Messages Kriyavaspata d’avant 2017

04185Nina, comment tu vas, comment te sens-tu ?

Je vais bien, je ne manque de rien, on s’occupe très bien de moi.

As-tu des douleurs quelque part ?

Non ça va ?

Et les pattes ?

Ca va aussi.

Les gamelles te conviennent-elles ?

Oui, mais j’aimerais bien un peu plus de viande rouge crue.

As-tu besoin de quelque chose en particulier Nina ? Tes gardiens ont parfois l’impression que tu t’ennuies ?

J’ai été formatée pour les courses, pour la compétition et cela me manque.

As-tu été maltraitée Nina ? as-tu reçu des coups ?

Oui, comme tous, notre éducation passe par là.

C’est la raison pour laquelle tu pleures quand tu dors et qu’on te touche ? Tu as peur ?

Oui, ce sont des mauvais souvenirs, mon sommeil était souvent entrecoupé de coups de bâtons lorsqu’il avait fait la fête et qu’il avait trop bu, ou lorsque mes résultats n’étaient pas à la hauteur de ses attentes.

Et pourtant tu aimais ces compétitions ?

Oui, j’ai été éduquée pour, c’était ma mission.

Et maintenant, es-tu heureuse chez tes nouveaux gardiens ?

Oui beaucoup, mais je n’ai pas encore trouvé ma place.

Pourquoi ?

Il y a encore trop la présence de l’autre. Je suis là pour la remplacer, mais elle s’accroche et ne veut pas me laisser sa place.

Tu es en train de me dire qu’elle est toujours présente, qu’elle n’est pas partie ?

Oui et cela est très inconfortable pour moi. Elle me pompe toute mon énergie. Elle a besoin que tu l’aides à partir pour son bien et celui de tout le monde.

 width=Comment vas-tu ?

Je ne peux pas dire que je me sente au mieux de ma forme, mes membres me font souffrir, c’est douloureux et ça m’empêche d’avancer. C’est très inconfortable, je me sens très ankylosée dans cette situation. J’ai des difficultés à bouger, à changer de direction et c’est douloureux. Cela me créé des peurs et des angoisses.

Ressens-tu d’autres souffrances dans ton corps ?

Non, ce sont surtout les pattes qui posent problème.

Ta gardienne va te soigner. Aimerais-tu plus d’exercices ?

Difficile de répondre oui en ce moment, il faut d’abord me soulager, et après, oui j’aimerais tellement qu’elle s’octroie de nouveau le droit et le plaisir de me monter. Nous sommes très reliées et en fusion totale lorsqu’elle me monte. Cela me manque beaucoup et le lui dire au moment où il m’est impossible de le supporter physiquement est terriblement frustrant et difficile pour moi. Dis-lui que je l’aime et que ma mission est de l’aider à avancer dans la vie sur son chemin. Elle y est, elle va changer de direction. Elle est dans le passage des mémoires, des peurs, dans le processus de libération, moment qui précède l’acceptation non consciente, et qui suit leur acceptation dans le réel. C’est un moment très important pour elle. S’en suivra des années de grande quiétude, et je suis très fière d’elle, de tout le travail qu’elle a accompli sur et pour elle, c’est une réelle libération.

IMG_0534Helga, je viens communiquer avec toi pour te rassurer. Tu as été opérée, soignée et te retrouves maintenant loin de ton galguero, mais c’est pour ton plus grand bien. Helga, tu ne pouvais plus rester avec lui, tu es devenue une charge pour lui et il t’aurait fait du mal. C’est pour ne pas te faire souffrir que l’association et notamment Domi est venue te chercher et t’emmener.

Oui je sais, je suis triste, il me manque même si j’ai souffert, je me sens abandonnée.

Je comprends Helga, mais tu ne dois pas être triste, Domi et les autres dames de l’association s’activent à te trouver une bonne maison et un bon gardien.

C’est quoi une bonne maison ?

Un endroit douillet, chaud et confortable, où l’on s’occupe gentiment de toi, où l’on te nourrit, te soigne et te câline.

C’est quoi ?

C’est te caresser, te promener, te dire que tu es belle et te donner de l’amour.

C’est quoi ?

C’est des choses très agréables que tu vas aimer, qui t’aideront à retrouver confiance en toi et en l’humain et qui te permettront de vivre encore quelques belles années ?

Quand ?

Bientôt, Helga, ne baisse pas les bras, sois confiante et n’aie pas peur. Domi viendra te voir, elle ne t’abandonnera pas et dès qu’un gardien te sera trouvé, tu partiras, tu ne resteras pas là où tu es.

Domi est gentille, j’ai peur, je ne veux pas être séparée d’elle aussi.

Elle continuera à prendre de tes nouvelles, elle ne t’abandonnera pas, et tu seras tellement heureuse que tu l’oublieras très vite.

Jamais, c’est la première personne qui me considère et me traite avec respect. Je l’aime.

UXIAComment te sens-tu ?

Des bobos dans tout mon corps dus à mon âge, mais aussi des bobos dans mon cœur.

Dans ton cœur ?

Oui, je me sens triste et désabusée. Je suis bien vivante, et profite encore du plaisir de ce que je mange, de flairer les odeurs de mes congénères lorsque je me promène, et en même temps j’ai l’impression de ne plus exister, d’être là sans être là, d’être en standby et d’attendre je ne sais quoi, ou d’attendre que ça se termine.

Que quoi se termine, Uxia ?

La vie sur cette terre ici et maintenant. Je ne sais pas, peut-être que la situation me pèse trop.

Peux-tu être un peu plus claire ?

Ici on vit sous tensions, ici, il n’y a plus de dialogues, il n’y a que des non-dits et ça génère des mal- être et des souffrances.

Que peut faire ta gardienne pour t’aider et te soulager ?

Oser, oser dire, exprimer son mal-être et renouer le dialogue, la communication, sinon elle va se rendre malade elle aussi. Elle ne partira pas, elle n’en a pas le courage, qu’elle accepte et personne ne pourra la juger, mais qu’elle le reconnaisse en toute co