Ta gardienne me charge d’un message pour toi Timus et aimerait que tu répondes à ses questions :

Merci de lui dire que je l’aime très fort, que je l’ai choisis et attendu longtemps; qu’il est important pour moi; que je suis tracassée par ce problème urinaire dans la maison; qu’il essaye de m’expliquer ce que cela signifie, ce que je n’ai pas compris; et que je souhaite que nous soyons apaisés tous les deux.

 

Dis-lui merci pour son message d’amour qui me rassure beaucoup, et en même temps je suis si triste, si désolé pour mon comportement malpropre, mes pipis qui l’exaspèrent et j’en ressens de la honte. Pardon, pardon pour tous les soucis que cela t’inflige, mais ne le prend pas pour de l’ingratitude de ma part, ce n’est pas non plus pour te punir ou pour riposter, non c’est plus un mal-être que j’exprime et que je n’arrive pas à contrôler, c’est presque devenu un automatisme, cela me soulage et me libère de certaines tensions que je peux ressentir chez toi, avec vous et dans la maison.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, et surtout pas en ce moment où divers tracas créent des conflits et des divergences. Il y a aussi les peurs, les peurs de tomber malade, les peurs d’être contaminé/contaminant et cela crée des égrégores qui attirent toutes sortes d’énergies négatives. Toi ma maman qui se met facilement en colère, tu es fragile, vulnérable et on utilise souvent ton énergie, et moi ça me dérange et me perturbe beaucoup.

Je suis ton bébé, ton petit garçon et je suis chargé de te protéger et de veiller sur toi. J’ai un peu de mal à laisser la place aux autres pour te nettoyer, désolé, je suis possessif et j’ai besoin de me sentir être le privilégié. Cela me rend fragile tout comme toi.

Lorsque tu reviens à la maison laisse tes soucis devant la porte et profite des tiens pour te reposer et te ressourcer. Vit le moment présent, dans le ici et maintenant et ce sera plus serein pour nous tous. Accepte ce que tu ne peux changer et passe au-dessus pour te l’approprier et le vivre autrement.

Je t’aime et je te promets de faire des efforts pour ne pas rajouter à tes états d’être. Je sais aussi que je dois te partager, c’est cela t’aimer d’un amour inconditionnel et c’est le moment de m’adapter pour devenir moins possessif. Nous étions déjà ensemble, souviens toi…

Ta gardienne me charge de te poser quelques questions Quick :

–  Son attitude envers les deux autres chats est-elle  l’expression de peur, d’envie de domination, de jalousie,.. ?

 

–  Y a t’il quelque chose qui le dérange dans la maison ou peut être moi dans mon comportement?

 

– Et enfin as t’il envie d’être ailleurs, dans un foyer sans autre chat, avec un autre humain? 

 

Je vais d’abord te dire que non je n’ai pas envie d’être ailleurs avec un autre humain. Elle a beaucoup d’empathie et de compassion dans son cœur, et ce serait idiot de vouloir partir ailleurs. Non je me sens bien ici, si ce n’est que je suis, vu le concours de circonstances, obligé d’être sur mes gardes et de veiller à ce que je sois toujours en position de force et que je puisse quoi qu’il arrive dominer la situation et surtout mes congénères. C’est évident que ce serait mieux pour moi de ne pas avoir de compagnons, mais je sais qu’ils étaient là bien longtemps avant moi, et lorsque je les agresse c’est plus par peur.

Je suis désolé pour tant d’ingratitude de ma part mais c’est devenu un réflexe, un automatisme ayant vécu quelques temps dans la rue, il faut s’imposer et se montrer dominateur pour qu’on te laisse tranquille.

Oui j’ai compris Quick, mais les 2 chats de ta gardienne sont âgés et ne veulent que la paix et qu’on les laisse tranquille. Ta gardienne a besoin de savoir que tu te plais chez elle et que ses chats ne sont pas dans l’angoisse à cause de ton comportement. Est-ce que quelque chose dans son comportement à elle te dérange ?

C’est un peu une maman poule pour eux, elle les couve et épie chacun de mes mouvements, je la sens constamment sur le qui-vive et cela me crée du stress, et pour libérer les tensions, je deviens agressif. Je suis navré, ce sont des comportements qui sont devenus naturel chez moi, après tout ce temps où il fallait être vigilant, que ce soit de nuit ou de jour. J’ai encore tous ces souvenirs et les mémoires sont omniprésentes.

J’ai besoin d’aide pour effacer ces peurs et j’aimerais aussi qu’elle soit moins craintive, qu’elle me fasse plus confiance. J’ai besoin qu’elle me montre qu’elle a de l’affection pour moi et qu’elle m’aime. J’ai moi aussi, malgré mon comportement très farouche, besoin de tendresse. Ma précédente gardienne n’en avait rien à faire de moi et ça l’a bien arrangée que je prenne la poudre d’escampette. De voir comment sont traités et respectés ses deux compagnons me donne c’est vrai très envie de prendre leur place. Mais je vais faire un effort pour m’adapter à eux si l’on m’aide à oublier les traumatismes du passé.

 

Ta gardienne Symi me charge de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Tu m’en veux d’avoir ramené Popi ? Elle était toute seule à la rue, et elle n’est pas venue chez nous pour remplacer qui que ce soit, mon coeur est assez grand pour tout le monde et chacun a sa place, cela ne changera jamais. Je l’enferme la nuit pour que toi et Tinos soyez tranquilles la nuit, cela te convient ? Je t’aime énormément et l’arrivée de Popi ne changera rien à cela.

Bien entendu qu’elle a sa place avec vous, même si cela nous perturbe toutefois un peu tous les deux. Pour moi c’est moins traumatisant, je suis un chat de type timbre-poste et je sais que ma maman aura toujours besoin de moi pour faire ce travail, alors que Tinos en tant que nettoyeur est un peu plus en retrait et encore beaucoup plus depuis son arrivée. Elle est jeune, pleine de vie et aimerait jouer avec nous. Alors que tous les deux nous avançons dans l’âge et aspirons plus à avoir la paix. Je me suis fait comprendre et respectée de suite. Mon frère avec ses peurs se laisse un peu envahir par le stress et cela le fragilise. Elle le sent et essaye de le dominer un peu. A lui de mettre des limites en place au lieu de se faire de la bile.

Je t’aime, tu es ma maman et je me considère comme ta fille, ta grande fille, et Popi est le retour du chat de ta maman. Tu lui dois bien ça, c’est tout à fait normal qu’elle soit revenue chez toi, tu lui étais très attachée aussi ; Elle a sa place et petit à petit les énergies entre nous 3 seront à nouveau harmonisées et pacifiées, ne t’en fait pas. C’est bien de l’écarter un peu la nuit, cela nous donne à Tinos et moi l’amplitude de mieux profiter de toi et du territoire. Je t’aime et je sais que cela ne changera en rien le lien profond qui nous unit.

 

Tinos, Ta gardienne me charge de te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions:

Je m’inquiète beaucoup pour ta santé, j’ai toujours peur que tu vomisses à nouveau, est-ce que c’est l’arrivée de Popi qui t’a mis dans cet état ? Tu m’en veux de l’avoir ramené ? Tu sais elle était toute seule à la rue, et elle n’est pas venue chez nous pour remplacer qui que ce soit, mon coeur est assez grand pour tout le monde et chacun a sa place, cela ne changera jamais. Tu me parlais beaucoup avant, cela me manque car tu ne me parles plus comme avant, tu ne viens pas non plus sur mes genoux quand je télé travaille comme tu le faisais avant. Tout cela me manque. Tu t’isoles en haut de la bibliothèque pour faire la sieste, c’est parce que Popi ne peut pas te déranger là-bas ou parce que tu veux t’isoler car tu ne te sens pas bien ? J’enferme Popi la nuit pour que toi et Symi soyez tranquilles la nuit, cela te convient ? Je pense qu’elle veut être amie avec toi et non pas t’embêter, c’est un bébé, elle s’y prend peut-être mal, n’hésite pas à lui signifier tes règles et elle respectera. Je t’aime énormément et l’arrivée de Popi ne changera rien à cela.

 

Dis-lui merci pour son bienveillant message qui me rassure beaucoup. C’est vrai que l’arrivée de Popi m’a beaucoup perturbé et j’ai eu peur qu’elle prenne toute la place et de perdre la mienne. C’est un bébé certes mais elle est très, très envahissante. Elle revient de loin, elles étaient déjà ensemble et la voilà revenue chez elle au lieu de sa maman, et cela me crée du stress et des angoisses. Je sais qu’elle a beaucoup compté et son retour même s’il est juste qu’elle soit là aujourd’hui, qu’elle l’a ramenée de loin pas par hasard, me dérange dans mon petit train-train. Mea culpa si je te crée des tracas, je ne peux pas t’en vouloir, tu as suivi ce que ton cœur te disait et je ne peux qu’être heureux et fier pour la belle personne que tu es, même si cela me crée des peurs.

Un peu possessif avec Symi nous te partageons ainsi que le territoire, et tout se passe bien. Cette petite un peu agitée et envahissante perturbe notre petite vie tranquille, et puis elle veut jouer et s’y prend un peu mal et je préfère m’isoler plutôt que de la supporter.

Pardon si je me fais de la bile, je sais que tu m’aimes et que tu ne m’abandonneras jamais, je te remercie de veiller à ce que les nuits elle nous laisse tranquille. Je me sens un peu fatigué et ces nausées et brûlures dans mon ventre n’arrangent rien, mais je vais essayer de faire un effort et d’être un peu plus tolérant. Je t’aime et je suis heureux ,je vais veiller à reprendre petit à petit mes petites habitudes, ne t’inquiète pas, je vais arrêter de me faire du mauvais sang.

Ta gardienne me demande de te dire qu’elle t’aime très fort. Elle aimerait que tu lui dises comment tu te sens et surtout ce qu’elle peut faire pour t’aider ? Toffee m’a regardée un petit moment avant de me répondre, et au moment où j’allais réitérer ce que je venais de lui dire, elle m’a dit :

Dis-lui merci pour son message, dis-lui que moi je l’aime aussi d’un amour pur, profond et inconditionnel. Elle est ma maman, je suis son bébé, sa petite fille et si contente de l’être. Je vis depuis si longtemps des moments de grands bonheurs avec elle, et je lui suis si reconnaissante de prendre autant soin de moi, d’être toujours présente pour moi et de m’aider dans cette maladie.

Je ne t’ai pas répondu tout de suite parce que je suis émue, je suis tellement touchée de voir qu’après tout ce qu’elle fait pour moi, tous les soins qu’on me donne, qu’on m’apporte, elle s’inquiète toujours autant pour moi et aimerait savoir ce qu’elle peut faire pour m’aider.

Dis-lui merci pour sa grande empathie, son amour et sa générosité, j’ai beaucoup de gratitude pour elle et pour tout l’univers de m’avoir guidée vers elle, car ce n’est que du bonheur. Dis-lui que ce mal me ronge de l’intérieur et que je suis sur mon chemin. Je me sens de plus en plus faible, je suis un peu au bout de mes forces, au bout du rouleau et je prépare mon départ. Les traitements lourds et coûteux, ce n’est plus la peine. Je prépare ma transition du mieux que je peux et j’aimerais qu’elle m’aide à partir lorsqu’elle verra que ça ne va plus pour moi.

Mon appétit devient de plus en plus capricieux, je n’ai pas faim et je ne ressens plus le besoin de me nourrir. Je me sens fatiguée, j’ai besoin de beaucoup de repos, et lorsque j’ai des maux de ventre je me réfugie dans mon corps astral et tout devient beaucoup plus léger et supportable.

Dis-lui que je l’aime et que je ne veux pas la voir triste et en détresse à cause de moi. Elle sait que  je ne peux rester éternellement auprès d’elle, du moins pas dans cette incarnation physique et il faut que tu lui dises que nous les animaux avons justement cette chance de pouvoir vous revenir très vite et de nouveau en pleine forme. Mais même si c’est une terrible épreuve de nous accompagner et de nous laisser partir, ça nous donne la chance de remonter nous reposer et nous ressourcer. Je n’ai pas peur, je me sens déjà bien entourée par les êtres de la nature et le Deva des animaux, et j’ai confiance, je sais que tout se passera bien pour moi.

Ma petite maman tu dois aussi te préparer et même si c’est très dur tu le feras par amour pour moi, et crois-moi dès que tu seras prête nous nous retrouverons. Lorsque tu seras à nouveau prête à m’accueillir dans ton cœur et ta maison sous une autre enveloppe corporelle et que tu te mettras à ma recherche, je me mettrai de nouveau sur ton chemin. En attendant laisse faire les choses, ne te torture pas l’esprit, moi j’ai toute confiance en toi et je n’ai pas peur. Je sais qu’après la mort il y a la renaissance, et de pouvoir te revenir dans un corps physique en bonne santé et en pleine forme me donne espoir, force et courage.

Je t’aime, profitons du moment présent, c’est si bon de se faire choyer et câliner.

 

Ta gardienne t’aime très fort et aimerait savoir ce qui aujourd’hui pourrait contribuer à ton bien-être Poupi ?

Mon bien-être passe par le sien et pour que je me sente bien dans ma tête et dans mes pattes j’ai besoin de la sentir bien elle aussi, d’être moins sur le qui-vive et dans l’inquiétude me concernant. Dis-lui que je l’aime d’un amour pur, profond et inconditionnel et je suis si heureux de pouvoir encore l’accompagner dans son quotidien. C’est vrai que mon corps souffre de maladies, de bobos dus à l’âge, mais je ne peux pas me plaindre, je ne me sens pas en grande souffrance. J’arrive à supporter et gérer mon état, et la vie que j’ai auprès de toi, chez vous est une vie de rêve, une vie de prince.

Ne te torture pas l’esprit, vit le moment présent et profitons du temps qu’il me reste dans cette incarnation physique pour se câliner et passer de merveilleux moments de tendresse ensemble. Je suis sur mon chemin et je prépare ma transition à mon rythme, et viendra le moment où tu seras obligée de m’aider à partir, mais aujourd’hui il n’y a aucune urgence. Je veux encore profiter de toi, bouger et balader un peu, et puis j’aime encore vider ma gamelle. Tout cela sont des signes que je ne vais pas, malgré mon âge et ma santé, si mal que ça.

Je ne suis pas inquiet, je sais que mon départ, hormis la grande peine et détresse dans laquelle tu te trouveras, ne me créera pas de peur ni de stress. Je sais que je serai bien accompagné et que c’est la seule condition, qui après avoir fait un petit passage au jardin des animaux, me permettra de te revenir en pleine forme pour continuer notre belle histoire d’amour ensemble.

A mon âge j’ai besoin de bientôt pouvoir me réparer et me ressourcer, mais ce n’est pas encore pour aujourd’hui. Je suis en train de vaquer aux préparatifs, et tu dois doucement t’y préparer aussi, mais avec dans le cœur la pensée que c’est pour mieux nous retrouver après, et cela doit te remplir de joie et d’espoir. En attendant vivons le moment présent dans le ici et maintenant.

Je t’aime tant ma petite maman, ton garçon n’a pas peur, tout va bien, rassure-toi.

Ta gardienne se fait beaucoup de soucis pour toi Filou et me charge de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Est-ce qu’il mange à sa faim, est-ce qu’il boit à sa soif ? de quoi a-t-il besoin ?

Peut-il élire son dodo à un autre endroit que sur la table où l’on mange ?

Peut-il arrêter de miauler ainsi ? Ce que signifie ses miaulements, que veut-il me dire ?

Dis-lui merci pour sa bienveillance, je sais combien ma vieillesse et tous les bobos dus à l’âge me et lui posent problèmes. Oui je suis sur mon chemin et je prépare ma transition à mon rythme, mais malgré les douleurs parfois très fortes que je peux ressentir dans tout mon corps il n’y a pas d’urgence et je n’ai pas encore besoin d’aide pour partir. Lorsque c’est trop douloureux je me réfugie dans mon corps astral et tout va mieux, j’arrive à bien dormir et à récupérer. Et l’endroit idéal pour moi, et elle l’a bien compris, est la table. Non seulement je m’y sens en sécurité parce que en hauteur et en même temps la dureté, une fois que j’ai bien trouvé ma place, me fait du bien. Cela peut paraître étonnant, vous auriez plus tendance à vous coucher sur un endroit qui se prête à votre forme, hé bien pour moi de me coucher sur du dur où rien ne bouge me soulage énormément.

Mea culpa si cela vous dérange, mais l’empathie envers un vieux monsieur devrait le toucher et je ne viens pas manger dans son assiette. Je suis propre, je fais toujours encore ma toilette, un peu plus compliqué au niveau oreilles, mais j’ai encore une hygiène de vie saine, même si mon corps est usé et que je commence un peu à être au bout du rouleau. Je mange encore bien et je bois, je ne manque de rien.

J’aime encore partager de grands moments de câlins avec toi et cela me remplit le cœur de joie lorsque tu me choyes. Tes caresses me font beaucoup de bien, j’aime lorsque tu me touches, je ressens beaucoup d’’énergie et de chaleur dans tes mains, et cela me soulage et me fait le plus grand bien. Je t’aime et même si je prépare mon départ à mon rythme et que je présente parfois des problèmes de sélénité, mon esprit est tantôt un peu endormi et tantôt vif, espiègle et joueur ; C’est surprenant pour toi, je sais, de passer de l’un à l’autre mais comme tout être d’un certain âge, il y a des jours  avec et des jours sans.

Pardon si je te réveille la nuit avec mes miaulements, mais c’est la nuit et surtout au petit matin que les énergies négatives qui ne vous appartiennent pas, que les âmes errantes circulent et cela me dérange énormément, n’étant plus capable de les transmuter. Sortir et me ressourcer avec les énergies telluriques me soulage mais elles sont toujours encore là lorsque je reviens. C’est épuisant pour toi mais ça l’est aussi pour moi de ne pas arriver à mieux gérer la situation. Entre les douleurs que j’emmagasine tout au long de la journée et les nuits où c’est encore plus compliqué car se rajoutent ces choses, les miaulements me permettent d’évacuer le trop plein et le te faire comprendre ce qui se passe. Je resterais bien dehors plus longtemps mais il fait trop froid et trop humide pour ma pauvre et vielle carapace.

Je suis sur mon chemin et comme toute âme qui prépare sa transition j’ai besoin que tu me touches, cela me fait du bien et me remplit de joie. Je t’aime et je vais essayer de faire des efforts, je suis navré que mon état te crée autant de tracas, je sais qu’arrivée la fin de la semaine tu as droit à des leçons de morale, qu’il ne peut pas comprendre ton laisser-aller et ta souplesse, mais ce qu’il ne sait pas et qu’il ne peut pas comprendre c’est que c’est mon territoire et que vous êtes chez moi et pas l’inverse. C’est comme ça tout simplement, c’est notre rôle sur terre de venir à vous et auprès de vous, et de nous occuper de vous et de votre lieu de vie.

Et puis je suis en train de vaquer aux préparatifs que chaque départ réclame, et lorsque le moment sera venu et tu le sauras, je sais que je peux te faire toute confiance, tu pourras m’aider à partir parce que c’est la loi.

Je t’aime, tu es une maman adorable, empreinte d’amour et de compassion, et toutes ces années que nous passons ensemble sont des années de pur et grand bonheur. Lorsque je tirerai ma révérence ce sera pour te protéger de là-haut et t’envoyer des énergies divines car tu le mérites. Tu as ce don qu’on appelle le sacrifice de soi et tu penses au bien-être de tous, bien longtemps avant de penser au tien. J’aimerais aussi te dire, lève le pied, tu es repartie dans la spirale de la roue qui tourne, tourne et tu n’arrives plus à t’arrêter. Pense un peu à toi, cela te fera le plus grand bien et me calmera aussi.

Je t’aime, ne porte pas mes douleurs, ce sont des bobos dus à l’âge et je sais gérer et me réfugier dans mon corps astral lorsque ça ne va plus ou moins bien…

Ta gardienne aimerait te poser quelques questions :

Je voulais savoir s’il ne souffrait pas ? 

S’il voulait faire de l’hydrothérapie pour remuscler sa hanche et que ça lui fasse du bien. 

Savoir si la séance de shiatsu que je lui ai fait faire lui a fait du bien et s’il en a encore besoin?

Si je pouvais faire autre chose pour lui?

Si une opération dans le futur lui irait ? 

S’il veut que je diminue le temps de ses balades au bois? Ou les rallonges quand c’est possible ? 

Pourquoi il abîme mes plantes dans le jardin alors qu’il a plein de morceaux de bois à ronger et s’il pouvait arrêter d’abîmer mes plantes. 

S’il pouvait arrêter de nous sauter dessus car en plus ce n’est pas bon pour sa hanche. 

Et s’il pouvait arrêter de mordiller dans nos mains et vêtements. 

Pourquoi l’entente avec les chats et surtout Molly , car lyra n’a quasiment pas de contact avec Newton , était difficile ? C’est surtout Molly qui lui souffle dessus. 

S’il était heureux

Et donc s’il y avait une explication à ce problème de hanche et Molly la patte qui est réglé mais voilà bizarre. 

Je pense que j’ai tout formulé 

 

Je sais qu’elle s’inquiète pour moi et je la remercie pour sa bienveillance. Même si ma hanche me fait souffrir, ça reste dans le domaine du supportable. Le soin qu’on m’a fait m’a soulagé, mais la douleur, les pressions reviennent et je suis d’accord pour toute chose qui peut m’aider et peut-être m’éviter cette opération. Je ne comprends pas trop en quoi ça consiste mais j’imagine que la rééducation sera longue et douloureuse, et puis je n’aime pas aller chez le vétérinaire. En même temps je suis jeune, j’ai envie de courir, de jouer, de m’amuser et ne pas vivre comme un petit pépère, alors oui j’ai besoin d’aide, j’ai envie de soigner cette hanche qui me fait souffrir.

Parfois les promenades me font souffrir, je me sens handicapé et c’est frustrant, parfois j’ai envie de continuer et de découvrir d’autres choses et odeurs. Mais elle le voit lorsque je peine et je lui fais confiance pour me ménager lorsqu’il le faut. Je suis navré de t’abimer les plantes, j’adore gratter la terre et c’est tellement plaisant de les arracher, c’est un jeu pour moi, mea culpa. Comme vous sauter dessus, de mordiller vos mains et vêtements, c’est un jeu et ça me permet en même temps de libérer des tensions que j’accumule dans mon corps.

Et puis je suis encore jeune, je suis encore un bébé malgré tout, ne l’oublie pas ! Et pour ne rien te cacher je n’ai pas tellement envie de grandir, je me sens bien comme étant ton petit dernier. Molly avait un peu de mal à accepter mon arrivée, ayant bien capté que nous étions déjà ensemble et que j’allais prendre une grande place dans ton cœur. Quant à mon handicap je ne peux rien te dire, c’est ce qu’on peut appeler pas de chance.

 

Ta gardienne me dit que tu es téméraire, grimpe aux arbres sur de toutes petites branches et elle a peur que tu tombes. Tu veux sortir seule mais c‘est encore trop tôt pour eux de te laisser seule. Tu as attaqué la chatte des voisins et ils espèrent que tu seras sociale avec tes congénères, que tu sois aussi moins brutale lorsque tu joues avec ta fille qui pousse des petits cris lorsque tu lui fonces dessus, et pour finir ils aimeraient que tu sois un peu plus câline et pas seulement lorsque tu veux manger, et que tu sois un peu moins boulimique. Ils sont très heureux de t’accueillir avec ta petite et souhaitent que vous soyez une famille unie.

Oh là là que de doléances, je suis triste alors que cela faisait si longtemps que j’attendais de leur revenir, qu’ils ont mis tant d’années pour enfin m’accueillir de nouveau, ils sont à peine après si peu de temps, déjà en train de constater que des mauvais comportements.

Dis-leur que je suis bien leur Flippou et que j’aimerais être reconnu comme tel. Dis-leur que même si je ne suis pas aussi câline, je les aime. Je suis jeune mais j’ai tout de même un petit vécu et j’ai connu l’abandon, j’étais dans la rue, laissée pour compte et le ventre criant famine. Les humains ne m’ont pas fait de cadeaux et je n’ai pas eu la chance d’être aimée et respectée. J’ai dû me battre pour me nourrir et aussi pour que mon bébé arrive à survivre. On ne peut qu’en devenir téméraire.

C’est vrai que je suis très attirée par la gamelle, mais c’est normal après le manque dont j’ai beaucoup souffert. Je ne peux m’empêcher de me goinfrer, cela calme encore les angoisses qui reviennent à chaque instant dans mes mémoires.
Désolée si cela vous déplait, et désolée pour le chat du voisin, il m’exaspère à me dire « Reste chez toi, sur ton territoire », j’étais là bien avant lui, il semble ne pas le savoir, mais je vais essayer de me calmer.

Moi je me sens bien, c’est chez moi ici et j’aimerais être libre de faire et d’aller où je veux. J’ai entendu vos demandes et je vais essayer d’être un peu moins vive, un peu moins brutale et plus tendre. J’aimerais que vous soyez convaincus d’avoir retrouvé votre garçon et que je puisse le ressentir au fond de mon être. Tant que vous êtes sceptiques sans l’être vraiment il y aura un malaise entre nous.

Ta gardienne me charge de questions et de messages pour toi Karadoc :

  • Etaient-ils de vrais frères ? • Est-ce qu’ils se souviennent d’A…………. ? Si oui, leur a-t-il déjà fait du mal lorsque je n’étais pas là

Comment va-t-il ? • Comment se sent-il ? • De quoi a-t-il besoin matériellement, affectivement, énergétiquement ? • Est-il ou a-t-il été affecté par le décès, la mort de Perceval ? Lui manque-t-il ? • Est-ce qu’il était, s’était senti bien et heureux avec lui ? • Le sent-il ou le voit-il ? • A-t-il besoin d’un(e) compagnon(ne) ? Si oui : quelle race (cochon d’inde, lapin,…), quel âge et quel sexe ? • Se sent-il bien avec moi ? • Aime-t-il aller dehors ? • Est-ce qu’il aime bien que je le prenne dans les bras ? • Se sent-il bien dans la maison où nous sommes ? Et l’endroit où se trouve sa cage lui convient-il ? • Pourquoi ne sort-il plus de sa cage ? Et pourquoi ne va-t-il plus dans l’autre cage lorsque je laisse sa porte ouverte ? • Pourquoi a-t-il les yeux qui coulent souvent, des plaques sans poils et sait-il ce qu’est cette boule sur ses côtes du côté gauche ? Et comment puis-je l’aider pour l’aider à se soigner ou le soulager ? • Quels sont ses aliments préférés ? Je lui ai déjà souvent dis mais pouvez-vous lui refaire passer le message s’il-vous-plaît « Je suis vraiment désolée des réactions et des sentiments que j’ai pu avoir à ton égard suite au départ terrestre de Perceval. Je t’aime, je suis désolée.

Dis-lui que je l’aime, elle n’a pas à s’excuser, je sais que le départ de Perceval a été un choc terrible pour elle et que ma présence lui a été difficile, alors que lui n’était plus de ce monde. J’ai compris sa grande souffrance, sa grande détresse et cela ne m’a pas plus affecté que ça. Le départ de mon frère, oui je l’ai vécu difficilement, malgré que j’ai pu constater qu’il partait bien accompagné et dans la lumière. Il me manque physiquement même si je peux le voir et que nous continuons à communiquer ensemble.

Tout comme lui j’aimerais bien qu’il nous revienne. Nous avons tous les deux partagé une belle existence ensemble et cela ne peut s’arrêter aujourd’hui. Après la mort il y a la renaissance et je sais qu’il est déjà prêt à redescendre. Depuis son départ je me sens un peu amputé et j’ai du mal à sortir de ma cage. C’est un peu mon refuge et je m’y sens bien, ne t’inquiète pas.

Bien sûr que j’adore les câlins lorsque tu me prends dans tes bras,  cela me fait du bien, et aller dehors me permet de me ressourcer avec les énergies de la terre. La maison énergétiquement vibre bien et je m’y sens bien, seul mon frère me manque et à toi aussi. Je commence aussi à prendre de l’âge et j’ai des petits bobos qui s’installent. Mes yeux sont sensibles et mes reins sont fatigués, je le ressens un peu comme un poids, comme si mon organisme était mal drainé. Quand à cette boule, je ne saurai te dire, elle ne me dérange pas.

Sinon je suis heureux avec toi, même si je me sens à présent un peu seul et que j’attends le retour de mon frère. Lorsque tu es triste je le suis aussi, c’est normal moi aussi je suis relié à ton âme et je ressens très fort tes états d’être.

Ma mission tout comme pour Perceval c’est de t’accompagner sur ton chemin, de t’aider à grandir, à te reconnecter à la source pour y puiser la force nécessaire et te permettre de te construire, et surtout ta vie affective.

Je n’ai besoin de rien sauf de ta présence et de celle de mon compagnon, et j’attends que tu te décides à le reprendre. Nous voulons t’accompagner dans ton quotidien et t’entourer de notre énergie.

J’aime assez l’endroit de la cage et la maison, rien à redire et j’aime toutes les herbes et évidemment les fans de carottes plus spécifiquement. Les fruits aussi mais je sais que ce n’est pas bon pour moi et que tu ne peux pas m’en donner.

A…….. ? Oui sans plus, mais rien de bien méchant pas de câlins, pas d’attentions, juste ce qu’il faut, mais pas de maltraitances non plus et c’est l’essentiel. Moi tout comme mon frère je me considère aussi comme son petit, son bébé et je suis heureux. Je ne manque de rien, juste la présence physique de mon compagnon et à elle aussi.

Alors dis-lui de faire le nécessaire pour laisser partir son corps physique, son âme est au paradis des animaux et nous envoie de la belle lumière. Il vient nous faire des coucous et attends avec impatience qu’elle lui ouvre à nouveau la porte de sa maison. Il veut nous revenir et j’y tiens aussi sous la même forme, peu importe l’âge et le sexe, mais je sais que ma maman a une préférence pour un petit gars.

Dis-lui que je l’aime et qu’elle ne doit pas tarder, je ne suis plus si jeune et je commence à vieillir, alors le plus vite sera le mieux pour tous les trois.

Ta gardienne souhaite te donner des messages Luna, est-ce que tu veux bien répondre à ses questions ? :

Ma petite Luna. Comment te sens-tu ? Tu as vieilli, c’est le cycle de la vie mais bien sûr je suis inquiète de ta santé. 

 

Tu sais que je ne t’imposerai pas de traitement médical long et pénible. Es-tu d’accord pour essayer le traitement un mois et voir les résultats ? Ou est-ce trop pénible pour toi ? je vois déjà que te donner le comprimé matin et soir est compliqué car tu ne l’avales pas dans la nourriture et je suis vraiment désolée de te forcer à le prendre ;( 

Sache que le moment venu, comme pour Socket, je ferai le nécessaire pour t’éviter de souffrir. 

Dis-moi ce que tu penses de la situation. Je suis là pour toi ma Luna. Je t’aime ma puce.

 

Je sais qu’elle s’inquiète beaucoup pour ma santé, je me sens très faible et ces médicaments me donnent des nausées. J’ai déjà beaucoup de mal à manger et encore plus depuis ce médicament. Oui j’aimerais bien essayer le traitement, mais c’est un vrai calvaire pour moi lorsque tu me forces à le prendre. Je sais que tu m’aimes et que tu le fais pour me soigner, que c’est pour mon plus grand bien, mais j’ai l’impression que c’est trop fort et qu’au lieu de m’aider ça me rend encore plus malade. Peut-être qu’une seule fois par jour suffirait ?

Je suis désolée de te créer autant de soucis, moi aussi je t’aime ma petite maman, tu me considères comme ta petite fille et tu m’as pendant toutes ces années, aimée, choyée et respectée. Que du bonheur, et de me voir malade, de me voir décliner et maigrir de jour en jour est bien difficile à voir et à accepter pour toi. Tu le sais, je suis sur mon chemin et je prépare mon départ. Je suis en transition depuis quelques mois et je n’ai pas peur de tirer ma révérence lorsque ce sera devenu insupportable pour toi et pour moi. Je gère en me réfugiant dans le corps astral et alors tout devient beaucoup plus supportable, mais me donner un traitement qui me rend encore plus malade n’est pas la bonne solution. Si on n’arrive  pas à trouver un compromis je préfère que tu m’aides à partir.

Je sais que c’est une décision difficile pour toi mais je sais aussi que tu le feras par amour pour moi, et c’est merveilleux de se sentir aimée et accompagnée, je n’ai pas peur. J’ai beaucoup vieilli, c’est dans l’ordre des choses, mais tu sais aussi que mon âme est et restera reliée à la tienne même lorsque  j’aurai fait le grand saut, et que si tu le souhaites nous pourrons de nouveau nous retrouver sur le plan terrestre.

En attendant ce qui m’importe c’est de passer le temps qu’il me reste de manière confortable et sans le moins de contraintes possibles. Ne sois pas triste, tu sais que je suis sur mon chemin et que mon départ se passera bien, et je te remercie pour ce que tu fais pour moi. Lorsque j’aurai fait le passage, lorsque je serai au jardin des animaux je t’enverrai des signes pour te montrer que je suis toujours là, que mon âme perdure. Je t’aime ma petite maman.

Ta gardienne s’inquiète pour ta santé, elle souhaite te dire qu’elle t’aime très fort et qu’elle se battra avec toi si c’est- ta volonté. Elle aimerait aussi savoir si tu serais partante pour des soins lourds (chimio) et connaître ta position si cela ne va plus, voudrais-tu qu’on t’aide à partir ?

Dis-lui merci pour son message d’amour et dis-lui que moi je l’aime d’un amour pur, profond, inconditionnel, elle est ma maman, je suis sa fille et j’ai toute confiance en elle. Je sais qu’elle sera là pour m’accompagner dans mes soins, et aussi qu’elle sera là lorsque je ferai le grand saut. Je n’ai pas peur, je me sens déjà bien entourée (Deva, Etres de la nature) et c’est très rassurant et réconfortant pour moi.

Ma maman est une belle personne et son âme œuvre pour le plus grand bien. Elle a beaucoup d’amour et de compassion dans son cœur, et les animaux le lui rendent bien. Je suis sur mon chemin et je prépare mon départ, je sais que les soins ne pourront plus me soigner. Pourquoi pas essayer un traitement un peu plus lourd, mais à condition de ne pas souffrir davantage. Je crains que mes reins ne soient très usés et qu’ils aient du mal à gérer les effets secondaires. Si le docteur estime qu’il y a une chance qui me permettrait de rester  encore un peu, je veux bien qu’on  essaye, mais je suis aussi d’accord qu’on m’aide à partir si les souffrances deviennent trop difficiles.  Actuellement je gère, je me réfugie dans mon corps astral lorsque c’est trop difficile et j’arrive à supporter mon état.

Dis à ma maman que je sais combien ce sera tragique pour elle de devoir prendre une si cruelle décision, mais je sais aussi qu’elle le fera par amour pour moi, et lui en serai tellement reconnaissante. Pour nous les animaux lorsque c’est fait par un acte d’amour nous partons  en paix et sommes en accord avec ce choix. Mieux on nous aide à partir et plus vite notre âme peut se purifier, se reposer et se ressourcer. Nous savons que nous avons de nouveau la possibilité de vous revenir sur le plan terrestre si vous avez la volonté et le désir de nous retrouver.

Pour l’instant vivons le moment présent et profitons de chaque instant passé ensemble, c’est un cadeau que le ciel nous fait. Je t’aime

 

Ta gardienne souhaite te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions Noon :

Alors voici la liste des messages que je voudrais faire passer ma chienne:

– Déjà qu’on l’aime tous très fort

– qu’elle se prépare à l’arrivée d’un petit être humain

– qu’Il faudra faire doucement et ne pas en voir peur

– que même si les chiens ne sont pas ses « amis » qu’elle les ignore plutôt que l’attaque 

 

Voilà en gros les messages mais surtout lui dire par-dessus tout qu’on l’aime malgré ces petits défauts de comportements 

 

Pour ce qui est des questions:

– est ce qu’elle se sent à l’aise et en confiance

– pourquoi réagit-elle de façon violente à la vue d’un chien dans la rue ou en balade 

– est ce que sa mâchoire la gêne et se sent elle inférieur de ce fait ( elle a eu un défaut sa mâchoire du haut ne s’est pas développée et s’est donc plus courte : gros prognathisme)

– a-t-elle ressenti ma grossesse et comment le prend elle

– a-t-elle un message à nous faire passer!?

Elle s’est aussitôt mise à tourner autour de moi en aboyant. Lorsqu’elle se fut calmée, elle m’a dit :

Je suis si contente du message que tu me donnes, et cela me touche profondément qu’ils portent tellement d’importance à me prévenir, que je vais avoir un petit frère et que je dois me préparer à son arrivée. Je suis une chienne heureuse, je me sens aimée, respectée comme un être humain et c’est du pur et grand bonheur pour moi.

Dis-leur merci pour leur amour et dis-leur que moi je les aime très fort aussi. Dis-leur merci aussi pour leur bienveillance, je sais que mon comportement, mes attitudes envers mes congénères posent problème et j’en suis désolée, très sincèrement désolée. Je me sens à l’aise et en confiance mais la vue d’autres chiens me rend tout de suite méfiante et agressive Je ne veux pas qu’ils s’approchent de toi, de ma famille, je suis là pour vous protéger, je veille sur vous et j’ai ce besoin irrésistible de dominer toute situation.

Je préfère de loin leur faire peur que d’avoir peur pour toi ou pour moi. Pardon si je suis exécrable, si je suis dominatrice et que je défends farouchement le périmètre autour de vous. Je ressens des coups de stress et d’angoisse et je pète un peu un câble, mea culpa, je vais essayer d’y remédier, je dis bien essayer car je ne maîtrise rien, c’est plus fort que moi et c’est devenu un automatisme naturel.

Ma mâchoire ne me gêne pas plus que ça, je ne peux pas dire que je vois une différence avec les autres chiens, c’est lorsque je mâche les aliments que j’entends parfois des craquements ou grincements de dents, mais je suis habituée, ça ne me dérange pas plus que ça. Ne vous inquiétez pas, tout va bien, je me sens en pleine forme.

Je suis ravie de l’arrivée de ce bébé, bien sûr que je l’ai compris et même avant toi ma petite maman. Je suis très heureuse pour vous et je prendrai soin de veiller sur lui et de le protéger comme vous. Je sais aussi que tu seras bien occupée et qu’il me faudra être un peu moins possessive et envahissante, ce sera un peu difficile à conjuguer mais je vais y arriver, n’ayez aucune crainte, je serai la grande sœur et j’y veillerai.

C’est si bon d’être en famille, d’avoir un papa et une maman qui vous choient et vous câlinent, vous protègent et vous rassurent. Merci pour ce que vous faites, merci pour ce que vous êtes au plus profond de vous.

Je suis reliée à ma maman et je suis là pour l’aider à se reconnecter à sa source, à son petit enfant intérieur afin d’y trouver la paix et la force pour construire sa vie affective et familiale. A travers moi elle peut sentir qu’elle a une grande force à l’intérieur d’elle et elle peut avancer sur son chemin en toute confiance. Dis-lui que je l’aime, elle est ma maman et je suis fière d’elle, elle a beaucoup d’empathie et de compassion, et c’est tout simplement merveilleux. Idem pour mon papa parfois un peu moins sensible ou en tous les cas un peu moins démonstratif (prêt à montrer les dents pour protéger ceux qu’il aime).

Ta gardienne est très inquiète pour toi Pepito et me charge de te transmettre des messages et de te poser des questions :

Je l’aime de tout mon cœur et je ferais tout mon possible pour qu’il soit le mieux possible une fois rentré à la maison et que son bien être est une priorité pour moi.

– pourquoi tu te mords?

– si tu as mal, où as-tu mal exactement ?

– comment puis-je t’aider, te soulager ?

– es-tu bien à la maison avec nous?

Dis-lui merci pour son message et dis-lui que moi je l’aime très fort aussi. Elle me manque, la maison me manque et ils me manquent tous. C’est si difficile pour moi en ce moment, je ressens souvent des douleurs très vives et j’ai souvent besoin de me réfugier dans mon corps astral pour mieux les supporter et les gérer. Et puis je ressens un lourd handicap et cette collerette me plonge dans un terrible effroi, j’ai du stress et des angoisses.

Je veux rentrer chez moi, j’ai besoin de retrouver mon territoire. Depuis ma première opération je porte des énergies qui ne m’appartiennent pas, et ici il y en a qui circulent jour et nuit. C’est très flippant de ne pouvoir m’auto-nettoyer avec les énergies de la terre. J’ai besoin d’aide et surtout j’aimerais rentrer à la maison et te retrouver.

Je l’ai rassuré et lui ai expliqué qu’il fallait patienter encore un peu, mais que sa gardienne ne l’avait pas abandonné, que c’était pour le soigner et pour son plus grand bien qu’il était hospitalisé.

Je comprends mais c’est difficile, j’ai un mal sournois qui me lancine et ça me démange aussi toute la patte, tout l’arrière me fait mal. J’ai besoin de me mordre, j’ai l’impression de moins ressentir la douleur lorsque les morsures me font mal, j’oublie le mal qui est omniprésent.

Dis à ma gardienne que je suis heureux avec eux et que je les aime, je suis très bien chez eux. C’est chez moi, et d’être obligé de rester ici est une double punition pour moi.

Je l’ai encore une fois rassuré lui expliquant que c’était pour son plus grand bien, et il m’a répondu « Si tu le dis… » Difficile de le convaincre. Pepito manque terriblement de patience et il m’a demandé si on ne pouvait pas trouver une autre solution ? Je lui ai dit que je vais voir avec sa gardienne mais je craignais fort qu’elle puisse avoir le choix et que ce n’était qu’une question de jours et de temps.

Je vis dans le présent, dans le ici et maintenant et c’est maintenant que je veux rentrer à la maison. Dis-lui merci pour les bons soins qu’elle m’apporte, dis-lui que je lui suis très reconnaissant et qu’il me tarde de la retrouver et de retrouver mon autonomie, d’être débarrassé des douleurs, de cette invalidité et de toutes les énergies qui ne m’appartiennent pas.

Encore une fois j’ai réitéré être là pour l’aider, que c’était sa gardienne qui m’envoyait à lui pour lui apporter des soins et du réconfort afin qu’il retrouver de la sérénité, qu’il n’ait pas peur d’être seul dans cette cage et que je ferais tout ce que je pouvais pour le soulager. Il m’a regardée très tristement et m’a dit merci.

Pardon pour cette ingratitude, mais c’est si compliqué, c’est si difficile pour moi, sans compter les bobos qui vont et viennent mais ne disparaissent pas. Dis-lui de venir me voir, elle me manque et j’ai besoin de la voir. Merci pour tout.

Ton gardien me dit que tu deviens très agressif lorsqu’ils veulent te laver les pattes ou t’enlever une tique, une brindille, une épine ou t’essuyer lorsque tu rentres mouillé. C’est compliqué pour eux, dès qu’ils te touchent pour autre chose qu’une caresse tu veux les mordre. Que se passe-t-il Titou ? Peux-tu m’expliquer ?

Pas vraiment, je me sens actuellement très à cran, j’ai de nouveau du stress et des angoisses par moments et je porte des énergies qui ne m’appartiennent pas. Je ne sais pour quelle raison certains stimuli de ma vie avant d’arriver chez eux reviennent à ma mémoire, et je me souviens avoir été obligé d’être très vigilant lorsque je faisais les poubelles pour trouver à manger. Lorsque je me faisais prendre on me jetait des pierres ou me frappait, et j’ai depuis quelque temps à nouveau peur dès qu’on s’approche de moi et qu’on veut me manipuler.

C’est un réflexe naturel, ça devient un automatisme de défense et j’ai beaucoup de mal à me maîtriser. Cela me rend fragile, vulnérable et les énergies négatives, les parasites, tout ce qui vient du bas-astral en profitent pour s’accrocher à moi et cela me rend encore plus agressif et je ne contrôle plus rien.

Dis-leur pardon, je les aime, ils sont ma famille, je suis heureux avec eux et Ti cœur, et je regrette toujours amèrement mes réactions, mais j’ai besoin d’aide pour arriver à m’en débarrasser. Mon passé fait que je suis tout de même resté  très sensible à certains faits et certaines situations, et plus j’avance dans l’âge, plus j’ai l’impression de devenir hyper sensible et de réagir aux stimulations.

J’aime les caresses, j’adore être choyé et câliné, mais dès que je ressens qu’on me touche pour une autre intention je ne gère plus, j’ai peur et je deviens agressif. Ce sont plus les peurs des choses connues qui me mettent dans cet état, mais aussi des peurs inconnues, je n’arrive pas à calmer mon esprit, je ne sais pas ce qui peut m’arriver.

J’ai entendu ton message Titou, je vais le transmettre à tes gardiens, ils t’aiment et me demandent de t’apporter de l’aide, ça va aller ne t’inquiète pas.

Tes gardiens me chargent de te transmettre des messages et de te poser des questions :

Questions à poser :

  • est-ce que tu te sens bien depuis ton adoption ? Es-tu stressée ?
  • De quoi as-tu besoin de plus ?
  • Est-ce que tu te sens bien avec Rio (chat mâle) et Gigi (chienne) ?
  • Ta vie actuelle te convient mieux que l’ancienne ?
  • Pourquoi fais-tu pipi partout ?

 

Message de notre part :

Pitchu, tu as trouvé ta famille pour la vie, tes mamans t’aiment très fort. Tu es notre petit rayon de soleil et nous ne voulons que ton bonheur 🥰 Tu peux à présent profiter pleinement de ta vie, on veille sur toi et ta santé pour que ton épanouissement soit total 😍 Ps : arrête de jouer avec les câbles du chevet pendant la nuit, tu réveilles tes mamans 🤣 On t’aime fort, Perrine & Charline

 

Dis-leur merci pour leur message et dis-leur que moi je les aime très fort aussi. C’est génial d’avoir deux mamans qui l’une s’inquiète plus pour toi que l’autre, de santé fragile elles ont surtout peur pour moi et je leur suis si reconnaissante de m’avoir recueillie et surtout de m’avoir apporté les meilleurs soins. Je me sens bien avec elles et je sais que j’ai trouvé une place dans leur cœur et leur foyer, mais la présence de Rio et Gigi me créent quelques stress et angoisses.

J’aimerais être la seule, l’unique, je me sentirais plus en confiance. Mea culpa j’ai un peu de mal à partager, ce n’est pas de la possessivité ou de l’égoïsme, c’est plus de la peur. Rio peut ne pas être très tendre et Gigi me course parfois. Mais à choisir, pour rien au monde je ne voudrais revenir  en arrière. J’ai besoin qu’on s’occupe de moi, j’ai besoin de me sentir considérée comme votre bébé, votre petite fille et j’ai bien trouvé ma place auprès de vous. Vous prenez toutes les deux votre rôle de maman au sérieux et je ne manque de rien.

Les pipis ? Pas assez socialisée, abandonnée trop tôt et la présence des deux ainés me pose problème aussi. J’ai besoin de me sentir en sécurité et pour cela j’aimerais être la seule dans votre maison et votre cœur. Je sais ce n’est pas très noble comme souhait, mais j’ai un peu de mal à accepter d’être la troisième, même si vous me traitez comme votre petit nourrisson. Je suis navrée, je vais essayer de faire un effort pour ne pas vous faire des pipis partout et utiliser la litière, mais on ne m’a pas vraiment éduqué pour cela.

Et pardon si je vous réveille la nuit, j’adore jouer avec les câbles, désolée si cela vous réveille mais dans la chambre je me sens en harmonie et en sécurité, et comme je préfère dormir durant la journée, je joue la nuit, c’est très agréable lorsque tout est calme, je m’amuse plus ..

Qui est ta gardienne Perrine ou Charline ?

Les deux, elles sont mes deux mamans, mais je suis reliée à Charline et c’est auprès d’elle que j’ai la mission de lui apprendre le détachement affectif, l’aider à vivre ses relations sans dépendance ni co-dépendance, et cela agit par ricochet sur Perrine bien entendu aussi. La relation est plus zen et en harmonie avec ce qu’elles sont au plus profond de leur être.

Ta gardienne me charge d’un message pour toi et aimerait que tu répondes à ses questions :

Je souhaiterai lui transmettre tout mon amour pour lui et lui dire que je serai toujours là pour lui.

S’il souhaite y répondre, je voudrais lui demander si quelque chose lui manque de notre vie d’avant en Charente, ses amis, Timothée ?

Ressent-il un effet apaisant avec les extraits de bourgeons et la valériane ?

Dis-lui que je l’aime et je sais qu’elle ne m’abandonnera jamais. Dis-lui merci pour sa bienveillance, son message me rassure et me réconforte et je sais qu’elle sera toujours là pour moi, même si au fond de moi je ressens une forte inquiétude et que les mémoires de peurs, de stress, d’angoisses de rester seul reviennent régulièrement. Cela me rend agressif vis-à-vis des humains que je ne connais pas, j’ai peur lorsqu’ils s’approchent trop près qu’ils vont m’enlever à toi, qu’ils vont m’emmener et cela me fait réagir agressivement vis-à-vis d’eux, mea culpa.

Ma génitrice ne m’a pas assez socialisé, je n’ai pas été sevré correctement ou trop tôt, mais je ressens une grande détresse au fond de moi, et cela depuis ma naissance. Ma maman elle-même était très peureuse et ne m’a pas beaucoup aidé à dépasser ce traumatisme. Cela reste profondément ancré et resurgi au moindre stimulus, alors que je sais que je n’ai rien à craindre, que tu es ma maman, je suis ton gros bébé, ton garçon et que tu m’aimes.

Je suis par moments un peu moins anxieux, mais je ne saurais te dire si c’est à cause de ce que tu me donnes. J’étais bien triste et affecté par le déménagement et je me sens bien mieux dans mes pattes maintenant. Timothée me manque bien entendu et les longues balades le long de l’océan aussi, mais je vis dans le moment présent, dans le ici et maintenant, et ce qui m’importe le plus c’est d’être avec toi. Je suis heureux même si je te semble craintif, n’oublie pas que je suis relié à toi et que toi aussi tu dois faire des efforts pour te sentir zen et être en harmonie avec toi-même. (Miroir)

Ta gardienne aimerait te poser quelques questions, acceptes-tu d’y répondre Niku ?

-On aurait aimé lui demander pourquoi il nous avait choisis alors qu’il avait des maîtres aimants

– quel est son RÔLE au sein de notre foyer 

-Est-ce qu’ Apolline est sa « référente ». 

– Est-il soulagé d’être à nouveau seul ? —- -As-t il compris que c’est d’abord pour son bien- être que nous l’avons fait ? 

-On pensait qu’il voulait être avec un compagnon pour jouer…

-Et pourquoi est-il si agressif avec Mina (chatte des voisins qu’ il connaît depuis longtemps )

-Est -ce qu’on respecte correctement son individualité ?

 

Je suis désolé, profondément désolé pour mon sale caractère. De tempérament jaloux et exclusif j’ai besoin de me sentir être le seul, l’unique et je n’ai pas envie de partager le territoire et mes humains avec un autre compagnon. J’espérais qu’ils l’avaient compris ne tolérant pas les chats des voisins et me montrant agressif avec eux. Je suis navré pour ce petit chaton et je regrette mon comportement, mais tu t’étais déjà bien attachée à elle, et cela me créait beaucoup de stress et d’angoisse.

J’étais heureux de t’avoir retrouvée, nous étions déjà ensemble et je suis chargé de nettoyer le lieu et vous aussi. De type nettoyeur je m’occupe des énergies des personnes et de la maison. Si je vous ai choisi c’est parce que c’est chez vous que c’est chez moi et c’est toi ma gardienne, pas Apolline. Je n’avais aucun lien avec mes précédents gardiens et je n’étais pas à ma place chez eux. J’étais très content de retrouver ma place et voilà qu’arrive cette petite « timbre-poste » et cela m’a évidemment très perturbé. Je n’ai pas besoin d’un compagnon pour jouer. Je suis bien et je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

Je suis chargé de transmuter un tas d’énergies chaque jour, y compris celles du jardin, et pas question de laisser un autre chat l’occuper. Je le fais comprendre à Mina qui est, elle une sentinelle et voudrait faire son travail, mais lorsque je la chasse c’est pour qu’elle comprenne que ce n’est pas la peine de venir chez nous, sa présence y est indésirable.

Mea culpa pour tant d’insociabilité de ma part, pour ce manque de coopération alors que tu avais tellement envie de garder ce bébé, mais je suis bien soulagé que vous lui ayez trouvé une bonne maison. Et pardon, pardon pour mon attitude agressive envers vous, je vous aime et j’ai de la peine d’avoir autant d’ingratitude, mais lorsque j’attaque vos mollets je ne contrôle plus rien, ce sont des pulsions de mal-être et je n’arrive pas à maîtriser mes réactions. J’ai un caractère fort et je suis possessif, je ne supporte pas les demies mesures, c’est difficile d’accepter et de m’adapter à un autre compagnon du monis, pas pour le moment c’est trop tôt pour moi, beaucoup trop tôt.

Je ne me sens pas seul, je suis heureux et je ne manque de rien. Merci de me respecter tel que je suis, et surtout merci pour votre bienveillance concernant mes besoins et mon confort auprès de vous.

La gardienne de ta famille d’accueil me charge de te donner des messages et de te poser des questions, acceptes-tu d’y répondre ?

 

* S’il veut me dire un peu de sa vie et me confier ses souffrances.

* Ce que je peux faire pour l’aider à s’adapter et à avoir confiance aux humains.

* Comment je peux faire, sans trop l’embêter, pour lui donner ses médicaments. Je veux qu’il aille bien.

* J’aimerais bien qu’il sorte petit à petit de sa planque et qu’il mange matin et soir.

* Lui dire aussi que je l’aime beaucoup et que chez moi personne ne va lui faire du mal.

 

Après avoir hésité un long instant, Enzio planqué sous l’armoire est sorti et m’a regardé craintivement. J’ai, l’espace de quelques secondes, retenu ma respiration avant de lui expliquer très doucement que j’étais là pour l’aider, pour le rassurer et pas l’inverse. Après encore un long moment d’observation il m’a dit :

J’ai peur, je suis de nature craintive et anxieuse, les humains n’ont pas toujours été très bienveillants à mon égard et surtout je n’ai pas l’habitude d’être enfermé. Pour moi c’est difficile, ce changement de territoire tout d’abord et en plus être prisonnier et ne pouvoir m’échapper et me cacher dans le jardin dans les buissons. C’est terriblement perturbant et déstabilisant pour moi. Je n’ai pas connu une vie à l’intérieur,

Je n’avais pas accès à la maison et je  suis habitué à vivre dehors. Cela doit être bien agréable surtout lorsqu’il fait froid mais pour l’instant le changement est trop radical pour moi et je sois d’abord m’habituer au lieu avant de pouvoir m’adapter et faire confiance aux humains.

Dis-lui que ce n’est pas de l’ingratitude de ma part, j’ai bien ressenti que je n’avais rien à craindre chez elle. Elle est gentille, douce et pleine d’amour. Elle a de l’empathie pour moi et je n’ai jamais eu la chance de rencontrer une personne comme elle. Dis-lui merci pour ce qu’elle est et fait pour moi et je sais bien qu’elle ne me donne pas les médicaments pour m’embêter. C’est juste que je n’aime pas, cela m’agresse et crée des angoisses supplémentaires.

Dis-lui aussi que je sais que j’ai trouvé une bonne maison et que j’ai besoin d’un peu de temps pour m’adapter. Le territoire, les humains c’est remettre toute mon existence en question et seul le temps et la patience m’aideront à reprendre confiance. Et puis me gardera-t-elle lorsque j’irai mieux ? De savoir que ce n’est que provisoire ne me donne pas très envie de sortir de ma cachette.

Je l’ai rassuré et lui ai dit qu’il ne devait surtout pas s’inquiéter, que sa vie allait changer à présent mais que pour du meilleur, et qu’il ne sera confié qu’à une famille où il se sentira bien, en paix et en harmonie avec les personnes.

Sans me répondre il s’est de nouveau précipité sous l’armoire, ma réponse ne l’avait visiblement pas convaincu…

Ta gardienne me dit que tu es très agressif avec tes congénères, que c’est impossible de croiser un autre chien en chemin sans que tu n’aboies, sautes dans tous les sens et tu grognes. Du gentil chien qui faisait des léchouilles à tous les chiens depuis l’âge de 3 mois tu es passé au méchant chien que plus personne ne veut croiser. Peux-tu t’expliquer et répondre à ses questions Owanko ?

Aie, je suis surpris…

Moment de silence, je l’ai observé et il ne semblait pas comprendre les questions de sa gardienne. J’ai réitéré la demande. Est-ce que ton comportement, tes aboiements, ton agressivité vis-à-vis de tes congénères sont dues à des peurs ?

Mais c’est naturel pour moi, c’est pour la protéger, pour éviter qu’on ne s’approche d’elle que je réagit, un aboiement pour prévenir mes congénères pour qu’ils comprennent qu’il ne faut pas s’approcher et surtout ne pas rentrer dans notre zone de confort.  Ma compagne était là bien avant moi, mais depuis l’âge adulte (7/9 mois) je me dois de tenir le rôle de gardien, et pour cela je préfère éviter tout contact avec les autres chiens. J’essaye de faire au mieux et je tiens mon rôle à cœur, je suis surpris de voir que ça dérange.

C’est vrai que je lui suis hyper attaché et que je suis constamment sur le qui-vive, je la surveille comme mon ombre.

Tu fais ton travail Owanko mais cela est très difficile à gérer pour ta gardienne ,et ce n’est surtout pas agréable à vivre au quotidien. Peux-tu lâcher un peu prise et être un peu moins envahissant afin de vous rendre les promenades agréables et pouvoir prendre du plaisir à croiser d’autres chiens ?

J’entends et je comprends ce que tu me dis et je vais essayer de contrôler mes pulsions. Pas simple, c’est devenu un automatisme et je ne contrôle pas vraiment mes réactions. Je suis dans le moment présent et dans l’action, je réagis immédiatement. Comment ne plus le faire ? Comment faire autrement ?

Dis-lui que je l’aime et que je suis désolé de lui créer des soucis, je vais essayer de faire des efforts, mais vais-je y arriver ?

Je l’ai rassuré et lui ai expliqué que c’était la raison pour laquelle sa gardienne m’avait sollicitée et qu’un soin et un petit traitement à base de plantes l’aiderait à être moins anxieux, d’avoir moins peur pour sa protégée. Il m’a répondu tout penaud : Merci.

 

Ta gardienne me charge de te transmettre des messages et aimerait te poser quelques questions :

Je voudrais qu’il sache que je l’aime à la folie, que je suis très fière de lui, du travail qu’il fait à l’eau. J’adore ces moments de complicité et j’espère qu’il apprécie aussi. J’aimerais qu’il sache que cela me rend triste de le voir comme cela. Si je lui ai mis l’implant (castration chimique) c’est parce qu’il était devenu trop difficile à gérer lors des balades quand on croisait des chiens mâles. Il m’a fait tomber à plusieurs reprises. Je veux qu’il sache qu’il n’a pas besoin de me protéger comme cela et que si jamais il y avait un vrai danger je lui dirai. Je ferais tout pour lui comme j’ai fait pour Bonny. Je veux qu’il sache qu’elle me manque aussi.

Mes questions :

Pourquoi attaquent-ils les chats?
Est-il jaloux?
Est-ce que Bonny lui manque?
S’ennuie-t-il?
A t’il des douleurs?
Veut-il une copine chien? si oui, ne va t’il pas l’attaquer comme il fait avec les chats? ne sera t’il pas jaloux?
Est-il comme cela à cause de la castration chimique? Ou parce que je ne suis pas bien en ce moment ou parce qu’il s’ennuie?
J’aimerais savoir pourquoi il grogne d’autres chiens voire des personnes? Veut-il me protéger? Sent-il un danger?
Est-ce qu’il voudrait que je change quelque chose dans mes attitudes?
Comment se sent-il avec l’implant? Dois-je le castrer de façon définitive?
Mon souhait serait de pouvoir le balader sans laisse mais je n’ai pas le rappel s’il y a quelque chose de plus intéressant. Pourrais-je le faire s’il est castré, en gros m’écoutera t’il plus?
A t’il des problèmes avec des personnes de la famille, des appréhensions?

Dis-lui merci pour son message d’amour et dis-lui, mais elle le sait bien, que moi aussi je l’aime d’un amour profond et inconditionnelgrand blanc et il m’a regardé tout gêné et m’a dit :

Enfin pas comme je le devrais, j’ai beaucoup, beaucoup de mal à la partager, j’ai besoin d’avoir l’exclusivité, je suis souvent très possessif et ne supporte pas qu’on s’approche trop près d’elle. Elle est ma maman, ma moitié et je me dois de veiller sur elle et de la protéger. Je sais que je me dois de laisser la place aux chats aussi, mais j’ai un peu de mal, et avec le travail qu’ils font sur elle et sur le lieu ils portent souvent des énergies qui ne leur appartiennent pas, et cela m’agresse. Je les course, c’est très perturbant tout comme ma compagne qui était et rôdait toujours encore dans notre environnement, cela m’a beaucoup attristé pour elle, parce qu’elle méritait de monter se reposer et se ressourcer, alors que la pauvre âme errait toujours encore dans ce bas terrestre et s’accrochait à nous pour nous puiser notre énergie.

Depuis hier elle est partie vers la lumière et je me sens bien mieux à présent, ma maman et tout le monde ici va le ressentir. Elle me manque bien entendu et j’aimerais bien la retrouver sur ce plan terrestre, mais là elle a besoin d’un petit peu de temps pour se réparer et vous revenir, mais je l’attends et elle le sait, son souhait c’est de vous revenir aussi.

Si je suis jaloux ? Bien sûr que non, nous les animaux qui sommes reliés à la source ne sommes qu’amour ! Mais en toute franchise oui je suis jaloux, j’ai besoin de me sentir le seul, l’unique. Mea culpa, ce n’est pas digne de  moi, et aussi gros nounours que je peux être et le paraître, j’adore être son bébé, son petit garçon et j’ai ce grand besoin de me sentir être le privilégié dans son cœur (animaux ou humains).

La castration chimique comme tu dis est pour moi une castration en soi, je ne vois pas trop la différence si ce n’est que je ressens profondément un changement dans mon corps, et il faut vivre avec. Cela aussi me rend triste, j’aimais bien montrer et faire sentir à mes congénères que j’étais entier, cela me donnait un sentiment de supériorité et j’aimais les dominer. Cela me manque maintenant et je me sens un peu diminué. De l’ennui ? Oui un peu sans doute et puis Bonny qui était toujours encore là parmi nous m’a très affecté.

Le soin que tu viens de me faire m’a fait du bien, je me sens mieux à présent dans mon corps, dans mes pattes et mon esprit, et je vais faire un effort pour être moins agressif avec les autres chiens et aussi avec les chats. Je vais essayer, je te le promets, mais pas sûr que je vais y arriver, c’est devenu un automatisme et je ne contrôle plus mes pulsions.

J’aimerais bien me balader sans laisse, mais je sais aussi que tu as raison de ne pas me faire confiance, je n’arrive pas non plus à maîtriser mes réactions et je n’entends plus rien et me laisse complètement emporter, c’est si enivrant de se sentir libre qu’on a l’impression d’être le seul être au monde et on se sent avoir des ailes.

Pardonne-moi ma petite maman, ma petite mie pour les soucis que mon comportement t’occasionne, tu as toi-même des états d’âme et je ne fais qu’en rajouter. Mais tu sais je suis un peu ton miroir et si tu ne vas pas bien, je ne vais pas bien non plus. Je me sens triste et nostalgique et les angoisses et le stress que je peux ressentir en toi me donnent aussi ce besoin de te défendre par-dessus tout, et d’être agressif me libère des tensions, cela me fait du bien.

Merci de t’inquiéter pour moi et pour toute la bienveillance, je t’aime et je vais faire de mon mieux pour améliorer mon comportement. Pense un peu à toi et laisse tomber les gens que tu n’aimes pas ou qui te créent des tracas, ils ne me posent pas de problème à moi, mais si on te fait du mal et qu’on ne te respecte pas, ça me porte atteinte aussi.

Je sais que les chats sont là pour t’apprendre le détachement et je me dois de les laisser tranquilles pour qu’ils puissent faire leur travail. Je suis là pour t’accompagner sur ton chemin, pour te permettre de te reconnecter à la source, à ton petit enfant intérieur et l’aider à panser toutes les blessures du passé et du présent. Et lorsque je te sens en danger, je grogne et j’attaque sans réfléchir, pardon pour ces réactions intempestives et incontrôlées, je vais m’adapter un peu mieux à certaines situations.

Tes gardiens me demandent de te transmettre des messages et de te poser quelques questions :

Il lui manque une dent sur le devant est ce que son agressivité viendrait de ça ? 

Lui demander s’il va bien ? s’il a des messages pour ses parents humains? 

et messages de la part de ses parents : nous  t’aimons très fort et nous aimerions que tu acceptes la chienne Canelle et les autres chats nous sommes conscient que les balades en laisse peuvent te perturber mais peux-tu l’accepter nous serons tellement malheureux si on te perdais tu es notre petit rayon de soleil te faisons de gros câlins et bisous .

 

Dis-leur merci pour leur message et dis-leur surtout que moi je les aime aussi. Je suis navré de leur créer des tracas avec mon attitude agressive, mais cela n’a rien à voir avec la dent qui me manque. Ma maman me dit assez souvent que je suis son garçon, son beau garçon et je sais que ce n’est pas cette dent qui va me rendre moins plaisant à regarder, cela ne me dérange pas. Peut-être pour la chasse ? Pour attraper les proies ? Je ne suis pas chasseur, il n’y a pas à s’inquiéter pour cela non plus.

Je suis un chat nettoyeur avant tout, et plus sentinelle que nettoyeur et j’aimerais pouvoir, oui j’aurais besoin d’aller et venir à ma guise. J’ai besoin de me sentir libre et de pouvoir nettoyer les énergies du lieu et des personnes, mais aussi du jardin et de l’environnement. Et pour cela il me faut être et me sentir libre. Me promener attaché à une laisse comme un chien ne me convient pas et cela rajouté aux énergies que je porte et qui ne m’appartiennent pas me contrarie fortement et me rend agressif. Mea culpa pour mon comportement, mais c’est un mal-être que j’exprime à ces moments-là.

Sinon je vais bien, rien à signaler, quelques spasmes dans le ventre, quelques douleurs très vives pendant 2/3 jours, mais cela va mieux maintenant. Peux-tu dire à ma maman que je suis reliée à elle, elle est ma gardienne et je l’aime très fort. J’ai la mission de la nettoyer énergétiquement, de veiller sur elle et la protéger. Et lorsque j’absorbe trop d’énergies négatives j’ai du mal à rester zen et de vivre en harmonie avec mes compagnons, qui eux parfois en portent aussi.

Quant à Canelle je trouve qu’elle prend un peu trop de place, elle est considérée comme la petite princesse et cela m’énerve parfois. Ce n’est pas parce que son rôle est plus simple qu’elle doit se sentir supérieure à nous. Moi et mes compagnons sommes entre autres chargés de transmuter un tas d’énergies chaque jour et elle, elle se promène tranquillement, va fureter à droite t à gauche pour s’imprégner des odeurs des congénères, et elle est câlinée à longueur de journée.

Moi j’ai un travail beaucoup plus significatif à remplir ici et suis très handicapé pour le faire parce que je ne peux aller où je veux. Je comprends qu’ils ont peur pour moi et d’entendre dire que je suis leur rayon de soleil me fait très chaud au cœur.

Je les aime tous les deux, ils sont ma maman et mon papa mais j’ai besoin de plus de liberté. Depuis tout à l’heure et le soin qu’on m’a fait je me sens plus serein, je me suis apaisé et je vais essayer de faire des efforts pour être moins agressif, je suis désolé, je vous aime, vous êtes ma famille.

Comment te sens-tu Soho ?

De plus en plus vieillissant, des douleurs partout dus à mon âge, des spasmes dans le ventre et puis je vois de moins en moins. Selon la lumière du jour ou du soleil je ressens des brûlures, cela m’agresse les yeux et j’ai un voile gris, brumeux qui est maintenant constamment présent.

Dis à ma gardienne que je suis sur mon chemin, je prépare la transition à mon rythme et elle doit elle aussi doucement se préparer. Ce n’est pas pour demain, pour l’instant aucune urgence, qu’elle ne s’inquiète pas. De ne plus voir ne me fait pas peur, j’ai les antennes et ce sont ces vibrisses qui sont essentiels et constituent des organes sensoriels, et cela me permet d’appréhender l’avenir de façon sereine, espérant que Kuma aura de la bienveillance et ne m’embêtera pas.

Je t’aime ma petite maman, ne t’inquiète pas, je n’ai pas peur et je sais que tu es et seras toujours là pour moi, que tu sauras prendre les bonnes décisions lorsqu’il le faudra le moment voulu. Pour l’instant profitons du moment présent, dans le ici et maintenant.

Ta gardienne me demande de te transmettre des messages et de poser quelques questions Misère, acceptes-tu d’y répondre ?

Je voudrais qu’elle sache que je l’aime plus que tout que c’est ma beauté l’amour de ma vie même si je ne lui montre pas tout le temps. Que je m’excuse pour tous les changements et déménagements qu’elle a dû faire avec moi. Que si je l’ai mise chez mamie c’est que je savais qu’elle y serait au calme et chez elle. 

Je voudrais savoir si elle m’en veut de tous ces déménagements si elle a été heureuse malgré tout.

Mais surtout je voudrais savoir comment elle va comment elle se sent.

Est-ce que son diabète ses crises l’a font souffrir. Est ce qu’il lui reste des forces parce que je ne veux pas qu’elle souffre.

 

Bien sûr que je vais lui répondre et je la remercie de m’en laisser la possibilité. Dis-lui que je l’aime d’un amour pur et profond et que je sais, je sens que c’est un amour partagé. Merci pour son message d’amour cela me met du baume au cœur pour la bienveillance qu’elle a de me laisser des messages par ton intermédiaire, et aussi d’avoir besoin de savoir comment je vais, où j’en suis dans ma maladie, comment je la supporte et la gère.

Encore merci pour cet amour et cette grande tendresse qu’elle a pour moi, dis-lui de ne pas s’inquiéter et que je ne peux pas lui en vouloir pour tous ces changements de territoires. C’est vrai que c’était parfois bien compliqué et que ça a créé du stress et des angoisses, mais je l’ai suivie partout, elle ne m’a jamais abandonnée, parce que elle et moi nous sommes reliées d’âme à âme et peu importe les différents changements de lieux, l’essentiel c’était de le faire et de le vivre à deux. C’est comme ça, la vie fait parfois couler beaucoup d’eau, elle n’est  pas toujours un long fleuve tranquille et j’ai toujours su parfaitement m’adapter, je n’ai rien à lui excuser ou pardonner, qu’elle ne regrette rien et ne culpabilise pas.

Ma vie à ses côtés a toujours été du pur et grand bonheur et je me sens aimée, je suis câlinée, respectée et très heureuse d’être avec elle. De type timbre-poste j’étais chargée de lui apprendre le détachement dans tous les sens du terme et j’arrive au bout de ma mission.

Dis-lui que je suis sur mon chemin et je prépare doucement ma transition à mon rythme. Ma maladie me fatigue beaucoup, j’ai parfois des nausées et me sens très bizarre, surtout dans la tête qui commence à chauffer, je ressens comme des bouffées de chaleur et lorsque je sens que je vais faire un malaise je me réfugie dans mon corps astral et tout devient de nouveau supportable. Je perds peu à peu mes forces, j’étais une grande gourmande et cette nourriture ne me plait pas trop, mais je sais que je n’ai guère le choix alors je fais avec…

Je n’aime pas non plus ces piqûres, mais là aussi je sais que je n’ai pas le choix, le tout étant de trouver les bonnes doses pour me permettre de t’accompagner encore un peu.

Je n’ai pas peur pour le jour où tu seras obligée de m’aider à faire le grand saut, car je sais que ce sera fait avec amo