moi aussi je l’aime très fort et je sais que je le retrouverai où qu’il soit. C’est un homme très généreux qui doute beaucoup de lui. Dis-lui, il faut qu’il se fasse confiance.
Je suis très heureuse que tu lui transmettes mon message car je peux maintenant aller en paix rejoindre le paradis des animaux.

24.RodinCe pinscher souffrait d’un cancer invasif et agressif dans la narine gauche qui était en train de se propager dans l’oeil gauche et allait traverser la paroi du cerveau ce qui allait le rendre agressif selon le diagnostic du 9 mai du vétérinaire (scanner passé le 9 mai après un an de soins pour ses problèmes de nez qui coulait…).
Le vétérinaire voulait l’euthanasier le même jour. Sa gardienne n’a pas pu prendre la décision tout de suite, elle avait besoin d’y réfléchir, Rodin mangeait bien, ne semblait pas trop souffrir et elle le promenait encore tous les jours.

J’ai communiqué avec lui le 12/05/2014

Rodin, est-ce que tu souffres ?

« Parfois une forte pression me fait très mal à l’oeil mais c’est supportable. Ma gorge est aussi irritée et ça me fait tousser. Ca me brûle un peu, c’est gênant mais pas douloureux ».

Aimerais-tu qu’on t’aide à partir Rodin ?

« Tant que je peux manger et me promener et que je n’en souffre pas plus, je veux encore rester un peu. Lorsque ce sera le moment, elle pourra m’emmener pour qu’on m’aide à partir mais pas aujourd’hui, pas tout de suite… Dis-lui que je l’aime, que je suis très heureux avec elle et que je continuerai à veiller sur elle. Même si elle ne pourra plus me voir, me caresser et me promener, je resterai relié à elle et aux autres compagnons (chien et chat). Dis-lui qu’elle ne doit pas douter, il existe une vie après et même si physiquement je ne serai plus visible, je serai ailleurs sous une autre forme et que je resterai relié à elle. Dis-lui aussi de ne pas douter, d’avoir confiance et de vivre dans la joie et le bonheur. Dis-lui…. » *

Après en avoir discuté avec sa gardienne, j’ai ouvert le même jour, un Coning de Transition pour Rodin afin que son départ se passe dans les meilleures conditions possibles aussi bien pour lui que pour elle.

Rodin a été euthanasié le samedi 31 mai. Depuis la veille, la tumeur était implosive. Le dessus de sa tête gonflait et une peau recouvrait partiellement son oeil gauche. Sa gardienne l’a accompagné jusqu’au bout dans ses bras, elle m’a dit que c’était très triste mais aussi très doux. Qu’elle a été très heureuse de le sentir heureux et joyeux pendant ses trois dernières semaines car paradoxalement il était affectueux, plutôt en forme, plein de vie et mangeait bien.

Communication du 16/06/2014

Rodin, tu te souviens de moi ?

« Bien sûr tu es la gentille fée qui m’a permis de rencontrer les médecins du ciel ». Ils étaient tout le temps avec nous (lui et sa gardienne) et nous ont aidés à passer ces quelques semaines en toute quiétude. Je savais et elle savait aussi que je devais partir mais ça c’est passé en toute confiance et sans appréhension. J’étais prêt et même si elle avait l’espoir de pouvoir me garder encore un peu plus longtemps, elle savait qu’il n’y avait pas d’autre issue. Et partir sans avoir changé de comportement comme le vétérinaire l’avait prédit, lui a permis (à la gardienne) de nous séparer en conscientisant et acceptant ce choix. C’eut été trop difficile pour elle et pour moi si j’étais devenu agressif. Elle aurait eu l’obligation de prendre cette décision et moi je ne voulais pas qu’elle garde cette image de moi dans sa tête et dans son coeur. Nous avions tous les deux besoin de prendre un peu de temps pour accepter la situation et j’étais prêt et elle aussi ».

Elle demande si tu as compris ce qui se passait chez le vétérinaire ? Si tu as eu peur ?

« Non, j’étais prêt depuis quelques jours. Lorsqu’ils me parlaient (les médecins du ciel) et m’expliquaient ce qui allait se passer, je leur ai demandé de m’aider à partir un week-end pour qu’elle puisse m’accompagner sans trop de stress et avoir un peu de temps pour elle avant de reprendre le travail. Nous n’étions pas seuls (chez le vétérinaire), il y avait du « monde  » et j’ai vu une belle lumière et senti un immense bien-être. Dis-lui que je lui en suis très reconnaissant et que c’était pour moi un magnifique acte d’amour ».

Ta gardienne souhaite te dire qu’ils pensent (elle et les autres compagnons) très fort à toi et qu’ils t’aimeront toujours. Que tu as été toutes ces années un merveilleux compagnon et que tu leur manques.

« Merci, c’est gentil de me le dire mais dis-lui que je le sais. Je suis encore souvent avec eux et heureux de voir et d’entendre qu’ils parlent de moi. Ici je suis bien et je peux veiller sur eux. Et un jour, je serai de nouveau avec elle ».

Elle aimerait savoir quel signe tu lui feras pour qu’elle comprenne que c’est toi ?

« Dis-lui de ne pas s’inquiéter. Lorsqu’elle sera prête, je serai là pour lui faire comprendre. Elle ne passera pas à côté de moi »….*

*Les suites des communications avec Rodin ne peuvent pas être publiées, ce sont des messages de Rodin à sa gardienne très personnels…

VENUS

Loulou est arrivé par hasard 4 ans avant chez sa gardienne qui l’a adopté et l’a soigné avec amour pendant plus d’un an.

Communication du 23.08.2014

Loulou Loulou m’est apparu assis sur le muret à attendre… A ma demande s’il accepte de communiquer avec moi : « oui j’attendais que quelque chose se passe, j’attendais de pouvoir lui dire et lui faire comprendre qu’il est temps qu’elle fasse son deuil et me laisse partir. J’ai envie de rejoindre le paradis des animaux mais tant qu’elle est mal je ne peux pas la laisser ». Ta gardienne me charge de te dire combien elle t’aimait et que tu lui manques à en mourir. Tout lui manque, ton odeur, tes poils, lorsque tu venais dans ses bras et sur ses genoux. « Je sais et j’ai de la peine pour elle, mais dis-lui que je l’aime aussi et que j’ai été très heureux avec eux. C’était ma maman et j’étais son garçon. Je ne suis pas venu chez eux par hasard. Avant de la retrouver, j’étais chez une dame âgée qui vivait dans une maison pas très loin. Ma mission chez cette dame était de m’occuper un peu d’elle mais surtout de nettoyer les alentours, le jardin. Lorsqu’elle est partie, je suis encore resté quelque temps avant de venir chez elle. Elle m’a connu lorsqu’elle était petite et nous avons été séparés, j’ai été percuté par une voiture… Et je suis revenu chez elle envoyé par sa grand-mère maternelle pour lui aider à passer le cap difficile du décès de cette dernière. Et si je ne suis pas revenu tout de suite chez elle, c’est parce que je savais qu’avec ses 2 chattes très possessives, elle ne m’aurait pas adopté. Il a fallu que je sois patient pour m’approcher d’elle. Ma mission principale était de lui apprendre le détachement affectif. Il lui manque un petit, elle le vit mal même si elle pense avoir dépassé ce problème. Inconsciemment elle reporte tout cet amour sur ses chats. Je dois reconnaître que j’en ai été très heureux, c’était très fusionnel entre elle et moi. J’étais son garçon et même si je vivais au sous-sol spécialement aménagé pour moi je ne manquais de rien. Cela me convenait très bien car j’avais besoin de sortir, je n’aurais pas supporté de rester enfermé. Le jardin et le soleil m’aurait trop manqué. Dis-lui qu’elle a pris la bonne décision de m’euthanasier. Avec ce virus Fiv+ et ce lupus, mon organisme était beaucoup affaibli et les crises d’épilepsies m’épuisaient. Je n’avais plus la force et m’aider à partir était un magnifique geste d’amour et je lui en suis très reconnaissant. Mais il s’agit à présent de faire le deuil et me laisser rejoindre le paradis des chats. Dis-lui qu’il est temps pour elle de prendre conscience que nous les chats nous sommes destinés à nous occuper du nettoyage de vos lieux de vie mais aussi et avant tout de vous nettoyer énergétiquement et vous apprendre le détachement matériel et ou affectif. Dis-lui de ne pas avoir peur, de ne pas se laisser submerger par ses émotions et ses angoisses et de faire confiance à la vie. Mon départ même s’il est douloureux doit lui faire comprendre qu’il est temps pour elle de tourner la page et se construire un avenir professionnel beaucoup plus proche de ses aspirations. Elle a souffert et se cherche, mais dis-lui qu’elle trouvera bientôt son chemin. Même si elle en doute encore, c’est le moment pour elle de choisir ce qu’elle veut vraiment faire afin de s’accomplir et s’épanouir. Cela lui permettra tout en adorant ses chattes de les aimer sans trop les charger de ses manques et de ses émotions. Dis-lui aussi de vivre pour elle et pas qu’à travers ses chats. Dis-lui que son travail à l’association lui permettait de faire du bien à tous ces chats et surtout à elle. Dis-lui pour son évolution de se trouver à nouveau un centre d’intérêt et lorsque je serai dans le paradis des chats, je pourrai la protéger et lui envoyer de la lumière pour l’aider à avancer sur son chemin. Qu’elle n’en doute pas, elle aura à nouveau un jour le plaisir de me prendre dans ses bras et sur ses genoux. Et elle n’aura besoin de personne pour comprendre et sentir que c’est moi, je l’aime… »

16.TitiJe suis content de pouvoir rejoindre le paradis des jars. J’ai eu une grosse frayeur lorsque j’ai compris que ce chien allait m’attaquer et je savais que mon heure était venue. Le choc m’a complètement paralysé et assommé, mais je n’ai pas eu mal…Dis à ma gardienne que je n’ai pas eu la vie que j’aurais du avoir. Pour dire juste, je n’aurais pas dû vivre. Ma maman m’a rejeté et ne m’a pas couvé et je n’aurais même pas dû voir le jour. Mais elle (ma gardienne) s’est occupée de moi et m’a aidé à sortir de mon œuf. Elle m’a soigné, m’a bichonné, aimé et je lui en suis très reconnaissant. J’ai été très heureux d’être aussi proche d’elle, mais en même temps j’avais envie d’être avec et comme les autres.
Elle voulait m’aider à vivre, mais je suis resté petit et chétif, et les autres ne m’ont jamais accepté. Ce départ brutal dans la violence doit lui faire comprendre que la logique des choses reprend son cours. On ne peut pas s’approprier la vie ou la nature. On ne peut pas forcer le destin et mon destin sur cette terre était de très courte durée.
Mais depuis elle a évolué, et j’étais aussi sans doute là pour le lui faire comprendre. Elle ne doit plus culpabiliser maintenant. Tout ce qu’elle a fait pour moi (m’aider à sortir de l’œuf, car trop faible pour y arriver tout seul, m’envelopper dans du coton et le poser sur le radiateur pour m’apporter de la chaleur) elle l’a fait avec son cœur et je lui en suis très reconnaissant.
Dis-lui aussi, que je n’en veux pas au chien. Si elle le croise, elle ne doit pas lui en vouloir. C’était l’instinct et je n’ai aucune rancune vis à vis de lui.

Sa gardienne en a été très choquée et elle n’aura plus le même regard sur son chien. Elle culpabilise et aura du mal à oublier cette tragédie, je suis triste pour elle.

Partie le 29/12/2014

Marie, Laura et Sofia espèrent que tu vas bien et que tu continues ton chemin dans le bonheur. Elles pensent toujours à toi, ton départ a été dur mais a permis de débloquer des situations. Les rapports entre Marie et son papa vont doucement mieux et elle suit ton conseil de se rapprocher de lui, car comme tu disais, il est temps de laisser la rancœur de côté et d’accepter qu’on ne peut pas tout changer.

Je suis très heureuse de cette prise de conscience. C’était primordial pour elle. Maintenant qu’elle a compris qu’il faut accepter les choses qu’on ne peut pas changer, elle comprendra qu’elle peut vivre différemment. Conscientiser un fait, un acte, une situation qui nous fait souffrir nous permet de reconnaître nos peurs, notre manque et notre mal être. Le comprendre nous permet de pointer le doigt sur ce qui fait mal, sur ce qu’on doit accepter et qu’on ne peut pas changer car cela ne nous appartient pas. Dis-lui que c’est très positif d’avoir compris qu’il faut laisser la rancœur de côté car c’est un sentiment qui nous ronge de l’intérieur. Si elle suit mon conseil sans peurs, sans angoisses et sans jugement, elle se sentira très forte pour faire le travail qu’elle doit faire. Dis-leur aussi merci, à mon gardien, à Marie et aux filles, je suis partie sans souffrances dans la lumière et je peux veiller sur elles et me ressourcer en attendant mon retour. Je les aime.

image1Pablo est venu à ma rencontre le regard triste. Il m’a regardé et m’a dit :

Oui, je ne suis toujours pas parti car je sais qu’elle est malheureuse et n’arrive pas à comprendre que pour moi il était temps de faire le grand saut pour pouvoir me reposer et me ressourcer. Elle vit ce départ très difficilement et avec beaucoup de culpabilité. Moi ça m’empêche de faire la transition et je reste auprès d’elle, pour veiller sur elle. Mais ce n’est pas ma place, et lorsque j’aurai pu rejoindre le jardin des animaux, je pourrai lui envoyer de bonnes énergies et de jolis signes qui lui permettront d’accepter l’idée qu’il y a une vie après la mort. Ce n’est pas qu’elle soit fermée à l’idée, c’est juste une question de culture et d’éducation.

Ta gardienne aimerait te dire qu’elle t’aime de tout son cœur et que tu lui manques terriblement.

Oui je sais, elle aussi me manque. Notre relation était très fusionnelle, un peu trop même et aujourd’hui, alors que je suis encore constamment dans son entourage, elle ne va pas bien est en souffrance, et se torture l’esprit. Ce n’est pas confortable pour moi, j’ai de la peine pour elle et j’aimerais tant qu’elle puisse faire le deuil. Dis-lui que je ne l’ai pas abandonnée, ce lien fort entre nous peut continuer à exister au-delà de la mort. Mon âme n’est pas morte et je reste relié à elle. Lorsque je serai au paradis des animaux, ce sera plus facile à vivre pour elle et pour moi, et je pourrai lui envoyer de la lumière et de la force pour que son cœur et son esprit retrouve la paix et la sérénité. Rien de plus normal à mon âge de partir me ressourcer avant de revenir pour continuer un nouveau bout de chemin ensemble. Moi aussi je l’aime et je souhaite retrouver cette complicité qui nous liait à travers les prismes de la vie. Moi, j’étais cette partie d’elle qu’elle s’autorisait à choyer, cette partie d’elle qu’elle pouvait reconnaître en toute humilité sans devoir montrer une autre image ou avoir à prouver quelque chose. J’étais cette partie d’elle qui la représentait elle, la femme avec ses valeurs mais aussi ses sentiments, ses forces et ses faiblesses. Avec moi, elle n’avait pas besoin de paravent, je lui permettais d’accéder à sa source, à ce qu’elle a au plus profond d’elle-même et qu’elle aura toujours. Elle l’a compris, c’est la raison de cette souffrance et de ce mal-être, et j’espère, lorsque je serai prêt pour le retour, la retrouver pour l’aider dans cette mission. Pour l’aider de continuer sur son chemin et se reconnecter à elle.

Ta gardienne regrette de t’avoir fait incinérer, elle dit que tu ne méritais pas d’être brûlé.

Qu’elle soit en paix, car c’est mon corps, mon enveloppe physique qui est parti dans les flammes et s’est transformé rapidement en poussière. Pour elle, c’est l’image de ce que j’étais qui a été détruite en quelques instants, et ne pas pouvoir m’imaginer sous terre sous mon aspect physique l’empêche de faire le deuil et de trouver paix et harmonie. Je la rassure, pour moi il n’y a aucune différence, si ce n’est qu’en culpabilisant et vivant avec des regrets, elle m’empêche d’aller là où je dois aller. Mon âme n’a pas été brûlée, mon âme n’était déjà plus dans mon corps, elle était à côté d’elle, avec elle pendant que cette idée lui torturait l’esprit. Mon corps enterré dans le jardin de ses parents l’aurait aidé à accepter plus facilement ce départ, car elle aurait pu venir s’y recueillir et surtout elle pouvait visuellement voir l’endroit où j’étais lorsqu’elle pense à moi. Le deuil aurait pu se faire plus facilement. Ce qui est important maintenant, même si c’est une épreuve, c’est d’accepter les faits et de ne plus en souffrir. Cela aidera mon âme à se libérer et partir vers d’autres cieux. Dis-lui que je veillerai sur elle et que je me manifesterai de nouveau à elle. Je l’aime et je sais qu’elle a besoin de mon énergie et surtout de ma présence. Maintenant que ces messages lui seront transmis, je m’apprête à emprunter cette belle route noyée dans la lumière.

J’aperçois des fleurs, des pavots, des pivoines et beaucoup de papillons et de coccinelles.
Belle transition à toi, Pablo ! Au revoir

SAXO AVANT DE PARTIR._ (1)Bonjour Saxo, Patricia la dame qui s’est occupée de toi ces derniers mois souhaiterait que je communique avec toi. Elle aimerait savoir si tu es d’accord.

Saxo est sur le chemin, elle m’attend et me regarde, puis elle me répond :

Oui, je fais encore des aller/retour pour venir la voir car elle a un doute et une pointe de culpabilité, de nostalgie aussi, mais j’aimerais que tu lui dises qu’elle a fait le bon choix. Elle a pris la bonne décision, et je la remercie de m’avoir accompagnée et de m’avoir aidée à partir en toute dignité. J’étais sur mon chemin depuis un bon bout de temps et libre de partir quand je le voulais, mais il était important pour moi d’être accompagnée avec amour par un humain, et c’est elle que j’ai choisi. Beaucoup de gens ont eu de la compassion pour moi dans le voisinage, et on m’a aidée toutes ces années à survivre et je les en remercie. Seule elle, m’a témoigné autant d’amour et m’a autorisée à venir chez elle, dans sa maison, un lieu très agréable, où je me plaisais mais ne pouvais y vivre, j’étais bien trop libre après toutes ces années d’abandon, et incapable de me laisser priver de cette liberté. Elle l’a compris et m’a aimée d’un amour inconditionnel, acceptant mes allées et venues, et ne demandant rien en retour. J’ai vécu ces derniers mois comme dans un rêve, libre d’errer et de squatter le quartier et en même temps j’avais un refuge, un chez moi, où on m’apportait de la tendresse et de la nourriture, et où surtout j’étais libre de partir quand je le voulais. J’ai vécu toutes ces années dehors, espérant au début que mes gardiens aient de la compassion et reviennent me chercher, puis au fil des années, j’ai compris que les humains n’avaient pas tous les mêmes valeurs et qu’il était important, que nous les chats errants, en ayons conscience, et œuvrions pour rester libres et ne pas nous attacher.

Ma mission était devenue une mission de « sentinelle » et j’étais chargée de m’occuper du lieu, de nettoyer les énergies des alentours. Et puis j’apportais aussi de bonnes vibrations aux personnes qui se sont occupées de moi, surtout elle qui m’aurait adoptée, mais c’était bien trop tard pour moi. Mais qu’elle n’ait aucun regret, elle a pris la bonne décision, et cette transition depuis ce printemps, m’a permis de me réconcilier avec les humains, afin de partir en paix pour me ressourcer et revenir avec une nouvelle mission et cette fois-ci auprès d’elle. Je l’espère de tout cœur, car j’aimerais la retrouver, pour à mon tour, l’aider à se détacher, l’aider à évoluer et avancer sur son chemin.

Elle aimerait savoir si tu es heureuse et dans la lumière aujourd’hui ?

Oui je le suis et c’est grâce à elle.

Je dois aussi te dire qu’elle t’aime pour toujours et te remercie pour les leçons de vie que tu lui as données : dépasser ses peurs des microbes, prendre conscience de la valeur de la liberté et de ses risques aussi.

Dis-lui que la peur est toujours mauvaise conseillère et représente le plus grand des handicaps dans votre vie. Tout ce que vous faites, tout ce que vous entreprenez est faussé si vous vous laissez manipuler par vos peurs. Mais pour les dépasser, il s’agit de faire un grand travail sur soi-même afin de les reconnaître, de les observer et de savoir comment les négocier pour qu’elles n’envahissent plus votre vie. Lorsqu’on sait comment les appréhender, elles ne sont plus un obstacle et on se sent plus libre. Elle en a fait l’expérience avec moi, qu’elle continue sur cette voie.

Je dois te dire aussi Saxo que tu resteras pour elle une très grande « Dame », qu’elle respecte infiniment.

Elle a ressenti cette puissance qui émanait de mon aura, c’était une vibration forte. Je me situe sur un autre plan, et j’étais devenue le maître des lieux. Dis-lui qu’elle peut devenir une très grande dame aussi, qu’elle peut changer de plan, et vivre en toute harmonie avec joie et sans peurs pour être le maître de sa vie. Je vole à présent, oui je me sens pousser des ailes pour m’envoler au paradis des animaux et j’espère qu’elle acceptera à nouveau de m’ouvrir sa maison et son cœur.

Message de la gardienne à Kenzo :

Kenzo« Mon petit Kenzo, je tiens à te remercier de tout mon coeur d’avoir été un compagnon fidèle durant toutes ces années, d’avoir supporté mon mauvais caractère mais j’étais jeune…. Tu étais et restera mon petit bébé, mon meilleur ami et mon confident. Je souffre énormément de ton absence car je tiens beaucoup à toi. Je sais que c’est égoïste de ma part, tu n’allais pas bien et je me voilais la face. J’espère que tu ne souffres pas, si tu es heureux, je le serai aussi. Je souhaite que tu te refasses une santé afin que tu puisses revenir en bonne santé et je te fais la promesse de te choyer et de mieux m’occuper de toi. Tu manques à maman aussi, à tout le monde. Tu étais exceptionnel !… Maman et moi t’aimons très fort et jamais tu ne quitteras mes pensées. Je t’attendrai mon pouppi. J’aurais encore tant de choses à te dire mais si tu arrives à m’entendre je te les dirai plus tard… »
« Peux-tu parfois venir me voir ? Es-tu bien là où tu es ? Tu es en bonne compagnie ? Est-ce que tu m’entends si je te parle ? Quand tu reviendras, comment saurai-je que c’est toi ? Et ça sera dans longtemps ? J’ai pris ton cerf, j’espère que tu ne m’en veux pas…. » et pour terminer, avait-il peur de partir ? Est-il resté accroché à mon énergie ?
Petit message de F……., (la maman de la gardienne) :
« Merci à toi d’avoir été un superbe chien et compagnon. Papi et mamie adoraient les marches avec toi et ta grande gourmandise, ta présence. On t’aime très fort et tu nous manques »…

Kenzo, te souviens-tu de moi (Christiane) ?

« Bien sûr et je sais que c’est Rachel qui te demande de me parler. J’étais à côté d’elle lorsqu’elle t’a fait le message. Elle était très triste et elle pleurait. Dis-lui de ne pas culpabiliser j’ai été très heureux avec elle et je sais qu’elle était jeune et avait tout à apprendre de la vie. Dis-lui que je n’avais rien d’exceptionnel, j’avais une mission auprès d’elle et j’ai essayé de la remplir du mieux que je pouvais. Elle a souffert de l’absence de son papa et ma mission était de l’accompagner pendant toutes ces années et de lui donner de l’amour pour que son enfant intérieur n’en souffre pas trop. Ca n’a jamais été facile, ces choses qu’on trouve injustes ne sont jamais simples à comprendre et l’âme en souffre. Elle a fait son chemin depuis et a compris beaucoup de choses et c’était difficile pour elle de les comprendre. Et lorsque l’être est vulnérable, les énergies de la personne sont parasitées. J’étais aussi là pour l’aider et la protéger. Et je continue à le faire et ce sera d’autant plus facile que je peux aller et venir à ma guise. Je me sens léger et je n’ai plus aucune douleur. Ici tout est beau, c’est très lumineux et il n’y a pas de conflits ou de jalousies. C’est un endroit magique et lorsqu’elle aura fait son deuil, je pourrai en profiter pleinement et me reposer pour préparer mon retour. Dis-lui de n’avoir aucune crainte, elle ne passera pas à côté de moi. Tout dépend d’elle et lorsque son coeur sera prêt et qu’elle se mette à la recherche d’un nouveau compagnon, je serai sur son chemin (m’a montré un petit chien noir et blanc très espiègle). Je vais aussi lui envoyer de l’aide de là-haut, ici je suis très bien entouré. Dis-lui que non seulement je l’entends lorsqu’elle me parle, mais j’entends aussi ce qu’elle pense… Dis-lui que je l’aime. Dis-lui de continuer son travail afin qu’elle aille de mieux en mieux. Et lorsque je reviendrai nous pourrons tous les deux passer de merveilleux moments ensemble dans un corps et un esprit sain. Dis-lui de songer à avancer et de me parler de ses progrès afin qu’elle conscientise qu’elle a pris le bon chemin, qu’elle a pris son chemin…
J’étais prêt pour le départ et entouré de lumière. J’avais de l’aide et ils étaient là pour elle aussi. Je ne suis pas resté accroché à son énergie. Peut-être qu’on a encore essayé de profiter de sa tristesse et de sa vulnérabilité mais ce n’était pas moi. Dis-lui qu’elle a fait ce qu’il fallait faire pour m’aider à partir dans de bonnes conditions. Qu’elle n’en doute pas. Mon chemin vers la lumière était ouvert depuis quelques jours et chez le vétérinaire je l’ai pris sans hésiter. Je n’étais pas seul, j’étais accompagné et je n’avais pas peur ».
A la réponse du message de F….. « Oui, je sais et je les aime aussi. Dis-leur que je suis bien, ici tout est simple et je ne ressens plus de douleurs. Je suis serein, c’est la plénitude et je veillerai aussi sur eux… »

Partie le 14 mars 2015

10284741_762639863856434_1962870774690750078_oJe l’aperçois assise au bord du chemin, je m’approche d’elle et lui demande ce ou qui elle attend.

Je ne peux pas partir, pas tout de suite, ma gardienne est bien trop malheureuse. Elle souffre et me pleure et ça m’empêche de partir. Elle culpabilise aussi que je sois partie alors qu’elle n’était pas présente, mais c’était mon choix et je l’ai fait pour lui rendre les choses moins difficiles. J’avais de l’eau dans les poumons et la respiration me faisait mal. Je me sentais oppressée et mon cœur a lâché. C’est mieux pour elle, elle n’aurait pas supporté de m’emmener pour m’aider à partir. Dis-lui que je l’aime et qu’elle doit accepter mon départ afin que je puisse rejoindre le paradis des chiens.

Ta gardienne aimerait savoir si tu as été heureuse avec elle.

Mais elle le sait, elle connait la réponse. J’ai été son enfant, son bébé et toutes ces années n’ont été que bonheur.

Est-ce que R…..  t’a dérangée, ou fait peur ?

Je ne l’aimais pas, ses éclats de voix nous perturbaient toutes les deux, mais il ne me dérangeait pas, ma relation avec elle était si fusionnelle que personne ne pouvait s’y immiscer.

Tu as donc apprécié tous ces moments que vous avez partagés ensemble ?

J’ai aimé et profité de chaque instant avec elle. Ma mission était de l’aider à traverser des périodes difficiles aussi bien physiquement que psychiquement (douleurs) et chaque moment passé avec elle pour l’aider et lui apporter du réconfort ont été des moments exceptionnels remplis d’amour et de gratitude.

Je dois te dire que tu resteras dans son cœur et que rien ne pourra te remplacer.

Même si je ne suis partie que pour me ressourcer et revenir chez elle pour une mission encore plus importante ? Dis-lui qu’elle a le droit d’aimer et de recevoir de l’amour et qu’elle ne doit pas fermer son cœur. La souffrance doit lui permettre de voir les choses autrement, de faire un travail sur elle pour l’aider à avancer et non pas s’auto-punir elle-même. Qu’elle se rapproche de la chatte, elle saura lui apporter du réconfort. Moi, je peux continuer mon chemin, je l’aime et je veillerai sur elle jusqu’à mon retour !!!

Ta gardienne me charge de te dire qu’elle t’aime beaucoup et qu’elle ne t’oubliera jamais.

user comment

Oui, je sais qu’elle a beaucoup de mal à faire son deuil, mais c’est encore plus dur avec Féline et elle pense que tout autour d’elle est en train de s’écrouler. Dis-lui qu’elle se trompe même si c’est difficile pour elle de nous laisser partir parce qu’elle nous est très attachée. C’est aussi le moment pour elle de changer son mode de vie. Nous serons et resterons reliés à elle où que nous soyons. Ici tout est beau, très lumineux et les choses beaucoup plus simples, et il serait temps pour elle aussi de changer de fréquence et de se rendre la vie plus facile et plus belle. Le tout est d’oser s’affirmer, de dire haut et fort qu’on existe, qu’on a le droit de vivre sereinement, sans peurs et sans angoisses. Il ne faut plus accepter d’être constamment dans la soumission. Il serait bien qu’elle apprenne à méditer, à se relaxer, afin d’être reliée et centrée à la terre pour être elle-même, et ne plus accepter d’être manipulée. Lorsqu’elle aura compris qu’elle peut y arriver rien qu’avec la force de sa volonté, elle se sentira plus forte et aura envie d’avoir d’autres centres d’intérêts, qui l’aideront à se renforcer pour combattre ses problèmes de santé et tous les obstacles qui voudraient lui barrer la route ? Mon message «  Aide- toi et le ciel t’aidera », car les choses ne viendront pas de lui, mais si elle change sa manière de vivre et de fonctionner, il comprendra que soit ça passe et la vie sera plus harmonieuse, soit ça casse. Avec Féline nous serons là pour veiller sur elle et lui apporteront toute l’aide nécessaire pour qu’elle puisse sortir de cette existence triste et difficile. Et puis, je compte très bientôt la retrouver, elle ne sera pas capable de vivre sans compagnon et je serai là au moment opportun. Qu’elle prenne confiance et croit en l’aide divine. Le tout est de prendre conscience et de vouloir.

Partie le 10 octobre 2014

20141008_151036Je suis en attente, j’ai le temps et il me semble bien long.

Ta gardienne me charge de te dire « Merci Leilou pour toutes ces années que nous avons passées à tes côtés, merci pour tout ce que tu nous as donné, merci de nous avoir aidé, guidé, aimé d’un amour inconditionnel. Je suis désolée pour tout ce que je t’ai fait subir ces derniers mois et te demande pardon du fond du cœur. Je n’aurais pas dû te faire opérer ni te  laisser chez le vétérinaire où tu es partie, seule sans câlins. Tu méritais plus de douceur, d’amour d’autant plus que tu étais malade. Pourquoi es-tu partie maintenant, pourquoi cette maladie, as-tu voulu nous protéger de cette maladie ? Est-ce le logement qui est à incriminer ? Suis-je trop stressée, énervée, agressive, dépressive ?

Oui je sais tout ce que tu viens de me dire, je suis encore très présente et sa culpabilité, sa détresse m’empêchent de partir. Dis-lui que je suis heureuse qu’elle ait réussi à mettre des mots sur tout ce qu’elle éprouve et ressent, et qu’elle a mis tous ces messages par écrit. Même si cela peut ressembler à de la torture, c’est au contraire très important pour elle d’exprimer ses regrets, ses questions et sa culpabilité. C’est une grande prise de conscience qui lui sera très bénéfique si elle s’accepte avec ses défauts et ses qualités et reconnaisse que cette part d’ombre dont elle parle, à partir du moment où elle en a pris conscience, peut la galvaniser et lui permettre de trouver en elle les ressources nécessaires pour lui apporter un équilibre et la positiver. Cette tumeur je l’ai eue, et peu importe à présent la raison, les animaux ont tous une mission auprès de leur gardien et la mienne était avant tout d’apporter un équilibre au sein du logement qui ne vibre pas sainement. Les énergies de bas niveau vibratoire ont une forte influence sur l’état physique et psychique. Dis-lui de le faire nettoyer  ou pourquoi-pas en changer. Mais il y a des choses qu’elle emportera car liées à elle.

Dis-lui que beaucoup de choses changeront et se mettront toutes seules en place si son appartement et elle sont débarrassés de tout ce qui les polluent. Quant à son futur lieu de vie, son paradis sur terre, il se trouve précisément dans son cœur. Il est temps qu’elle se reconnecte à sa source. Pour cela, il va falloir faire un travail sur elle, s’accepter comme elle est et demander pardon à son enfant intérieur pour tout ce qu’il a  souffert.  Il s’agit de travailler sur le « je-nous ». Reconnaitre et accepter ses souffrances intérieures pour ne pas être manipulée par des forces sombres qui s’avèrent maléfiques dans nos relations. S’observer, s’écouter et communiquer, dire les choses qui font mal et demander pardon à son enfant intérieur. Puis il s’agira de renouer le dialogue avec chacun, leur dire les choses mais parler avec son cœur et non avec colère. Peut-être que cela amènera une rupture définitive, mais le deuil pourra en être fait.

Dis-lui que lorsqu’elle aura accompli tout ce travail, sa mission sur terre lui semblera évidente. Elle n’a pas choisi son métier par hasard, qu’elle n’en doute surtout pas. Si tu communiques avec moi aujourd’hui, c’est que ses regrets, son mal-être et sa culpabilité